Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 avril 2012 3 18 /04 /avril /2012 23:09

« Atlantropa » est le nom donné à un projet prévoyant la construction d’un immense barrage au niveau du détroit de Gibraltar, ce qui aurait permis de fermer la mer Méditerranée. Il a été proposé pour la première fois le 1er mars 1928 par l’architecte allemand Herman Sörgel .

 

 

Le projet 

Organisation

La base constitutive du projet était la construction d’un immense barrage hydro-électrique de 35 km de long au niveau du détroit de Gibraltar, ce qui aurait permis d’isoler la mer Méditerranée de l’océan Atlantique. Ce barrage aurait eu un débit de plus de 88 000 mètres cubes d’eau par seconde, ce qui aurait permis la production d’au moins 50 000 mégawatts, soit environs l'équivalent de 31 EPR. Ce barrage fut dessiné par Bruno Siegwart, et devait comprendre des usines hydroélectriques souterraines, ainsi qu’un jeu de canaux et d’écluses. Ces dernières devaient être signalées du côté Atlantique par une tour haute de plus de 400 mètres.

 

Afin de limiter sa hauteur, le barrage avait été dessiné en forme de coude afin qu’il se trouve le plus possible dans des zones d’eau peu profonde. En effet, ainsi, seule une section de cinq kilomètres aurait été située dans une zone d’eau plus profonde au lieu de douze kilomètres, la largeur du détroit.

 

Cette construction aurait permis de limiter l’approvisionnement en eau de la mer Méditerranée, dont le niveau aurait diminué de 20 % (la mer aurait totalement disparu en moins de 2 000 ans si la perte était d’un mètre par an). Selon des calculs, si le niveau de la mer diminuait de 80 cm par an, il aurait fallu deux siècles pour atteindre le niveau souhaité. Ceci aurait permis de gagner 233 000 km2 de friches, soit quasiment la superficie de la Roumanie, principalement au niveau de l’Afrique du Nord.

 

De plus, deux voies ferrées étaient prévues, ce qui aurait permis de relier Berlin, Rome et Le Cap.

 

Le projet prévoyait aussi la construction d’un second barrage de plus petite envergure entre la botte italienne, la Sicile et la Tunisie. La mer Méditerranée aurait alors été divisée en deux bassins, celui occidental d’un niveau inférieur de 100 mètres à la normale alors que le niveau du bassin oriental aurait été inférieur de 200 mètres. Le barrage entre ces deux bassins aurait lui aussi permis la production d’énergie électrique, ceci dans l’optique d’un épuisement à long terme des ressources en charbon et en pétrole.

 

L’Europe aurait ainsi eu en sa possession des moyens de production d’énergie suffisants pour tout son territoire.

 

Herman Sörgel avait prévu la production d’électricité grâce aux lacs africains. Celle-ci aurait été transmise en Europe grâce à trois lignes très haute tension. La première serait passée par le détroit de Gibraltar, la seconde aurait bordé la mer Méditerranée par l’Égypte, la Palestine et la Syrie pour entrer en Europe par l’intermédiaire de la mer Noire et de la vallée du Danube. La troisième aurait été établie grâce à la pose d’un câble sous-marin entre l’Afrique du Nord et l’Italie via la Sicile.

 

L’abaissement du niveau de la mer Méditerranée aurait provoqué l’assèchement de quasiment toutes les villes et ports en bordure de celle-ci. L’architecte Peter Behrens imagina et dessina des digues pour maintenir en eau les ports historiques comme Gênes ou Venise, ainsi que les plans de nouveaux ports à construire.

Un barrage devait être construit sur le fleuve Congo afin de créer un très important lac artificiel. Une partie de l’eau de ce lac devait permettre d’irriguer le Sahara en passant par le lac Tchad.

 

 

Objectifs 

Le projet visait principalement la production d’énergie, l’acquisition de nouvelles terres par l’abaissement du niveau de la Méditerranée, et enfin l’union entre les continents européen et africain. Ceci était la solution proposée par Herman Sörgel pour résoudre les problèmes de la civilisation européenne : l’Europe aurait eu un approvisionnement intarissable en énergie (carburant et électricité), et ceci aurait permis d’unir les Européens dans un projet pacifique commun, tout en fournissant de nouvelles terres pour l’agriculture et l’industrie tout en reliant le continent à l’Afrique.

 

Ceci aurait aussi permis en d’autres termes de rattacher l’Europe à l’Afrique, ce qui aurait pu avoir de nombreux effets d’après son inventeur : sécurisation des apports en matières premières, irrigation du Sahara, création d’un centre mondial géopolitique à Genève.

 

Enfin, Atlantropa aurait permis d’assurer de façon certaine des marchés industriels et commerciaux à l’Europe.

 

 

Les problèmes 

Herman Sörgel considérait certains problèmes soulevés comme peu importants. Ces problèmes allaient des risques de changements climatiques aux risques terroristes, en passant par le destin de l’Afrique.

On peut enfin citer les nombreux et très importants problèmes écologiques, ainsi que d’importants risques tectoniques.

 

 

Map_of_the_Atlantrop_Projekt.png

(Cliquer dessus pour agrandir) 

 

 

projet-Atlantropa.jpg

 

 

Source : Wikipedia - Atlantropa [Fr]

Partager cet article

Repost 0
Published by Milem - dans Histoires
commenter cet article

commentaires

Rechercher

Pages