Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 juillet 2008 7 06 /07 /juillet /2008 23:15

Voici quelques extraits d’articles du “Canard Enchainé” parus durant le mois de mai à propos de la contamination de denrées alimentaires par de l’huile… de moteur. Lesquels produits sont en grande partie encore en rayon parce qu’”il n’y a aucun danger sur la santé” et “aucun impact sur le goût” d’après le service de répression des fraudes.

Ces articles démontrent - une fois de plus - que dans notre belle société moderne, la santé humaine est sacrifiée sur l’autel des profits.

Il faut faire circuler ces infos le plus largement possible. D’après le Canard Enchaîné de cette semaine, l’ANIA (Association Nationale des Industries Alimentaires) attend d’éventuelles reprises des informations par la presse pour commencer à réagir… Et si on les aidait ?

Une liste non exhaustive (et pour cause) des produits contaminés par de l’huile de moteur, fournie par le même Canard enchaîné, est donnée dans la note de bas de page.

 

[Le Canard enchainé, 14 mai 2008] Achetées en Ukraine, 40000 tonnes d’huile de tournesol coupée au lubrifiant pour moteur ont été distribuées en Europe. Et les produits concernés n’ont pas du tous disparu des rayons français.

Depuis le 5 mai, de mayonnaise, des plats cuisinés, de la vinaigrette industrielle, des conserves à l’huile, etc… préparées avec de l’huile de moteur sont en vente dans les grandes surfaces. Et ce avec la bénédiction des pouvoirs publics et de la Commission européenne. Bien sur, le consommateur n’a pas été informé…

Officiellement, tout commence le 21 avril dernier, quand le groupe Saipol, numéro un français de la transformation des oléagineux et accessoirement propriétaire de Lesieur, prévient la Répression des Fraudes que son usine de Sète, où est raffinée de l’huile de tournesol brute, il y a un sérieux pépin. Une grosse rasade d’huile achetée en Ukraine est farcie à l’”huile de moteur“, huile minérale dérivée d’hydrocarbure. Et pas qu’un peu : d’après nos informations, sur 2800 tonnes d’huile apparemment irréprochable, livrées en France, 19 tonnes auraient mieux fait d’aller graisser des rouages et des pistons que des gosiers. Deux jours plus tard, la France informe officiellement ses voisins européens : cette cargaison fait partie d’un énorme lot de 40000 tonnes, qui a atterri non seulement en France, mais aussi aux Pays-Bas, en Italie et en Espagne. Et c’est tout le lot qui a été trafiqué ! De quoi, pour les escrocs, se faire du beurre : sachant que la tonne d’huile de tournesol brute est vendue 1800 euros et que d’après les confidences d’un fonctionnaire de la Commission européenne, ce sont en tout pas moins de 280 tonnes d’huile de moteur qui ont été introduites en douce dans les containers, les margoulins d’Ukraine ont empoché un bénéfice de 504000 dollars (moins ce qu’ils ont déboursé pour l’huile bidon, certes, mais celle ci coûte des clopinettes).

A partir du 26 avril, la Commission européenne et la répression des fraudes rendent publique l’alerte. Officiellement, l’huile de tournesol frelatée mise en bouteilles et les plats préparés à partir de cette mixture ont tous été retirés des rayons et “n’ont pas atteint le consommateur“. Fort bien, mais, au fait combien de lots ont été retirés en tout ? Questionnée par “Le Canard”, la DGGCRF, autrement dit, la Répression des fraudes, explique que “compte tenu du nombre d’entreprises concernées, il est impossible d’en connaître le nombre exact“. Chez Carrefour Promodès, enseigne qui possède la moité des grandes surfaces alimentaires en France, on admet du bout des lèvres avoir retiré pas moins de… 200 produits concernés !

Bref, tout baigne. Sauf qu’il reste un léger problème : Saipol, la maison mère de Lesieur (laquelle marque a fait répondre au Canard par son agence de com’ qu’elle n’était “en rien concernée“), a reçu sa cargaison d’huile frelatée fin février. Et n’y a vu que du feu. Jusqu’à ce qu’un mois plus tard un industriel du nord de l’Europe, destinataire du même lot, l’informe après analyse que quelque chose clochait dans l’huile de tournesol ukrainienne . Et ce n’est qu’un mois plus tard que Lesieur a enfin sonné l’alerte auprès de la Répression de fraudes. La question qui se pose est cruciale : combien de produits assaisonnés à l’huile frelatée ont été conditionnés et commercialisés entre-temps ? Saipol reconnait avoir raffiné l’huile en question pour la vendre ensuite à une trentaine de clients de l’industrie agroalimentaire1 , dont il refuse de citer les noms. Mystère et salade verte. […]

Mais il y a plus sérieux : contrairement à ce qu’ont d’abord assuré la Commission européenne et les pouvoirs publiques français, tous les produits additionnés d’huile contaminés n’ont pas été retirés des rayons. En effet, le 2 mai, la Commission européenne s’est fendue en catimini d’une recommandation autorisant la vente de tous les aliments contenant moins de 10% d’huile de tournesol frelatée. […]

Comme l’admet la DGCCRF dans une note adressée au Canard, le 7 mai, “en l’absence de toxicité aiguë”, tant pis pour les mayonnaises et autres petits plats déjà vendus. “Aucun rappel” n’a été effectué .[…]

Bref, il va s’en dire que les entreprises vont se cacher derrière les recommandations du service public. Pour une affaire qui sort dans la presse, combien sont inconnues ? Comment faire confiance aux agro-industries actuelles qui préfèrent nous empoisonner plutôt que de perdre de l’argent ? Pour l’intérêt de notre santé, nous savons ce qu’il nous reste à faire… cessons de consommer ces produits et parlons-en autour de nous.

 

 

Source : Leplancherdesvaches.net

Repost 0
Published by Milem - dans Actualitées
commenter cet article
2 juillet 2008 3 02 /07 /juillet /2008 20:36
Un futur réseau de satellites en orbite autour de la terre pourrait détecter un tremblement de terre imminent en mesurant l’ionosphère de la planète.




Le projet est basé sur une théorie qui suggère que les contraintes générées sur les roches avant un séisme créent un champ électrique à la surface de la Terre, ainsi qu’un champ magnétique pouvant atteindre la ionosphère. Ces variations électriques et magnétiques pourraient être mesurées par des capteurs infrarouges embarqués à bord de satellites.

D’après la société britannique Surrey Satellite Technology Limited à l’origine du projet, un tel réseau de 20 satellites pourrait être déployé d’ici deux ans.

Surrey Satellite Technology Limited

Toutefois de nombreux géologues sont sceptiques devant le projet et soulignent qu’aucune étude scientifique n'a pu montrer de variations de champ magnétique avant un tremblement de terre.

Cette situation pourrait cependant changer avec la récente annonce de la publication d’une étude de l’Université George Mason de Virginie, aux Etats-Unis, qui décrirait une activité électromagnétique anormale au Sichuan dix jours avant le séisme du 12 mai 2008.

Sources: NouvelObs.com, ABC Science

Repost 0
Published by Milem - dans Tech-Sciences
commenter cet article
2 juillet 2008 3 02 /07 /juillet /2008 02:16
Des scientifiques ont découvert une bactérie génétiquement altérée qui sécrète du pétrole brut lorsque mise en milieu de compostage.
@FOX
Repost 0
Published by Milem - dans Tech-Sciences
commenter cet article
2 juillet 2008 3 02 /07 /juillet /2008 01:55

Le Japon est logiquement, le premier consommateur de manga au monde. Les japonais sont de très gros lecteurs et on estime que plus de 50% de la population achète au moins un manga par semaine. C'est une importante source de profit au pays du soleil levant. Le prix d’achat est beaucoup moins important que dans les pays importateurs : au Japon un volume coûte plus ou moins 400 yens (soit environ 3.10 euros).

 

La vision du manga est différente en Asie et en Europe. En France par exemple le manga est considéré comme un objet de valeur, de collection, tandis qu’au Japon il est perçu comme un objet de grande consommation, presque comme quelque chose de quotidien.

La diffusion du manga ne se fait pas comme en Europe où ils sont en général bimensuels : le manga est d’abord pré-publié dans les pages d’hebdomadaires rattachés aux grandes maisons d’éditions. Les auteurs sont tenus de respecter des délais très stricts et de fournir un chapitre par semaine (ce qui vous vous en doutez est extrêmement contraignant). Un manga comportant en moyenne 10 chapitres il faut donc attendre plus de deux mois avant d’avoir le volume relié.

 

En revanche les japonais ne tiennent pas aux hebdomadaires (qui sont un peu comme leur Parisien local) et ces mêmes magazines sont généralement jetés après lecture (précisons tout de même qu’ils sont fait en papier recyclé et donc prévu à usage unique). Le manga reste néanmoins une valeur sure de la distribution mondiale. En effet les 42 volumes de Dragon ball (Akira Toriyama, éditions Glénat) se sont vendus à 250 millions d’exemplaires dans le monde, un chiffre hallucinant qui surclasse certaines valeurs sures de la bande dessinée européenne comme les célèbres Aventures de Tintin.

Les dessinateurs sont nommés Mangaka et sont généralement d'anciens assistants d’autres auteurs. Ils peuvent au cours de certaines manifestations ou concours exposer leurs œuvres personnelles et ainsi être remarqués par des chercheurs de talents des différentes maisons de production.

 

Les mangaka ont un rendement beaucoup plus important que les auteurs européens ou américains. Ils sont également mieux payés et publiquement reconnus. Si leurs œuvres fonctionnent bien et qu’elles sont par la suite adaptées à l’écran en Live (avec de vrais acteurs) ou en film d’animation, les Mangaka peuvent devenir très riches. Du fait de leur rythme acharné de publication, reflet de la mentalité japonaise, ils se consacrent uniquement sur la modélisation de leurs personnages et laissent les trames et autres décors à leurs assistants.


Certains Mangaka sont déjà mondialement connus tels que Akira Toriyama, précédemment cité, ou encore Ozamu Tezuka (Metropolis) qui est considéré comme le père du manga. Ils n'ont de cesse d'inspirer de nouvelles générations de dessinateurs.

Repost 0
2 juillet 2008 3 02 /07 /juillet /2008 01:48

Les Manga visent des lecteurs différents selon leur histoire et leur graphisme, on distingue ainsi plusieures catégories répondant chacune à un nom bien précis :


- Les KODOMO, ou manga pour jeunes enfants : ces manga sont en général porteurs d'un message d’apprentissage, d'une morale….on retrouve parmis ces mangas les Pokemons, Digimon et autres.
- Les SHONEN, ou manga pour adolescents mâles : baston, entraînement, violence, humour gras ou misogyne, baston, amitié virile, dépassement de soi et baston. Un style ciblant les jeunes garçons qui aiment les combats et les jolies filles (presque tout le monde quoi). On y retrouve Dragon ball ou encore Naruto.
- Les SHOJO, ou manga pour adolescentes : des histoires complexes, des romances impossibles, des esprits troublés, des hommes androgynes et des larmes. On peut y voir un genre d'Arlequin japonais. Parfait pour les filles, plus rébarbatif pour les hommes. Mais ne soyons pas sectaires : les Shôjos peuvent aussi plaire aux garçons puisqu'ils mettent souvent en place des situations proches de la réalité. Les sentiments y ont une place prédominante et Fruits Basket me semble en être un bon exemple.
- Les SEINEN, ou manga pour jeunes adultes (plutôt masculins) : souvent des histoires d’horreur où l’hémoglobine tient un rôle important. On y trouve aussi des intrigues policières, des critiques de la société. Ce genre de manga peut être représenté par Akumetsu, déjà évoqué sur ce Blog.
- Les JOSEI, ou manga pour jeunes femmes adultes : idem que pour les Seinens mais en moins gore et plutôt axés sur les critiques de la société (souvent vue à travers les yeux d’une femme).

Il existe également les Seijins qui sont respectivement pour les hommes,
et les Redisules pour les femmes adultes.

 


Notons aussi la présence de genres spécifiques, qui peuvent entrer dans plusieurs de ces catégories :  

-le Yonkoma (en 4 cases souvent humoristique), le Gekiga (qui se déroule dans les années 60-70), le Ecchi (manga érotique), le Hentai (manga pornographique), le Suiri (manga tourné vers le meurtre), le Jidaimono (manga historique), le Shôjo-ai (romance sentimentale lesbienne), le Yuri (romance sexuelle lesbienne), le Shônen-ai (romance sentimentale entre hommes) et le Yaoi (romance sexuelle entre hommes).

Repost 0
1 juillet 2008 2 01 /07 /juillet /2008 23:32

Le CNRS a annoncé le 17 juin que des biologistes français viennent de mettre au point une molécule prometteuse dans le traitement du cancer. Cette nouvelle molécule permettrait d’inhiber la multiplication des cellules cancéreuses et la formation des néovaisseaux sanguins participant à la croissance des tumeurs.


Son mode de fonctionnement :

La molécule HB-19 agit comme un agent double ce qui fait d’elle un puissant agent anti-cancéreux. Celle-ci permet de bloquer à la fois la synthèse d’une protéine (nucléoline de surface) indispensable à la croissance des cellules malignes ainsi que la formation des vaisseaux qui apportent « la nourriture à la tumeur ».

En plus de cette double-caractéristique très encourageante, elle ne serait pas toxique, contrairement aux traitements utilisés aujourd’hui pour le cancer. En effet, après l’interaction avec la nucléoline de surface, HB-19 ne pénètre pas dans le noyau de la cellule et pourrait ainsi éviter de nombreux effets secondaires liés à la chimothérapie ou la radiothérapie.


Premiers résultats encourageants :

Les premiers résultats expérimentaux sur des souris auxquelles ont été greffées des cellules cancéreuses humaines, par injection de cellules tumorales sous la peau ( cancers du colon, de la prostate, du sein et mélanome), sont très prometteurs. En effet, ce traitement expérimental a entraîné une inhibition significative de la progression des tumeurs, voire même dans plusieurs cas, l’éradication de cellules tumorales.


Enfin, grand espoir, cette cellule pourra être produite à l’échelle industrielle. Très soluble dans les milieux physiologiques, sa synthèse est en effet réalisable à l’échelle industrielle par les techniques actuelles de chimie.

Le CNRS dispose dores et déjà d’un brevet sur cette découverte et c’est la société ImmuPharma qui commencera dés 2009 les premiers essais cliniques avec des molécules HB-19 de deuxième génération encore plus efficaces.

______________________________________

NB : Pour plus d’informations, ces résultats sont publiés dans la revue PLoS ONE.

Repost 0
Published by Milem - dans Tech-Sciences
commenter cet article
1 juillet 2008 2 01 /07 /juillet /2008 23:31
L'euro a été inventé pour rendre le salaire des riches six fois moins indécent.
99 F, Octave Parango.


L'avantage avec la nouveauté, c'est qu'elle ne reste jamais neuve. Il y a toujours une nouvelle nouveauté pour faire vieillir la précédente.
99 F, Octave Parango.


Tout s'achète : l'amour, l'art, la planète Terre, vous, moi... Surtout moi. L'homme est un produit comme les autres. Avec une date limite de vente. Je suis publicitaire. Je suis de ceux qui vous font rêver des choses que vous n'aurez jamais. Ciel toujours bleu, nanas jamais moche, bonheur parfait retouché sur Photoshop. Vous croyez que j'embellis le monde ? Perdu, je le bousille.
99 F, Octave Parango.


Le grand problème de la production capitaliste n'est plus de trouver des producteurs et de décupler leurs forces mais de découvrir des consommateurs, d'exciter leurs appétits et de leurs créer des besoins factices.
Paul Lafargue


Tu as une classe entière de jeunes hommes et femmes forts et solides, et ils veulent donner leur vie pour quelque chose. La publicité les fait tous courir après des voitures et des vêtements dont ils n'ont pas besoin. Des générations entières travaillent dans des métiers qu'ils haïssent, uniquement pour qu'ils puissent acheter ce dont ils n'ont pas vraiment besoin.
Fight Club


La télévision nous a appris à croire qu'un jour on serait tous des millionnaires, des dieux du cinéma, ou des rock stars, mais c'est faux ! et nous apprenons lentement cette vérité, on en a vraiment, vraiment plein l'cul !!
Fight Club


La vie c’est moins bien que la télé, parce qu’on ne peut pas changer de chaîne.
Frédéric Beigbeder
Repost 0
Published by Milem - dans Citations
commenter cet article
1 juillet 2008 2 01 /07 /juillet /2008 16:33

Alors que la tour Burj Dubaï, le prochain gratte-ciel le plus haut du monde actuellement en construction à Dubaï aux Emirats Arabes Unis, ressemble de plus en plus à son aspect définitif, un autre projet promet de le déclasser au rang de "demi-portion": la Mile High Tower, avec plus de 1600 mètres de hauteur.

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Esquisse de la Mile High Tower


 

La tour Burj Dubaï est pour le moins impressionnantes: elle devrait dépasser les 800 mètres de hauteur, à comparer aux 508 mètres de la tour Taipei 101 située à Taiwan, actuellement détentrice du record. Pourtant le projet Mile High Tower planifié par la société Kingdom Holding ambitionne de doubler cette hauteur, atteignant comme son nom l'indique 1 mile, soit plus de 1600 mètres.

La Mile High Tower devrait être située en Arabie Saoudite, et son budget s'élève à 5 milliards de livres sterling, soit environ 6.3 milliards d'euros. Les premières esquisses de la tour ont été dévoilées par le prince milliardaire Al Oualid ben Talal. Selon ces documents, des "mini-tours" situés de chaque coté du bâtiment, et faisant partie intégrante de la structure, permettront de stabiliser l'ensemble. L'exploit technique est énorme, au point où il faudra réinventer des techniques de construction, comme emporter les matériaux par hélicoptères. La structure devra également être capable de supporter un large écart de température entre sa base et son sommet, ainsi que de résister aux vents forts sans un trop important effet de balancement.

Le gratte-ciel doit être l'élément phare d'un ensemble immobilier situé près de Jeddah, sur les rives de la mer rouge en Arabie Saoudite. Depuis le sommet, et par temps clair, il sera possible de voir le moyen orient, l'Afrique du Nord et l'océan indien.

Pour l'instant, le projet en est à ses débuts, avec le lancement prochain des appels d'offres pour sa réalisation. L'aspect de la tour subira donc probablement des modifications dans les mois à venir.

Repost 0
Published by Milem - dans Tech-Sciences
commenter cet article
30 juin 2008 1 30 /06 /juin /2008 22:18

Cela a eu lieu en début d’année, certes, mais l’événement semble être presque passé inaperçu… un cœur de rat fabriqué à partir de cellules néonatales viable a été conçu par des chercheurs américains.

 


Des chercheurs de l’Université du Minnesota ( Minneapolis, Etats-Unis) ont en effet réussi à créer en laboratoire un cœur battant de rat capable de fonctionner comme une pompe cardiaque à partir du cœur d’un animal mort et de cellules cardiaques néonatales de rat.


Une expérience qui marque peut-être un tournant

Les chercheurs ont tout d’abord prélevé le cœur d’un rat mort et ont éliminé la totalité des cellules cardiaques afin de conserver seulement un « squelette de base » pour donner à l’organe final la forme d’un cœur. Ils y ont ensuite injecté des cellules cardiaques provenant de rats nouveau-nés puis ces cellules ont été mises en culture. Au bout de 4 jours, les cellules néo-natales se sont multipliées et ont colonisées toute la matrice. Les premières contractions du cœur ont pu être observées. Au bout de 8 jours, le cœur fonctionnait comme une pompe, à une puissance de 2 % de la fonction d’un cœur adulte. Débit faible mais impressionnant pour les chercheurs. « Quand nous avons vu les premières contractions, nous sommes restés sans voix », a commenté Harald C. Ott, un des chercheurs de l’équipe.


Des applications cliniques pleines de promesses…

Cette découverte marque peut-être un tournant en matière de recherche en transplantation d’organes. A long terme, il serait peut-être possible de faire face au problème vital de la pénurie d’organes en ayant la possibilité de fabriquer des organes adaptés à chaque individu. Autre avantage, ces organes présenteraient théoriquement moins de risques de rejet, puisque développés à partir des propres cellules du patient. Egalement , le cœur bio-artificiel devrait en théorie être régulé et régénéré de la même façon que l’organe d’origine.


S’il était mis au point chez l’homme, le « cœur bio-artificiel » pourrait ainsi augmenter le nombre de cœurs disponibles pour une transplantation en allongeant la durée d’utilisation de l’organe après le décès du donneur (aujourd’hui de 4 heures au maximum). Aujourd’hui, 22 millions de personnes à travers le monde vivent avec une insuffisance cardiaque.

 

…mais qui semblent encore lointaines.

Cependant, pour le moment l’expérience n’a eu lieu que sur un rongeur et le cœur « bio-artificiel » n’a pas été transplanté sur un autre animal. La prochaine étape est donc de transplanter ces cœur bio-artificiel sur des animaux vivants afin d’étudier si ce type de greffe a des chances de réussir.


Mais les applications cliniques semblent encore lointaines. Selon le Professeur Phillippe Menasché de l’hôpital Georges Pompidou, « Un cœur, ce n’est pas que du muscle cardiaque, c’est aussi des artères coronaires, des nerfs, de vaisseaux lymphatiques, du tissu conjonctif, c’est très compliqué. Il s’agit de recherches magnifiques, mais de là à envisager un cœur bio-artificiel, c’est de l’utopie complète. »


Repost 0
Published by Milem - dans Tech-Sciences
commenter cet article
30 juin 2008 1 30 /06 /juin /2008 22:08
Les soucoupes volantes ne seront peut-être bientôt plus le fait de la seule science-fiction. Subrata Roy, professeur de l'université de technologie mécanique et aérospatiale de Floride, a soumis une demande de brevet pour une conception circulaire d'appareil volant, rappelant les vaisseaux spatiaux des innombrables films d'Hollywood. Subrata Roy a cependant baptisé son appareil en toute simplicité "véhicule aérien électromagnétique sans ailes," ou WEAV.




Le prototype proposé à la construction est de petite taille, dans les 16cm, alimenté par des batteries embarquées. Roy a déclaré que la conception de l'appareil peut être testée, et qu'il est théoriquement possible de construire des appareils de bien plus grande taille. La soucoupe volante pourrait se mouvoir dans des atmosphères autres que celle de la terre. Par exemple, il serait envisageable d'utiliser cette technologie pour l'exploration de Titan, une lune de Saturne.

L'U.S. Air Force et la NASA ont montré un intérêt pour cette technologie. Selon Roy, "C'est un concept très original, et s'il est réussi, il sera révolutionnaire". Le véhicule se déplace par un phénomène appelé la magnétohydrodynamique. Une force propulsive est créée lorsqu'un courant ou un champ magnétique est passé au travers d'un fluideplasma.

L'air environnant subit un mouvement, créant un effet ascensionnel, et assurant une stabilité contre les rafales de vent. Afin de maximiser la superficie de contact entre l'air et le véhicule, la conception de Roy est partiellement creuse et sans interruption.

Un des aspects les plus intéressants de l'utilisation de la magnétohydrodynamique est que le véhicule n'aura aucune pièce mobile. L'absence de pièces mécaniques traditionnelles, telles que des propulseurs ou des réacteurs, devrait fournir une fiabilité énorme. Une telle conception permettra également au WEAV de planer et décoller verticalement.

Bien que la conception soit prometteuse sur le papier, de gros obstacles se présentent entre la théorie et le décollage d'un premier prototype. La gestion de la gravité terrestre lors du vol de l'appareil, la masse de la source d'énergiepuissance suffisante pour générer le plasma nécessaire, les interférences de communication avec le véhicule en sont des exemples concrets, qu'il convient de résoudre.

Selon Roy, "Naturellement le risque est énorme, mais le retour technologique également". "Si cela réussi, nous aurons un avion, une soucoupe et un hélicoptère en un seul engin".


Source : University of Florida
Repost 0
Published by Milem - dans Tech-Sciences
commenter cet article

Ma Playlist

Rechercher

Ma Playlist 2

Pages