Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 octobre 2008 2 07 /10 /octobre /2008 22:59

Le passage d’un okapi devant une caméra de surveillance installée dans le Parc national des Virungas, au Congo, permit qu’on puisse capter l’image de cet animal en liberté. L’okapi affiche des rayures comme le zèbre sur une partie de son corps. Sa langue noire, sa tête et ses longues jambes lui attribuent une ressemblance avec la girafe.

Rare et timide, cet animal laisse parfois derrière lui quelques signes de son passage mais se réfugie à l’abri des regards dans les forêts congolaises. Ces photographies, qualifiées d’historiques, constituent une preuve de la survie de l’okapi dans une région où se déroulèrent des combats durant une décennie, laissant croire à une disparition possible de cette espèce.





 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les photographies prises de l’okapi permettent de bien identifier l’animal. Les responsables affirment pouvoir reconnaître trois spécimens distincts sur ces images. Des observateurs relevaient parfois des traces de la présence de ces bêtes en cette région d’Afrique mais la fréquentation de cette zone de conflits armés devenait périlleuse.

Des travaux ultérieurs permettront en premier lieu d’évaluer la population des okapis et de situer leur emplacement à l’intérieur du parc et hors de ces lieux protégés. Outre les okapis, les gorilles des montagne et les éléphants, de savane en très petit nombre, figurent parmi les espèces menacées.

La période de guerre 1998-2003, le prélèvement de bêtes malgré l’interdiction de la loi et la corruption alliée à une mauvaise gestion de cette réserve réduisirent le nombre d’animaux en liberté dans ce parc. Certains craignent également l’existence d’un marché local pour l’écoulement de la viande de brousse.

De violents combats se poursuivent encore sur ces terres dont la vocation première demeure la sauvegarde d’animaux en liberté. Ces photographies d’okapis ayant survécu aux luttes fratricides témoignent de la capacité des animaux de survivre à la folie des hommes.



Sources :
Cnn.com, Monuc.org

 

 

---

 

 

L’okapi (Okapia johnstoni) est une espèce de mammifère ruminant de la même famille que la girafe, venant des forêts équatoriales de l'Afrique centrale. Bien que connu par les Pygmées, il est « découvert » en 1901 par Sir Harry Johnston à qui il doit son nom. C’est l’un des derniers grands mammifères à être observé scientifiquement sur la planète. Cet animal dont l’allure étrange rappelle à la fois celle du zèbre et de la girafe vit exclusivement dans une petite région de la République démocratique du Congo, la forêt tropicale de l’Ituri, où une réserve lui est spécialement dédiée.

 

Son nom vernaculaire en lingala est "mondonga".

 

Description

L’okapi mesure environ 1,80 m au garrot et pèse au maximum 300 kg. Sa morphologie est relativement proche de celle de la girafe : son corps est court et massif, ses pattes arrières plus courtes que les antérieures (ce qui lui donne l'allure qu’il a sa croupe plus basse que ses épaules) et il possède une colonne vertébrale sur un axe oblique. Toutefois son cou est moins long et plus épais que celui de la girafe. Le mâle porte des ossicônes, sortes de petites cornes osseuses recouvertes de peau qui se développent entre 1 et 5 ans. Ses oreilles sont larges et particulièrement mobiles. Sa langue préhensile est noire et mesure entre 30 et 50 cm de long : avec elle, il peut saisir sa nourriture mais aussi nettoyer toutes les parties de son corps, y compris ses oreilles.

 

Son pelage court est d’un brun chocolat sur le corps avec des zébrures noires et blanches sur les pattes et l’arrière train. La tête est marquée d’une tache blanche au niveau de la joue.


Comme la girafe, l’okapi va l’amble.

 

 

Source : Wikipedia [Fr]

Partager cet article

Repost 0
Published by Milem - dans Animaux
commenter cet article

commentaires

Rechercher

Pages