Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 décembre 2008 2 23 /12 /décembre /2008 00:18

xxxHolic, Kekkaishi, ... les manga regorgent de références aux yokai.

 


Les yokai sont des monstres, des esprits, des créatures mythiques, issus des contes et légendes shintoïstes et bouddhiques. Des sculptures datant de l'époque Jômon (période préhistorique) montrent que ces créatures ont toujours fasciné les Japonais.

Il faut attendre le XIIesiècle (le régime des nobles cède alors la place à celui des samurai) pour voir apparaître les premières peintures de monstres. Ces œuvres reflètent souvent un monde misérable, une société angoissée par le système du shogounat et par la guerre. La population commence alors à s'intéresser à tout ce qui a trait au surnaturel.

À l'époque Muromachi (1392-1573), la peinture sur rouleau, qui représente les aventures de créatures maléfiques, gagne en popularité. À l'époque d'Edo (1603-1868), période de croissance économique et culturelle, la passion pour les yôkai devient une véritable source de divertissement. Ainsi, les représentations et les classifications de ces créatures se déclinent sous forme d'estampes, de livres illustrés et de kakemono.

Le bestiaire semble inépuisable. Certaines créatures sont féroces et effrayantes, alors que d'autres sont attendrissantes et drôles, telles que le kitsune, le tanuki, le kappa ou le nopperabo. Le thème populaire du spectre, que le cinéma reprendra par la suite, occupe aussi une place prédominante.

Grâce au développement des techniques picturales, la diffusion des œuvres représentant des yokai croît dès le début du XVIIe siècle. Mais le déclin survient à l'époque Meiji (1868-1912), où les Japonais se désintéressent de ces créatures folkloriques, en raison de la modernisation. Il faut attendre l'après-guerre pour que les yokai soient de nouveau en vogue, par l'intermédiaire de la bande dessinée japonaise. À la fin des années 60, ce genre à part entière connaît une popularité sans précédent, qui marque également le début du succès de l'édition de manga.

 


Pour en savoir plus sur les yokai, leur nom, leurs attributions, leur histoire, vous pouvez lire le Dictionnaire des Yokai dans la collection Pika (2 volumes).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un été avec coo - Titre original : Kappa no coo to natsu-yasumi

Repost 0
22 décembre 2008 1 22 /12 /décembre /2008 22:09

Prononciation et transcription


Lorsque vous lisez un mot japonais transcrit en rômaji (alphabet occidental), il y a des différences de prononciation. Toutes les voyelles se prononcent à la française, sauf "u" qui se prononce "ou" et "e" qui se prononce "é". Lorsque deux voyelles se suivent, elles se prononcent individuellement :
"ai" se dit "aï" ; "ue" se dit "oué" ; "oi" se dit "oï" ; "ae" se dit "aé" ; "ei" se dit "éï".
Les voyelles longues sont transcrites par un accent circonflexe sur la voyelle (exemple : "Ômisoka").


Cette règle paraît simple, mais l’appliquer peut devenir un vrai casse-tête, surtout pour les "o" longs ! En effet, certains traducteurs emploient systématiquement le "o" long quand d’autres choisissent parfois de ne pas mettre d'accent circonflexe...


En français, l'accent circonflexe, placé sur les voyelles longues("île"), est aussi utilisé en relation avec la prononciation du "a" postérieur, du "o" fermé et du "e" ouvert (comme dans "pâte", "rôle", "hêtre"). Cet accent n'étant pas très courant dans notre langue, on comprend que des traducteurs l'omettent pour traduire certains "o" longs. Ils écrivent ainsi "Tokyo", mais les puristes, eux, écrivent "Tôkyô". Ainsi, la règle est claire, mais son usage l'est moins et tout dépend de l'habitude des traducteurs. Pour notre part, nous avons choisi d'écrire les noms de villes et de personnages sans utiliser les "o" longs, selon l'usage courant. Par contre, les noms de fêtes respectent la règle de transcription. Enfin, pour les autres mots japonais, nous nous sommes alignés sur l'orthographe donnée dans le dictionnaire ("shogun", par exemple).


Pour la prononciation des consonnes, la lettre "l" n'existe pas, mais le "r" se prononce "l" ; "g" est une consonne dure (comme dans le mot "garçon") ; "j" se prononce "dj" ; "h" est toujours aspiré (comme en anglais) ; "ch" se prononce "tch" ; "sh" se prononce "ch" (comme dans le mot "chat"). Les autres consonnes se prononcent comme en français.



Le système d'écriture


L'alphabet syllabique japonais compte 46 sons qui s'écrivent de deux façons différentes : le hiragana et le katakana. Ce sont des systèmes de signes qui ont uniquement une valeur phonétique, et n'ont donc pas de sens. Le hiragana est une écriture simple que les enfants apprennent en premier. Il sert à noter les désinences grammaticales et certains mots qui n'ont pas de transcription phonétique en caractères sino-japonais (kanji). Ensuite, les enfants étudient le katakana, qui sert à transcrire les mots d'origine étrangère ainsi que les noms propres, de villes et de pays.


De plus, les Japonais n'espacent pas les mots quand ils écrivent. Imaginez-vous en train de lire un texte en français avec toutes les lettres liées ! Une phrase écrite uniquement en hiragana est donc illisible. C'est pourquoi les Japonais ont introduit les kanji, afin de faciliter la lecture. En chinois, chaque signe représente une idée ou un mot, tandis qu'en japonais, il représente une idée et un son de la langue.


Par exemple, "une montagne" se dit "yama" en japonais, et s'écrit : 山. Par ailleurs, ce caractère a aussi une lecture phonétique, qui est "san", qu'on retrouve dans un mot tel que 富士山, "fujisan", le fameux Mont Fuji.

 


Les jours et les mois


Français Rômaji Hiragana Kanji
Lundi Getsuyôbi げつようび 月曜日
Mardi Kayôbi かようび 火曜日
Mercredi Suiyôbi すいようび 水曜日
Jeudi Mokuyôbi もくようび 木曜日
Vendredi Kinyôbi きんようび 金曜日
Samedi Doyôbi どようび 土曜日
Dimanche Nichiyôbi にちようび 日曜日


Français Rômaji Hiragana Kanji
Janvier ichigatsu いちがつ 一月
Février nigatsu にがつ 二月
mars sangatsu さんがつ 三月
avril shigatsu しがつ 四月
mai gogatsu ごがつ 五月
juin rokugatsu ろくがつ 六月
juillet shichigatsu しちがつ 七月
août hachigatsu はちがつ 八月
septembre kugatsu くがつ 九月
octobre jûgatsu じゅうがつ 十月
novembre jûichigatsu じゅういちがつ 十一月
décembre jûnigatsu じゅうにがつ 十二月


Les chiffres et les nombres

Français Rômaji Hiragana Kanji
0 zero ゼロ  
1 ichi いち
2 ni
3 san さん
4 yon/shi よん/し
5 go
6 roku ろく
7 nana/shichi なな/しち
8 hachi はち
9 kyû/ku きゅう/く
10 じゅう
100 hyaku ひゃく
1000 sen せん
10 000 man まん
Repost 0
Published by Milem - dans Japon
commenter cet article
11 novembre 2008 2 11 /11 /novembre /2008 23:45

Voici quelques techniques courantes utilisées par différents organes de pouvoir – publics ou privés – cherchant à occulter des vérités qui dérangent. Il est utile de garder ces concepts à l’esprit lors de la lecture d’informations relatives à des sujets controversés (ils sont nombreux) … pour autant, règle n°1, que vous sachiez même qu’ils le sont.


Faites le test. Vous serez sans doute surpris de constater à quel point ces procédés percolent au travers de nombre de propos tenus par des instances officielles, des “experts” et par extension de nombreux médias.

 

 

Technique n°1 : Evitement
Ne pas écouter la controverse, ne pas la voir, ne pas en parler. Si elle n’est pas rapportée, elle n’existe pas et il n’y a pas lieu de s’en occuper.

Technique n°2 : Superficialité
N’aborder la controverse qu’en périphérie, sur des points mineurs voire pittoresques. Eviter soigneusement les points clés de l’argumentation.

Technique n°3 : Indignation
Rejeter le sujet de façon indignée (”jamais une chose pareille ne serait possible”). Jouer sur le sentiment d’incrédulité (”il y aurait eu des fuites”, “ça se saurait”, …)

Technique n°4 : Rumeur
Considérer la controverse comme une rumeur de plus, sans fondements, quels que soient les arguments présentés.

Technique n°5 : Homme de paille
Présenter la position de son adversaire de façon volontairement erronée, en sélectionnant son argument le plus faible, en amplifiant sa portée puis en le détruisant.

Technique n°6 : Messager
Décrédibiliser le porteur du message. Par extension, associer les opposants à des dénominations impopulaires telles que “excentrique”, “extrême-droite”, “gauchiste”, “terroriste”, “conspirationniste”, “radical”, “fanatique”, ou même “blonde” etc…

Technique n°7 : Biais
Exacerber tous les faits qui pourraient donner à penser que l’opposant opère en dissimulant ses véritables intentions ou est sujet à tout autre forme de biais.

Technique n°8 : Confusion
Quelque soit le niveau de la polémique mais sans y faire référence, confirmer la thèse officielle par un communiqué laconique sur une nouvelle étude favorable et rassurante.

Technique n°9 : Autorité
S’associer à l’autorité (organismes internationaux etc.) et présenter ses arguments avec suffisamment de jargon, de détails techniques et de sources pour les crédibiliser.

Technique n°10 : Innocence
Faire l’innocent. Quelle que soit la solidité des arguments de l’opposant, éviter la discussion en leur contestant toute crédibilité, toute existence de preuves, toute logique ou tout sens. Mélanger le tout pour un maximum d’efficacité.

Technique n°11 : Amalgame
Associer les charges de l’opposant à des charges farfelues facilement réfutables, qu’elles soient antérieures ou le fait d’autres opposants. En y étant associées, les charges subséquentes, quelle que soit leur validité, sont alors beaucoup plus facilement discréditées.

Technique n°12 : Diviser
Diviser pour mieux régner et par extension mettre l’accent sur les différences entre les différents courants des opposants et l’impression de chaos que cela procure.

Technique n°13 : Pseudo-débat
Présenter la version de l’opposant en premier lieu puis démentir par une succession de déclarations issues de sources faisant apparemment autorité.

Technique n°14 : Confession
Admettre avec candeur que des manquements (mineurs) ont été identifiés et que des solutions ont été apportées. Les opposants cependant en ont tiré parti pour gonfler la controverse et tenter de démontrer ce qui n’existe pas.

Technique n°15 : Edulcorer
Utiliser des termes techniques sans contenu émotif pour décrire le problème.

Technique n°16 : Enigme
Les énigmes n’ont pas de solution. Etant donné la multitude des paramètres, des intervenants et de leurs interactions, le sujet est bien trop complexe pour ne pouvoir être jamais résolu. Une technique couramment utilisée pour décourager ceux qui cherchent à suivre…

Technique n°17 : Solution complète
Eviter le problème en exigeant de l’opposant qu’il fournisse une solution complète à la résolution de la controverse.

Technique n° 18 : Omission
Omettre des preuves, des publications ou des témoignages contraires. S’ils n’existent pas, ce ne sont pas des faits, et le sujet ne doit pas être couvert.

Technique n°19 : Sang froid
Amener l’opposant à argumenter dans une position difficile et jouer sur sa perte de sang froid pour le décrédibiliser.

Technique n°20 : Expertise
“You don’t bite de hand that feeds you”, disent les Anglais. Créer son propre groupe d’experts et le financer directement ou indirectement.

Technique n°21 : Preuve impossible
Ignorer les preuves présentées par l’opposant comme étant non pertinentes et lui demander des preuves inaccessibles, que ce soit matériellement (non disponibles ou soustraites au regard du public), techniquement (années de recherche) ou financièrement.

Technique n° 22 : Déni
Dénier toute crédibilité ou être extrêmement critique vis à vis de publications, de témoignages ou même de propos officiels d’organes de pouvoir, en les désignant comme des “sources non valides” ou “des éléments sortis de leur contexte”.

Technique n°23 : Fausse preuve
Introduire des éléments contradictoires par rapport à l’argument de l’opposant, au besoin en fabriquant de fausses preuves, par exemple sous la forme d’études scientifiques au protocole particulièrement étudié.

Technique n°24 : Grand Jury
Organiser un grand jury ou des états généraux avec tous les atours de la consultation la plus large et la plus ouverte qui soient. Neutraliser ensuite les sujets qui fâchent et présenter le rapport final comme étant l’état du consensus général.

Technique n°25 : Diversion et distraction
Créer l’événement ailleurs pour distraire et écarter l’attention du public.

Repost 0
Published by Milem - dans Réflexions
commenter cet article
4 novembre 2008 2 04 /11 /novembre /2008 14:49

nos_enfants_nous_accuseront

Dans un petit village français au pied des Cévennes, le maire a décidé de faire face, a décidé de réagir en faisant passer la cantine scolaire en Bio. Ici comme ailleurs la population est confrontée aux angoisses contre la pollution industrielle, aux dangers de la pollution agro chimique. Ici commence un combat contre une logique qui pourrait devenir irréversible, un combat pour que demain nos enfants ne nous accusent pas.
Repost 0
Published by Milem - dans Actualitées
commenter cet article
2 novembre 2008 7 02 /11 /novembre /2008 15:14
Des chercheurs de l'Institut Pasteur et du CNRS viennent d'identifier une nouvelle source de production de neurones dans le cerveau adulte. Leurs travaux, publiés dans le Journal of Neuroscience, apportent la preuve des capacités intrinsèques du cerveau à s'auto-réparer. Ils ouvrent ainsi des perspectives inattendues pour le développement de thérapies, notamment pour le traitement des pathologies neurodégénératives, comme la maladie de Parkinson ou la Chorée de Huntington.

En 2003, alors que les neurobiologistes considéraient depuis toujours que le cerveau et la moelle épinière ne pouvaient se réparer, en cas de lésion ou de maladie, la découverte de cellules souches au coeur du cerveau adulte par Pierre-Marie Lledo et son équipe, à l'Institut Pasteur (unité Perception et mémoire , CNRS URA 2182), avait bouleversé le dogme central en neurobiologie. Les chercheurs avaient en effet montré que certaines cellules non-neuronales, appelées cellules gliales, pouvaient se transformer en neurones, eux-mêmes capables d'intégrer des réseaux cellulaires existants. L'année suivante, la même unité avait identifié une molécule chargée d'attirer ces néo-neurones depuis leur zone de formation jusque dans le bulbe olfactif, une autre région du cerveau.

Aujourd'hui, Pierre-Marie Lledo et son équipe apportent de nouveaux espoirs pour les stratégies thérapeutiques qui visent à réparer le cerveau. En collaboration avec l'unité de Virologie moléculaire et vectorologie, dirigée à l'Institut Pasteur par Pierre Charneau, les chercheurs prouvent en effet que ces cellules souches de type glial, capables de se transformer en neurones, sont localisées non seulement dans la zone de formation qu'ils ont identifiée en 2003, mais également tout le long d'un tunnel dans lequel migrent les nouveaux neurones, ainsi que dans le bulbe olfactif.

Les chercheurs ont pu observer et prouver directement ce phénomène grâce à la mise au point vecteur viral capable de cibler spécifiquement les cellules gliales et de les rendre fluorescentes. Après avoir injecté ce vecteur dans la zone neurogénique déjà connue, puis dans de nouveaux territoires, ils ont constaté que de nombreuses régions du cerveau devenaient fluorescentes, et possédaient donc la capacité unique à produire des neurones.

L'équipe a en outre observé que l'absence de stimulation olfactive, à la suite d'une lésion de l'organe sensoriel, intensifiait la transformation des cellules gliales en neurones. Cette formation des néo-neurones ainsi exacerbée prouve donc que le cerveau possède des propriétés intrinsèques d'autoréparation.

"Ces travaux donnent un nouvel éclairage sur les fonctions réparatrices du système nerveux d'un central, souligne Pierre-Marie Lledo. En détournant des neurones nouvellement formés depuis leur zone germinative vers les régions lésées, on pourrait en effet espérer contribuer à élaborer de nouvelles stratégies thérapeutiques, pour le traitement des pathologies neurodégénératives comme la Chorée de Huntington ou la maladie de Parkinson".

  Source: CNRS
Repost 0
Published by Milem - dans Tech-Sciences
commenter cet article
2 novembre 2008 7 02 /11 /novembre /2008 10:09




Mon cul, l’intelligence renouvelée  arf !! (site officiel)

Repost 0
Published by Milem - dans Humour
commenter cet article
2 novembre 2008 7 02 /11 /novembre /2008 10:05
Une équipe française spécialisée dans les greffes cardiaques a annoncé lundi qu'un projet de coeur artificiel total auquel elle travaille depuis 15 ans allait maintenant être produit de façon industrielle pour être implanté "d'ici deux ans et demi" pour essais chez l'homme.

Plusieurs équipes dans le monde, notamment en Asie et aux Etats-Unis, oeuvrent à la mise au point d'un coeur artificiel total, qui se substituerait au coeur naturel et permettrait de pallier la pénurie de greffons. Ce coeur artificiel a été mis au point par le professeur Alain Carpentier, de l'Hopital européen Georges Pompidou à Paris. Il va être réalisé par une entreprise biomédicale, Carmat, émanation du groupe européen de défense et d'aéronautique EADS. "On passe aujourd'hui de la recherche pure à l'application clinique, après 15 ans de travail on passe la main à l'industrie pour produire un coeur artificiel utilisable chez l'homme", a indiqué le Pr Carpentier.

Selon le Pr Carpentier, les prototypes expérimentaux mis au point par son équipe ont été testés chez l'animal mais "surtout par simulation numérique". "Le coeur artificiel est prêt, il a besoin d'être fabriqué industriellement", a-t-il affirmé. Il a noté que "tous les composants de la prothèse" n'ont fait apparaître aucune "complication d'usure". Selon lui son projet résout le problème essentiel que rencontrent les coeurs artificiels existants, à savoir "la formation de caillots".

Il utilise des matériaux mieux tolérés, "bioprothétiques", que le Pr Carpentier indique avoir inventés pour des prothèses de valves cardiaques vendues aujourd'hui dans le monde entier, et qui sont fabriqués à partir de "tissus animaux traités chimiquement pour éviter le rejet immunologique". Il reproduit en outre la physiologie d'un coeur normal, avec les mêmes flux sanguins. Les coeurs artificiels devraient pouvoir être testés sur l'homme d'ici "deux ans et demi", selon lui, afin de démontrer que les choix technologiques qui se sont avérés satisfaisants dans les tests expérimentaux "se confirment chez l'homme". (afp)

Repost 0
Published by Milem - dans Tech-Sciences
commenter cet article
2 novembre 2008 7 02 /11 /novembre /2008 09:20

Voilà donc le récit d'Antoine Deleau :

"J'étais au premier rang, avantage que je devais à ma grande taille. L'artillerie anglaise nous foudroyait et nous répondions à chaque décharge par une fusillade de moins en moins nourrie. Entre deux décharges le général Anglais nous cria en français
"Grenadiers rendez vous ! " Cambronne répliqua " la garde meurt mais ne se rend pas ! " Je l'ai parfaitement entendu, j'étais à deux mètres de lui.

Le général anglais commanda le feu. Nous reformâmes le carré ; "Grenadiers rendez vous ! Vous serez traités comme les plus beaux soldats du monde !" reprit la voix stricte du général Anglais. Cambronne répliqua à nouveau "La garde meurt mais ne se rend pas !" Tous ceux qui étaient proches de Cambronne dont moi, répétâmes cette phrase, reprise bientôt par tout le carré. Nous essuyâmes une nouvelle terrible décharge .Nous reformâmes encore le carré et nous ouvrîmes le feu à notre tour…
Cette fois ce furent tous les soldats anglais qui nous cernant de toutes parts nous implorèrent de nous rendre.. "Grenadiers rendez vous ! rendez vous !"

C'est alors que fou d'impatience et de colère, Cambronne lâcha le fameux "Merde !"
Ce fut le dernier mot que j'entendis car je reçus un boulet dans mon colback qui m'étendit sans connaissance sur un tas de cadavres."


---

Qui a vaincu à Waterloo ?...C'est un mot ! Un mot qui fracture la poitrine, une insulte à la foudre ! Le plus beau mot qu'un français ait répété ! Dire ce mot et mourir ensuite quoi de plus grand ? C'est foudroyer le tonnerre !

Victor Hugo (Les misérables.1862)
----


Sources : Témoignage de Antoine Deleau. Cité dans le journal Le Voleur. Trente cinquième année de parution numéro 296 du 2 Juillet 1862.


A cet épisode que nous rapporte Dom Pierre, il convient de préciser que le général Cambronne lui-même nia le restant de sa vie avoir prononcé le mot. Ce qui fit dire à l'historien Henri Houssaye : « Mais alors qu'on ne s'explique pas pourquoi, il aurait nié la phrase si vraiment il l'avait prononcée, on comprend beaucoup plus facilement qu'il ait été embarassé et même confus d'avouer le mot. Devenu le mari d'une Anglaise et créé vicomte par Louis XVIII, Cambronne se piquait d'une excellente éducation. Il tenait à passer pour un homme bien élevé. Il ne voulait pas donner aux malveillants un nouveau prétexte de dire que les généraux de l'Empire étaient de grossiers soldats qui avaient importé dans les états-majors et jusque dans les salons les façons et le langage de corps de garde. Mais si l'on se représente par la pensée l'épisode final de la tragique bataille du 18 juin 1815, si l'on songe à l'état d'esprit où se trouvait Cambronne, à l'exaspération que devaient produire sur lui les sommations réitérées de l'ennemi, on reconnaît que le mot était en situation. Il est psychologiquement vrai : or, comme, au témoignage de Cambronne lui-même, il répondit quelque chose - une phrase ou un mot - aux Anglais qui le sommaient de se rendre, ce quelque chose doit être cela.»




(1) Cambronne (Pierre-Jacques-Etienne, vicomte) 1770 - 1842, général. S'engagea comme volontaire en 1792. Il participera à la plupart des combats de la république, du consulat et de l'Empire. Blessé à plusieurs reprises, sa bravoure lui vaudra d'être nommé général de brigade. L'Empereur le fera officier de la légion d'honneur, baron de l'Empire. Quoique blessé lors de la campagne de France en 1814, il reprendra du service pour assurer la défense de Paris. Lorsqu'il apprendra l'abdication de Napoléon et l'imminent départ de ce dernier pour l'île d'Elbe, il écrira au général Drouot : « On m'a toujours choisi pour aller au combat ; on doit me choisir pour suivre mon souverain, un refus serait pour moi la plus mortelle injure.» Il sera du voyage.

Lors du retour de l'Empereur en 1815, c'est lui qui commandera l'avant-garde de la "petite armée" de Golfe-Juan aux tours de Notre-Dame. Napoléon ayant retrouvé son trône, il sera nommé général de division, comte de l'Empire et grand officier de la Légion d'honneur. Il refusera le grade de général de division en affirmant : « On dirait que c'est un passe-droit.»

A Waterloo, il commandera le 1er chasseurs à pied de la Garde. Blessé, il sera fait prisonnier et emmené en Angleterre. De retour en décembre 1815, il sera écroué le 20 et passera devant le conseil de guerre le 26 avril 1816. Il sera acquitté.

En 1819, le roi Louis XVIII le fera chevalier de Saint-Louis. En 1823, il prendra sa retraite et s'établira à Nantes, sa ville natale, où il s'éteindra le 29 janvier 1842.


Source :
http://ameliefr.club.fr/Mot-de-Cambronne.html
Repost 0
Published by Milem - dans Histoires
commenter cet article
1 novembre 2008 6 01 /11 /novembre /2008 19:49
L'Organisation des Nations unies pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO) a appelé mardi la Chine à fournir toute information sur des traces éventuelles de mélamine dans la chaîne alimentaire.

La découverte récente de la substance chimique à Hong Kong dans des oeufs produits en Chine fait craindre qu'elle ne soit présente dans de nombreux aliments, comme la viande ou le poisson, a indiqué Zhang Zhongjun, un responsable de la FAO en Chine. Selon ce dernier, le ministre chinois de l'Agriculture a lancé une enquête pour déterminer si de la mélamine avait été ajoutée à la nourriture pour les animaux, ce qui expliquerait sa présence dans la chaîne alimentaire.

"Mais nous ne connaissons pas les détails de cette enquête, nous voulons qu'ils nous communiquent immédiatement les résultats de leurs découvertes", a-t-il dit. "Si la nourriture s'avère contaminée, alors la possibilité (que des porcs, des poulets, des poissons et du bétail soient contaminés) existe", a-t-il ajouté. Pour M. Zhang, certains producteurs peuvent avoir eu le même but que ceux qui ont coupé le lait avec de la mélamine, ce qui permet de faire croire à un taux élevé de protéines.

Quatre nourrissons sont morts en Chine après avoir consommé du lait frelaté à la mélamine et des dizaines de milliers d'autres sont tombés malades le mois dernier. Des oeufs frelatés à la mélamine ont été trouvés en septembre à Dalian, dans le nord-est de la Chine, dans des lots de l'un des plus gros producteurs du pays, Hanwei, a indiqué un responsable local lundi. Le week-end dernier, les autorités de Hong Kong avaient annoncé la découverte des oeufs frelatés à la mélamine de la même marque dans l'ancienne colonie britannique.

Selon le Guangzhou Daily, des oeufs de la marque Hanwei ont été retirés des rayons de plusieurs magasins de grands distributeurs dans le sud de la Chine. La société Hanwei n'était pas joignable mardi. Selon la presse chinoise, ses bureaux à Pékin ont nié la découverte d'oeufs contaminés dans la capitale. (belga)

Source : http://www.7sur7.be
Repost 0
Published by Milem - dans Actualitées
commenter cet article
1 novembre 2008 6 01 /11 /novembre /2008 19:09
Des tomates OGM enrichies en antioxydants et dont la couleur a tourné au pourpre ont réussi à prolonger la vie de souris susceptibles d'attraper un cancer, selon une étude conduite par des chercheurs du centre John Innes de Norwich (Grande-Bretagne).

Les antioxydants, présents dans de nombreux fruits ou légumes, sont des molécules qui combattent la destruction des cellules par les radicaux libres produits notamment par le vieillissement des cellules ou certaines maladies.

Taux d'anthocyanine
Dans le cadre du projet européen Flora, visant à établir le rôle des flavonoïdes dans des maladies, les chercheurs ont génétiquement modifié des tomates pour les enrichir en anthocyanines, des antioxydants de la classe des flavonoïdes. Pour ce faire, ils ont utilisé deux gènes de la gueule-de-loup, qui donnent sa couleur à la fleur et qui, selon un des responsables de l'étude, Eugenio Butelli, "produisent des anthocyanines".

Dans ces tomates modifiées, le taux d'anthocyanine est multiplié presque par trois par rapport aux tomates naturelles. Les chercheurs, dont les travaux sont publiés dimanche dans la revue Nature Biotechnology, du groupe britannique Nature, ont réduit en poudre ces tomates OGM et en ont nourri des souris auxquelles il manquait un gène protecteur, donc susceptibles d'attraper différents types de tumeurs et de mourir jeunes.

Antioxydants
Ces souris ont obtenu une durée de vie de 182 jours, contre 142 jours pour des souris sans gène protecteur nourries sans tomates ou avec des tomates normales. "Nous ne savons pas comment ça marche, et il est improbable que ces données s'expliquent par les seuls antioxydants", a reconnu Marco Giorgio, de l'Institut européen d'oncologie.

"De plus, nous n'avons pas pris en compte d'éventuels effets toxiques, donc je dirais que nous sommes très loin d'envisager un essai sur des humains". L'agence américaine des aliments et des médicaments (FDA) avait indiqué l'an dernier qu'il n'y avait "pas d'indication solide" prouvant que la consommation de tomates riches en lycopène, un antioxydant, réduise le risque de certains cancers, hormis peut-être celui de la prostate ou de l'estomac.






















Source : http://www.7sur7.be
Repost 0
Published by Milem - dans Tech-Sciences
commenter cet article

Rechercher

Pages