Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 décembre 2009 3 23 /12 /décembre /2009 13:23

Tous les lecteurs de mangas savent qu'a l'ecole japonaise, les garcons et les filles se doivent de porter l'uniforme, de leur plus jeune age jusqu'a la fin du lycee.

Mais l'uniforme au Japon est plus qu'une simple idee vestimentaire, c'est en autre une facon de montrer que toutes les personnes portant le meme uniforme ne font qu'un seul groupe, qu'aucune dissociation existe.
C'est une facon de supprimer tous les signes exterieurs comme les differenciations de classes sociales.

A partir du college, les filles devront porter ce que l'on appelle le "sailor fuku", uniforme repris sur la Royal Navy, compose d'une blouse possedant un col marin et d'une jupe plissee.


Cet uniforme est a present connu du monde entier via les mangas et les animes bien entendu, meme si dernierement la tendance a plutot change.
Le noeud papillon par exemple se remplace par une cravate, la longueur de la jupe se retrouve reduite, les chaussettes sont remplacees par des loose-socks, ainsi que le maquillage qui est permis.
Meme si en general, l'uniforme est toujours la, sur la forme, c'est devenu assez libre finalement.
Bien entendu, il existe encore d'enormes variations selon les ecoles, qui ont leur propre uniforme.
On peut aussi avoir des uniformes differents pour chaque annee scolaire, permettant de montrer aux nouveaux venus, qui sont les anciens.
A savoir aussi, qu'il n'existe pas d'equivalent pantalon pour les filles, c'est jupe toute l'annee.
Les pauvres, surtout celles qui vivent a Hokkaido, l'hiver, ca doit bien cailler.

Cote garcon, on a aussi droit a l'uniforme avec le "gakuran", qui lui, est inspire des uniformes de l'ancienne armee de Prusse.
Il se compose d'une veste à col droit boutonnee de haut en bas et d'un pantalon droit uni.



modelfb9.jpg



Les boutons sont souvent decores de l'embleme de l'etablissement.
L'uniforme est souvent noir mais il peut aussi etre bleu marine.

Il existe une petite coutume tres repandue qui consiste a offrir le premier bouton de sa veste a sa petite amie en guise de declaration d'amour.
Je trouve ca subtile, un peu comme la bague de marie qui montre si l'on est deja "pris" ou pas.

Garcon ou fille, ils devront porter des mocassins (ou plus precisement des "penny loafers", qui possedent un talon plus large) noirs ou marrons.

Il existe de nombreuses variations dans les uniformes scolaires mais la plus grande reste le changement de saison : on aura des couleurs beaucoup plus claires et un tissu beaucoup plus fin pour l'ete et des couleurs plus sombles comme le bleu pour l'hiver.




uniform2hw8.jpg





Meme les plus petits ne sont pas epargnes surtout s'ils sont dans une ecole privee, le port de l'uniforme est obligatoire.


syouwaunigt9.jpg


L'uniforme n'est pas pour autant reserve aux etudiants, il est aussi omnipresent dans la vie professionnelle.

Repost 0
Published by Milem - dans Japon
commenter cet article
23 décembre 2009 3 23 /12 /décembre /2009 13:15

Le 22 novembre, s’est déroulé le festival des chrysanthèmes (ou Festival de la joie) au temple Yushima Tenjin à Tokyo. Des poupées recouvertes de milliers de chrysanthèmes multicolores, appelées kiku ningyo, y étaient exposées. Au Japon, le chrysanthème est une fleur sacrée, symbole de la famille impériale qui évoque la joie et le rire.



413

chrysanthemes

Repost 0
Published by Milem - dans Japon
commenter cet article
23 décembre 2009 3 23 /12 /décembre /2009 13:06

Les Kokeshi (小芥子) semblent être apparues à la fin de l'ère Edo (1603-1868) au sein des familles paysannes du nord de l'île de Honshû dans la région du Tōhoku (東北地方,). Chaque famille avait sa propre pate ce qui explique la grande diversité de style. On dénombre plusieurs centaines de types Kokeshi.

L'origine de ces poupées est incertaine. Certains voient les kokeshi comme une évolution de l' « Oboko ». L'« Oboko » était une sorte de hochet à représentation humaine. D'autres pensent que les kokeshi ont été créé à destination des la clientèle des « onsen » (bain chaud d'eau de source) nombreux dans le nord du Japon. D'autres encore estiment que leur origine est prophylactique ou incarne une représentation symbolique à caractère sexuelle ou religieuse...

Les Kokeshi sont des figurines de bois (cerisier, poirier, cornus ou érable) peint composé d'un cylindre (pour le corps) surmonté d'une boule de bois de forme ovoïde (pour la tête).

Le corps, pouvant atteindre jusqu'à un mètre, est traditionnellement agrémenté de fleurs aux couleurs rouge et noire et plus rarement jaune. Plus récemment d'autres motifs et couleurs sont apparus (kimono...). On nomme les poupées issues de ce courant moderniste apparus après la seconde guerre mondial « Shingata ». Dans tous les cas les jambes et les bras ne sont jamais représentés. Sur les Kokeshi les plus anciennes (traditionnelles) le nombre de rangées de fleurs indique la position de son créateur au sein de la famille à l'origine de sa production (une pour un débutant, trois pour le plus âgé). Dessous, elles se trouvent généralement marquées du sceau de leur auteur.

La tête, éventuellement rotative, directement fixé au corps. Les traits du visage sont dessinés par de simples lignes (la bouche peut ne pas apparaître). Les cheveux, noirs, sont peints ou sculptés. La coupe est toujours une coupe traditionnelle.

Au sein des kokeshi traditionnels (Dentô), les 10 plus grands courants sont : Hijiori, Kijiyama, Nambu, Naruko, Sakunami, Tôgatta, Tsuchiyu, Tsugaru, Yajirô, Zaô. A chaque courant est associée une zone géographique particulière.


Les Kokechi préfecture par préfecture :

Les Kokechi de la préfecture de Miyagi (宮城県).

Les Kokeshi du type « Naruko » proviennent de la ville de « Naruko » situé au pied su mont Kurikoma au sein de la préfecture de Miyagi (宮城県,). La production de « Naruko » est la plus prospère des industries de kokechi.

Les « Tôgatta » sont fabriquées à Shinchi, situé dans Tôgatta. C'est la deuxième plus importante production de kokechi.

Les « Yajirô » sont produites au sein de la ville éponyme. Cette petite ville de montagne est située dans les vallées du Mont Zaô le long de la rivière Matsukawa.
L'artisanat des poupées « Yajirô » est perçu comme une activité complémentaire au travail de la ferme. Cette activité s'exerce tout particulièrement de la fin de l'automne au début du printemps lorsque les glaces s'installent.

Les poupées « Sakunami » sont les plus récentes parmi les kokechi traditionnelles. Il semble qu'elles soient apparues sous l'ère meiji (1868 à 1912 ap. J.-C.).
Natives de la ville de Sendai, ces poupées auraient pour certains un style plus urbains que ces autres consœurs kokechi. Ce point de vue s'explique par la ville de production qui, contrairement aux autres villes de production de kokechi n'est pas situé en « campagne » ou en montagne.

Les Kokechi de la préfecture de Yamagata (山形県).

Les kokeshi « Hijiori » proviennent de la ville d'Ôkura-mura dans la préfecture de Yamagata. Ce style résulte de la fusion des styles « Naruko » et « Tôgatta ».

Les « Zaô » portent le nom de la ville qui les a crées. Cette ville est située dans la chaîne de montagne Zaô célèbre pour son lac campé au milieu du cratère d'un volcan aujourd'hui éteint (Okama). Cette citée qui abrite des onsen (bains d'eau de source chaude) et des pistes de ski, consacre un musée aux kokeshi
(le « Miyagi-Zaô Kokeshi-Kan »).

Les Kokechi de la préfecture d'Akita (秋田県).

Les « Kijiyama » proviennent des villes de Kijiyama et de Yuzawa situées dans la préfecture d'Akita. Ces poupées ont la particularité d'être exécuté dans une seule pièce de bois.

Les Kokechi de la préfecture d'Iwate (岩手県).

Les « Nambu » sont assez difficile à trouver. Ces poupées proviennent de la ville de Morioka au sein de la préfecture d'Iwate dont le l'ancien nom n'était autre « Nambu » pendant l'ère Edo (1603-1868).

Les Kokechi de la préfecture de Fukushima (福島県).

Les « Tsuchiyu » sont fabriquées dans la ville du même nom située dans la préfecture de Fukushima. L'un des signes distinctifs de ces poupées réside dans la façon dont sont dessinés les sourcils (archès).

Les Kokechi de la préfecture d'Aomori (青森県).

Les « Tsugaru » tirent leur nom de leur lieu de production. Tsugaru est en effet l'ancien nom de la préfecture d'Aomori. Un musée est consacré à ce type de kokeshi (voir photo ci-avant). Il est situé dans la ville de Kuroishi (à 50 minutes de voiture à partir de la gare JR de Hirosaki).



2677389818_1.jpg

 

 

Voir aussi : Wikipédia - Poupées traditionnelles japonaises [fr]

Repost 0
Published by Milem - dans Japon
commenter cet article
23 décembre 2009 3 23 /12 /décembre /2009 13:02

Le Daruma (達磨) est la représentation figurative de Bodai-Daruma (Bodhidharma - Véme/VIéme sicle) un religieux indien de la secte bouddhique dhyâna venu en chine diffuser les préceptes du bouddhisme. Il est à l'origine de la création de la secte bouddhiste Sôtô. Bodai-Daruma est connu pour sa persévérance. Selon la tradition il serait resté en méditation en position Zazen pendant 9 année et aurait vécu jusqu'à l'âge de 150 ans. Le 5 octobre est la journée commémorative donnée en l'honneur de Bodai-Daruma. A l'instar de des qualités Bodai-Daruma le Daruma, de part sa forme, se relève toujours lorsqu'on le renverse.

Le Daruma, tout de rouge vêtu, prend la forme d'un personnage ovoïde et compact, aux grands yeux et aux sourcils épais. Le Daruma est le plus souvent fait de bois ou de papier mâché. A titre d'exemple les Daruma fabriqués à Koshigaya (la préfecture de Saitama) sont essentiellement composés de papier. On les nomme Hariko Daruma.

Lorsque l'on achète un Daruma (souvent en début d'année) les pupilles de ses yeux ne sont pas dessinées. Le possesseur du Daruma dessine la première pupille de couleur noire en même temps qu'il fait un vœu. L'autre pupille ne sera dessinée qu'au moment où le vœu sera exaucé. A la fin de la même année où le vœu a été réalisé, il est de coutume de brûler le Daruma. En pratique ce rite se pratique dans les temples à l'occasion du Daruma-ichi. Le Daruma-ichi est une sorte de foire aux Daruma. Lors de cette journée on rapporte son Daruma en temple et on se porte éventuellement acquéreur d'un Daruma plus imposant. Cette foire se déroule au 1er avril de chaque année. Certains temples sont célèbres pour leur Daruma-ichi. C'est le cas notamment des temples de Tôkyô Soji-ji et Jindai-ji. A noter que les temples ne sont pas vraiment enclin à accepter votre Daruma si celui-ci n'a pas été acheté dans le temple même. Il est de tradition de ne faire qu'un vœu par Daruma et de ne posséder qu'un Daruma.

Il existe une multitude de magasins proposant des Daruma à la vente. Les prix varient en fonction de l'importance du Daruma. Plus ce dernier est gros, plus il est cher (vous en trouverait certains pouvant monter jusqu'à 15 000 yens). Certains Daruma sont agrémentés de caractères le destinant à un type particulier de vœu (santé, sécurité...). La popularité du Daruma est telle que le secteur marchand n'a pas hésité à en faire des produits dérivés surtout dans le secteur des jouets. A noter l'existence d'un Daruma au visage bleu. Ce Daruma traditionnel est uniquement fabriqué dans la préfecture de Miyagi. On le nomme Matsukawa-daruma. Un autre Daruma.

Le Daruma est fêté au Japon tous les ans le 5 mai (Daruma-ki). Des temples lui sont même consacrés. Il en vai ainsi du temple de Takasaki.


2636386396_small_1.jpg

 

 

Voir aussi : Wikipédia - Poupées traditionnelles japonaises [fr]

Repost 0
Published by Milem - dans Japon
commenter cet article
17 décembre 2009 4 17 /12 /décembre /2009 08:44

Le syndrome de Stockholm désigne la propension des otages partageant longtemps la vie de leurs geôliers à développer une empathie, voire une sympathie, ou une contagion émotionnelle avec ces derniers.


Ce comportement paradoxal des victimes de prise d'otage, fut décrit pour la première fois en 1978 par le psychiatre américain F. Ochberg qui lui donna ce nom de syndrome de Stockholm, en relation avec un fait divers, qui eut lieu en cette même ville.


Inversement le syndrome peut s'appliquer aux ravisseurs, qui peuvent être influencés par le point de vue de l'otage. On parle dans ce cas du syndrome de Lima


Le fait divers

Le 23 août 1973, un évadé de prison, Jan Erik Olsson tente de commettre un braquage dans l'agence de la Kreditbanken du quartier de Norrmalmstorg à Stockholm. Lors de l'intervention des forces de l'ordre, il se retranche dans la banque où il prend en otage quatre employés. Il obtient la libération de son compagnon de cellule, Clark Olofsson, qui peut le rejoindre. Six jours de négociation aboutissent finalement à la libération des otages. Curieusement, ceux-ci s'interposeront entre leurs ravisseurs et les forces de l'ordre. Par la suite, ils refuseront de témoigner à charge, contribueront à leur défense et iront leur rendre visite en prison. Une relation amoureuse se développa même entre Jan Erik Olsson et Kristin, l'une des otages. La légende veut même qu'ils se soient mariés par la suite, mais ce fait fut démenti.

 


Autres exemples

 


Source :
Wikipédia - Syndrome de Stockholm [Fr]

 

Voir aussi : Wikipédia - Le syndrome de Liman [Fr]

Repost 0
15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 16:14

Reuters

 



Des milliers de personnes se sont massées près de la Tour Eiffel pour profiter de l'opération, qui consistait à distribuer au public des sacs contenant des billets de 10, 20, 100 et 500 euros au passage d'un bus.


"Compte tenu de troubles majeurs à la circulation constatés sur le secteur Champ de Mars et d'importants mouvements de foule, la préfecture de police a demandé à l'organisation, conformément à son engagement, de ne pas procéder à la distribution d'argent", a déclaré un porte-parole de la préfecture.


Les forces de l'ordre ont dénombré environ 5.000 personnes sur place, parmi lesquelles beaucoup de jeunes.


Certains groupes ont franchi les barrières installées pour contenir la foule, qui a envahi les rues avoisinantes, a-t-on constaté sur place.

Des magasins ont été vandalisés, des vitrines brisées et des véhicules endommagés.

La police, qui a procédé à une dizaine d'interpellations, a annoncé un retour au calme vers 14h30 (13h30 GMT).


Les organisateurs de l'opération publicitaire ont dit avoir prévu une cinquantaine de personnes pour assurer la sécurité du public.


"On ne pouvait pas prévoir qu'il y aurait tellement de monde", s'est défendu Stéphane Boukris, organisateur de la distribution.


"Je ne peux pas être content que ça ne se soit pas passé comme prévu. On essaie d'aller plus loin, de faire de grandes choses, ça implique des responsabilités, ça implique des risques, et c'est pour ça qu'on n'a voulu en prendre aucun aujourd'hui en annulant la manifestation", a-t-il ajouté sur France Info.

 

 

Sources :

Yahoo

Lefigaro

Repost 0
Published by Milem - dans Réflexions
commenter cet article
11 novembre 2009 3 11 /11 /novembre /2009 17:58

La pollution en Chine, on en parle, on la vit, mais malgré les progrès récents faits à Pékin pour la tenue des JO, elle est là et bien là.

Notamment dans des coins reculés, un peu perdus, mais où vivent des millions d'hommes et de femmes qui n'ont pas le choix... et qui en meurent.

 

Reportage photo de Lu Guang (卢广), qui a reçu à New York il y a 15 jours, lors  de la remise du prix Eugène Smith, le prix de la photo humaniste 2009 pour son travail "Pollution in China".


 

 

 

China Hush a fait un article stupéfiant sur les conséquences de la pollution en Chine.

Repost 0
Published by Milem - dans Réflexions
commenter cet article
11 novembre 2009 3 11 /11 /novembre /2009 16:09
La science s'intéresse à tout, même à nos habitudes dans l'intimité ! L'université de l'Indiana s'est ainsi portée volontaire pour suivre environ 2500 femmes âgées de 18 à 68 ans, et pour vérifier si l'utilisation de lubrifiant accroissait le niveau de plaisir et de satisfaction dans le cadre de notre sexualité.

Les femmes suivies utilisaient du lubrifiant à base de silicone ou d'eau. La réponse à la question centrale de l'étude est positive puisque 70 % des femmes ont répondu que le lubrifiant améliorait le plaisir et la satisfaction d'un rapport.

Les sexologues et médecins recommandent souvent aux femmes de ne pas hésiter à utiliser du lubrifiant afin d'éviter de petites déchirures (qui peuvent par ailleurs accroître la transmission de MST), mais ce conseil ne reposait sur rien de scientifique puisqu'aucune étude sérieuse n'avait encore osé le vérifier. C'est maintenant chose faite et
les statistiques sont disponibles.
Repost 0
Published by Milem - dans Etudes
commenter cet article
11 novembre 2009 3 11 /11 /novembre /2009 16:02

Les adjuvants sont utilisés pour renforcer la réponse immunitaire. Pour Viera SCHEIBNER (auteur de plusieurs livres sur les vaccinations en Australie), les effets secondaires des adjuvants sont très variables. On ne sait pas au juste comment ils affectent le système immunitaire, quels sont les conséquences de l’hyperactivation du système immunitaire. Ils évitent de mettre plus d’antigènes dans les vaccins et permettent de réduire les coûts de fabrication. Mais ils sont des corps étrangers dans l’organisme et provoquent des effets secondaires graves.


Gary MATSUMOTO, journaliste enquêteur, raconte dans ses ouvrages que des milliers de soldats américains, depuis 1987, ont reçu un vaccin expérimental contre l’anthrax contenant du squalène, un adjuvant à base d’huile de requin. On sait que le squalène provoque de sévères maladies auto-immunes chez l’animal, comme des scléroses en plaques, des polyarthrites rhumatoïdes, des lupus érythémateux. « Cet adjuvant est responsable de la cascade de réactions qui constituent le syndrome de la guerre du Golfe » affirme Viera SCHEIBNER.


Gary MATSUMOTO rapporte des interviews saisissants de militaires atteints du syndrome de fatigue chronique : chez chacun d’eux on a retrouvé des anticorps anti-squalène. Le Dr Pamela ASA fut la première à reconnaître le rôle des adjuvants à base d’huile dans le déclenchement des maladies auto-immunes. C’est en examinant un patient qui avait développé une auto-immunité après avoir participé à des essais de vaccin contre l’herpès, vaccin qui contenait du MF59, un adjuvant à base de squalène, qu’elle en a eu la certitude. Avec le Dr Robert GARRY, elle a mis au point un test de détection des anticorps anti-squalène, test qui aujourd’hui est un outil très important dans les expertises médico-légales. Il permet aussi d’établir un diagnostic de maladie auto-immune consécutive à l’injection de squalène contenu dans les vaccins contre l’anthrax, vaccins qui furent administrés à des milliers de soldats sans leur consentement libre et éclairé. Aux Etats-Unis, dans les années 1997, le NIH (National Institute of Health) a dépensé des millions de dollars pour tester un vaccin contre le HIV contenant du squalène comme adjuvant. En 1988 commencèrent les tests sur les animaux, puis en 1991 sur les hommes au cours de 23 essais.


« Le squalène est un adjuvant clé pour la nouvelle génération de vaccins destinés aux immunisations de masse », précise Matsumoto. Des chercheurs de la Tulane Medical School et du Walter Reed Army Institute of research ont tous apporté la preuve, par des traçages radioactifs, que le système immunitaire a une réponse spécifique vis-à-vis du squalène. Le squalène pénètre dans les organes mais aussi dans le système nerveux et le cerveau. Le système immunitaire le considère comme un ennemi à attaquer et à éliminer.

 


Mode de pénétration

Ce qui est fondamental, c’est le mode d’administration de ce produit. Tout immunologiste vous dira que le chemin que prend un antigène pour rencontrer le système immunitaire fait toute la différence. Si vous avalez du squalène, pas de problème, comme c’est un lipide, votre corps saura le digérer. Ce n’est pas du tout la même chose lorsque le squalène est injecté. Une injection n’est pas une voie naturelle pour pénétrer dans le corps. On peut beaucoup plus facilement éliminer un poison ou une substance toxique s’ils pénètrent dans l’organisme par une autre voie. Par injection, l’antigène va directement dans le sang où se trouvent les rouages les plus profonds du système immunitaire.


Des études ont montré que si le squalène est injecté il va galvaniser la réponse immunitaire, ce qui va engendrer une réaction croisée d’autodestruction des molécules identiques en place dans le corps. Ce phénomène est appelé « mimétisme moléculaire ». Et c’est un processus qui ne s’arrête jamais, car le corps continue à fabriquer les molécules identiques à l’antigène et le système immunitaire ne cesse de les attaquer. Prenons l’exemple de la myéline des nerfs : le corps en fabrique tout le temps pour protéger et réparer les conduits nerveux. Avec une vaccination qui engendre une auto-immunité, comme une SEP ou une SLA, la myéline devient l’ennemi et le corps est programmé pour sa destruction, laquelle ne prend fin qu’à la mort du patient.


Un autre exemple d’auto-immunité : l’autisme. Le Dr Vijendra SINGH a mené, à l’Utah State University, des recherches qui tendent à prouver que des auto-anticorps attaquent la myéline des enfants autistes. Elle a montré que chez ces enfants, tous vaccinés par le ROR, on retrouvait des auto-anticorps dirigés contre la protéine de base de la myéline (MBP) de même qu’un taux très élevé d’anticorps contre la rougeole. Des tests montrèrent la présence anormale d’anticorps anti-ROR chez 60% des enfants autistes (soit 75 sur 125). En outre, il y avait une corrélation (+ de 90%) entre les anticorps anti-ROR et les auto-anticorps de la protéine MBP, ce qui suggère une relation causale entre le vaccin ROR et une auto-immunité dans le cerveau chez les autistes. « C’est une des plus importantes découvertes récentes dans cette pathologie, ce qui nous conduit à incriminer le virus de la rougeole dans l’étiologie des processus autistiques », conclut le Dr SINGH.

 


Le mimétisme moléculaire comme arme biologique

MATSUMOTO rapporte qu’en Union Soviétique, dès 1980, on a utilisé le principe du mimétisme moléculaire pour fabriquer une « maladie modèle » susceptible d’attaquer la myéline. En plaçant un fragment de protéine de base de la myéline dans la bactérie de la légionellose, les soviétiques ont créé l’équivalent d’une « nano bombe » qu’ils ont injectée à des cobayes. Ce qu’ils ont découvert, c’est que le système immunitaire se débarrassait très vite de la bactérie Legionella , mais que la molécule de myéline, entrée clandestinement grâce à ce « cheval de Troie » microbien, provoquait une deuxième maladie, une encéphalomyélite allergique, la version animale de la sclérose en plaques. Les soviétiques ont reconnu avoir créé une véritable bombe biologique à retardement.


« Le squalène est une sorte de « gâchette » qui déclenche la véritable arme biologique qu’est le système immunitaire. Lorsque la panoplie de cellules et d’anticorps qui constituent le système immunitaire se met à attaquer ce qu’elle est censée protéger, le résultat peut être catastrophique. En introduisant du squalène dans le vaccin contre l’anthrax administré à des milliers de soldats, on n’a pas fait un nouveau vaccin, on a fabriqué une bombe biologique », précise MATSUMOTO. En ce qui concerne le vaccin contre l’anthrax, les autorités américaines ont justifié l’usage du squalène, dont ils connaissaient parfaitement les dangers, en disant qu’ils avaient un vaccin inefficace et qu’il fallait le renforcer à tout prix rapidement, étant donné les menaces de guerre biologique en provenance de Russie et d’Irak. Depuis, les américains se sont investis dans l’industrie du squalène, ils possèdent les droits exclusifs pour fabriquer le nouveau vaccin recombinant contre l’anthrax.

 


Le marché du squalène

Il y a du squalène dans presque tous les nouveaux vaccins destinés à la vaccination de masse. Il y en a dans les prototypes de vaccins contre le sida, contre la malaria, l’herpès, la grippe, le cytomégalovirus et le papillomavirus (impliqué dans le cancer du col de l’utérus). Si les premiers cités sont encore balbutiants, le vaccin contre le cancer de l’utérus est, lui, déjà recommandé pour les jeunes filles et pratiqué dans plusieurs pays !


Le vaccin contre la grippe FLUAD (marque italienne) a reçu son AMM en 1997. Il contient du MF59, l’adjuvant à base de squalène fabriqué par les laboratoires Chiron. Tout ce que ce laboratoire a publié sur ce vaccin était positif et montrait que le squalène MF59 était sans danger ! Il faut dire que les tests ont été pratiqués sur très peu de personnes toutes âgées de 70 ans et plus, chez qui les effets secondaires du vaccin ont pu être interprétés comme des problèmes de santé habituels à cet âge (problèmes articulaires, fatigue…).


Chacun sait que les maladies auto-immunes évoluent sur le long terme, et il est difficile de les diagnostiquer rapidement. Les premiers symptômes sont très vagues (maux de tête, fatigue, problèmes articulaires et musculaires, troubles neurologiques …) et les médecins n’y prêtent pas attention, en disant que ce sont des « réactions courantes » aux vaccinations. MATSUMOTO ajoute : « On peut se demander si les scientifiques qui travaillent pour les compagnies pharmaceutiques font exprès de cacher les effets secondaires des produits pour ne pas entraver la stratégie commerciale de la firme. Les conclusions des études de Chiron sont en contradiction totale avec toutes les études menées sur le squalène tant chez les animaux que chez les hommes ».


Il faut savoir également qu’en Europe un nouveau vaccin contre l’hépatite B spécialement destiné aux « mauvais répondeurs », c’est-à-dire ceux dont le taux d’anticorps est insuffisant, voire inexistant, après vaccination, notamment les personnes en dialyse et les sujets à risque comme les toxicomanes, vient de voir le jour. Ce vaccin s’appelle FENDRIX et il est produit par GlaxoSmithKline. Il contient un « super adjuvant » le AS04 à base de MPL (monophosphoryl lipid), produit développé à l’origine par la firme américaine Corixa. Cet adjuvant va remplacer les sels d’aluminium utilisés jusqu’à maintenant. Qu’est ce que ce AS04 ? La fiche technique dit : « Il s’agit d’un dérivé d’une molécule lipidique A que l’on trouve dans les bactéries Gram - . Il est extrait des membranes cellulaires des bactéries et c’est un des plus puissants régulateurs de la réponse immunitaire aux infections bactériennes. Cet adjuvant est utilisé dans les vaccins actuellement en chantier dans les laboratoires GlaxoSK, tel le vaccin contre la malaria, l’herpès génital, le cancer du col de l’utérus et le nouveau BCG ». En fait, le AS04 est une émulsion de squalène identique au MF59 utilisé par l’armée américaine dans le vaccin contre l’anthrax, fabriqué à toute vitesse par Chiron et testé en 1998 avec la bénédiction de la FDA, du NIH et du Département de la Défense !


L’histoire du squalène nous révèle encore d’autres secrets : l’émulsion de squalène qui au départ s’appelait « Triple Mix » et qui était à base d’adjuvant de Freund, a ensuite pris le nom de « Ribi ». Ce produit fut testé par les Hollandais sur des lapins. Ils constatèrent un grand nombre d’effets secondaires sévères comparés aux autres adjuvants. En 1999, la firme RibiImmunoChem fut rachetée par Corixa pour 56,3 millions de dollars. Ce n’est pas tout, il est prévu d’utiliser le MPL, produit par cette firme, dans les futurs vaccins, actuellement en préparation, contre les allergies et contre les maladies auto-immunes !!. Notons qu’il existe d’autres adjuvants à base d’émulsions d’huile, produits à partir de bactéries, ou de leurs dérivés synthétiques comme les liposomes, ou encore des bactéries de gram-, des endotoxines, du cholestérol, des acides gras, des amines, des huiles végétales ou des huiles de paraffine.

 


Conclusion

Depuis le début, les vaccinations massives ont agi comme des armes biologiques, détruisant la santé, manipulant et paralysant le système immunitaire et initiant de nouveaux processus pathologiques dégénératifs. La solution préconisée par les managers de la « médecine-monoply » ? Eh bien, c’est de nous injecter des vaccins génétiquement modifiés, encore plus puissants. Peu leur importe de « semer » des nano bombes qui ensuite attaqueront notre système immunitaire déjà si affaibli. Le fait de stimuler l’organisme pour obtenir une réponse immunitaire plus puissante en utilisant des adjuvants à base d’huile a clairement montré que l’effet obtenu était inverse. Plus la réponse est forte, plus l’adjuvant endommage le cerveau et le système nerveux. Avec un calendrier vaccinal de plus en plus chargé, nous pouvons maintenant prédire un avenir sombre pour l’humanité. Il faut s’attendre à une épidémie de maladies neurologiques et auto-immunes sans précédent.

 

 

grippe a


 

Source : Hns-info.net

 

Repost 0
Published by Milem - dans Santés
commenter cet article
31 octobre 2009 6 31 /10 /octobre /2009 17:26
Rien n'est petit dans l'amour. Ceux qui attendent les grandes occasions pour prouver leur tendresse ne savent pas aimer.
[Laure Conan]


Si tu m'aimais, et si je t'aimais, comme je t'aimerais !
[Paul Géraldy]


Le plus grand bonheur que puisse donner l'amour, c'est le premier serrement de main d'une femme qu'on aime.
[Stendhal]


Il faut se ressembler un peu pour se comprendre, mais il faut être un peu différent pour s'aimer.
[Paul Géraldy]


L'amour ne voit pas avec les yeux, mais avec l'âme.
[William Shakespeare]


Je rêve de vos rêves, je désire vos lointains.
[Martine Le Coz]


L'amour fait songer, vivre et croire.
[Victor Hugo]



Repost 0
Published by Milem - dans Citations
commenter cet article

Rechercher

Pages