Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 août 2011 7 07 /08 /août /2011 18:51

La guerre anglo-américaine de 1812 a opposé les États-Unis à l’Empire britannique, entre juin 1812 et février 1815. Cette guerre est aussi connue sous les noms de guerre de 1812, de seconde guerre d’indépendance, voire plus rarement de guerre américano-britannique. L’appellation de « guerre de 1812 » peut parfois conduire à une confusion dans la mesure où la guerre d’invasion de la Russie par Napoléon Bonaparte, la campagne de Russie, a eu lieu la même année.

 

Alors que le Royaume-Uni devait fournir un important effort de guerre du fait de son conflit avec la France napoléonienne, les États-Unis lui déclarèrent la guerre le 18 juin 1812 pour libérer les territoires canadiens qui relevaient de l’empire britannique, qui s’étaient peuplés d’anglophones depuis une quarantaine d’années, et entretenaient de nombreuses relations culturelles et commerciales avec les États-Unis.

 

Parmi les motifs moins explicites figuraient le ressentiment et la colère causés par l’enrôlement forcé de matelots américains dans la Royal Navy, les Anglais les soupçonnant d’être des déserteurs, l’affaiblissement des échanges commerciaux américains causé par le blocus britannique des ports continentaux d’Europe, ainsi que le soutien du Royaume-Uni aux Amérindiens défendant leurs terres contre les spéculateurs immobiliers et les premiers colons américains vers l’Ouest. Dans le sud, la violente guerre des Creeks, habilement manœuvrée par les spéculateurs et le futur président Andrew Jackson, sera le prolongement de ce conflit, qui donnera un prétexte pour justifier la colonisation, mais l’un de ses héros, le coureur de bois Davy Crockett se fera élire au Capitole et s’opposera aux visées expansionnistes de Jackson dans les années 1827 à 1834, au moment de l’Indian Removal Act.

 

La guerre se déroula sur trois théâtres d’opérations : l’océan Atlantique, la région des Grands Lacs et les États du Sud. Au début de la guerre, les États-Unis tentèrent d’envahir les colonies britanniques nord-américaines, mais furent repoussés (prise de Détroit, bataille de Queenston Heights).

 

Puis, la Royal Navy fit le blocus de la côte Est, ce qui affaiblit l’économie américaine en raison de la réduction drastique des exportations agricoles américaines (même si le blocus favorisa l’émergence de l’industrie locale). Leur domination des mers permit aux Britanniques de mener des raids côtiers et d’incendier Washington en août 1814. En revanche, les batailles navales sur les Grands Lacs tournèrent à l’avantage des États-Unis.

 

Bien que les Britanniques aient eu le dessus dans la plupart des engagements, la grande majorité des batailles font partie du mythe américain, en particulier la bataille de la Nouvelle-Orléans au cours de laquelle le général Andrew Jackson infligea aux Britanniques l’une des plus sévères défaites de leur histoire, fortement médiatisée par les lobbys qui le soutenaient. Ironiquement, cette dernière bataille eut lieu deux semaines après la signature du traité de Gand le 24 décembre 1814, qui mettait fin au conflit et restaurait les conditions d’avant-guerre par un status quo ante bellum.

 

 

Conséquences 

Aucune des deux parties ne perdit de territoire du fait de cette guerre, et aucun des éléments de contentieux ne fut réglé par le traité de Gand qui la finit – il s’agit donc d’un état de statu quo ante bellum. Pourtant, les relations entre les États-Unis et le Royaume-Uni en sortirent fortement modifiées.


La question de l’enrôlement forcé fut rendue caduque lorsque la Royal Navy cessa de le pratiquer après la défaite de Napoléon. À l’exception de rares différends sur les frontières et lors de la guerre de Sécession, les deux pays vécurent en coexistence pacifique jusqu’à la fin du XIXe siècle, puis devinrent de proches alliés au XXe siècle. La convention de 1818 mit fin à un différend sur la frontière entre les États-Unis et l’Amérique du Nord britannique. Un autre différend sur la frontière entre le Maine et le Nouveau-Brunswick fut réglé en 1842, par le Traité de Webster-Ashburton, après la guerre d'Aroostook. Quant à la question de la frontière du territoire de l'Oregon, elle fut résolue lors du traité de l'Oregon, en 1846. Selon Winston Churchill, « les leçons de la guerre ont été prises à cœur. Le sentiment anti-américain resta fort en Grande-Bretagne pendant plusieurs années, mais les États-Unis ne furent plus jamais traitées incorrectement eu égard à leur statut de nation indépendante. »

 

 

Source : Guerre anglo-américaine de 1812 [Wikipedia Fr]

Repost 0
Published by Milem - dans Histoires
commenter cet article
5 août 2011 5 05 /08 /août /2011 13:38

Ce n'est plus de la SF. Le groupe japonais Hasegawa a présenté à l'institut technologique de Tokyo un robot capable de réaliser son propre raisonnement lorsqu'il doit résoudre une nouvelle tâche. Ce robot a été par conséquent nommé SOINN (Self-Organising Incremental Neural Network). Jusqu'à présent, les robots, dont ceux utilisés dans l'industrie, ont été capables de réaliser des tâches spécifiques de manière rapide et précise. Le souci était que le moindre changement dans l'environnement était pour eux une impossibilité à résoudre.

Ce robot peut justement le faire. Il utilise ses expériences passées pour deviner le mieux possible quoi faire. Il est capable de « sécher » et demandera alors de l'aide ou encore pourra apprendre une nouvelle tâche qu'il mémorisera. Le robot peut être connecté au web et pourra l'apprendre aux autres robots qui demandent aussi de l'aide.

 

 

Source : Sur-la-toile.com

Repost 0
Published by Milem - dans Tech-Sciences
commenter cet article
4 août 2011 4 04 /08 /août /2011 19:56

Home Plus, la branche sud-coréenne du distributeur Tesco, propose aux usagers des transports en commun de Séoul de faire leurs courses dans des supermarchés d'un genre nouveau. Entièrement virtuels, ils rendent obsolètes tous les systèmes permettant de faire ses courses en ligne.

 

04483262-photo-metro-virtuel-tesco.jpg

 


D'après le DailyMail, Home Plus, la branche sud-coréenne du distributeur Tesco (à qui l'on doit les caisses automatiques), propose dans le métropolitain de Séoul des supermarchés virtuels dont le succès est tel qu'elle compterait même développer le concept à Londres.

L'idée est simple: de grands panneaux représentant les rayons d'un magasin sont placardés sur les murs du métro et il suffit aux usagers de scanner les codes QR (sorte de code-barres constitué de modules noirs disposés dans un carré à fond blanc) des produits de leur choix avec leur smartphone pour les placer dans un charriot virtuel. Une fois la commande payée, ils la reçoivent directement à domicile. Idéal pour rentabiliser le temps passé (et perdu) dans les transports en commun.

Du coup en Corée du Sud, le concept explose. Selon le Telegraph les ventes de Home Plus auraient même bondi de 130% en seulement trois mois et le nombre d'usagers aurait lui augmenté de 76%. Autant dire que ces supermarchés virtuels ont de l'avenir...


Source : Clubic.com
Repost 0
Published by Milem - dans Tech-Sciences
commenter cet article
4 août 2011 4 04 /08 /août /2011 13:25
Le commissaire à la protection des données du land de Hambourg a vivement critiqué le système de reconnaissance faciale de Facebook estimant qu'il ne respecte pas la législation allemande.



Johannes Caspar, le commissaire à la protection des données du land de Hambourg, s'est exprimé dans un communiqué sur le système de reconnaissance faciale de Facebook. Selon lui, cette fonctionnalité est contraire à la législation allemande dans la mesure ou elle collecte des données sans le consentement des utilisateurs.

Concrètement cette fonctionnalité utilise la technologie biométrique pour reconnaitre automatiquement les visages et ainsi suggérer des noms pour identifier les nouvelles photos chargées sur le réseau social. Elle avait d'abord été mise à la disposition des utilisateurs américains en Décembre 2010 puis étendue à de nombreux autres pays dont l'Allemagne en Juin 2011.

De son coté Facebook estime que son système est conforme aux législations européennes en la matière et insiste sur le fait que les utilisateurs ont la possibilité de la désactiver. Mais pour Johannes Caspar, le problème réside dans le fait que Facebook ne demande pas d'autorisation préalable au stockage des données nécessaires à son fonctionnement, ce qui va à l'encontre de l'un des concepts fondamentaux de la loi sur la protection des données allemande. Il a d'ailleurs indiqué avoir « plusieurs fois demandé à Facebook de fermer la fonction de reconnaissance faciale et d'effacer les données précédemment stockées ». Toutefois il a ajouté qu'il attendrait la réponse de Facebook pendant deux semaines avant de poursuivre une éventuelle action en justice.

Du fait de son histoire, l'Allemagne possède une des loi sur la protection des données et la confidentialité les plus stricte de l'Union Européenne. Et bien que n'exerçant qu'une autorité locale, Johannes Caspar a la possibilité d'infliger de lourdes amendes.

Source : Clubic.com
Repost 0
Published by Milem - dans Internet
commenter cet article
4 août 2011 4 04 /08 /août /2011 13:21

Une nouvelle fonctionnalité sur le plus grand des réseaux sociaux actuels permet à de futurs parents de mentionner sur leur page de profil qu'ils attendent un enfant. Cette « annonce digitale » a soulevé des critiques : ce serait à la fois impersonnel et surtout serait un bon moyen pour cibler les utilisateurs avec de la publicité. Un professeur de l'université du Michigan a dit qu'il s'agit d'une extension moderne d'un comportement qui existe depuis des années. Il rajoute toutefois que c'est une manière « clinique » (une communication « sacrée » en un clic), comme si on avait un nouveau travail ou hobby.
 
On peut ajouter des membres de la famille sur Facebook depuis 8 mois mais il est donc possible de donner des informations sur la date d'arrivée de « bébé » et son prénom. Cela apparaît sur le mur. Facebook modifie continuellement ses informations privées et certains ne comprennent toujours pas que les réglages ne sont pas toujours bien protégés : les données sur vous valent de l'or.

NDR : il faut savoir que le fait pour une entreprise de savoir qui est parent et qui ne l'est pas est une donnée CRUCIALE pour les départements marketing. A partir du moment où un couple devient parents, TOUT change et très vite : voiture, appartement, appareils photos et caméras, lieux de vacances, consommation (rien que les couches), animaux de compagnie (qui "dégagent" chez la famille voire sont abandonnés ou euthanasiés), etc. Une véritable aubaine pour le marché de la consommation. Si vous êtes français et nouveau parent, vous avez sûrement remarqué cette jolie boîte de publicités et autres pseudo-promotions que l'on vous donne dans la chambre. Que quelqu'un m'explique comment il se fait que cette boîte de nature commerciale apparaît comme par enchantement dans un hôpital public ?

 

 

Source : Sur-la-toile.com

Repost 0
Published by Milem - dans Internet
commenter cet article
3 août 2011 3 03 /08 /août /2011 20:20

La société australienne serait-elle sur le point de révolutionner l'industrie du jeu vidéo ?

 

 


Il y a un an de cela, Euclideon, société australienne basée à Brisbane, clamait à qui voulait l'entendre qu'elle travaillait sur une technologie de création graphique révolutionnaire sensée offrir aux studios de développement une puissance illimitée. Puis, le silence radio complet. Aujourd'hui, le fruit de ce travail nous est enfin présenté. Son nom : Unlimited Detail.

Grâce au soutien financier du gouvernement australien - 2 millions de dollars - la société se targue de proposer un outil « 100 000 fois meilleur » que les technologies actuelles. Finie la course aux polygones, Euclideon s'inspire des lois de la physique en utilisant de petits atomes 3D. Un objet 3D ne serait alors plus une « simple » entité géométrique, un assemblage de polygones, mais bien un objet pleinement constitué par une agglomération d'atomes.

Mieux encore, Euclideon assure que sa technologie permet de convertir des objets modélisés à l'aide de polygones et même des objets réels en objets constitués d'atomes 3D. Avec cette technologie, la société australienne prétend pouvoir proposer un rendu d'une qualité encore jamais vue. Pour vous en convaincre, voici la présentation vidéo commentée par le président du studio, Bruce Robert Dell.

A noter enfin que la technologie Unlimited Detail n'est pas encore complètement achevée. Euclideon se donne encore quelques mois pour présenter à l'industrie le résultat final de son travail.

04474352-photo-euclideon-logo


Sources :
Repost 0
Published by Milem - dans Jeux video
commenter cet article
31 juillet 2011 7 31 /07 /juillet /2011 21:32

Pays faissant partie de la Francophonie :

carte-francophonie-2008

(Cliquer sur l'image pour agrandir)

 

Sources :

http://www.ladocumentationfrancaise.fr/dossiers/francophonie/oif-carte.shtml

 

 

Pays oû on parle le Français :

Zone Francophone

(Cliquer sur l'image pour agrandir)

Langue marternelle, administrative, de culture, et de minorités francophones (du haut en bas, selon la légende)

 

 

Source :

Francophonie [Wikipedia Fr] (liste des pays, pourcentage etc...)

Repost 0
Published by Milem - dans Divers
commenter cet article
31 juillet 2011 7 31 /07 /juillet /2011 12:58

L'Alliance des huit nations est une coalition de huit pays (Empire austro-hongrois, France, Empire allemand, Royaume d'Italie, Empire du Japon, Empire de Russie, Royaume-Uni et États-Unis), coalisées durant la colonisation de la Chine, qui y écrasèrent la révolte des Boxers en 1900.

 

Le contingent militaire américain était appelé « China Relief Expedition ».

 

À la fin de la campagne, le gouvernement impérial a été forcé de signer l'inégalitaire Protocole des boxers de 1901.

 

 

Déroulement de la Révolte des Boxers

La naissance du mouvement des Boxers 

 

Les Boxers est le nom donné par les Occidentaux à la secte du Yìhéquán, « Les Poings de la justice et de la concorde », plus tard appelée Yìhétuán, « Milice de la justice et de la concorde » car pour faire face aux forces de police des concessions étrangères elle entrainait ses adhérents aux arts martiaux, à la boxe chinoise tout particulièrement, et à des pratiques mystiques leur permettant — croyaient-ils — d'être invulnérables aux balles. Leur but initial était la lutte contre la dynastie mandchoue des Qing.

 

Le mouvement des Boxers, qui s'inscrit aussi dans la tradition des sociétés secrètes en Chine, est créé au début des années 1890 et semble sortir tout droit du passé de la Chine : il descend sans doute de la rébellion des Huit Trigrammes, ayant eu lieu en 1813, dû au désespoir de la masse paysanne touchée par la crise économique survenue après l'augmentation de la population.

 

La composition de ce mouvement est populaire, les membres de ce groupe étant essentiellement des ouvriers agricoles, mais au fur et à mesure s'ajoutent des bateliers, des porteurs, des artisans ruinés... Les Boxers proviennent presque uniquement de la classe basse de la société chinoise. Leur position dans leurs actions est donc plus radicale, par leur statut dans la société. De plus ce mouvement fait partie de ces sectes à caractère fortement xénophobe.

 

 

Le début d'un conflit ouvert 

Le meurtre de deux missionnaires allemands en novembre 1897 dans le Shandong, par une société secrète chinoise, fut l'un des éléments déclencheurs de la crise. Li Ping-heng, le gouverneur de la province, qui soutenait secrètement le mouvement par anti-christianisme, fut remplacé à la demande des occidentaux. Yu-Hsien, nouveau gouverneur du Shandong, s'avéra cependant soutenir également les actions contre les occidentaux et les chrétiens.

 

Cet événement amena la prise du port de Tsingtao (aujourd'hui : Qingdao) par l'Allemagne, afin de concurrencer Hong Kong et d'établir une base pour son escadre d'Asie (Ostasiengeschwader), et provoqua l'octroi de concessions par la Chine qui fut rapidement suivi par les Russes avec Port-Arthur (aujourd'hui Lüshun), les Français (avec Fort-Bayard, aujourd'hui Zhanjiang) et les Britanniques (avec Port-Edward, aujourd'hui : Wehai), poussant un peu plus les feux nationalistes et xénophobes parmi la population.

 

La révolte pouvait aussi être la conséquence d'une haine anti-réformiste. En effet l'arrivée des européens était également marquée par la naissance d'une nouvelle intelligentsia et un profond bouleversement politique. Ainsi après la défaite contre le Japon, de nombreux intellectuels avaient pris conscience du fait que le pays n'a pu se doter d'une politique de modernisation adéquate face à la montée en puissance du Japon. Les tentatives de réformes, soutenues par l'empereur Guangxu, avaient cependant été écrasées dans l'œuf avec la fin de la Réforme des Cent Jours. Le coup d'État de l'impératrice Cixi (selon l'orthographe française de l'époque: Tseu-Hi), avec la complicité de Yuan Shikai, commandant de la Nouvelle Armée, avait abouti à la mise aux arrêts de l'empereur et à une campagne d'épuration contraignant notamment Kang Youwei, dont le frère avait été exécuté, à l'exil.

 

Les Boxers sortirent de l'ombre en mars 1898, prêchant ouvertement dans les rues sous le slogan « Renversons les Qing, détruisons les étrangers ». Après un dernier accrochage avec les troupes impériales en octobre 1899, l'activité des Boxers se concentra contre les missionnaires et leurs convertis, considérés comme des agents à la solde des « diables étrangers ». Les Boxers détruisirent des lignes télégraphiques et des voies ferrées, mirent à sac les églises catholiques, tuant des missionnaires et des religieuses, et massacrant des Chinois convertis.

 

La cour impériale était divisée au sujet des Boxers. Yu-Hsien, renvoyé de son poste au Shandong sous la pression des occidentaux et remplacé par Yuan Shikai, se rendit à la cour et convainquit plusieurs membres de l'entourage de l'impératrice douairière Cixi, dont le Prince Duan, le Prince Chuang et le général Kang-i, d'apporter leur soutien au mouvement. La faction la plus conservatrice du système impérial Qing décida d'utiliser les Boxers comme une arme contre les puissances étrangères, malgré la vive opposition de Yu Lu, vice-roi du Shandong, et de Yuan Shikai.

 

En janvier 1900, un édit de l'impératrice reconnut les sociétés secrètes. A partir de mai 1900, la cour impériale organisa des groupes de Boxers en milices à Pékin. Les princes Duan et Chuang, et le général Kang-i, furent officiellement nommés à la tête des groupes de Boxers présents dans la capitale.

 

Le 7 juin 1900, des troupes de Boxers commencèrent à arriver en masse à Pékin. La sécurité de la capitale était désormais assurée par le Prince Duan et les forces armées impériales n'intervinrent donc pas pour les arrêter. Dans les jours suivants, près de 450 hommes de troupes occidentaux pénétrèrent dans la capitale chinoise pour protéger les délégations étrangères. La révolte atteignit son paroxysme : les insurgés étaient désormais soutenus ouvertement par des éléments de l'armée et changèrent leur slogan en « Soutenons les Qing, détruisons les étrangers ».

 

 

Le siège des légations occidentales de Pékin 

L'enchaînement des événements 

  •   le 2 juin, l'hostilité de la population et des Boxers est telle que l'on est obligé de mettre en place un périmètre de sécurité autour des légations ;
  •   le 10 juin 1900, le ministre japonais Sugiyama est assassiné ;
  •   le 17 juin, les troupes impériales chinoises se joignent ouvertement aux Boxers pour attaquer les légations ;
  •   le 20 juin 1900, l'assassinat du baron allemand von Ketteler cristallise l'ouverture du conflit ; le siège des légations commence.

 

 

L'atmosphère du siège 

L'atmosphère est très angoissante pour les assiégés, ils sont face à des milliers de Chinois haineux hurlant Cha ! Cha ! Cho ! Cho  « Tue ! Tue ! Brûle ! Brûle ! ». D'autant plus que les membres des légations connaissent le sort réservé aux prisonniers : ainsi le triste destin qui est celui du professeur américain Francis Hubert James, se faisant capturer sur le chemin pour rejoindre la légation britannique. Il est torturé pendant trois jours, décapité, et sa tête finit par être exposée sur l'une des portes de la cité.

 

La faim est aussi source de crainte, puisqu'à la fin du siège, les réfugiés chinois se nourrissent de racines, de feuilles et de l'écorce des arbres. Pour les soldats, c'est la peur d'un débordement qui signifierait la fin, la peur du manque de munitions face à ces Boxers persuadés que les balles sont sans effet sur eux ; par ailleurs, ils n'ont aucune nouvelle de la colonne du général Seymour, qui, lui-même en difficulté à Tien-Tsin, ne se hâte pas, sur la foi de fausses informations selon lesquelles l'ensemble des légations auraient été massacrées. Pour finir, la peur croît avec la chaleur, l'atmosphère lourde provoquée par l'humidité, l'odeur des cadavres, et la vision des nombreux incendies.

 

Le siège des légations de Pékin donne lieu à de multiples légendes. À Londres, on projette de faire célébrer, à la cathédrale Saint-Paul un service à la mémoire des assiégés, qui selon une dépêche provenant de Shanghai auraient tous été massacrés. De multiples dessins décrivaient des moments de lutte acharnée, alors qu'il n'en était rien sur le terrain.

En ce qui concerne la diffusion des événements, la Gazette de Pékin les retransmettait quotidiennement, mais les informations en étaient falsifiées.

 

 

L'Alliance des huit nations 

Article détaillé : Alliance des huit nations.

 

  •   Libération du Quartier des légations : le 20 juin 1900, le conflit entre la cour impériale et les puissances étrangères est ouvert, par l'assassinat du baron allemand von Ketteler. Dès le 10 juin cependant, un corps expéditionnaire avait été constitué, sous le commandement du vice-amiral britannique Lord Seymour, à la tête d'une petite armée de 2 100 hommes environ. Face à une forte opposition, il est contraint de se replier sur Tien-Tsin le 22 juin ; là, les Alliés résistent, sans avoir un sentiment d'urgence, car ils croient, sur de faux rapports, que tous les habitants des légations ont été massacrés. L'annonce par un messager de la survie de la colonie, et de l'urgence à leur porter secours, constitue une forte surprise. Ce n'est que le 4 ou 5 août que les Alliés peuvent se remettre en marche avec l'armée de 20 000 hommes rassemblée en hâte pour aller secourir les légations assiégées. Formée pour moitié de troupes japonaises, elle comprend des troupes issues de l'ensemble des huit nations alliées pour l'occasion (Empire du Japon, Empire allemand, Autriche-Hongrie, États-Unis, France, Royaume d'Italie, Royaume-Uni, Empire de Russie), cette force importante permet à son commandant, le général britannique Sir Alfred Gaselee, de marcher sur Pékin. Il libère la ville le 14 août, non sans avoir dû livrer plusieurs batailles majeures contre les forces chinoises : à Peitsang le 5 août, à Yang Tsun le 6 août, et enfin à Tongzhou le 12 août. Les légations sont libérées après l'épisode dit des 55 jours de Pékin.

 

  •   Massacres par les Occidentaux : Après la libération des légations, les militaires, les colons, aveuglés par la présence de corps mutilés, empaillés, de têtes placées en pyramide, et les innombrables cadavres de chinois chrétiens souillant les eaux des puits, et en état de décomposition dans les fossés, commettent les pires atrocités. Ils tuent les personnes accusées d'être Boxers par milliers, ils pillent, violent, et se font photographier sur le trône impérial.
    Un mois après la chute de la capitale impériale, l'effectif allié atteint les 100 000 hommes, dont 15 000 Français et 18 000 Allemands. Le comte allemand Alfred von Waldersee prend la direction des opérations à la mi-octobre, et organisera plusieurs opérations de « nettoyage » dans la région au cours des mois suivants. D’octobre 1900 au printemps 1901, les troupes allemandes montent plusieurs dizaines d’expéditions punitives dans l’arrière-pays durant lesquelles une violence exemplaire et unique par son ampleur se déploie. Assassinats, viols, pillages, destructions de biens frappent sans discrimination de statut, de sexe ou d'âge. Cette terreur commanditée par l’empereur Guillaume II lui-même a pour but ouvertement revendiqué d’imposer le respect aux Chinois et de prévenir toute autre révolte.

 

  •   Signature du Protocole de paix : Les conséquences de ce drame sur la Chine peuvent être présentées comme l'agonie d'un vieux monde. Toute la population a soutenu ce mouvement, et lorsque l'impératrice douairière fuit son refuge de la cité interdite, elle garde toujours la faveur populaire. Elle fuit en s'habillant en paysanne, suivie de ses sujets dans trois chariots, en devant traverser la « porte de la victoire ». Elle se réfugie à Sianfu, la capitale du Shensi le 28 octobre 1900. Le 1er février 1901, les autorités chinoises acceptent de dissoudre la Société des Boxers. Afin d'apaiser les puissances étrangères, l'impératrice Cixi donne l'ordre aux troupes impériales de participer à la répression des Boxers. L'Alliance propose un protocole de paix humiliant, signé à Pékin le 7 septembre 1901.

 

  • Les principales clauses prévoyaient : le paiement d'une indemnité de 67,5 millions de livres sterling pendant 39 ans, deux « missions de repentance », l'une envers l'Allemagne à cause du meurtre du baron von Ketteler, et l'autre envers le Japon à cause du meurtre du ministre Sugiyama, l'exécution ou le bannissement d'un certain nombre de « responsables » chinois, l'interdiction d'importer des armes, la destruction des forts de Taku, l'expansion des légations, et l'occupation militaire d'un certain nombre de zones.

 

 

BoxerTroops.jpg

 

 

Sources :

Alliance des huit nations [Wikipedia Fr]

Revolte des Boxers [Wikipedia Fr]

Repost 0
Published by Milem - dans Histoires
commenter cet article
30 juillet 2011 6 30 /07 /juillet /2011 18:43

 La Guerre russo-japonaise s'est déroulée du 8 février 1904 au 5 septembre 1905. Elle oppose l'Empire russe à l'Empire du Japon.

 

Sur le plan militaire, ce conflit préfigure les guerres du xxe siècle par sa durée (1 an et demi), par les forces engagées (sans doute plus de 2 millions d'hommes au total) et les pertes (156 000 morts, 280 000 blessés, 77 000 prisonniers) ainsi que par l'emploi des techniques les plus modernes de l'art de la guerre (logistique, lignes de communications et renseignements ; opérations combinées terrestres et maritimes ; durée de préparation des engagements). 

 

Sur le plan politique, l'affrontement trouve son origine dans une triple interaction :

  •   l'opposition directe des deux impérialismes japonais et russe. Ce dernier a pour objectif stratégique d'obtenir un accès permanent à l'océan Pacifique.

 

  •   la démarche propre de l'Empire japonais consistant :
    •   d'abord à préserver son indépendance et ses intérêts face aux impérialismes européens de plus en plus présents dans la région depuis la seconde moitié du xixe siècle
    •   ensuite à s'affirmer et à se faire reconnaitre en tant que puissance régionale à part entière, c'est-à-dire comme un acteur développant sa propre stratégie impériale et coloniale, notamment à l'égard de la Corée, à l'égal et à l'identique des autres.

 

 

Origines :

La présence russe dans l'Extrême-Orient sibérien

La Russie impériale poursuit son expansion continentale au-delà du lac Baïkal dans l'extrême-orient sibérien en atteignant le détroit de Béring en 1648. Cependant, cette expansion est en partie stoppée en 1689 par le traité de Nertchinsk qui est signé avec la Chine de la dynastie des Qing. Ce traité fixe la frontière entre les deux pays sur les monts Stanovoï et le fleuve Argoun. De 1689 à 1725, la Russie prend possession de la presqu'île du Kamtchatka et maîtrise alors tous les rivages continentaux de la mer d'Okhotsk. Cependant, l'extension maximale des glaces océaniques hivernales bloque ses rivages durant plusieurs mois chaque année et ne permet donc pas à la Russie d'avoir un accès libre en permanence à l'Océan Pacifique.

 

Pour réaliser cet objectif stratégique traditionnel de sa diplomatie, la Russie doit impérativement disposer d'un accès à la mer du Japon, accès qui lui est refusé durant deux siècles par le Traité de Nertchinsk qui a sanctuarisé le bassin du fleuve Amour. Dès le milieu du xviiie siècle, la poussée russe reprend dans toute cette zone : installation d'avant-postes militaires, de colons et commerçants, de négociants et trappeurs, etc. dans une région faiblement contrôlée par la Chine, en périphérie du principal territoire mandchou. Cette période (1re moitié du xixe siècle) correspond aussi au début de l'affaiblissement de la Chine des Qing.

 

La Russie réalise son objectif d'obtenir un accès à la mer du Japon (et donc de disposer d'une façade maritime en mer libre sur l'océan Pacifique) par le traité d'Aigun (1858) et la 1re Convention de Pékin (1860) conclus avec la Chine. Parallèlement, la Russie négocie avec le Japon au sujet des Îles Kouriles et de Sakhaline en concluant les traités de Shimoda (1855) et de Saint-Pétersbourg (1875), la Russie obtenant ainsi le contrôle de Sakhaline et le Japon celui des îles Kouriles.

 

La présence européenne en Extrême-Orient au début du XIXe siècle

L’expansion européenne en Asie s'est d'abord exercée en direction :

La présence européenne en Extrême-Orient se résumait donc essentiellement au début du xixe siècle aux :

  •   Portugais à Macao depuis 1513, (et dans quelques autres ports chinois dont Canton),
  •   Hollandais cantonnés strictement à l’île de Dejima à partir de 1641, au Japon, depuis le début du xviie siècle.

 

Le Japon après 1854

À la fin du xixe siècle, la pénétration rapide des puissances européennes en Asie et dans le Pacifique est perçue comme une menace par les Japonais. Toutes les principales puissances européennes sont présentes dans l'Extrême-Orient, la plus dynamique étant l'Angleterre, tandis que Néerlandais et Portugais se contentent de gérer leurs colonies. Les Espagnols sont bientôt évincés des Philippines par les Américains, les Anglais obtiendront bientôt une concession à Hong-Kong et les Allemands une concession à Tsing-tao ; les Français ont pris solidement pied en Indochine. Il reste les Russes qui ne veulent pas se laisser distancer.

 

La faiblesse de la Chine des Qing

Avec la dynastie des Qing (1644-1911),

« Jamais l'empire chinois n'a été si vaste, si prospère, si peuplé [...] : c'est la pax sinica, de 1683 à 1830 environ. Puis la corruption, les eunuques, les sociétés secrètes, les étrangers (Anglais, Français, Russes d'abord - Allemands, Japonais, ensuite) minent les assises de la dynastie. Le Traité de Nankin (ouverture de cinq ports et cession de Hong-Kong au Royaume-Uni, 1842) inaugure l'ère des Traités inégaux. »

Mais surtout, la guerre civile dite des Taiping en raison de sa durée (1851-1864) et surtout de l'ampleur des pertes (une vingtaine de millions de morts) affaiblit considérablement l'Empire. Enfin, « Deux guerres perdues, contre la France (1883-1885) et le Japon (1894-1895), la défaite des Boxers » (1899-1901) montrent la véritable situation de faiblesse de la Chine de la fin des Qing.

 

Contexte

Le contexte général de cette guerre est une course de vitesse entre deux empires pour le contrôle de la Mandchourie (région chinoise) et de la Corée, État indépendant en pleine décadence.

 

La construction du Transsibérien jusqu'à Vladivostok va permettre à l'armée impériale russe d'acheminer rapidement des troupes en Mandchourie, de disposer d'un port ouvert en permanence sur le Pacifique et de peser immédiatement sur la Chine et la Corée afin d'obtenir avantages et concessions. À partir des années 1880, les Japonais veulent éviter à tout prix que la Corée tombe sous la domination d'une puissance européenne ou de la Chine. Le traité de Tianjin (18 avril 1885) signé entre la Chine et le Japon garantit une indépendance relative de la Corée.

 

En effet, en même temps qu'il devenait un État moderne, le Japon était amené à une politique d'expansion. Des raisons économiques allaient pousser le Japon à convoiter la Corée, riche de minerai de fer et terre du riz. Le Japon obtient donc le droit de faire du commerce en Corée en 1876 et, depuis le traité de Tianjin, d'y intervenir.

 

Le prétexte de l'intervention japonaise sera trouvé lors de troubles survenus en Corée en 1894. Les Japonais occupent Séoul, provoquant la déclaration de guerre de la Chine au Japon, le 1er août 1894.

 

En 1894 et 1895, cette guerre se déroule entre la Chine et le Japon au sujet précisément du contrôle de la Corée. Le déroulement de la guerre choque les opinions européennes par sa cruauté. Le traité de Shimonoseki (17 avril 1895) consacre la victoire japonaise. Ce traité réitère la garantie de l'"indépendance" coréenne mais octroie aussi au Japon la presqu'île du Liaodong (qui comprend Port-Arthur), territoire chinois au sud de la Mandchourie.

 

Les Russes, mécontents de cette avancée de l'influence japonaise, font alors pression sur le Japon pour qu'il rétrocède ce gain territorial par l'accord de la triple intervention mené conjointement par l'Empire allemand, la France et la Russie. Les autres puissances comme la Grande Bretagne ou les États-Unis, auprès desquelles le Japon cherche un soutien, recommandent la prudence à Tōkyō. Finalement, le Japon doit non seulement céder, en recevant des indemnités, mais constate dans les mois et années qui suivent une augmentation constante de la présence russe tant en Corée qu'en Mandchourie (construction du « Transmandchourien » d'Irkoustk à Vladivostok (1896), concession d'exploitation de la péninsule de Liaodang accordée par la Chine à la Russie (1898), protectorat de la Mandchourie obtenue par la Russie après l'écrasement de la révolte des Boxers chinois (1900), écrasement auquel les Japonais avaient aussi fortement contribué.

 

Pour faire face à ce qu'ils considèrent comme une dangereuse menace, le Japon décide de multiplier par 4 à 5 son budget militaire afin de doubler ses effectifs et de faire de sa flotte la première de la zone asiatique du Pacifique. Les officiers de la marine japonaise étaient déjà formés par la Grande Bretagne, et sur le plan diplomatique, le Japon obtient le 30 janvier 1902 le soutien de l'Angleterre. En octobre 1903, les Russes exigent des Chinois de nouveaux avantages pour respecter les termes d'un accord conclu le 8 avril 1902 entre Saint-Pétersbourg et Pékin. La suspension, en avril 1903, de l'engagement pris par la Russie dans le cadre de cet accord d'évacuer ses troupes par étapes de Mandchourie met le feu aux poudres.

 

Conséquences 

C'est la première fois depuis l'abandon du siège de Vienne par les Turcs en 1683 (deuxième guerre austro-ottomane, 1683-1697), dans le cadre d'un conflit où la partie qui n'est pas issue de la civilisation occidentale ouvre les hostilités, que cet affrontement débouche sur une défaite militaire sans appel de la puissance occidentale ; défaite ayant des conséquences stratégiques de grande ampleur pour tous les acteurs de l'événement.

 

Ce conflit, excentré et exotique par rapport aux rivalités directes entre nations européennes, s'avère gros de conséquences pour l'avenir :

 

  •   l'entrée simultanée des États-Unis et du Japon comme grandes puissances en Asie, dans la perspective de leur rivalité ultérieure,
  •   les premiers signes de vacillement de la Russie tsariste,
  •   le constat de la faiblesse de l'appareil militaire russe dans la perspective des alliances européennes, en particulier de l'alliance franco-russe,
  •   le Japon de « race jaune » comme première nation « non blanche » à entrer dans le cercle des grandes puissances dites modernes (pour employer le vocabulaire de l'époque)
  •   le Japon se percevant dorénavant comme faisant partie des grandes puissances et la seule qui soit « non blanche ». Ceci lui permettra d'utiliser à son avantage le ressentiment des peuples colonisés d'Asie tout en développant sa propre politique coloniale et impérialiste. Sa victoire encouragea les nationalistes asiatiques qui suscitèrent des troubles en Inde (1906-1907) et en Indochine (1908). Elle permit au Japon d'étendre son protectorat en Corée qu'il annexe en 1910.

 

D'autre part, sa politique d'investissements en Chine commença à inquiéter les États-Unis.

 

Mission militaire française auprès de l'armée japonaise pendant la guerre russo-japonaise

Au titre d'officiers étrangers observateurs, le gouvernement français détache en Mandchourie, pendant la guerre russo-japonaise, le colonel Corvisart et le capitaine Charles-Émile Bertin auprès de l'armée japonaise en campagne pour suivre les opérations militaires pendant la période du 1er avril 1904 jusqu'à la conclusion de la paix. Le capitaine Charles Bertin ne rentre en France que le 22 janvier 1906.

 


Sources :

Guerre russo-japonaise [Wikipedia Fr]

La France et le Japon - Une page d'histoire trop méconnue 

 

Guerre sino-japonaise (1894-1895) [Wikipedia Fr]

Repost 0
Published by Milem - dans Histoires
commenter cet article
30 juillet 2011 6 30 /07 /juillet /2011 17:27

L'indépendance de l'Inde (et du Pakistan) a eu lieu en 1947. Dans leur empire des Indes, les Britanniques avaient modernisé le pays, mais ils étaient les maîtres de l'administration. Les élites indiennes souvent éduquées à l'anglaise, demandaient une participation à la direction du pays. À partir de 1920, ils y arrivent progressivement par des campagnes de désobéissance civile animées par Gandhi et le parti du Congrès. L'indépendance se traduit par la division du pays entre l'Inde et le Pakistan où se concentre par transfert de population, la très forte minorité musulmane. 


 

La revendication pour l'indépendance


En 1885, le parti du Congrès est fondé à Bombay. Ce n'est qu'en 1906, que celui-ci réclame l'autonomie pour l'Inde (qui resterait dans l'empire), donc la création d'assemblées élues et une plus forte participation des Indiens au gouvernement local. La forte minorité musulmane craigrant d'être submergée par la majorité hindouiste fonde en 1906 la Ligue musulmane, chargée de défendre les intérêts de cette minorité.

 

Pendant la Première Guerre mondiale, près de 1,3 millions d'Indiens combattent en Europe et au Proche-Orient (100 000 sont tués). Les Indiens espèrent, qu'en contrepartie, les Britanniques leur accorderaient plus de place dans le gouvernement local. Mais le 13 avril 1919, à Amristar (au Pendjab), l'armée britannique tue près de 380 personnes. Les manifestants participaient à «  un jour sans activité », pratique politique lancée par Gandhi pour protester contre le durcissement de la politique britannique. Le fossé est creusé entre colonisés et colonisateurs. Cependant, en décembre 1919, le gouvernement britannique accorde le Government of India Act, qui met en place la représentation des communautés indiennes dans les assemblées locales et centrales, la participation des Indiens dans les gouvernements des états. Mais les Britanniques conservaient les finances et le pouvoir exécutif.

 

Mécontents, une partie des membres du parti du Congrès réclament, dès la fin des années 1920, l'indépendance totale de l'Inde. Gandhi multiplie les appels à la désobéissance civile (pas de participation aux assemblées et aux gouvernement locaux, boycott des produits britanniques, refus de payer certains impôts en particulier celui sur le sel). Les dirigeants et de nombreux militants du parti du Congrès sont souvent arrêtés et condamnés à des peines de prison (pour Gandhi en 1922-1924, puis en 1930-1931, puis en 1932-1934). Le mouvement de désobéissance civile prend de l'ampleur. Il y a aussi des attentats contre les Britanniques. En 1934, pour élargir son influence le parti du Congrès adopte un programme social et devient le parti socialiste du Congrès panindien.

 

En 1935, devant les difficultés rencontrées en Inde et la sympathie manifestée partout dans le monde pour le mouvement pacifique de désobéissance, les Britanniques accordent un nouveau Government of India Act. Désormais, l'Inde (sans la Birmanie), devient une fédération de onze provinces ayant chacune un gouvernement autonome, des assemblées élues au suffrage censitaire sont mises en place. Le parti du Congrès remporte d'un manière écrasante les élections de 1937 ; ce qui renforce l'inquiétude des musulmans.

 

 

L'indépendance de l'Inde et ses conséquences

 

Pendant la Seconde Guerre mondiale, l'Inde fournit plus de 2 millions de soldats à l'armée britannique. Cependant, le parti du Congrès refuse de collaborer avec les Britanniques tant qu'il n'obtiendrait pas l'engagement que l'indépendance serait accordée. En 1942, alors que les troupes japonaises menacent l'Inde depuis la Birmanie qu'ils viennent de conquérir, le Congrès lance la campagne Quit India. Par la non-violence ils tentent d' empêcher la participation de l'Inde à la guerre. Les dirigeants du Congrès dont Jawaharlal Nehru et Gandhi sont emprisonnés pendant quelques mois. A Berlin, Chandra Bose, l'ancien président du parti du Congrès, constitue un gouvernement de l'Inde libre qui pense s'installer dans les territoires que les Japonais contrôleraient.


En 1945, pour sauver leurs intérêts économiques et maintenir les liens culturels, les Britanniques se décident à accorder l'indépendance à l'Inde. Se pose alors le problème de la forme de cette indépendance. Les musulmans ne veulent pas vivre avec les hindouistes. Ils réclament un État particulier le Pakistan. Mais dans beaucoup de régions hindouistes et musulmans cohabitent, et que faire des Sikhs ? Il y a des affrontements sanglants entre les deux communautés. La Ligue musulmane refuse de participer aux élections à l'assemblée constituante, affirmant ainsi son opposition à son intégration dans le nouvel État. En juillet le parlement britannique vote l'Indian Independance Act. L'Inde et le Pakistan formeront deux états distincts, dont les frontières sont floues au Pendjab et au Bengale. Le Pakistan est coupé en deux morceaux séparés par des milliers de kilomètres. Le 15 août l'indépendance est proclamée.

 

La création de deux états indépendants déclenchent des massacres entre les communautés. Il y aura des centaines de milliers de victimes. Pour y échapper, entre 1947 et 1950, plus de sept millions de musulmans quittent l'Inde et dix millions d'hindouistes quittent les régions devenant pakistanaises. Le 30 janvier 1948, Gandhi, qui avait tenté d'éviter la division de l'Inde est assassiné par un fanatique hindou.

 

 

Partition_of_India.PNG

L'éclatement des Indes britanniques en 1947

 

Sources : Independance_de_l'Inde

Repost 0
Published by Milem - dans Histoires
commenter cet article

Rechercher

Pages