Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 octobre 2010 7 24 /10 /octobre /2010 18:49

Un gros mensonge revient régulièrement à la une de nos grands médias : la fonte des pôles fera monter le niveau des mers. Tous les scientifiques de bonne foi reconnaitront dans ce postulat une imprécision et un mensonge.

- La fonte des pôles n'est pas avérée. En certains points, on constate un accroissement du volume de glace, et une fonte en d'autres points. Les moyens de mesure actuels ne permettent pas de trancher sur la variation de la cryosphère (en bref les masses glacées de la terre).

- La fonte des glaces n'entrainera pas d'augmentation du niveau des mers. Ce constat politiquement incorrect est largement répandu dans la communauté scientifique. En revanche la fonte des pôles, si elle se confirme, participe au phénomène de réchauffement climatique.



1. La fonte des pôles n'est pas avérée. En certains points, on constate un accroissement du volume de glace, et une fonte en d'autres points. Les moyens de mesure actuels ne permettent pas de trancher sur la variation de la cryosphère (en bref les masses glacées de la terre).

Regardons ce qu'il en est sur la période 1992-2002 :

Au Groenland, on constate une croissance du centre (en épaisseur), et une fonte des bordures extérieures. L'Antarctique occidentale voit sa masse diminuer, alors que l'Antarctique Orientale voit sa masse augmenter. Le cas de l'Antarctique est particulièrement fondamental puisque le "continent" réuni 90% de la glace de la planête. Or les scientifiques ne sont pas en mesure d'expliquer la croissance de la masse glaciaire dans la partie orientale : elle "pourrait être due" aux précipitations plus importantes du siècle passé. ( source : Journal of Glaciology, dec. 2005)

L'incertitude est de mise par exemple dans le cas du Groenland, puisque des données contradictoires ressortent des études de l'ESA et de la NASA, mais pas dans le sens habituel : l'ESA concluant à une croissance de la masse glaciaire, et la NASA à une décroissance.

Incertitudes donc sur l'évolution de la "cryosphère" mondiale, même s'il apparaît que la fonte de certains glaciers (subpolaires ou alpins) se confirme. De nouvelles études concluent néanmoins que cette fonte des glaciers, si elle se confirme et se prolonge, ne devrait pas entraîner d'ici à 2100 une hausse du niveau des mers de plus de 10 cm.


2. La fonte des glaces n'entrainera pas d'augmentation du niveau des mers. Ce constat politiquement incorrect est largement répandu dans la communauté scientifique. En revanche la fonte des pôles, si elle se confirme, participe au phénomène de réchauffement climatique.

Citons par exemple le site PlanêteTerre de l'ENS de Lyon, peu suspect d'anti-écologisme.

Enfin n'oublions pas que pour l'instant la dilatation thermique de l'océan est le facteur principal de variation du niveau marin en cas de réchauffement du climat. La fonte de la banquise quant à elle, n'influence pas les variations du niveau de la mer, mais ce n'est pas pour autant qu'elle est sans conséquence sur l'évolution du climat. En effet, la banquise, par sa couleur claire, a un fort pouvoir de réflexion des rayons solaires, et donc un rôle dans les variations de l'albédo de la surface de la Terre. Une augmentation de sa taille favorise le refroidissement naturel de la Terre alors que sa fonte amplifie le réchauffement climatique en diminuant l'albédo moyen de la surface terrestre

Il suffit de mettre un glaçon dans un verre et d'attendre sa fonte pour constater que le niveau de l'eau ne varie pas. Bien sûr la mer n'est pas un verre d'eau, et l'équation est compliquée par des phénomènes comme la salinité de l'eau, ou la présence de glace non immergée - comme les glaciers, qui s'ajoute effectivement au volume des mers. Toutefois de nombreux scientifiques s'accordent pour voir là un phénomène mineur.

En revanche, c'est le réchauffement climatique lui-même qui pourrait entraîner une variation du niveau des eaux. Cela a été observé dans tous les épisodes climatiques récents de la terre, comme les transgressions marines à grande échelle qui ont façonné les paysages à l'ère quaternaire, mais également pour les transgressions mineures qui n'ont affecté que localement - ainsi les trangressions dunkerquoises, en particulier entre le IV ème et le XII ème siècle. L'eau se dilate avec la variation des températures, et son volume varie. En bref, le volume de l'eau augmente avec un réchauffement de la terre.

Ajoutons à cela que du CO2 fossile ( et autres gaz à effet de serre ) est conservé dans le permafrost (ou pergélisol, sous-sol gelé en permanence), qui se libérera en cas de fonte de ce dernier, accélérant le réchauffement sans que sa mesure puisse être évaluée (toujours des hypothèses, car encore faut-il que cette fonte se produise).

Certains scientifiques, sans remettre en cause le réchauffement climatique, considèrent que l'accroissement de la température ne sera pas équivalent en tous points du globe. Certains pensent même que des régions pourront voir leur température baisser (le Pays de Galles par exemple). Cela complique le calcul de variation du volume global des eaux.

Bref, un casse tête. Sans épiloguer sur la vérification du réchauffement climatique, et sur la prétendue fonte des pôles, il est bon de retenir une évidence : LA FONTE DES POLES N'ENTRAINERA EN AUCUNE FACON de montée du niveau des eaux.

Partager cet article

Repost 0
Published by Milem - dans Réflexions
commenter cet article

commentaires

Rechercher

Pages