Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 12:58

Coup de tonnerre pour le monde des télécoms. Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), lié à l’Organisation mondiale de la santé (OMS), a annoncé hier que les radiofréquences émises par les téléphones mobiles présentaient un risque de développement de cancers pour les utilisateurs.

 

 

Les champs électromagnétiques émis par les téléphones portables ont été classés dans la catégorie 2b du Centre international de recherche sur le cancer, tout comme le plomb, le chloroforme, le café, les vapeurs d’essence, la fibre de verre et le styrène.


L’organisation a analysé toutes les études parues sur le sujet pour se prononcer. Les scientifiques ont jugé que davantage de recherches devaient être faites pour donner une réponse définitive sur le lien entre l’utilisation du portable et l’apparition de gliomes, les tumeurs au cerveau les plus fréquentes.

 

Le plus haut niveau d’exposition a lieu lors des appels. L’OMS recommande donc l’utilisation des kits mains libres et la pratique des SMS.

 

 

De leur côté, les professionnels se rebiffent en France et aux États-Unis

 

En effet, outre-Atlantique, les professionnels du téléphone portable sont regroupés au sein de l’association CTIA. Et sans surprise, elle dénonce l’étude et la crédibilité même de l’OMS, rien que cela. Selon CTIA, l’agence de recherche sur le cancer de l’OMS, qui a publié ces résultats polémique, « procède à de nombreux examens et a, par le passé, classé dans cette même catégorie les légumes marinés et le café ». D’après les professionnels américains, « des preuves limitées émanant d’études statistiques peuvent être trouvées, bien que les résultats puissent n’être le produit que de partis pris et de certaines erreurs ».

 

Côté hexagonal, la Fédération Française des Télécoms a immédiatement réagi dans un communiqué. Les ondes radio « n’ont pas la même classification que, par exemple, l’alcool, le tabac et l’amiante (catégorie 1) », ni que « le trichloréthylène et les fumées des moteurs diesel (catégorie 2A) ». Le CIRC, « en choisissant 2B, indique que le lien entre cancer et ondes radio n’est pas démontré », met encore en avant la fédération des Télécoms dans son communiqué.

 

Sources : France Soir – Le Post – Les Echos

Partager cet article

Repost 0
Published by Milem - dans Santés
commenter cet article

commentaires

Rechercher

Pages