Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 19:36

Angkor Vat ou Angkor Wat (kh: ប្រាសាទអង្គរវត្ត; Prasat Angkor Vat) est le plus grand des temples du complexe monumental d'Angkor au Cambodge. Il fut construit par Suryavarman II au début du XIIe siècle en tant que « temple d'état » et capitale. Temple le mieux préservé d'Angkor, l'une des plus grandes villes médiévales du monde, il est le seul à être resté un important centre religieux depuis sa fondation, premièrement hindou et dédié à Vishnou, puis bouddhiste.

 

Le temple est l'archétype du style classique de l'architecture khmère. Il est devenu le symbole du Cambodge, figurant même sur son drapeau national, et il est le principal lieu touristique du pays.

 

Angkor Vat combine deux bases de l'architecture khmère pour les temples : le côté temple-montagne et le côté temple à galeries. Il est conçu pour représenter le mont Meru, la maison des dieux dans la mythologie hindoue.

 

À l'intérieur d'une douve et d'un mur externe de 3,6 km de longueur se trouvent trois galeries rectangulaires, chacune construite l'une à l'intérieur de l'autre. Au centre du temple se dressent des tours en quinconce. Contrairement à la plupart des temples d'Angkor, Angkor Vat est orienté vers l'ouest, probablement parce qu'il est orienté vers Vishnou.

 

Le temple est admiré pour la grandeur et l'harmonie de son architecture et les nombreux bas-reliefs sculptés qui ornent ses murs. Sa beauté et sa taille sont telles que beaucoup le considèrent comme la huitième merveille du monde. Il donne également des indices sur l'important système hydraulique d'Angkor. Il est classé au patrimoine mondial de l'UNESCO.

 

 

Angkor Wat

(Cliquer sur l'image pour agrandir)  

 

 

Angkor Wat - Vue aérienne

Vue aérienne - (Cliquer sur l'image pour agrandir)

 

 

Angor vat - La deuxième enceinte vue du Nord-Ouest

La deuxième enceinte vue du Nord-Ouest - (Cliquer sur l'image pour agrandir)

 

 

Angkor vat - L'enceinte extérieure vue des douves

L'enceinte extérieure vue des douves - (Cliquer sur l'image pour agrandir)

 

 

Angkor wat - maquette d'Angkor Vat

Cette maquette d'Angkor Vat sert aux touristes à avoir une vue d'ensemble du temple. - (Cliquer sur l'image pour agrandir)

 

 

Le drapeau du Cambodge

Le drapeau du Cambodge

 

 

Source : Wikipedia - Angkor Vat [Fr]

Repost 0
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 17:43

Celui qui a contribué au développement de la carte à puce vient de décéder. Roland Moreno est mort à 66 ans et laisse derrière lui une innovation désormais largement utilisée.

 

 

Pour beaucoup, Roland Moreno était considéré comme le père de la carte à puce. En mars 1974, il avait déposé le premier brevet sur ce dispositif permettant de conserver de manière sécurisée des données en mémoire sur un simple composant. Suite à ce dépôt de brevet, il avait crée sa société (Innovatron) afin de développer ce type de produit.

En 1975, le français améliore le dispositif en y ajoutant des mesures de sécurisation plus importantes. Il a ainsi développé et breveté plusieurs barrières limitant la fraude comme un compteur d'erreurs bloquant ou rendant inopérante une puce ou encore l'impossibilité d'écrire, de modifier voire d'effacer des données contenues dans certaines zones d'une puce.

A la fin des années 1970, de nombreuses grandes sociétés ont cherché à déposer leur propres brevets sur ce type de puce. D'autres grands comptes comme Philips, IBM et Siemens ont même tenté plusieurs actions coûteuses destinées à faire annuler les brevets déposés initialement par Roland Moreno. Une stratégie qui le poussera à rédiger la seconde partie de son ouvrage appelé « Théorie du bordel ambiant ».

 

En 2000, Roland Moreno avait annoncé qu'il offrirait un million de francs à qui réussirait à violer une carte à puce existante dans un délai de trois mois, un pari qu'il avait gagné.

 

Désormais, la carte à puce est largement utilisée pour de nombreux usages comme dans la téléphonie mobile (carte SIM) mais également dans l'industrie du paiement (carte bancaire), de la Santé (carte vitale), dans les transports (Carte Navigo et consorts) et dans bien d'autres dispositifs.


A la fois inventeur, journaliste, employé auprès du ministère des Affaires sociales et monteur de luges (et Officier de la Légion d'honneur depuis 2009), Roland Moreno avait par la suite pris des parts dans la société Gemplus (désormais Gemalto) avant de les revendre voilà 10 ans. Il n'a jamais réellement caché le fait d'avoir fait fortune grâce à ses brevets sur la carte à puce et indiquait même avoir gagné pas moins de 150 millions d'euros au fil de sa carrière. Même si, pour son créateur, ses brevets, d'une durée de 20 ans, sont tous tombés dans le domaine public à la fin des années 90.

Roland Moreno est donc décédé à l'âge de 66 ans en laissant derrière lui une invention désormais incontournable dans la vie quotidienne de millions d'utilisateurs.

 

 

Sources :

Clubic.com

Lci.tf1.fr

Repost 0
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 17:10

Concubine est un terme désignant à l'origine une femme vivant quasi maritalement avec un homme de statut plus élevé possédant déjà une épouse officielle et une ou plusieurs concubines.

 

Celles-ci sont financièrement soutenues par l'homme et leur descendance est reconnue publiquement, bien que de moindre statut que celle issue de l'épouse. Lorsque le concubinage est voulu (par la femme et/ou par sa famille) il est considéré comme une sécurité économique. Lorsqu'il est subi, il s'agit parfois d'esclavage sexuel, comme dans l'ancien Royaume du Népal, où les serfs devaient donner une de leurs filles à leur seigneur.

 

 

Historiquement

Dans l’Antiquité grecque classique (IVe et Ve siècle av. J.‑C.), Homère attribue à ses héros une seule épouse et une ou plusieurs concubines. L’épouse assure une descendance légitime, la concubine est chargée de veiller à l’exécution des tâches domestiques, l’une et l’autre vivent recluses au gynécée. La fidélité à l’époux est exigée, en effet, en cas de flagrant délit d’adultère, le mari trompé a le droit de tuer sur le champ son rival, sa femme ou sa concubine.

Dans la civilisation islamique, le sultan ou tout seigneur suffisamment riche pour posséder un harem, choisissait sa concubine parmi ses esclaves en principe non musulmanes.

 

En Chine, pendant longtemps, le statut d’un homme se mesurait au nombre de ses femmes, épouses ou concubines. Dans la Chine impériale, des concubines jouent un rôle politique (comme Wu Zetian qui devint même impératrice). En 1949, les communistes ont interdit cette pratique ancestrale, signe pour eux de décadence bourgeoise.

 

Au Siam (actuelle Thaïlande), les hommes pouvaient avoir plusieurs épouses, qu'ils pouvaient revendre, ainsi que leurs enfants. L'épouse principale ne pouvait être que répudiée, et au décès de son mari, elle héritait de ses droits sur les épouses secondaires.

 

 

Aujourd'hui

En Chine, après deux décennies d’ouverture économique, les Chinois enrichis affirment à nouveau leur rang social en exhibant voitures, maisons, costumes et jolies jeunes femmes. Des villes comme Shenzen sont devenues des « villages de concubines ».

 

Parmi ces femmes, des campagnardes pauvres du sud, des demi mondaines de Shanghai, et des concubines de luxe élevées dans la bourgeoisie fortunée. On estime à 100 000 le nombre de femmes entretenues, rien que dans l’une des province les plus touchées par le phénomène, celle de Guangdong, aux portes de Hong Kong.

 

 

Source : Wikipedia - Concubine [Fr]

Repost 0
Published by Milem - dans Histoires
commenter cet article
27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 16:58

Les moaï, localement mo'ai, sont les statues monumentales de l’île de Pâques, en Polynésie, taillées entre le IXe et le XVIIe siècle. La majorité de ces monolithes sont sculptées dans du tuf issu principalement de la carrière de Rano Raraku. Quelques-uns ont cependant été sculptés dans d'autres roches volcaniques de l'île (basalte, trachyte ou tuf volcanique). Leur taille varie de 2,5 à 9 mètres, pour un poids moyen de 14 tonnes, jusqu'à 80 tonnes pour les plus grosses.

 

Toutes sont des monolithes tournés principalement vers l’intérieur de l’île à l'exception du Ahu Akivi dont les moaï regardent l'océan. Selon Jo Anne Van Tilburg, le nombre de moaï s'élève à près de 887, sur l'ensemble de l'île. Les moaï tels qu'ils devaient être dans leur état final, après édification, possédaient des yeux blancs fait de coraux et liris rouge en tuf volcanique ou noir obsidienne. Certains d'entre eux portent une sorte de chapeau, le pukao, fait de tuf rouge, issu de la carrière de Puna Pau, et pesant lui-même plusieurs tonnes.

 

Emblème de l'île, les moaï, gigantesques dieux de pierre, ont été dressés par les anciens le plus souvent dos à l'océan. Ils protégeaient ainsi le peuple contre le monde extérieur.

 

Dans la carrière des moaï, située sur une pente du volcan Rano Raraku, dans l'Est de l'île, on peut voir des centaines de statues, certaines semblant prêtes à être extirpées, d'autres à l'état d'ébauche. Comme si les tailleurs de pierre du XVIIe siècle avaient dû cesser leur activité du jour au lendemain. Troubles politiques ? Changement de divinité ? Épidémie ? La raison de l'événement reste inconnue.

 

 

Rôle et datation

On ne sait à peu près rien des raisons, peut-être environnementales (demande de pluies aux divinités) qui ont poussé les Rapanui, le peuple de l'île de Pâques, à les ériger à un rythme de plus en plus frénétique et en taille de plus en plus colossale, épuisant sans doute dans cette pénible industrie une partie importante des ressources de « l’île la plus isolée du monde ». On ignore aussi pratiquement tout des rites qu’ils pratiquaient. Selon les archéologues, partout en Polynésie, les ahus servent à vénérer les ancêtres et les dieux, les tikis que l'on dresse dessus (or les moais sont fondamentalement des tikis de grande taille) étant là pour les représenter : les moa'i seraient donc liés à un ancien culte des ancêtres.

 

Les méthodes de datation appliquées au charbon d'os retrouvé sur les ahu ou à l'obsidienne ont permis d'évaluer que les premiers ahu sans statues devaient dater de l'an 1100 environ, et les dernières édifications de moaï, aux alentours de l'an 1600. Il semble que les premiers moaï étaient de taille et de morphologie humaine, pour évoluer vers des morphologies plus imposantes telles que nous connaissons ces géants aujourd'hui. Ce culte prit fin subitement lorsque les habitants de l'île eurent anéanti leurs ressources en bois. Un culte nouveau, celui de « l’homme oiseau », se mettait en place quand l’île fut découverte le 5 avril 1722 par un marin hollandais, Jacob Roggeveen.

 

L’évangélisation massive de la population fit disparaître toute trace des anciens cultes de sorte que la plupart des souvenirs de cette civilisation fut perdu. Néanmoins, la tradition d'édification des moaï est restée ancrée dans la culture orale de Pascuans. Et en effet, lorsque Thor Heyerdhal leur demanda, ils lui en firent la démonstration.

 

10 moaïs sont expatriés : à Paris, à Londres, à Bruxelles, à Washington, à Viña del Mar, à La Serena et à Santiago.

 

 

Édification

Excavation et sculpture des moaï et des pukao

La quasi-totalité des moaï de l'île a été excavée de la carrière de tuf de Rano Raraku, sur la pointe ouest de l'île. Sur les 887 comptabilisés, une cinquantaine seulement n'a pas été taillée dans le tuf de Rano Raraku mais dans d'autres types de roches volcaniques de l'île. La carrière de Rano Raraku contient encore bon nombre de moaï inachevés, qui sont autant d'exemples permettant d'avoir une idée de la façon dont les statues étaient excavées. Vraisemblablement, les tailleurs de pierre taillaient d'abord le bloc dans la masse du roc, sans détacher le dos de la paroi. Le bloc était dégrossi sur la face avant, puis suivait la sculpture des détails morphologiques (sauf les yeux, qui sont taillés lors de l'édification). Après quoi, le bloc était détaché de la paroi en taillant le dos de la statue. Le moaï, en position horizontale, pouvait alors être transporté sur son lieu d'édification. Les pukao sont taillés de la même manière dans la carrière de Puna Pau.

 

Dans les années 1950, Thor Heyerdhal et une équipe de six personnes commencèrent à tailler un moaï avec des outils de l'époque. Même s'ils s'arrêtèrent avant d'avoir terminé l'excavation de leur statue, Heyerdhal calcula qu'il faudrait environ 12 à 15 mois pour extraire un moaï de taille moyenne.

 

 

Transports et édification

Les reconstitutions en cours permettent, petit à petit, de comprendre les techniques mises en œuvre pour leur transport et édification. Lors des essais de Jo Anne Van Tilburg, les statues ont été déplacées sur des traineaux en bois attachés par des cordes et positionnés sur des rails à pirogue constitués de rondins de bois maintenus par des traverses. Cet essai a permis de montrer qu'entre 50 à 70 personnes tractant le traineau en synchronisation pouvaient déplacer un moaï de près de 12 tonnes, sur une distance de 14 km ½, en moins d'une semaine (à raison de 5 heures/jour, et de pas de 5 m). Sur l'édification elle-même, ce sont les Pascuans actuels qui en firent la démonstration à Thor Heyerdhal. Ils érigèrent une rampe de pierre en pente douce, le long d'un ahu, sur laquelle la statue a été tirée, la base en avant. Puis la tête de la statue est soulevée de quelques centimètres grâce à des leviers de rondin. Dans l'espace créé, les ouvriers glissent des pierres, qui maintiennent la tête de la statue. De degrés en degrés, la statue est ainsi élevée jusqu'à sa position finale. Il semble que les moaï surmontés d'un pukao devaient être érigé en une fois, c'est-à-dire que le pukao était déjà assemblé à son moaï dans sa position couchée, l'ensemble maintenu par un châssis, plutôt que d'être élevé sur la tête de son moaï, une fois celui-ci debout.

 

Après édification, le moaï est paré de ses orbites. En 1979, deux scientifiques, Sonia Haoa et Sergio Rapu, découvrent un œil complet de moaï, constitué d'un demi-globe en corail blanc et d'un iris en tuf rouge, au pied d'un ahu. Il est possible que ces yeux aient été à la garde des prêtres pascuans qui en paraient les moaï lorsque l'on érigeait les statues.

 

 

Ahu-Tahai.jpg

Moaï restauré, surmonté de son pukao. 

 

 

Ahu-Tongariki.JPG

Ensemble de moaï sur le Ahu Tongariki. - (Cliquer sur l'image pour agrandir)

 

 

Ile-de-Paques.png

Carte de l'île avec la localisation d'une partie des ahu, plates-formes cérémonielles accueillant les moaï - (Cliquer sur l'image pour agrandir)

 

 

Moai-ile-de-paques.jpg

 

 

Moai-dos.jpg

 

 

paques.jpg

 

 

Moai.jpg

 

 

Source : Wikipedia - Moaï [Fr]

Repost 0
27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 16:14

L'armée américaine s'intéresse de près à une nouvelle technologie destinée à ses soldats, des lentilles de contact high-tech avec système d'affichage intégré. Des applications civiles sont également envisagées.

 


lentille-contact-numerique.jpg

 


Qu'on se le dise, une très grande partie des découvertes high-tech de ces dernières années sont issues de développement à destination des militaires, sans cesse à la recherche de nouveautés pour être le plus performant possible sur les champs de bataille. Cette fois-ci c'est l'armée américaine qui s'intéresse de près à des lentilles de contact d'un nouveau genre.

 

Le Pentagone a en effet commandé à Innovega un prototype de lentille de contact utilisant la technologie iOptik. Plus concrètement, ces lentilles intègrent un HUD, que les gamers connaissent bien ^^, ou en bon français un système d'affichage intégré permettant d'afficher directement sur la lentille diverses informations en sur-impression et en temps réel

 

La société Innovega envisage également des applications grand public, dans le même style que les récentes lunettes de Google affichant des informations en réalité augmentée (Project Glass).

Les tests médicaux sont actuellement en cours aux USA afin d'obtenir une autorisation de mise sur le marché, avec une disponibilité annoncée pour le grand public pour la fin de l'année 2014. De nombreuses applications civiles sont envisagée comme par exemple dans le domaine des jeux vidéo.

 

 

Lentilles-realite-augmentee.jpg

 

 

Source : Generation-nt.com

Repost 0
Published by Milem - dans Tech-Sciences
commenter cet article
27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 10:56

Selon les résultats d'une étude psychiatrique menée à Dublin, en Irlande, sur 2500 enfants de 11 à 13 ans, un sur cinq entendrait des voix. Des hallucinations auditives allant du murmure au cri, qui disparaissent le plus souvent avec l'âge. 

 

 

Les enfants ont-ils un sixième sens ? Il ne s'agit pas ici de voir les morts, mais d'entendre des voix. Selon les résultats d'une étude psychiatrique menée à Dublin, en Irlande, sur 2500 enfants de 11 à 13 ans, un sur cinq serait sujet à des hallucinations auditives.  

 

Des sons pouvant aller d'une simple phrase à une conversation de plusieurs minutes entre deux personnes ou plus, précise le docteur Ian Kelleher au Belfast Telegraph. Le scientifique dont l'étude a été publiée dans le British Journal of Psychiatry précise que, selon les cas, "cela peut se présenter sous forme de cris ou de simples murmures". 

 

 

Indicateur de troubles mentaux

Nombre de bambins ont un ami imaginaire avec qui ils discutent. Alors, s'interroge lefigaro.fr, faut-il s'inquiéter si son enfant affirme entendre des voix ? Pas forcément, selon Ian Kelleher. D'autant que, le plus souvent, elles disparaissent en grandissant. 

 

Dans l'étude, seuls 7% des 13-16 ans affirmaient ainsi être sujets à des hallucinations auditives, contre environ trois fois plus (21 à 23%) chez les 11-13 ans

 

Mais elles pourraient bien être le signe de troubles mentaux, si elles persistent en grandissant. Ainsi, 80% des adolescents qui continuent à entendre des voix présentent également un désordre psychiatrique. Selon le professeur Mary Cannon, les voix pourraient donc être un indicateur, chez l'adolescent, d'une santé mentale fragile. Et qu'ils nécessitent, en prévention, une évaluation psychiatrique plus approfondie que les autres. 

REUTERS/Nacho Doce

 

 

Source : Lexpress.fr

Repost 0
Published by Milem - dans Santés
commenter cet article
26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 23:01

Machu Picchu (du quechua machu, vieille, et picchu, montagne) est une ancienne cité inca (llaqta) du XVe siècle au Pérou, perchée sur un promontoire rocheux qui unit les monts Machu Picchu et Huayna Picchu sur le versant oriental des Andes centrales. Son nom aurait été Picchu ou Picho.

 

Selon des documents du XVIe siècle, Machu Picchu aurait été une des résidences de l’empereur Pachacutec. Cependant, quelques-unes des plus grandes constructions et le caractère cérémonial de la principale voie d’accès au llaqta démontreraient que le lieu fut utilisé comme un sanctuaire religieux. Les deux usages ne s’excluent pas forcément. En revanche, les experts ont écarté l’idée d’un ouvrage militaire.

 

La ville sacrée Machu Picchu, oubliée pendant des siècles, est considérée comme une œuvre maîtresse de l’architecture inca. Elle fut dévoilée au monde par l’archéologue américain Hiram Bingham, professeur assistant d'histoire de l'Amérique latine à l’Université Yale, qui écrivit un ouvrage de référence à ce sujet. Ses caractéristiques architecturales et le voile de mystère que la littérature a tissé sur le site en ont fait une des destinations touristiques les plus prisées de la planète. Depuis 1983, le site est sur la liste du Patrimoine mondial de l'UNESCO. Le 7 juillet 2007, Machu Picchu a été désigné comme l’une des sept nouvelles merveilles du monde par la NewOpenWorld Foundation, un organisme non officiel et à caractère commercial. Enfin le site fait partie de tout un ensemble culturel et écologique connu sous le nom de « Sanctuaire historique de Machu Picchu ».

 

 

Machu-Picchu.jpg

Vue du secteur urbain de Machu Picchu depuis son sommet sud. - (Cliquer sur l'image pour agrandir)

 

 

machu-picchu-perou.jpg

Vue avec un lama face au Machu Picchu

 

 

Machu-Picchu-cite.JPG

Terrasses du côté est dans le Secteur Agrícole.

 

 

Machu-Picchu-Urubamba.jpg

Vue de la rivière Urubamba à partir des terrasses du Machu Picchu

 

 

Machu-picchu-Le-Temple-du-Soleil-ou-Torreon.JPG

Le Temple du Soleil ou Torreón.

 

 

Machu-Picchu---Vues-panoramiques.jpg

Vues panoramiques - (Cliquer sur l'image pour agrandir)

 

 

Source : Wikipedia - Machu Picchu (Pour plus d'information)

 

Visite guidé en 360 degrés : Mp360.com

Visite avec Google Street Views : Maps.google.fr

Repost 0
26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 21:48

Les salariés du secteur privé en Grèce ont vu leurs salaires plonger de 25% l'année dernière, subissant ainsi de plein fouet l'effet de la récession dans laquelle le pays est plongé depuis plus de quatre ans, selon un rapport de l'Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE) publié jeudi.

Le salaire brut moyen d'un salarié à plein temps a ainsi baissé de 23,1% en 2011 et de 25,3% après prise en compte de l'inflation, lit-on dans ce rapport.

 


Retour au niveau de 2006

En moyenne, le salaire net est retombé à 12.530 euros par an en Grèce, soit moins de la moitié de ce qu'il est en Allemagne. Ce chiffre est également inférieur au salaire net moyen au Portugal, autre pays de la zone euro en difficulté.

Le salaire grec retombe ainsi à son niveau de 2006. Il reste toutefois de quelque deux tiers supérieur au niveau de 2000, année qui a précédé l'entrée de la Grèce dans l'euro.

Reuters

Source : 20minutes.fr
Repost 0
Published by Milem - dans Actualitées
commenter cet article
26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 19:52

Détails :

Aussi appelé "Gympie Gympie", ce grand arbuste se développe dans les forêts pluviales d’Australie et d’Indonésie. Ses feuilles sont couvertes de poils urticants dont le contact casse des ampoules de silice qui se répand alors dans la peau.

 

La douleur provoquée est insupportable et peut durer des jours, voire des mois. Une simple piqûre ne tue pas, mais stimule les nerfs au point de croire qu’on est en train de mourir. Si elle est multiple, la douleur est tellement forte qu’elle peut tuer un cheval en deux heures, ou faire souffrir le martyre à un homme au point de vouloir se tuer.

 

On a ainsi reporté l’exemple, pendant la Seconde Guerre Mondiale, d’un homme ayant chuté dans un Gympie Gympie : il s’est tortillé de douleur pendant 3 semaines, malgré tous les traitements possibles. A la même époque, un officier, ayant utilisé une feuille de l’arbuste pour s’essuyer après s’être soulagé, s’est tué d’une balle dans la tête.

 

Enfin, le simple fait d’approcher ou de travailler à côté de l’arbuste peut irriter vos narines ou vos yeux, toujours à cause de ces minuscules poils urticants qui se détachent facilement et se maintiennent un certain temps en suspension dans l’air.

 

Etrangement, la piqûre ne dérange pas certains marsupiaux, ainsi que les oiseaux et insectes qui mangent les feuilles du Gympie Gympie.

 

 

Dendrocnide-moroides.JPG

 

 

Sources :

Spontex.org [fr]

AustralianGeographic.com – Gympie Gympie: Once stung, never forgotten [en]
Wikipedia.org – Dendrocnide moroides [fr]
AlansWildlife.blogspot.fr – Stinging Trees [en]

Repost 0
Published by Milem - dans Végétaux
commenter cet article
26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 16:10

S'il vous prend de temps à temps de vous parler à vous-même, sans vous en rendre compte parfois (« Que me disais-tu, Chéri ? »), ne cachez pas cette petite manie, car tout le monde le fait plus ou moins souvent. Il n'en reste pas moins que ce comportement paraît a priori irrationnel (quelle information communiquez-vous … à vous-même ?). Des recherches antérieures ont montré que cela aide les enfants à canaliser leur comportement, par exemple pour répéter les étapes d'une manoeuvre ou d'un exercice.


Woody Allen s'amusait à dire que la masturbation, c'est faire l'amour à quelqu'un qu'on aime ; se parler à soi-même relève du même principe. On est en effet déjà certain que quelqu'un vous écoute. Des chercheurs viennent de réaliser des séries d'expériences pour comprendre comment se parler à soit même permet d'être plus efficace lorsqu'on recherche des objets. Ne dites pas que vous ne le faites pas (« Mais j'ai bien laissé mes clefs de bagnole sur le bureau ? ») ! Lors de la première expérience, on montrait une vingtaine d'images ou de texte d'objets divers à des volontaires et ils avaient la possibilité ou non de parler à eux-mêmes. Les résultats ont confirmé que se parler aide dans la quête.


On demandait aussi à des volontaires de trouver le plus vite possible une image de bouteille de Cola dans un fatras d'images sur l'écran. Se répéter « Cola » en cherchant permet de trouver bien plus vite l'objet convoité.

 

Ordinateur-mot-de-passe.jpg 
"Mot de passe, mot de passe, mot de passe..."


Employez par conséquent cette méthode dès que vous cherchez quelque chose afin de maximiser vos chances.

 

 

Source : Sur-la-toile.com

Repost 0

Ma Playlist

Rechercher

Ma Playlist 2

Pages