Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 février 2011 2 15 /02 /février /2011 13:08

Depuis huit mois, six astronautes simulent un voyage sur Mars. Deux
d'entre eux ont fictivement et pour la première fois marché sur la planète.

 

 

Un petit pas pour l'homme, mais un bond de géant pour l'humanité? Deux des
six astronautes russes, européens et chinois, enfermés depuis huit mois dans une
réplique de vaisseau spatial à Moscou, ont marché
fictivement
pour la première fois sur la planète Mars ce lundi dans le cadre
d'un voyage simulé d'un an et demi.

 

La sortie sur Mars du Russe Alexandre Smolevski et l'Italo-Colombien Diego
Urbina a débuté à 13h ce lundi. Elle s'est terminée plus vite que prévu à 13h50.

 

Les deux hommes en combinaison spatiale ont marché dans un local au sol
couvert de sable, avec des roches au pied des parois des deux côtés, selon des
images diffusées au centre de contrôle des vols spatiaux, à Korolev près de
Moscou.

 

Après avoir installé des drapeaux russe, chinois et européen, les deux hommes
ont collecté des échantillons de sol.

 

Des sièges étaient disponibles sur "Mars", où les astronautes pouvaient
s'asseoir s'ils étaient fatigués, selon les images retransmises.

 

 

"Il faut être créatif"

 

"Nous consacrons nos premiers pas dans l'espace au premier cosmonaute de
l'histoire, Iouri Gagarine", a déclaré Alexandre Smolevski dans un message
depuis "Mars".

 

"C'est une expérience enthousiasmante. C'est une bonne chose en vue d'un vrai
voyage (vers Mars) dans l'avenir", a déclaré Christer Fuglesang, chef du
département scientifique de l'Agence
spatiale européenne
(ESA).

 

"C'est très utile parce qu'il faut faire des simulations avant de vrais vols.
Cette expérience a pour but d'apprendre et pas de s'amuser", a-t-il poursuivi.

 

Selon l'ESA, la principale difficulté est "de passer un long moment
confinés". "Il faut être créatifs"", a-t-il estimé.

 

"Nous devons étudier l'impact (de telles conditions) sur l'équipage", a pour
sa part souligné Martin Zell, représentant de l'agence spatiale européenne.

 

"Je crois à cette mission. Jusqu'à présent c'est un succès. Je suis sûr
qu'ils réussiront à mener à bien cette expérience", a-t-il ajouté.

 

 

Quels effets sur l'homme ?

 

Cette sortie sera suivie de deux autres, les 18 et 22 février, lors
desquelles le Russe Alexandre Smolevski foulera le sol de Mars avec un autre
membre d'équipage, le Chinois Wang Yue, puis de nouveau avec Diego Urbina.

 

Pendant environ un mois, ils vont simuler les activités scientifiques et la
vie d'un équipage sur la planète rouge dans un module spécifique conçu pour
représenter la surface martienne avec du sable et des roches.

 

Ils rejoindront ensuite les trois autres membres d'équipage, le Français
Romain Charles et les Russes Soukhrob Kamolov et Alexeï Sitev, qui sont restés
en soutien dans le module principal, 20 mètres de long sur 3,60 mètres de large,
et dont ils se sont séparés le 2 février lors de l'arrivée en orbite simulée
autour de Mars.

 

L'expérience Mars-500 a débuté le 3 juin dernier à l'Institut
des problèmes médicaux-biologiques (IBMP), dans la périphérie de Moscou, où les
six volontaires, âgés de 26 à 38 ans et triés sur le volet (trois ingénieurs de
profession, un médecin, un chirurgien et un physicien), vivent totalement
isolés.

 

L'IBMP et l'Agence spatiale européenne, co-organisateurs de l'expérience,
veulent étudier les effets sur les hommes de l'isolement, de l'absence de
lumière du jour et d'air frais, ainsi que la restriction des contacts humains à
subir par les astronautes qui iront un jour sur Mars, même si aucune expédition
de ce type n'est prévue avant 20 ou 30 ans.

 

Source : Lexpress.fr

Repost 0
Published by Milem - dans Espace
commenter cet article
14 février 2011 1 14 /02 /février /2011 10:40

 

bd1bd2

bd3

bd4

bd5

Repost 0
Published by Milem - dans Humour
commenter cet article
12 février 2011 6 12 /02 /février /2011 13:49

La hausse du niveau de vie dans des pays émergents peuplés comme l'Inde ou l'Afrique du Sud est une des causes de l'augmentation de la consommation, avec le développement de la pratique de l'"alcoolisation massive" ("binge drinking") dans certains pays développés, relève l'agence onusienne.

 

Dans le même temps, la lutte contre la surconsommation de boissons alcoolisées semble ne pas être une priorité de santé publique pour la plupart des gouvernements malgré ses graves conséquences sociales - accidents de la circulation, violences, maladies, absentéisme au travail, délaissement des enfants, etc.

Environ deux millions et demi de personnes décèdent chaque année des conséquences de l'alcool, estime l'OMS dans un rapport global sur l'alcool et la santé, qui précise que ce phénomène est le premier facteur de risque mortel pour les hommes âgés de 15 à 59 ans.

 

En Russie et dans les anciennes républiques soviétiques, l'alcool est responsable d'un décès sur cinq, soit le plus fort taux de mortalité mondial, précise le rapport de l'OMS.

 

En Russie, en Ukraine, au Kazakhstan, mais aussi au Mexique, au Brésil et en Afrique du Sud, la pratique du "binge drinking" prévaut. Elle est en plein essor dans le reste du monde, où 11% des buveurs, des hommes à 80%, s'y adonnent.

 

LA FRANCE ÉPARGNÉE PAR LE "BINGE DRINKING"

Ce premier rapport de l'OMS sur le sujet depuis 2004 note que l'alcool est la cause principale d'une soixantaine de types de blessures ou de maladies: accidents de la route, violences, empoisonnements, épilepsies, cirrhoses, cancers colorectaux, du larynx, du foie et du sein.

 

"Il y a six ou sept ans, nous ne disposions pas d'une preuve certaine de la relation de cause à effet entre la boisson et le cancer du sein. Nous l'avons maintenant", a déclaré Vladimir Pozniak, directeur du département "abus de substances" à l'OMS.

 

Les taux de consommation ne sont pas les mêmes selon les régions: ils sont les plus élevés dans les pays développés et les plus bas au Maghreb ainsi que dans certains pays d'Asie du Sud et de l'Afrique subsaharienne où l'islam prédomine.

 

Dans le monde développé, la France et d'autres pays d'Europe à haut niveau de vie se distinguent par une moindre pratique des beuveries épisodiques, qui suggère en revanche un plus fort taux de consommation régulière.

 

L'OMS confirme qu'une consommation modérée peut avoir un effet bénéfique de prévention des maladies cardiaques et des attaques cérébrales, mais souligne que cet avantage disparaît en cas de consommation excessive.

 

L'agence spécialisée des Nations unies estime par ailleurs que la hausse des taxes sur l'alcool est une des mesures de prévention les plus efficaces contre la consommation excessive, notamment chez les jeunes.

 

Elle défend également l'imposition d'un âge minimum pour l'achat et la consommation de boissons alcoolisées ainsi que la répression de l'alcool au volant, pourvu que ces mesures soient effectivement appliquées.

 

Marc Delteil pour le service français, édité par Guy Kerivel

 

Source : Fr.news.yahoo.com

Repost 0
Published by Milem - dans Actualitées
commenter cet article
12 février 2011 6 12 /02 /février /2011 13:19

Une arme à feu est entreposée dans plus d'un quart des foyers suisses. Il s’agit, dans la plupart des cas, de l'arme d'ordonnance. Ce chiffre est beaucoup trop élevé et pourrait facilement être réduit en interdisant l’entreposage d’armes militaires dans les foyers et en restreignant l'accès des civils aux armes à feu.

 

Combien de femmes sont tuées chaque année à cause de la présence d’une arme à feu à la maison ? Combien de suicides auraient pu être évités si une arme n'avait pas été làà un moment de désespoir ? Voici des questions tout à fait pertinentes dans un pays où 2,3 millions d'armes sont, selon l'enquête effectuée en 2007 par Small Arms Survey,aux mains de civils. Il est difficile d’avoir des chiffres exacts et actuels sur les effets de la possession d’armes à la maison. Beaucoup de statistiques manquent à ce sujet.

 

S’il est vrai que la violence conjugale n’a pas pour première conséquence l’usage d’armes à feu, on sait que lorsque c’est le cas, la mort en est, malheureusement, bien souvent le résultat. Les femmes sont les premières victimes de cette violence et le risque de décès est triplé pour celles qui vivent dans un foyer dans lequel une arme est entreposée. De plus, les armes à feu sont régulièrement utilisées comme instruments de menace pour commettre d'autres actes de violences, dont les viols.

 

«Pendant cinq ans nous entendions les cris de notre mère. Pendant cinq ans mon père portait une arme et la pointait vers nous.» Karen, Philippines

 

Des lois pour restreindre la détention d'armes à feu pour les civils

Selon la Fédération des médecins suisses, dans les pays où la détention d’armes est interdite pour les civils, le nombre de personnes tuées par des armes à feu est sensiblement plus bas que dans les autres pays. Par ailleurs, lorsque des lois restreignent et contrôlent la détention d’armes à feu par les civils, le nombre de meurtres par an diminue également. L'Autriche a ainsi vu, grâce à une législation plus stricte, baisser le taux de suicides par armes à feu de 40% et celui des homicides commis pararmes à feu de 60%.

 

En Suisse, les lois actuelles sont malheureusement beaucoup trop permissives et le nombre de tués par balles chaque année est très élevé et nous rapproche tristement des USA ou de quelques pays d'Amérique latine.

 

Cette situation est d'ailleurs si préoccupante que le Comité des droits économiques, sociaux et culturels (novembre 2010 - observation finale 19), ainsi que le Comité des droits de l'homme des Nations Unies (novembre 2009 - observation finale 12) ont tous les deux recommandé à la Suisse de prendre des mesures pour restreindre l'accès aux armes et notamment aux armes militaires.

 

Votation le 13 février 2011

La Suisse doit absolument introduire une règlementation plus sévère limitant l’accès auxarmes. Le 13 février 2011, le peuple votera   L'initiative populaire «Pour la protection face à la violence des armes» qui réclame :

  • Un registre national des armes qui permettra d'avoir une vue d'ensemble sur les armes et de ceux qui les possèdent. De plus, il facilitera le travail de la police sans pourtant interdire la possession d'armes à feu.
  • Le maintien des armes militaires à l'arsenal : la grande majorité des armes en circulation en Suisse sont des armes militaires. Les armes de service sont beaucoup trop souvent utilisées en cas de suicides et d'homicides en Suisse. Les recommandations des deux Comités des Nations Unies cités ci-dessus sont sans équivoque à ce sujet. 
  • L’introduction d’une clause du besoin pour la possession d'armes : l'initiative ne vise en aucun à interdire totalement les armes et toute personne qui en démontrera l'utilité, les chasseurs, les collectionneur ou les tireurs sportifs par exemple, ne seront pas concernés par l'initiative.

 

De cette manière, la sécurité - en particulier celle des femmes - sera renforcée, les menaces au moyen d'armes à feu deviendront moins fréquentes et la prévention du suicide sera nettement améliorée.

 

stats armes-a-feu 2010

 

Source : Amnesty.ch/fr

Repost 0
Published by Milem - dans Actualitées
commenter cet article
11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 14:11

Testé sur des macaques femelles, un vaccin développé au bout de quinze années de recherche par des scientifiques français donne un nouvel espoir de limiter la transmission du VIH. Mais il a ses limites.

 

 

Un nouveau candidat-vaccin contre le virus du sida, développé contre la transmission sexuelle du virus, a été testé avec succès sur des macaques femelles par des chercheurs français. Les résultats de ces travaux sont publiés dans la revue spécialisée américaine Immunity.

 

Les chercheurs de l'Institut Cochin à Paris (Université Paris Descartes-CNRS-Inserm) ont vacciné cinq macaques femelles, par voie nasale et intramusculaire. Ces femelles, une fois vaccinées, ont été protégées contre l'infection par voie vaginale et sont restées séronégatives.

 

"Ce succès est prometteur"

Ce candidat-vaccin, fruit de quinze années de recherche, a été développé en collaboration avec la société américaine Mymetics (basée à Nyon, en Suisse) et le soutien financier de l'ANRS (agence française de recherche sur le sida).

 

"Ce succès est prometteur", souligne Morgane Bomsel, directrice de recherche au CNRS à l'Institut Cochin. "Le vaccin fonctionne relativement bien in vitro contre les sous-types B et C du VIH, responsables de 95% des cas aux Etats-Unis, en Europe et en Inde", ajoute la chercheuse.

 

Cependant ce vaccin, qui n'a été testé que sur des singes femelles, protège d'une infection vaginale non traumatique, ne reflétant pas nécessairement la réalité, relève-t-elle. "Reste donc à étudier le vaccinchez des mâles et à voir son efficacité contre d'autres voies d'infection sexuelles", notamment le rectum, souligne la chercheuse. La poursuite de l'étude permettra aussi de vérifier le maintien de l'efficacité du vaccin dans le temps, selon les chercheurs.

 

Source : Lci.tf1.fr

Repost 0
Published by Milem - dans Tech-Sciences
commenter cet article
10 février 2011 4 10 /02 /février /2011 13:31

DEFENSE – L'armée de terre a présenté mardi le nouvel équipement de ses fantassins...

 

L’armée de terre en rugit de fierté. Elle a présenté mardi à Sarrebourg (Moselle) le nouvel équipement des fantassins français. Bardé de technologie, le système Félin, développé par Sagem (groupe Safran) pour un milliard d’euros, est censé faire des Français les soldats «les plus modernes au monde». Depuis six semaines, le premier régiment d’infanterie de Sarrebourg s’habitue à cette nouvelle tenue pour, peut-être, l’utiliser en Afghanistan dès le mois de décembre prochain. En 2015, tous les régiments d’infanterie français seront «félinisés». Si l’équipement pèse plus lourd (30 kilos en tout contre 27 jusqu’alors), il permet au soldat d’être mieux protégé et plus efficace dans les combats. Petit tour d’horizon des principales nouveautés.

 

Viser et tirer sans se mettre à découvert  Les «lunettes» de tir, en fait une sorte de viseur ultra-moderne monté sur le fusil d’assaut, permettent au soldat, par blue-tooth ou par câble, de visualiser ce que «voit» son arme. Celle-ci devient une sorte de caméra. D’ailleurs, elle peut prendre des photos ou même enregistrer des films jusqu’à 3 minutes. L’écran s’affiche sur le gilet du soldat ou même directement dans son œil via une oculaire rattachée au casque. Avantage: pouvoir observer son ennemi et lui tirer dessus sans se mettre soi-même à découvert. Par exemple, un fantassin qui fait du repérage dans une maison n’a plus à entrer dans une pièce et la balayer de son arme en se mettant à découvert. Il lui suffit de glisser son arme dans la pièce en restant abrité derrière une cloison pour observer ce qu’il s’y passe. Et tirer s’il le faut sans avoir à «passer la tête».

 

Pouvoir communiquer entre soldats silencieusement C’est l’un des aspects les plus impressionnants de Félin. Jusqu’alors, pour parler entre soldats d’un même groupe, il fallait soit hurler (surtout quand ça tire de partout) soit utiliser une radio (bruyante et qui mobilise une main, ce qui empêche de pouvoir tirer en même temps). Bref, rien de très discret. Désormais, un «bandeau communiquant», placé sur la tête, propose un système radio par osthéopathie. Les communications passent par vibration osseuse dans le crâne. Le soldat entend les échanges radio mais pourtant, autour de lui, tout est silencieux. Un peu comme un walk-man sauf que là, les oreilles sont parfaitement dégagées. Le système permet de se déployer silencieusement et de donner des ordres tout en chuchotant. Nécessaire dans les scénarios de guérilla urbaine. La commande de la radio est intégrée au bout du fusil, ce qui permet de la manier tout en visant.

 

Voir plus loin et la nuit avec son arme Tous les fusils seront équipés de «lunettes» soit à infra-rouge qui détectent les sources de chaleur soit intensificateur de lumière qui permettent de voir la nuit. Dans les deux cas, il est possible de zoomer. Ainsi, le Fa-Mas, le fusil d’assaut classique, bénéficie d’une portée efficace de 600m le jour et 800m la nuit. La capacité de détection d’un ennemi est portée, elle, jusqu’à 900m le jour. Au-delà de la portée du fusil.

 

Localiser ses compagnons Chaque soldat est géolocalisé. Sa position est visualisable par les autres sur une carte. Lorsqu’un soldat envoie une photo ou une image à son chef de section, il peut indiquer ainsi précisément où se situe la prise de vue.

article_militaire.jpg
Alexandre Sulzer, à Sarrebourg (Moselle)
Source : 20minutes.fr
Repost 0
Published by Milem - dans Tech-Sciences
commenter cet article
10 février 2011 4 10 /02 /février /2011 13:28

Boire tous les jours du soda light accroîtrait le risque d'accident vasculaire de 61%, selon une étude américaine.

 

 

Un verre, ça va... mais un verre chaque jour, bonjour les dégâts ! Contrairement au vin rouge, dont des médecins ont mis en avant depuis longtemps les bienfaits pour le coeur... lorsqu'il est consommé avec modération, le soda, lui, n'a que des inconvénients - même s'il se prétend "light". Et c'est un vrai problème de santé publique aux Etats-Unis, où boire du soda tous les jours est véritablement entré dans les moeurs. Une recherche publiée mercredi tend ainsi à montrer que les personnes buvant dusoda light quotidiennement accroîtraient leur risque d'accident vasculaire de 61% comparativement à celles ne consommant aucun soda. Cette étude a été menée auprès de 2564 personnes à New York dans le cadre d'un projet baptisé Northern Manhattan Study (NOMAS).

 

"Si ces résultats sont confirmés par d'autres études futures, ils indiqueront que le soda light n'est pas le meilleur substitut aux boissons sucrées pour réduire les risques cardiovasculaires", souligne le Dr Hannah Gardener, une épidémiologiste de la faculté de médecine de l'Université de Miami. Elle est le principal auteur de cette communication présentée à la Conférence internationale annuelle de l'American Stroke Association réunie cette semaine à Los Angeles.

 

Trop de sucre... et trop de sel

Pour cette étude, les chercheurs ont demandé aux participants au début de la recherche la quantité et le type de soda consommé. A partir de leurs réponses, ils les ont groupés dans sept catégories allant de ceux ne buvant jamais de soda, à ceux qui en buvaient modérément (de un par mois à six par semaine) et quotidiennement (au moins un par jour). Durant une période de suivi de 9,3 ans, il y a eu 559 accidents vasculaires dans le groupe, y compris des attaques cérébrales ischémiques (provoquées par un caillot dans un vaisseau) et hémorragiques, résultant de la rupture d'un vaisseau sanguin. Les gros consommateurs de soda light avaient un risque d'accident vasculaire 61% supérieur aux autres.

 

Les auteurs de l'étude ont pris en compte l'âge, le sexe et l'origine ethnique des participants ainsi que le fait de fumer, d'être actif physiquement ou sédentaire ainsi que leur consommation d'alcool et leur régime alimentaire. Or, même après avoir tenu compte d'autres facteurs comme l'excès de poids et des antécédents de maladie cardiaque, l'accroissement du risque cardiovasculaire pour les buveurs réguliers de soda light était encore de 48%.

 

Une autre étude regroupant 2657 personnes, également menée dans le cadre du projet NOMAS et présentée à la conférence de l'American Stroke Association, indique qu'une forte consommation de sel de table - indépendamment de l'hypertension qu'elle provoque - est aussi liée à une très forte augmentation des attaques cérébrales ischémiques. Dans cette étude, les personnes qui consommaient plus de 4000 milligrammes de sel par jour avaient un risque d'accident vasculaire cérébral plus que doublé par rapport à celles consommant moins de 1500 milligrammes. Seulement un tiers des participants avaient une consommation de sel de table respectant les recommandations fédérales américaines de 2300 milligrammes maximum quotidiennement, soit l'équivalent d'une cuillère à café. Et seuls 12% des participants se conformaient aux quantités maximum recommandées par l'American Heart Association de 1500 milligrammes par jour. La consommation moyenne aux Etats-Unis est en fait du double : 3031 milligrammes par jour...

 

 

Source : Lci.tf1.fr

Repost 0
Published by Milem - dans Santés
commenter cet article
9 février 2011 3 09 /02 /février /2011 15:37

Certains polluants toxiques tel que le benzène se retrouvent dans l'air au voisinage des stations-services. Cette diffusion de produits toxiques aux abords des pompes à essence rejoint un niveau jugé dangereux pour la santé, selon l'avis de chercheurs de l'Université Murcia en Espagne. Ils suggèrent qu'il n'y ait pas de logements bâtis à moins de cinquante mètres de ces stations où l'on s'approvisionne en essence. Les écoles, garderies, hôpitaux ou centres pour personnes âgées devraient être éloignés d'au moins cent mètres afin que les gens qui fréquentent ces institutions demeurent à l'abri de ces sources de pollution. 


L'étude publiée dans The Journal of Environnemental Management indiquent que le benzène et l'hydrocarbure n-hexane atteignent dans l'air des niveaux plus élevés dans les secteurs situés à proximité des pompes. Certains de ces composés volatiles furent enregistrés comme étant présents en plus grande quantité dans les stations-services que dans les villes où la circulation est la cause majeure d'émissions de ces substances polluantes. La diffusion de composés organiques s'avère néfaste pour la santé et peut accroître le danger de contracter le cancer.

 

Source : Sur-la-toile.com

Repost 0
Published by Milem - dans Santés
commenter cet article
9 février 2011 3 09 /02 /février /2011 15:34

James Randi, illusionniste qui a consacré sa fin de carrière à la démystification des fraudes de nature paranormale, avait lancé en 1968 un défi à quiconque démontrerait des facultés extra-ordinaires. Le prix de 100$ à l'époque a rapidement augmenté au fil des années, grâce aux dons d'amis de Randi et de sceptiques soutenant sa fondation. Depuis 1996, les voyants, tordeurs de cuillères, sourciers et autres télépathes peuvent gagner un million de dollars en passant un test scientifique de leur habilité. A ce jour, personne n'a été en mesure de réclamer le prix. 

A l'occasion des manifestations du collectif 10:23 le week-end dernier, il a annoncé que le prix serait également offert à quiconque prouvera que l'homéopathie fonctionne. Rappelons que l'homéopathie se base sur le principe d'une dilution extrème d'une substance produisant les symptômes à combattre. 

Par exemple, pour lutter contre des problèmes gastriques on pourra prendre une dilution d'arsenic (Arsenicum). Rassurez-vous, c'est sans danger. En fait, on l'ignorait à l'époque, mais on sait aujourd'hui qu'aux dilutions utilisées en homéopathie, il ne reste pas le moindre atome de la solution de départ. Les compagnies qui font des millions en vendant des produits homéopathiques se justifient en invoquant une « mémoire » de l'eau, dont l'existence n'a jamais pu être prouvée.

 

Source : Sur-la-toile.com

Repost 0
Published by Milem - dans Santés
commenter cet article
9 février 2011 3 09 /02 /février /2011 15:26

L'effet placebo n'est pas toujours bénéfique, il peut être de nature dommageable pour l'individu : c'est l'effet nocebo (du latin : « je nuirai »). On a ainsi pu observer l'apparition de troubles chez des riverains d'une antenne-relais de téléphonie mobile, alors même que l'installation n'avait pas encore été mise en service. Il a été étudié également l'influence de la prière sur la guérison d'un malade. Si ce dernier était au courant que des prières étaient exercées en sa faveur, le malade avait plus de risque d'avoir des complications médicales. Le stress supplémentaire serait la cause des risques de complications.

 

Cet effet nocebo peut aussi prendre la forme des effets indésirables d'un vrai médicament. Il est présent car le patient, sachant qu'il prend un médicament, recrée inconsciemment les effets indésirables dont il a pu entendre parler auprès de ses amis, dans les médias, ou simplement lus sur la notice. Ces effets, distincts des effets secondaires réels d'un médicament, sont de nature purement psychologique - même si la distinction entre les deux n'est pas toujours aisée. 20 à 30% des sujets en parfaite santé observent des effets secondaires tels que maux de tête, somnolence et nausées.


Selon un article de Courrier international, les femmes se croyant sujettes au risque d'arrêt cardiaque présenteraient quatre fois plus de risques de mourir de maladie cardiovasculaire que celles ayant les mêmes facteurs de risque.

 

Source : Wikipedia.fr

Repost 0

Rechercher

Pages