Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 janvier 2011 3 19 /01 /janvier /2011 14:17

L'Agence des produits de santé (Afssaps), sous pression depuis la scandale du Mediator, a placé sous surveillance particulière 59 médicaments, dans le cadre d’une procédure spéciale de suivi d’éventuels effets indésirables appelée «plan de gestion des risques».


Cette liste, disponible ici,  couvre un spectre très vaste, avec par exemple une pilule du lendemain (Ellaone, des laboratoire HRA Pharma), le Champix, déjà mal en point aux Etats-Unis, des médicament de traitement du surpoids (Alli, des laboratoires GSK, et Acomplia, de Sanofi-Aventis) et des vaccins contre la méningite (Prevenar 13, de Pfizer) ou pour prévenir le cancer du col de l’utérus (Gardasil, de Sanofi-Pasteur MSD). Elle comprend ainsi des médicaments utiles et d’autres à l’efficacité plus contestée.

 

De plus, elle ne recouvre pas tous les médicaments sous surveillance, parfois sous d’autres procédures, tels le vasodilatateur buflomédil, commercialisé notamment sous divers noms de marque dont Fonzylane (laboratoire Cephalon) qui fait partie des médicaments dont la revue médicale Prescrire demande le retrait.

 

Pour Bruno Toussaint, directeur de Prescrire, qui a contribué à révéler l'affaire du Mediator, cette liste regroupe une grande variété de situations. «Certains devraient être retirés du marché (…) d’autres ont une utilité, mais on ne sait pas si la surveillance des risques est efficace», explique-t-il au Parisien. «Pour l’instant, ce sont les laboratoires qui font les suivis d’effets secondaires, et les transmettent à l’Agence. Il vaudrait mieux que ce soit fait par des experts indépendants.»

 

Source : Liberation.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Milem - dans Actualitées
commenter cet article

commentaires

police 20/01/2011 20:54


y déchire ton blog manu


Milem 27/04/2011 16:13



Merci à toi  ;)


Ah la police ^^



Rechercher

Pages