Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juillet 2009 5 24 /07 /juillet /2009 23:47
Au Japon coexistent deux attitudes, également répandues, envers la sexualité : le sexe « caché » d’une part, de l’autre le sexe « impudique » et les fantasmes débridés.


Le sexe « caché »

 

Contrairement à la plupart des civilisations où le sexe est un tabou d’ordre religieux, au Japon, l’interdit est plutôt social que moral. Les relations amoureuses sont souvent cachées. Ainsi, une fille dira à ses parents qu’elle va voir une amie lorsqu’elle a rendez-vous avec son copain. Les jeunes japonais tentent de casser les règles de la bienséance d’antan, et l’on voit, dans les rues du Japon d’aujourd’hui, les couples se promenant main dans la main.

 

Grosse évolution, quand on sait que sous l’ère Edo, l’épouse devait marcher dix mètres derrière son époux… Par contre, un baiser en public reste tabou, (c’était autrefois synonyme d’engagement au mariage). Ce manque de communication autour du sexe et de l’amour engendre des problèmes : d’après un sondage du planning familial et du ministère de la santé, près de 32% des couples mariés reconnaissent avoir une « vie sexuelle nulle » et 19% n’auraient pas eu de relations sexuelles depuis plus d’un an.

 

En fait, les relations sexuelles entre époux sont axées sur la procréation, et non sur le plaisir, et l’épouse est vue d’avantage comme une mère que comme une amante. Le mariage, lorsque il est arrangé par la famille ou l’entreprise, est plus un accord de vie à deux qu’un engagement amoureux. Malgré des règles de fidélité strictes (elles valent surtout pour la femme), l’homme a tendance à chercher hors de la maison des satisfactions d’ordre social et sexuel. Il n’en conçoit pas de culpabilité et il est de bon ton que l’épouse demeure indifférente.

 

 

baiser-copie-1.jpg

Le "deep kiss", c'est le nom japonais du "french kiss" américain.

 


La position des japonais à l’égard des organes génitaux peut également sembler paradoxale. Si les scènes sexuelles sont très réalistes dans les manga, il est interdit de montrer les organes sexuels en action et les pilosités. Les japonais usent donc d’artifices : phallus en ombres chinoises, monstres tentaculaires, fruits aux formes suggestives, recours à des métaphores typiquement japonaises, comme le saignement du nez, qui signifie une excitation sexuelle.

 

 

Extrait de l’agenda Pika éditions 2006

Partager cet article

Repost 0
Published by Milem - dans Japon
commenter cet article

commentaires

Rechercher

Pages