Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juillet 2011 6 30 /07 /juillet /2011 17:27

L'indépendance de l'Inde (et du Pakistan) a eu lieu en 1947. Dans leur empire des Indes, les Britanniques avaient modernisé le pays, mais ils étaient les maîtres de l'administration. Les élites indiennes souvent éduquées à l'anglaise, demandaient une participation à la direction du pays. À partir de 1920, ils y arrivent progressivement par des campagnes de désobéissance civile animées par Gandhi et le parti du Congrès. L'indépendance se traduit par la division du pays entre l'Inde et le Pakistan où se concentre par transfert de population, la très forte minorité musulmane. 


 

La revendication pour l'indépendance


En 1885, le parti du Congrès est fondé à Bombay. Ce n'est qu'en 1906, que celui-ci réclame l'autonomie pour l'Inde (qui resterait dans l'empire), donc la création d'assemblées élues et une plus forte participation des Indiens au gouvernement local. La forte minorité musulmane craigrant d'être submergée par la majorité hindouiste fonde en 1906 la Ligue musulmane, chargée de défendre les intérêts de cette minorité.

 

Pendant la Première Guerre mondiale, près de 1,3 millions d'Indiens combattent en Europe et au Proche-Orient (100 000 sont tués). Les Indiens espèrent, qu'en contrepartie, les Britanniques leur accorderaient plus de place dans le gouvernement local. Mais le 13 avril 1919, à Amristar (au Pendjab), l'armée britannique tue près de 380 personnes. Les manifestants participaient à «  un jour sans activité », pratique politique lancée par Gandhi pour protester contre le durcissement de la politique britannique. Le fossé est creusé entre colonisés et colonisateurs. Cependant, en décembre 1919, le gouvernement britannique accorde le Government of India Act, qui met en place la représentation des communautés indiennes dans les assemblées locales et centrales, la participation des Indiens dans les gouvernements des états. Mais les Britanniques conservaient les finances et le pouvoir exécutif.

 

Mécontents, une partie des membres du parti du Congrès réclament, dès la fin des années 1920, l'indépendance totale de l'Inde. Gandhi multiplie les appels à la désobéissance civile (pas de participation aux assemblées et aux gouvernement locaux, boycott des produits britanniques, refus de payer certains impôts en particulier celui sur le sel). Les dirigeants et de nombreux militants du parti du Congrès sont souvent arrêtés et condamnés à des peines de prison (pour Gandhi en 1922-1924, puis en 1930-1931, puis en 1932-1934). Le mouvement de désobéissance civile prend de l'ampleur. Il y a aussi des attentats contre les Britanniques. En 1934, pour élargir son influence le parti du Congrès adopte un programme social et devient le parti socialiste du Congrès panindien.

 

En 1935, devant les difficultés rencontrées en Inde et la sympathie manifestée partout dans le monde pour le mouvement pacifique de désobéissance, les Britanniques accordent un nouveau Government of India Act. Désormais, l'Inde (sans la Birmanie), devient une fédération de onze provinces ayant chacune un gouvernement autonome, des assemblées élues au suffrage censitaire sont mises en place. Le parti du Congrès remporte d'un manière écrasante les élections de 1937 ; ce qui renforce l'inquiétude des musulmans.

 

 

L'indépendance de l'Inde et ses conséquences

 

Pendant la Seconde Guerre mondiale, l'Inde fournit plus de 2 millions de soldats à l'armée britannique. Cependant, le parti du Congrès refuse de collaborer avec les Britanniques tant qu'il n'obtiendrait pas l'engagement que l'indépendance serait accordée. En 1942, alors que les troupes japonaises menacent l'Inde depuis la Birmanie qu'ils viennent de conquérir, le Congrès lance la campagne Quit India. Par la non-violence ils tentent d' empêcher la participation de l'Inde à la guerre. Les dirigeants du Congrès dont Jawaharlal Nehru et Gandhi sont emprisonnés pendant quelques mois. A Berlin, Chandra Bose, l'ancien président du parti du Congrès, constitue un gouvernement de l'Inde libre qui pense s'installer dans les territoires que les Japonais contrôleraient.


En 1945, pour sauver leurs intérêts économiques et maintenir les liens culturels, les Britanniques se décident à accorder l'indépendance à l'Inde. Se pose alors le problème de la forme de cette indépendance. Les musulmans ne veulent pas vivre avec les hindouistes. Ils réclament un État particulier le Pakistan. Mais dans beaucoup de régions hindouistes et musulmans cohabitent, et que faire des Sikhs ? Il y a des affrontements sanglants entre les deux communautés. La Ligue musulmane refuse de participer aux élections à l'assemblée constituante, affirmant ainsi son opposition à son intégration dans le nouvel État. En juillet le parlement britannique vote l'Indian Independance Act. L'Inde et le Pakistan formeront deux états distincts, dont les frontières sont floues au Pendjab et au Bengale. Le Pakistan est coupé en deux morceaux séparés par des milliers de kilomètres. Le 15 août l'indépendance est proclamée.

 

La création de deux états indépendants déclenchent des massacres entre les communautés. Il y aura des centaines de milliers de victimes. Pour y échapper, entre 1947 et 1950, plus de sept millions de musulmans quittent l'Inde et dix millions d'hindouistes quittent les régions devenant pakistanaises. Le 30 janvier 1948, Gandhi, qui avait tenté d'éviter la division de l'Inde est assassiné par un fanatique hindou.

 

 

Partition_of_India.PNG

L'éclatement des Indes britanniques en 1947

 

Sources : Independance_de_l'Inde

Partager cet article

Repost 0
Published by Milem - dans Histoires
commenter cet article

commentaires

Rechercher

Pages