Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juillet 2009 6 25 /07 /juillet /2009 00:05

Règles de bienséance dans une maison, un hôtel ou un restaurant

 

 

 

Quand on entre dans une maison ou un restaurant, il faut se déchausser. Laissez vos chaussures dans le genkan (vestibule) et enfilez des chaussons.

 

Dans la maison, on porte des chaussons, sauf dans les pièces où il y a des tatamis. On change de chaussons dans les toilettes pour des raisons d’hygiène (on met des chaussons réservés aux toilettes).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



L’invité ayant le rang le plus élevé s’assoit dans la partie honorifique de la pièce, habituellement près du tokonoma (sorte d’estrade). Les autres personnes prennent place par ordre décroissant d’importance. On s’assied sur un coussin (zabuton).

 

Il est de coutume d’offrir un cadeau (omiyage) à l’hôte. L’échange de cadeaux est également d’usage dans les milieux d’affaires (cravates, stylos d’entreprise ou spiritueux de bonne qualité). L’offre d’un cadeau doit être accompagnée d’un commentaire dépréciatif (« cela ne vaut rien »), de même que l’hôte ou l’hôtesse s’excuse de n’avoir « rien du tout » à offrir, juste avant de servir un copieux repas. Le cadeau doit être remis à deux mains. La plupart du temps, il s’agira de fruits ou de gâteaux (des cadeaux « consommables », en somme, gurume gift), mais des articles de marque sont appréciés de la part d’un étranger. On n’offre pas de cadeau pour la maison. Evitez les chiffres 4 et 9 dans les omiyage car ils représentent la mort et la souffrance. L’encens et les objets blancs s’offrent lors de funérailles. Les fleurs s’offrent à l’être aimé, aux malades, ou lors de funérailles, uniquement.

 

Tous les plats sont servis en même temps. Il convient d’attendre que l’hôte ou l’hôtesse signifie le début du repas par un « dôzô » et de dire avant de manger « itadakimas ».

 

 

Ce qu’il faut faire

 

Si vous êtes un homme, faites du bruit en mangeant, notamment en mangeant les nouilles.

 

Demandez ce que vous avez mangé après l’avoir avalé. Il est bien vu de demander mais de ne pas écouter la réponse.

 

Placez les baguettes sur le porte-baguettes (hashioki) ou en travers de l’assiette quand vous ne vous en servez pas.

 

Mangez copieusement : il n’y a ni entrée, ni plat principal, ni dessert, tout est sur la table.

 

A la fin du repas, dites « goshiso sama deshita » (« ce repas est délicieux »).

 

 

 

Ce qu’il ne faut pas faire

 

Ne mettez pas de sauce sur le riz blanc.

 

Ne refusez pas de goûter, c’est une offense.

 

Ne plantez pas les baguettes dans le riz. Cela rappelle un rite funéraire : c’est ainsi que l’on offre la nourriture aux morts lors de la fête Obon.

 

N’échangez pas de la nourriture de baguette à baguettes : c’est ainsi que l’on procède avec les os des défunts après crémation.

 

Ne vous servez pas à boire vous-même. Quand votre verre est vide, votre hôte s’empressera de le remplir. Vous ferez de même pour votre hôte.

 

Ne trinquez pas en disant « tchin-tchin », cela signifie « zizi » en japonais. « Kampai ! » (« santé ! ») est de rigueur.

 

Ne vous mouchez jamais. Même dans la rue, c’est impoli. Il vaut mieux renifler.

 

Ne rotez pas, même discrètement.

 

Les pourboires ne font pas partie des moeurs japonaises et peuvent paraître déplacés. Il n’est pas rare qu’un serveur vous poursuive dans la rue pour vous le rendre.

 

 

Extrait de l’agenda Pika éditions 2006

Partager cet article

Repost 0
Published by Milem - dans Japon
commenter cet article

commentaires

Rechercher

Pages