Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 juillet 2009 6 25 /07 /juillet /2009 01:05



Il n’est pas d’usage au Japon de se serre la main ou de s’embrasser pour saluer. Les japonais apprennent les courbettes (ojigi) dès leur plus jeune âge et c’est pour eux un geste du quotidien.

 

L’inclinaison des courbettes dépend non seulement du rang hiérarchique de l’interlocuteur, mais également de ce qu’on veut lui signifier :


- Une inclinaison de 5° signifie « bonjour »

- Une inclinaison de 15° pour une salutation formelle.

- Une inclinaison de 30° sont réservées au patron ou aux personnes pour lesquelles vous êtes particulièrement reconnaissant.

- Une inclinaison de 45°, on marque un profond respect ou une excuse.

 

 

L’ojigi est utilisé aussi bien pour remercier, s’excuser, se dire bonjour que pour se séparer.

 

Lors du salut, les hommes doivent avoir les bras le long du corps tandis que les femmes les placent devant elles. Les japonais ne s’attendant pas à ce que vous fassiez de même, un hochement de tête et un sourire devraient suffire.

 

 

Extrait de l’agenda Pika éditions 2006

Repost 0
Published by Milem - dans Japon
commenter cet article
25 juillet 2009 6 25 /07 /juillet /2009 01:01



Selon le rapport annuel de Durex concernant la sexualité, en 2004, les japonais déclaraient avoir en moyenne 46 rapports sexuels par an (le moins du monde). En comparaison, les français en déclaraient 137 (le plus au monde).

 

Au Japon, le préservatif est le principal contraceptif utilisé (à 80%). Les contraceptifs oraux comme la pilule n’ayant été autorisés que depuis 2000, ils sont peu répandus et surtout prescrits à des fins thérapeutiques.

 

Un proverbe japonais dit qu’« une femme et un tatami sont mieux neufs ». Les japonais n’ont donc aucun scrupule à avoir une aventure, généralement dans les love hotel, lorsque l’épouse vieillit.

 

Un mariage sur trente au Japon est mixte, c’est-à-dire que l’homme ou la femme n’est pas de nationalité japonaise. Ce sont surtout les japonaises qui épousent des étrangers, les japonais préférant épouser des natives même s’ils trouvent les occidentales plus attirantes.

 

 

  Extrait de l’agenda Pika éditions 2006

Repost 0
Published by Milem - dans Japon
commenter cet article
25 juillet 2009 6 25 /07 /juillet /2009 01:01

Crêpes (prononcer Ku-lé-pou en japonais) en plastique en présentation dans une vitrine

 

 

Le pays du Soleil-Levant regorge de plats immangeables !  Il ne s’agit pas de plats avariés mais de plats faits de cire ou de plastique coloré, qui sont exposés en devanture des restaurants, afin de mettre en appétit d’éventuels clients. Les prix des différents plats sont également indiqués pour attirer le chaland. Ainsi, on peut savoir avant d’entrer ce qu’on va manger (à peu près).

 

Si vous ne parlez pas japonais, vous pouvez montrer au serveur le plat que vous souhaitez. Il existe, dans les grandes villes comme Tokyo, des quartiers entiers spécialisés dans la réalisation de ces plats cuisinés immangeables : du plat de nouilles udon au dessert japonais (glaces, fruits) en passant par les sushis, tous les plats sont représentés.

 

Ces imitations sont tellement parfaites que l’illusion persiste jusqu’à ce qu’on s’approche très près, voire que l’on touche le plat.

 

 

Extrait de l’agenda Pika éditions 2006

Repost 0
Published by Milem - dans Japon
commenter cet article
25 juillet 2009 6 25 /07 /juillet /2009 00:59

 



Les métros de Tokyo sont généralement bondés de monde. C’est pourquoi il vous faudra vous conformer à plusieurs règles implicites (ou explicites) :

 

Ø      Ne mangez pas (de toute façon, c’est impoli dans les endroits publics)

Ø      Ne courez pas

Ø      Pas de téléphone portable dans certains wagons

Ø      Certains wagons sont réservés aux femmes

 

 

Vous observerez par ailleurs des coutumes qui vous paraîtront impolies :

 

Ø   Dormir n’est pas un problème, c’est même assez courant de voir des japonais endormis dans les transports en commun

Ø     Malgré le respect dû aux personnes âgées, on n’est pas obligé de laisser sa place

Ø    Société machiste oblige, pendant longtemps, les femmes devaient céder leur place aux hommes si on leur demandait

Ø     Souvent, aux heures de pointe, des « pousseurs » poussent les voyageurs dans les rames afin d’aider à la fermeture des portes. Ils font toujours preuve de courtoisie et évitent de toucher les femmes à certains endroits de leur anatomie.

 

 

Extrait de l’agenda Pika éditions 2006

Repost 0
Published by Milem - dans Japon
commenter cet article
25 juillet 2009 6 25 /07 /juillet /2009 00:57

 

 


Jadis, on ne fêtait que les anniversaires les plus importants : le premier, le soixantième (kan reki).

 

Le premier anniversaire est l’occasion de remercier les dieux d’avoir veillé sur le bébé et de leur demander de continuer à veiller sur lui. La coutume associe à cet anniversaire le isshô mochi, « gâteau de riz de 1,8 kg ».

 

Les gâteaux sont au nombre de deux, l’un rouge, l’autre blanc. Le rituel le plus répandu consiste à faire porter à l’enfant les deux mochi, placés dans une furoshiki (sorte d’enveloppe de tissu), sur son dos, puis on essaie de faire tomber l’enfant. Ce rite a pour but d’éviter que l’enfant ne quitte prématurément le cocon familial. On coupe ensuite les gâteaux en petits morceaux pour préparer l’ozôni mochi, « bouillon de gâteau de riz », que l’on déguste ensuite avant le gâteau d’anniversaire lui-même.

 

 

  Extrait de l’agenda Pika éditions 2006

Repost 0
Published by Milem - dans Japon
commenter cet article
25 juillet 2009 6 25 /07 /juillet /2009 00:55

 

En pleine saison des pluies, les organisateurs de mariages, las de n’avoir aucun client, ont réussi à répandre au Japon la coutume occidentale appelée « la mariée de juin », selon laquelle se marier en juin est gage de bonheur éternel. Mai et novembre, mois traditionnels des épousailles, restent privilégiés.

 

 

Il existe deux styles de cérémonies de mariages (kekkon shiki) :

 

 

> la cérémonie traditionnelle au temple shintoïste :

 

La mariée est vêtue du shiro muku (kimono blanc) et le jeune marié d’un kimono. Après la cérémonie, la famille et les amis proches se réunissent pour un banquet, à la fin duquel les jeunes mariés offrent de petits présents. Cette cérémonie est très onéreuse, c’est pourquoi aujourd’hui beaucoup de japonais préfèrent se marier à l’occidentale.

 

 

> la cérémonie à l’occidentale :

 

L’aspect religieux est gommé, et l’on ne retient que le faste et l’imagerie romantique : robe blanche, faux prêtre, église… Certains couples vont jusqu’à se marier en Europe dans des villes synonymes de romantisme comme Paris ou Venise.

 

 

Extrait de l’agenda Pika éditions 2006

Repost 0
Published by Milem - dans Japon
commenter cet article
25 juillet 2009 6 25 /07 /juillet /2009 00:53

Les japonais aiment les mots français, même si très peu d’entre eux parlent et écrivent notre langue. Pour un japonais, le français est symbole de qualité, de luxe et de tradition, notamment dans les domaines de la mode, de la gastronomie… C’est également la langue de l’amour.

 

On trouve des mots français partout au Japon : sur les t-shirts, les sacs, les enseignes des boutiques, les noms de restaurants, d’hôtels, de pâtisseries, sur certains produits. La syntaxe et la grammaire ne sont pas toujours correctes, mais c’est la consonance française qui fait vendre parce que cela donne une impression de qualité et de tradition.

 

Les japonais écrivent le français en utilisant le rômaji (qui correspond à notre alphabet), mais avec les particularités japonaises : « l » pour « r », « b » pour « v », … Ainsi, « français » devient « fulansu », « café au lait » devient « kafeore » ou encore « flanbois » pour framboise.

 

 

Extrait de l’agenda Pika éditions 2006

Repost 0
Published by Milem - dans Japon
commenter cet article
25 juillet 2009 6 25 /07 /juillet /2009 00:52

 

Face à la crise économique, les entreprises se sont adaptées à la nouvelle manière de consommer des japonais. Ainsi, ce qu’on appelle familièrement « magasins à 100 yens » et « convenient store » ou conbini, se sont considérablement développés ces dernières années.

 

Les conbini sont des mini-supermarchés ouverts 24h/24, où l’on trouve tout type de produits et de services. Que ce soit des plats préparés, des boissons ou encore des distributeurs des billets ou des photocopieuses. On y trouve de tout à toute heure !

 

Les autres magasins qui connaissent un franc succès auprès des japonais et des touristes étrangers sont les « magasins à 100 yens ». Il s’agit de boutiques où vous pouvez acheter de nombreux produits pour la modique somme de 100 yens, soit un peu moins d’un euro. Vous y trouverez, par exemple, des produits de beauté, des fournitures de bureau, des ustensiles de cuisine ou bien encore des vêtements.

 

Ces deux types de magasins sont représentatifs du mode de vie des japonais. Alors, si vous allez visiter Tokyo, vous ne les manquerez pas !

 

 

  Extrait de l’agenda Pika éditions 2006

Repost 0
Published by Milem - dans Japon
commenter cet article
25 juillet 2009 6 25 /07 /juillet /2009 00:50

Joueurs de pachinko

 

Un pachinko moderne

 

Loisir numéro un des japonais, le pachinko est un jeu d’arcade, s’apparentant au flipper, qui fut inventé en 1948 à Nagoya.

 

Ce jeu consiste à propulser des billes d’acier sur un plan vertical afin d’atteindre des « cases » de valeurs différentes permettant de gagner d’autres billes. Dans certaines conditions, le nombre de billes peut doubler voire tripler. Le seul contrôle que le joueur a sur le jeu est la vitesse à laquelle les billes sont propulsées. Ces billes sont échangeables contre divers cadeaux ou de l’argent liquide. Les centres de pachinko sont interdits aux mineurs, sachant qu’au Japon, la majorité est à 20 ans.  Ces établissements bâtis sur plusieurs étages et équipés d’une centaine de machines sont fréquentés par des hommes de toute classe sociale et depuis peu par des femmes. Illuminés toute la journée par de gigantesques néons, ils sont souvent situés aux alentours des gares ou dans les rues marchandes, là où l’activité semble ne jamais s’arrêter.

 

Il existe même une chaîne satellite dédiée en grande partie au pachinko : « Pachinko Pashislo TV ».

 

 

  Extrait de l’agenda Pika éditions 2006

Repost 0
Published by Milem - dans Japon
commenter cet article
25 juillet 2009 6 25 /07 /juillet /2009 00:49

 



Au Japon, il existe des cafés où l’on peut lire des manga : les manga kissa (kissa signifiant « salon de thé »).

 

Le premier fut ouvert en 1979 à Nagoya. Ces cafés possèdent plusieurs milliers de manga que vous pouvez lire librement moyennant 200 à 500 yens (soit environ 1,50 et 4 euros) de l’heure.

 

Ouverts tous les jours et 24h/24, ils offrent en plus, pour certains, des boissons à volonté. On trouve même dans certains de ces cafés des douches et des cabines individuelles avec ordinateur (et connexion internet pour jouer en réseau), fauteuil (pour dormir, se relaxer…), télévision et consoles de jeux. En effet, certains clients, notamment les salary men, viennent dans les manga kissa après leur journée de travail. Souvent, ils y passent la nuit, avant de regagner leur bureau. Cela ne coûte pas très cher de l’heure et certains établissements proposent même des « packs nuit » : les manga kissa deviennent ainsi une alternative aux hôtels souvent chers et au confort spartiate.

 

 

  Extrait de l’agenda Pika éditions 2006

Repost 0
Published by Milem - dans Japon
commenter cet article

Rechercher

Pages