Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 21:45

Biographie  

 

Issu d'une famille de 6 frères et sœurs, Hirō Onoda fait ses études au collège de Kainan. À 17 ans, il entre dans la société d'import-export Tajima-Yoko, spécialisée dans la vente de vernis à Wakayama, puis demande à être affecté dans une succursale de l'entreprise à Hankou en Chine. À 20 ans, il est appelé pour son service militaire à intégrer le 61e régiment d'infanterie de Wakayama. Peu de temps après, Onoda est affecté au 218e régiment d'infanterie : destination Nanchang, où il retrouve son frère Tadao.

 

En 1943, Onoda arrive à Kurume, qui a une école d'une réputation effrayante sous les ordres du général Shigetoumi. Après trois mois d'entraînement intensif, Onoda regagne son unité d'origine. Le 13 août 1944, Onoda quitte Kurume pour rejoindre la 33e compagnie à Futamata qui est une annexe de l'école de Nakano dans laquelle sont formés des officiers commandos. En décembre 1944, Onoda fait partie des vingt-deux hommes formés aux techniques de la guérilla. Destination : les Philippines, territoire américain occupé par le Japon. Son supérieur, major Yoshimi Taniguchi, lui donne l'ordre de retarder le débarquement des Américains sur l'île de Lubang, sur laquelle Hirō Onoda passera plus de trente années dans la jungle attendant le retour de l'armée japonaise.

 

En 1945, les troupes américaines reprirent l'île et presque toutes les troupes japonaises furent anéanties ou faites prisonnières. Cependant, Onoda continua la guerre, vivant d'abord dans les montagnes avec trois camarades (Yuichi Akatsu, Siochi Shimada et Kinshichi Kozuka). Un d'entre eux, Akatsu, se rendit finalement aux forces philippines en 1950, et les deux autres furent tués dans des échanges de coups de feu avec les forces locales – Shimada en 1954, Kozuka en 1972 – laissant Onoda seul dans la montagne.

 

Rejetant comme une ruse toute tentative de le convaincre que la guerre était finie. En 1959, il fut déclaré légalement mort au Japon.

 

Retrouvé par un étudiant japonais, Norio Suzuki, Onoda refusa obstinément d'accepter l'idée que la guerre était finie à moins d'avoir reçu de son supérieur hiérarchique l'ordre de déposer les armes. Pour l'aider, Suzuki retourna au Japon avec des photos de lui-même et d'Onoda comme preuve de leur rencontre. En 1974, le gouvernement japonais put retrouver le commandant d'Onoda, le major Taniguchi, devenu libraire. Il se rendit à Lubang, informa Onoda de la défaite du Japon et lui ordonna de déposer les armes. Le lieutenant Onoda quitta la jungle 29 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, et accepta l'ordre de son chef de remettre son uniforme et son épée, avec son fusil Arisaka Type 99 toujours en état de marche, cinq cents cartouches et plusieurs grenades à main.

 

Bien qu'il eût tué une trentaine de Philippins qui habitaient l'île et échangé plusieurs coups de feu avec la police, on tint compte des circonstances et Onoda bénéficia du pardon du président Ferdinand Marcos.

 

Le lieutenant Onoda fut, au sens strict, le dernier soldat japonais à se rendre, du moins le dernier soldat de nationalité japonaise. Le tout dernier soldat de l'armée japonaise fut retrouvé quelques mois plus tard, en décembre 1974 : il s'agissait non pas d'un citoyen japonais, mais d'un aborigène de Taïwan, incorporé dans les volontaires de Takasago sous le nom de Teruo Nakamura.

 

 

Anecdotes

 

Son histoire inspira plusieurs scénaristes. Son histoire est en partie reprise dans le film Salut l'ami, adieu le trésor avec Bud Spencer et Terence Hill et dans l'épisode « Un coin de paradis » de la série Agence Acapulco.

On peut également noter la présence de soldats australiens oubliés de la Seconde Guerre mondiale, sur l'île fictive de Salomon, dans le roman L'île aux fossiles vivants d'André Massepain.

 

 

Source :  Wikipedia – Hiroo Onoda [Fr]

Repost 0
Published by Milem - dans Histoires
commenter cet article
21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 21:31

Les geishas dans le Japon médiéval n’étaient pas des prostituées, mais des artistes, versées dans la poésie, la danse et la musique.


Détails :

Elles étaient employées pour “divertir” leurs clients par leurs différents arts et leur conversation, mais il leur était strictement interdit d’aller plus loin.

Les courtisanes du Japon médiéval étaient appelées oiran, et avaient une tenue similaire aux geishas.

 


Sources : 

Wikipedia – Geisha [fr]

Fr.Spontex.org

Repost 0
Published by Milem - dans Japon
commenter cet article
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 21:22

La mairie de Pékin a décidé de mettre en place un système plutôt simple. Recueillir les données de géolocalisation des téléphones mobiles de ses citoyens. Bien que le motif soit de faciliter les transports en commun, l'initiative ressemble fort à un contrôle en temps réel des déplacements.

 


Joliment baptisé « Plate-forme d'information sur les mouvements des citoyens », le service permet de connaître l'emplacement de 17 millions de téléphones mobiles à Pékin. La mairie fournit aux utilisateurs les moyens de connaître l'état du trafic et leur conseille même un itinéraire bis en cas de congestion.

Comme le souligne notamment LeMonde.fr, ce système est un parfait outil de contrôle en cas de manifestation. Il est également la preuve que la Chine renforce encore le contrôle des moyens de communications.

Preuve en est, le service de micro-blogging Twitter mais également le réseau social professionnel LinkedIn avaient été bloqués pendant quelques jours pendant les révoltes en Tunisie et en Egypte. La décision du pouvoir central chinois serait, selon les observateurs, la conséquence des quelques manifestations pro-démocratiques organisées dans l'Empire du Milieu.

 

Source : Clubic.com

Repost 0
Published by Milem - dans Réflexions
commenter cet article
18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 13:14

Un dîner en amoureux, un déjeuner professionnel, attention danger ! Un petit aliment en apparence inoffensif pourrait bien venir tout gâcher... Petit guide en 10 points pour démêler le vrai du faux et éviter les faux pas alimentaires, par Aurélie Ravier

 

 

  • L’asperge donne mauvaise odeur à l’urine :

Vrai, mais pas chez tout le monde. Si Marcel Proust écrit dans Du côté de chez Swann qu’ « elles jouaient (…) à transformer (son) pot de chambre en un vase de parfum », l’odeur de chou qu’elle transmet à l’urine en raison de particules soufrées n’est pas du gout de tous…

  • L’œuf donne du cholestérol :

Vrai et faux : l’œuf présente en effet une forte concentration en cholestérol. Cependant, si vous ne présentez aucun signe de maladie cardiovasculaire, vous pouvez consommer jusqu’à un œuf par jour. Riche en anti oxydants, en choline (composé qui aide au bon développement  du cerveau) et en protéines, l’œuf reste un aliment nutritivement intéressant.

  • La carotte rend le teint orange :

Vrai et faux : les caroténoïdes présents dans la carotte donnent un joli teint orangé… a condition d’en consommer tous les jours pendant au moins deux mois ! Cependant, grâce aux vitamines qu’elle contient, la carotte est un excellent allié de votre acuité visuelle.

  • Le café et le thé jaunissent les dents :

Vrai : café et thé laissent un dépôt qui tâche les dents. Brossez vous les dents ou buvez un verre d’eau juste après en avoir consommé.

  • Le café au lait est difficile à digérer :

Faux : l’addition de lait ralenti légèrement la digestion chez certaines personnes, rien de plus.

  • Les fraises donnent de l’urticaire :

Vrai : comme le chocolat, les crustacés ou la tomate, les fraises peuvent entrainer une réaction de type prurit du plus belle effet.

  • La betterave colore l’urine en rouge :

Vrai : quelques heures après en avoir consommé, l’urine devient plus foncée, en raison de la bétanine, un pigment assimilé partiellement par l’organisme qui donne à la betterave sa jolie couleur rouge.

  • Le chocolat donne la migraine :

Vrai : en cause, la présence de tyramine, un composé chimique présent dans le bière, le vin rouge, les soupes en boite ou la sauce soja, et dans de nombreux plats préparés. Consolez vous, son action positive sur le moral n’est elle plus à prouver : migraineuse oui, mais une migraineuse heureuse !

  • Le chou provoque des ballonnements :

Vrai : champion toute catégorie de l’aliment à bannir des repas en amoureux (du mois si vous espérez un deuxième rendez-vous), le chou fermente dans l’estomac, provoquant reflux et ballonnements anti-sexy.

  • L’ail donne mauvaise haleine :

Vrai : comme le chou-fleur ou l’oignon, l’ail contient des molécules odorantes qui passent dans le sang pendant la digestion, et se libèrent au contact de l’oxygène, laissant derrières elles un doux effluve parfumé.

Si tous ces aliments sont à consommer avec parcimonie pour leurs effets secondaires pas toujours glamour, ne les diabolisons pas pour autant : aucun d’entre eux n’est à bannir complètement, et tous ont leur place dans le cadre d’une alimentation équilibrée.

 

Aurélie Ravier

Source : Fr.pourelles.yahoo.com

Repost 0
Published by Milem - dans Divers
commenter cet article
17 février 2011 4 17 /02 /février /2011 17:29

Le Yamato, qui fut incontestablement le plus puissant navire de tous les temps !

Le Yamato (大和), du nom de l'ancienne province japonaise de Yamato, était un cuirassé de premier rang de la marine impériale japonaise, et le premier de la classe Yamato. Avec son jumeau le Musashi, le Yamato était le plus grand des cuirassés jamais construits, déplaçant 65 027 tonnes, et armés de pièces de 460 mm, le plus gros calibre jamais monté sur un navire de guerre.


À servi dans la Marine impériale japonaise :
Commandé en Mars 1937
Quille posée: le 4 novembre 1937
Lancement: le 8 août 1940
Armé: le 16 décembre 1941
Statut: coulé le 7 avril 1945

 

yamato-navire-bateau.jpg

 


Caractéristiques techniques :

Type : Cuirassé
Longueur : 256 mètres à la ligne de flottaison
Maître-bau : 36 m
Tirant d'eau : 11 m
Déplacement : 65 027 tonnes (à vide, dont 21 266 tonnes de blindage) ; 72 800 tonnes à pleine charge (estimation)
Propulsion : 12 chaudières Kanpon, 4 turbines à vapeur,
Puissance : 150 000 ch (110 MW) (estimation)
Vitesse: 27 nœuds

 


Caractéristiques militaires  :

Blindage (colossaux) : 650 mm en tourelles
409 mm en ceinture
198 mm au pont

 


Armement :


En 1941 :
9 canons de 460 mm (montés en trois tourelles triples)
12 canons de 155 mm (montés en quatre tourelles triples)
12 canons anti-aériens de 127 mm (6 tourelles doubles)
24 canons anti-aériens de 25 mm
8 canons anti-aériens de 13 mm.
En 1945, 2 tourelles de 155 mm, ainsi que tous les canons de 13 mm, avaient été démontées pour renforcer l'armement anti-aérien, qui se montait alors à 24 pièces de 127 mm et 146 pièces de 25 mm.

Rayon d'action : 11 500 km à 16 nœuds (30 km/h)

 

Le Yamato embarque 7 hydravions de deux types :
1 F1M2 " Pete " et le E13A1 Jake ". Ils sont lancés par 2 catapultes de 19,5 mètres de long situées à l'arrière du navire. Leur manutention est assurée par une grue de 6 tonnes.

Les hydravions sont stockés dans un hangar qui se trouve à l'arrière, sous le pont principal.



Autres caractéristiques :

Équipage 2 750 hommes 

 

Les communications internes sont assurées par 461 tubes vocaux, 491 téléphones et 14 systèmes pneumatiques.

Sa dernière mission fut l'opération Ten-Go, dans le contexte de la bataille d'Okinawa, début avril 1945. Le Yamato fut envoyé en mission suicide attaquer la flotte américaine qui soutenait le débarquement des troupes sur l'ouest de l'île. Le plan consistait à causer un maximum de dégâts aux navires de soutien, puis à aller s'échouer pour servir de batterie côtière avant de faire sauter le navire. Le 6 avril, le Yamato, avec un équipage renforcé, quitta le port de Tokuyama avec son escorte. La flottille fut repérée par des sous-marins le lendemain faisant route au sud. La Task Force 58 lança 386 avions pour l'intercepter, qui engagèrent le combat en début d'après-midi. Le pilote Francis Ferry avec son Helldiver plongea vers 12h sur sa cible et lança ses roquettes et ses deux bombes de 450 kg qui explosèrent à l'avant et à l'arrière du pont. Par la suite des TBF Avenger lancèrent leur torpille. Ainsi, le Yamato, frappé par au moins 8 bombes et 13 torpilles, explosa à 14 h 20. Il chavira sur bâbord et coula à quelque 200 km d'Okinawa. Environ 2 475 hommes d'équipages périrent et 269 survécurent.

L'épave gît à 300 m de profondeur, coupée en deux au niveau du magasin de la tourelle avant qui a explosé, et a été explorée en 1985 et 1999.

 

 

Battleship-Yamato.jpg

(Cliquer sur l'image pour agrandir)

 

Aujourd'hui, les cuirassés ont été remplacés par les portes-avions.


Un porte-avion, grace à ses appareil peut attaquer un cuirassé sans que se dernier ne soit à portée de canons pôur riposter (l'exemple le plus concret est celui du Yamato, torture par plus de 400 bombardiers et chasseurs : malgré son blindage de plus de 35 cm d'épaisseur, le cuirassé fut littéralement éventré... coupé en deux... et il finit par chavirer après s'être reçus 5 bombes de 500 kg et 13 torpilles).

 

Sources : 

Les différents types de navire (militaire, commerce etc...) [Wikipedia Fr]

Yamato (navire) [Wikipedia Fr] (Plus d'information)

 

Voir aussi :

Ultime avatar du char forteresse ou du Landship ("navire terrestre") pendant la 2ème guerre mondiale

Le Fieseler Fi 103 / FZG 76 ou "V1" - Le 1er missile de croisière de l'histoire

L’acte le plus héroique consista à ne rien faire (1983) - Stanislav Petrov

Comment la France a tenté de bâtir un faux Paris en 1918

Repost 0
Published by Milem - dans Histoires
commenter cet article
17 février 2011 4 17 /02 /février /2011 17:03

La recherche dans ce domaine est une préoccupation importante, ancienne et permanente des militaires. Ces redoutables armes sont en développement depuis plusieurs décennies, notamment dans les laboratoires Américains et Russes. Les armes électromagnétiques sont développées dans le cadre d’inquiétantes collaborations entre le département de la Défense et de la Justice. Il existe un type d’arme très intéressant : les armes à basse et très basse fréquences : c’est la technologie ELF, Extremely Low Frequencies.


La fréquence de résonance de l’ionosphère est presque identique à celle du cerveau humain. L’ionosphère est donc une onde porteuse parfaite à partir de laquelle on peut atteindre le cerveau sans changer la fréquence d’émission. C’est ce lien entre la sphère électromagnétique de la Terre et les fréquences de résonances du cerveau qui est à la base des armes stratégiques.


Au cours du XXème siècle, on peut discerner quelques utilisations de ces ondes. De façon générale, elles sont utilisées pour refroidir les ardeurs d’association ou d’organes politique et syndicaux jugé trop militants par certains dirigeants.

En voici un inventaire :
  • 1962 : le signal de Moscou : les autorités américaines constatèrent que le personnel de leur ambassade à Moscou était exposé à des niveaux élevés de rayonnement électromagnétique. Il a fallu des années pour réaliser que les Soviétiques cherchaient à induire des effets biologiques, psychologiques et physiologiques.

  • 1983-84 : les soviétiques voulaient les utiliser contre les forces rebelles afghanes

  • 1987 : « un type d’arme radicalement nouveau, capable de dégrader les systèmes électroniques ou pouvant être utilisé en mode antipersonnel » (rapport du département américain de la Défense).

  • 1989 : Boris Eltsine reconnaissait que le KGB avait en son temps étudié le recours à des émissions ELF pour tuer à distance par arrêt de la fonction cardiaque.

  • 1996 : parution d’un article de Scientific Advisory Commitee de l’US air Force : «on peut envisager le développement de sources d’énergies électromagnétiques, dont le signal peut être pulsé, mis en forme et dirigé, qui pourront être couplés avec le corps humain de façon à empêcher les mouvements musculaires volontaires et à contrôler les émotions (et les actions), endormir, transmettre des suggestions, interférer avec la mémoire à court et à long terme, produire l’acquisition d’expérience ou effacé des expériences acquises»

 

Effets de ces ondes sur le corps humain

 

Au début des années 60, Pr Herbert König, a mis en évidence un certain nombre d’effet des basses et très basses fréquences. Dans les années 70, l’armée américaine a secrètement piloté des programmes de recherches sur ces effets. Ils ont confirmé la réalité des terribles effets induits par ces champs, c’est à dire des troubles cardiaques, l’altération des réflexes, un état de maladresse. Une irradiation chronique ou continue peut être à l’origine de tendances dépressives, troubles de la mémoire, affectation cutanées, hémorragies oculaires et même cancers.

 

Daniel Depris, physicien donne quelques explications : « la composante magnétique des rayonnements […] peut modifier le processus physico-chimique qui régit le métabolisme endocrinien, notamment au niveau de la glande thyroïde ».

On a pu aussi constaté la publication d’un mémorandum intitulé « entraînement biologique du cerveau par les radiations de basse fréquence » rédigé pour la NASA.


Exemple d’utilisation de ces armes psychotroniques en temps de guerre

 

Le principe de l’utilisation est simple : avec ces armes, il est aisé de priver de la conscience de veille tout soldat qui part à l’attaque et de lui enlever toute agressivité.

 
Le magazine 2000, n°97, déc. 93 indique à propos des armes psychotroniques :
« Vous souvenez-vous des images de la Guerre du Golfe lorsque des milliers de soldats irakiens sortirent de leurs tranchées en capitulant ? Ils se rendirent même aux journalistes qu’ils prenaient pour des soldats et ils furent la proie bienvenue des canons de l’artillerie américaine, bien qu’ils aient brandi leurs drapeaux blancs. De plus en plus d’experts militaires sont persuadés que ce n’est pas le ravitaillement, insuffisant des troupes de Saddam Hussein qui a provoqué cette capitulation soudaine et massive mais que ce sont bien les armes psychotroniques des Etats-Unis ».
On peut assister à la mise en place d’une arme capable de paralyser l’ennemi. Avec ce type d’arme, le premier but est de couper les systèmes électroniques ennemis. D’autres appareils produisent des ultrasons, des ondes de sons ELF qui provoquent des nausées et des vomissements et perturbent à l’extrême le sens de l’orientation des personnes ciblées.

 

Source : Cerfbleu.free.fr

 

 

Pigeons contrôlés à distance


Des scientifiques chinois ont trouvé un moyen pour contrôler le vol des pigeons en implentant des micro-électrodes dans leurs cerveaux. Ils ont réussi à forcer les oiseaux à voler assez près de là où ils les voulaient en imitant les signaux naturels des cerveaux des pigeons. Ce développement est assez perturbant, car les terroristes qui mettront la main sur un tel pigeon amélioré bioniquement peut retourner la technologie et l’utiliser pour lâcher des micro bombes avec précision. On se demande si les expériences incluent de forcer le pigeon à aller au-delà de ce qu’il est physiquement capable. Les amis des animaux vont sûrement crier au scandale si cela se produisait. Il semble que l’expression ‘cervelle d’oiseau’ ne signifiera plus stupide désormais.

 

Source : Fr.ubergizmo.com

Repost 0
17 février 2011 4 17 /02 /février /2011 16:38

Voici un article qui se propose d’étudier une fréquence et une violence présumées plus grandes ces dernières années concernant les tremblements de terre, et de les comparer aux extractions de pétrole dans les sous-sols de notre belle planète :


Les tremblements de terre se multiplient : seraient-ce des « implosions tectoniques » ?
samedi 27 mars 2010 par Jsf de News of Tomorrow .org


Les tremblements de terre majeurs d’Haïti et du Pérou et un autre, plus petit, ce matin (le 16 mars) en Californie, interrogent les scientifiques. Sommes-nous devant des « implosions tectoniques » ?
Une nouvelle étude réalisée par le récemment créé Panel on Tectonic Implosion (IPTI) rapporte qu’il pourrait y avoir un lien entre le pétrole pompé de la Terre et l’augmentation du nombre de séismes que nous observons actuellement dans le monde.

 


Illustration : Nombre des tremblements de terre et extraction de pétrole dans le Monde – Source Minnesotansforglobalwarming.com

 

 

Avez-vous déjà entendu la phrase « La Nature Hait le Vide » ? Eh bien, c’est vrai et c’est exactement ce qu’on fait lorsque les Compagnies pétrolières aspirent des milliards de barils de pétrole tous les jours. C’est comme aspirer l’intérieur d’un œuf, ne laissant que la coquille.
Comme vous pouvez le voir, le graphique ci-dessus montre qu’il y a un lien évident entre l’augmentation de la quantité de pétrole pompée et l’activité sismique. (…)
Un autre effet négatif est la réduction de « l’huile de graissage » naturelle dans les failles peu profondes.
()


Info ou Intox ?
S’agit-il d’une info ou d’une intox, d’un simple hasard, c’est à ce jour bien difficile de le savoir :


L’activité humaine dans les sous-sols a par le passé généré des tremblements de terre locaux, ceci est avéré notamment dans les régions où les carrières en sous-sol sont nombreuses. Mais bien évidemment il s’agit de très petits tremblements de terre, lié au creusement de galerie qui s’effondrent parfois sous les effets de l’érosion.
Parfois aussi, des sous-sols exploités par l’Homme ont également pu augmenter localement la force ou les effets d’un tremblement de terre : mais là encore il s’agit d’effets locaux.


Par ailleurs le pétrole (et le gaz) pompés dans le sous-sol sont souvent remplacés par de l’eau, cela devrait limiter les déséquilibres.


Alors info ou intox, à chacun et chacune de se forger sa propre opinion et de partager des informations complémentaires (ou des infirmations) en zone commentaires…

 

(Source : Minnesotans for Global Warming, trad. jsf)

Repost 0
17 février 2011 4 17 /02 /février /2011 11:24

Nikola Tesla (serbe cyrillique : Никола Тесла), né le 10 juillet 1856 à Smiljan, Empire d'Autriche (aujourd’hui en Croatie), et mort le 7 janvier 1943 à New York, États-Unis, est un inventeur et ingénieur américain d’origine serbe, ayant principalement œuvré dans le domaine de l’électricité.

Il est souvent considéré comme l’un des plus grands scientifiques dans l’histoire de la technologie, pour avoir déposé plus de sept cent brevets (qui seront pour beaucoup d'entre eux attribués à Thomas Edison)  décrivant de nouvelles méthodes pour réaliser la « conversion de l’énergie ». Tesla est reconnu comme l’un des ingénieurs les plus créatifs de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Pour sa part, il préférait plutôt se définir comme un découvreur.

Ses travaux les plus connus et les plus largement diffusés portent sur l’énergie électrique. Il a mis au point les premiers alternateurs permettant la naissance des réseaux électriques de distribution en courant alternatif, dont il est l’un des pionniers. Tesla s’est beaucoup intéressé aux technologies modernes se focalisant sur l’électricité qui était le noyau de ses inventions. Il est connu pour avoir su mettre en pratique la découverte du caractère ondulatoire de l'électromagnétisme (théorisé par James Clerk Maxwell en 1864), en utilisant les fréquences propres des composants des circuits afin de maximiser leur rendement.

Pourtant nombre de ses travaux sont encore aujourd'hui controversés. Parmi les gens qui s'intéressent à Tesla, beaucoup voient en lui le père des travaux contemporains HAARP. Ces aspects encore mystérieux de la personnalité de Tesla (rayon de la mort) servent parfois de support à certaines recherches scientifiques (énergie du vide). Il aurait, selon certains, créé une voiture fonctionnant avec l'énergie du vide, qui serait alors captée via une antenne. Tesla a joué un rôle de pionnier dans de nombreux domaines, ce qui lui a valu d'être mal perçu par certains.

 

Enfance et études

Nikola Tesla (tesla en serbe signifie herminette) est né en 1856 à Smiljan, dans la province de Lika de l'Empire d'Autriche.

Il est l'avant-dernier d'une fratrie de cinq issue d'une famille serbe orthodoxes  . Le père de Nikola, Milutin Tesla, était le pope orthodoxe serbe de Smiljan.

Dès son enfance, suite à divers événements émotionnels (notamment la mort de son frère aîné Danijel), il développe de grandes aptitudes intellectuelles dont il témoigne dans son autobiographie   bénéficiant d'une mémoire photographique hors du commun, d'un génie inventif, ainsi qu'un don de visualisation lui rendant maquettes et schémas inutiles. À 17 ans, il commence à inventer comme un autodidacte.

En 1875, il entre à l’école polytechnique de Graz, en Autriche, où il étudie les mathématiques, la physique et la mécanique. Une bourse lui est attribuée par l'administration des Confins militaires, le mettant à l'abri des problèmes d'argent. Ceci ne l'empêche cependant pas de travailler avec acharnement pour assimiler le programme des deux premières années d'études en un an. L'année suivante, la suppression des Confins militaires retire toute aide financière à Tesla, hormis celle, très maigre, que peut lui apporter son père, ce qui ne lui permet pas d'achever sa seconde année d'études.

Après quelques années passées à chercher du travail, Nikola Tesla débute en tant qu'ingénieur en 1881, à Budapest, à l'Office central du télégraphe du gouvernement hongrois.

Il s'intéresse aussi à la mythologie hindoue, puis au sanskrit comme Oppenheimer.

 

Ingénieur chez Edison 

moteur à courant alternatif triphasé

 

 

En 1882, il vient à Paris et travaille pour la société Continental Edison à l'amélioration des équipements venant de la société mère. D'après son autobiographie, il achève de mettre au point le premier moteur à induction utilisant le courant alternatif. Il développe plusieurs instruments qui utilisent la rotation de champs magnétiques, et obtient un brevet en 1888. Personne en Europe ne s'intéressant à sa technologie, il accepte alors l’offre de Thomas Edison de venir travailler aux États-Unis.

En 1884, âgé de 28 ans, il débarque aux États-Unis, où Edison vient de créer le réseau électrique alimentant la ville de New York. Ce réseau, basé sur le courant continu, souffre de sérieux dysfonctionnements : accidents fréquents, pannes régulières, plusieurs incendies se déclenchent... De plus, cette électricité ne peut être acheminée sur une longue distance, elle nécessite une centrale tous les deux milles.

Tesla est partisan de l'adoption du courant alternatif, qui résoudrait tous ces problèmes, tandis qu'Edison, ardent défenseur du courant continu, y est totalement opposé. De ce fait et du fait des personnalités très narcissiques des deux hommes, une opposition farouche les divise, ce qui amène Tesla à démissionner.

 

Ingénieur chez Westinghouse 

Un groupe de financiers, conscients du potentiel économique de sa proposition, offre à Tesla de fonder sa propre société, la Nikola Tesla Company, basée à New York. Malheureusement il se fait escroquer et se retrouve sans argent, les financiers ayant récupéré l'entreprise dans laquelle il avait investi ses économies.

En 1886, George Westinghouse s’intéresse de près au courant alternatif. En tant que concurrent direct d’Edison, il rêve d’approvisionner les États-Unis en électricité. Il embauche Tesla comme conseiller. Une lutte titanesque (surnommée la « guerre des courants ») s’engage entre Westinghouse-Tesla et Edison, elle finit par tourner à l’avantage du couple Westinghouse-Tesla.

En 1893, Westinghouse annonce que sa compagnie vient d’obtenir le contrat d’installation de toute l’infrastructure électrique. Rapidement, les États-Unis utiliseront exclusivement le courant alternatif préconisé par Tesla.

 

Inventions majeures

Générateur de courant alternatif de Tesla
  • - Depuis 1943, Tesla est considéré comme le créateur de la radio sous le brevet   déposé à l'United States Patent and Trademark Office le 20 mars 1900. Avant que Tesla n'obtienne la primauté de l'invention, celle-ci était attribuée, à tort, à Marconi, plus populaire et meilleur homme d'affaires.
  • - Il est le principal promoteur du transport de l'énergie électrique en courant alternatif.
  • - En 1889 il s'intéresse à la haute fréquence et réalise un générateur fournissant une fréquence de 15 kHz.
  • - Il expose en 1891, lors de démonstrations, sa lampe « haute fréquence » à pastille de carbone, plus économique que nos tubes fluorescents actuels et dont le concept préfigure celui de l'accélérateur à particules ou celui du microscope électronique.
  • - À partir de 1896, en parallèle de Branly, il effectue des expériences de télécommande. En se basant sur l'excitateur de Hertz, il met au point la bobine qui porte son nom et qui constitue un premier émetteur accordé à ondes amorties. Tesla définit les bases de la télé-automatique  . Il conçoit qu’on puisse un jour commander des véhicules à des centaines de kilomètres sans qu’il y ait d’équipage, en utilisant la télégraphie sans fil  . Il crée deux navires robots télécommandés dont un est submersible . Ses brevets de 1895 contiennent en réalité les spécifications d’un bateau torpille sans équipage muni de six torpilles de 4,20 mètres.
  • - Expérimentation des gigantesques résonateurs à haute fréquence de 1899 à 1900 à Colorado Springs, en vue de la construction d'une tour de télécommunication à Wardenclyffe (Shoreham), Long Island.
  • - Tesla a, en outre, écrit sa théorie sur les armes à énergie dirigée avant le début du XXe siècle, son fameux « Rayon de la mort ».

Les radiocommunications et la transmission par ondes

C’est un transformateur à air avec des bobines primaires et secondaires réglées sur la résonance qui convertit à hautes fréquences des courants élevés de tensions relativement faibles, en courant faible de hautes tensions.

Tant que les fréquences sont élevées, les courants alternatifs de très hautes tensions s’écoulent largement sur la surface de la peau, sans causer de dommages. Des milliampères pénétrant dans les tissus nerveux peuvent tuer alors que beaucoup d’ampères sur la surface de la peau peuvent être tolérés pendant de brefs instants.

La bobine de Tesla sert en tant que dispositif de production de hautes tensions, toujours utilisé de nos jours sous une forme ou une autre dans tout récepteur radio ou de télévision ; elle deviendra très rapidement une partie de l’équipement de tout laboratoire de recherche universitaire.

Sa bobine a plusieurs applications médicales. En 1890, il est publié un article qui donne les valeurs thérapeutiques sur le corps humain du chauffage interne par des courants de hautes fréquences. Ce phénomène sera connu sous le terme de diathermie.

 

Le radar

Tesla découvre le principe du radar en 1900, il le met au point et publie malgré des problèmes financiers les principes de ce qui deviendra, presque trois décennies plus tard, le radar.

Il fonctionne comme les ultrasons des chauves-souris : un dispositif envoie un rayon concentré d’un courant de minuscules charges électriques vibrant à une très grande fréquence, puis après réflexion sur la cible, il réceptionne le rayon qu'il analyse pour enfin obtenir une image de la cible.

Quinze ans après la description du radar par Tesla, des équipes de chercheurs américains et français travaillent parallèlement d'arrache-pied à mettre au point un système fonctionnant selon ses principes. En 1934, une équipe française met au point et installe des radars sur des bateaux et sur des stations terrestres en utilisant des appareils conçus selon les principes énoncés par Tesla. Le radar a été d’une grande aide aux Britanniques pendant la Seconde Guerre mondiale pour prévenir les attaques aériennes de l'armée allemande.

 

Les robots télécommandés

Tesla définit les bases de la télé-automatique. Il conçoit qu’on puisse un jour commander des véhicules à des centaines de kilomètres sans qu’il y ait d’équipage, en utilisant la télégraphie sans fil. Il crée deux navires robots télécommandés dont un est submersible.

Ses brevets de 1895 contiennent en réalité les spécifications d’un bateau torpille sans équipage muni de six torpilles de 4,20 mètres. Il affirme qu’un faible nombre de ces engins suffit pour « attaquer et anéantir une armada entière en une heure, et sans que l’ennemi puisse jamais localiser ni identifier la puissance qui le détruit ». Mais les conceptions de Tesla sont trop en avance pour l’époque et les responsables de la défense américaine considèrent son projet comme un rêve irréalisable qu’ils qualifient d’expérience de laboratoire.

Tesla qui a tant œuvré pour inaugurer l’ère de l’automatisation, sent que le monde autour de lui n'est manifestement pas prêt.

Ses recherches le poussent notamment dans certaines bases de l’informatique : des inventeurs de la deuxième partie du XXe siècle qui voulaient déposer des brevets dans le domaine informatique, se sont aperçus que Tesla les avaient précédés. « Je suis étonné par la répugnance qu’éprouvent les gens qui travaillent dans le domaine des ordinateurs à y reconnaître la priorité de Tesla, alors que Mrs Brattain, Bardeen et Schockley ont été couvert d’honneurs pour l’invention du transistor, qui a fait des calculatrices électroniques une réalité physique. »

 

Énergie gratuite

C’est au cours de la conférence du 20 mai 1891 à l’American Institute of Electrical Engineers de New York, que Tesla a pour la première fois parlé de l’énergie gratuite. Voici ce qu’il annonce : « Dans quelques générations nos machines seront propulsées par cette énergie disponible à tout endroit de l’univers.[…] Dans l’espace il y a une forme d’énergie. Est-elle statique ou cinétique ? Si elle est statique, toutes nos recherches auront été vaines. Si elle est cinétique – et nous savons qu’elle l’est –, ce n’est qu’une question de temps, et l’humanité aura mis en harmonie ses techniques énergétiques avec les grands rouages de la nature. »


Distinctions

  • - Polyglotte (en plus de sa langue natale, le serbe, Tesla parlait le tchèque, l'anglais, le français, l'allemand, le hongrois, l'italien et le latin), récipiendaire de quatorze doctorats des universités du monde entier et auteur d'environ 900 brevets dont beaucoup sont attribués à tort à Thomas Edison traitant de nouvelles méthodes pour aborder la conversion de l’énergie.

  • - 6 novembre 1915, la une du New York Times annonce que les prochains lauréats du Prix Nobel de physique sont Edison et Tesla. Cette nouvelle provient de l’agence Reuters de Londres. Le 14 novembre, l’agence Reuters de Stockholm dément l’information, les lauréats seront William Henry Bragg et son fils William Lawrence Bragg pour la détermination des structures cristallines par les rayons X (diffraction).
  • - En 1917, il reçoit la médaille Edison de l’American Institute of Electrical Engineers.
  • - Il obtient la médaille John Scott en 1934, une récompense attribuée à des scientifiques depuis 1816. Marconi l’avait obtenu en 1931 et Edison en 1889 et 1929.

Le mythe

  • - Des légendes urbaines se sont développées autour du personnage, qui serait né par une nuit d’orage particulièrement fort, qui plus est dans l’Europe centrale (le pays des vampires), et/ou qui aurait été touché par la foudre, etc.
  • - Le personnage de Tesla lui-même a inspiré les artistes : il apparaît dans le roman Le Prestige de Christopher Priest, sous les traits d’un scientifique qui aurait mis au point un système de téléportation. Sa rivalité avec Thomas Edison et ses expériences à Colorado Springs sont évoquées. Dans la version cinéma, réalisée par Christopher Nolan en 2006, le personnage de Tesla est incarné par David Bowie.

 

Source : Wikipedia.org

Repost 0
Published by Milem - dans Histoires
commenter cet article
17 février 2011 4 17 /02 /février /2011 11:02
Lampe à pastille de Carbone - lumière à haute fréquence

Le point fort de ses démonstrations dans ce domaine est la lampe à pastille de carbone, présentée en 1891.

Elle est constituée d’un tube à vide (mais contenant quelques ions à l’état gazeux) de 15 cm terminé par un petit globe de verre muni d’une minuscule pièce de matériau solide, montée à l’extrémité d’un fil de connexion unique avec la source de haute fréquence. La pastille centrale du matériau propulse électrostatiquement les molécules du gaz environnant vers le globe de verre, puis de la même façon les attirent ensuite, au rythme de la source haute fréquence. Au retour, en heurtant la pastille, les molécules la chauffent jusqu’à incandescence, dans un processus qui se répète plusieurs millions fois par seconde. La chaleur de la pastille incandescente se transfère aux molécules de la petite quantité de gaz dans le tube, et ainsi de la lumière est produite.

Cette lampe est très économique : pour la même dépense énergétique, elle est 20 fois plus brillante que l’ampoule d’Edison, celle utilisée de nos jours. Le seul problème est qu’il faut une source de courant à haute fréquence, ce qui n’est malheureusement pas compatible avec les 50 Hz traditionnels. Le tube néon est inspiré des découvertes de Tesla, mais son rendement n’est pas aussi intéressant.

les radiocommunications et la transmission par ondesTesla a ouvert la voie à la transmission d’énergie et d’informations, ainsi que de l’électronique moderne.

A la base de tout : la bobine Tesla

Document  : une bobine Tesla en fonctionnement
C’est un transformateur à air avec des bobines primaires et secondaires réglées sur la résonance qui convertit à hautes fréquences des courants élevés de tensions relativement faibles, en courant faible de hautes tensions.

Tant que les fréquences sont élevées, les courants alternatifs de très hautes tensions s’écoulent largement sur la surface de la peau, sans causer de dommages. Des milliampères pénétrant dans les tissus nerveux peuvent tuer alors que beaucoup d’ampères sur la surface de la peau peuvent être tolérés pendant de brefs instants !
La bobine de Tesla sert en tant que dispositif de production de hautes tensions, toujours utilisé de nos jours sous une forme ou une autre dans tout récepteur radio ou de télévision ; elle deviendra très rapidement une partie de l’équipement de tout laboratoire de recherche universitaire.

Sa bobine a plusieurs applications médicales. En 1890, il est publié un article qui donne les valeurs thérapeutiques sur le corps humain du chauffage interne par des courants de hautes fréquences. Ce phénomène sera connu sous le terme de diathermie. Les médecins s’intéressent de plus en plus à l’oscillateur thérapeutique de Tesla, une petite bobine de tesla. Il vend des bobines médicales à des hôpitaux et laboratoires, ce qui lui rapporte beaucoup d’argent.

Le projet de radiodiffusion mondiale
Tesla n’abandonnera jamais l’idée d’un réseau mondial de télécoms. Il sait toutefois que l’époque n’est pas encore mûre et que le financement est un problème insurmontable : « l’humanité n’a pas atteint un stade suffisamment avancé pour se laisser mener de bon gré par l’instinct aigu du découvreur »
Tesla construit la tour de Wardenclyffe qui se veut être un centre mondial de radiodiffusion disposant de tous les services que l’on utilise aujourd’hui : interconnexions téléphoniques, synchronisation des faisceaux horaires, diffusion de bulletins d’informations sur les cours de la bourse, récepteurs de poches, réseaux de communications privées. Il en parle comme d’un système mondial de transmission d’informations.

Document : le projet de la tour Wardenclyffe

  La transmission d’énergie et l’utilisation des ondes hautes et basses fréquences.

  En 1899, Tesla se retire dans les montagnes de Colorado Springs afin de faire des expériences sur les ondes électromagnétiques. Il construisit un laboratoire à haute tension, à haute altitude qui entourait la plus grosse bobine Tesla au monde. Ses recherches précèdent toutes celles sur l’électromagnétisme, « ses expériences présentent une étonnante similarité avec les travaux les plus tardifs en matière de communications à très basses fréquences ».
Au cours de ses multiples séjours dans son laboratoire, il réussit à concevoir un système de transmission d’énergie sans fil et découvrit le phénomène des ondes stationnaires.

 

Transmission d’énergie sans fil 

 

Lors d’une conférence, Tesla annonce qu’il peut voir son rêve le plus cher se réaliser : la transmission d’énergie sans aucun câble de connexion.


  

Document : un exemple de transmission d’énergie  

 

Tesla croit non seulement que le globe est un bon conducteur, mais que les hautes couches de l’atmosphères sont conductrices et que celles qui sont situées à des altitudes très modérées qui sont aisément accessibles, constituent une parfaite voie conductrice. Ainsi, il pense prouver ainsi que l’on peut transmettre de grandes quantités d’énergie électrique dans les couches supérieures de l’atmosphère, sur n’importe quelle distance. 

 

En plus du projet de radiocommunication qu’il pensait mettre en place avec la tour de Wardenclyffe, il veut établir un système de transmission d’énergie sans fil. Par conséquent, on disposerait d’énergie électrique en n’importe quel point du globe. C’est précisément avec ce projet que Morgan, le créancier de Tesla à cette époque, n’était pas d’accord. Morgan décida de retirer son aide financière. L’excuse était : « si tout le monde peut puiser de l’énergie où mettrons-nous le compteur ? ». Elle fut détruite en 1917. 

 

Certaines de ses expériences à Colorado Springs sont relatés par des journalistes. D’après eux, Tesla a réussi à allumer 200 lampes à incandescence de 50 watts à 42 km de sa station. 

 

Si ce procédé vient un jour à être mis en place dans le monde, il serait « sur le point de provoquer une révolution industrielle d’une ampleur inégalée ».

 


  

Document : analogie sur le principe de la transmission d’énergie sans fil

 

Découverte de l’onde stationnaire 

 

Le 3 juillet 1899 est le jour de la découverte par Tesla du phénomène des ondes stationnaires. Voici les observations qu’il lui ont permis de déduire l’existence de ce phénomène. 

 

Dans le Colorado, de nombreuses décharges naturelles d’éclairs s’observent régulièrement. Ce 3 juillet, il remarqua que ses appareils réagissent parfois plus fort aux décharges très éloignés qu’à celles qui sont plus proches. Un violent orage éclate : des signes s’intensifièrent, puis après être passé par un maximum, il décrurent, puis cessèrent. Tesla a observé ce phénomène à intervalle réguliers. Puis l’orage se déplace. Il se retrouve à 300 km et ce phénomène continue à se manifester avec une force constante. 

 

Autrement appelée « onde Tesla », l’onde stationnaire, comme son nom l’indique, ne se déplace pas, contrairement aux ondes hertziennes. C’est par addition de deux ondes hertziennes que l’on obtient une onde stationnaire. Si l’on définit un point de l’espace et une onde passant par ce point. Le point va parcourir toute l’onde, et par conséquent le point et l’onde auront un mouvement relatif. Si l’on ajoute deux ondes hertziennes de même fréquence, on obtient une onde stationnaire. Le point précédemment défini, restera fixe par rapport à la nouvelle onde ainsi formée.





On voit bien que la courbe noire ne se déplace que verticalement et n’a pas de mouvement de translation, alors que les courbes verte et rouge se déplacent horizontalement.

Exploitation des découvertes de Tesla dans le domaine des ondes. Les découvertes de Tesla sur les ondes électromagnétiques peuvent avoir des répercutions importantes sur l’Humanité si elles sont utilisées à des fins destructrices. Voici quelques-uns uns des ces phénomènes qui peuvent être provoqués par l’utilisation des ondes électromagnétiques à très basses fréquences :

  •   Influence sur le climat, brouillage des liaisons radios et destruction des appareils électroniques, interférences dans les ondes émises par le cerveau, provoquant des troubles, des bourdonnements sonores.

 

Les armes à « énergie dirigée »Tesla avait écrit sa théorie sur les armes à énergie dirigée avant le début du vingtième siècle. Son fameux « rayon de la mort », pensait-il, installerait la paix sur la terre parce qu’il pourrait détruire des cités entières partout dans le monde et instantanément.
Tesla annonce : « mon dispositif projette des particules de dimension relativement grande ou au contraire microscopique, nous permettant de transmettre sur une petite surface, à grande distance, une énergie des trillions de fois supérieure à celle de tout autre rayonnement ».



Document : « le rayon de la mort »

 

Source : Cerfbleu.free.fr

Repost 0
Published by Milem - dans Histoires
commenter cet article
16 février 2011 3 16 /02 /février /2011 14:50

Le logo des TGV, que l'on peut voir en gros sur les trains, est en fait un escargot stylisé mis à l'envers, pour marquer le fait que le TGV est à l'inverse de l'escargot très rapide.

 

logo-tgv petit

Repost 0
Published by Milem - dans Pub-Design
commenter cet article

Rechercher

Pages