Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 janvier 2008 6 26 /01 /janvier /2008 14:55
La recherche sur les cellules souches a enregistré en 2007 une avancée majeure dont les scientifiques rêvaient depuis des décennies, et une application médicale sur des souris n'a pas tardé à suivre.


Cellules souches vues à l'aide d'un microscope.

bilde-copie-1.jpg














Deux équipes de chercheurs, l'une américaine, l'autre japonaise, ont annoncé fin novembre avoir réussi à faire régresser des cellules de peau humaine en cellules souches, qui sont comme des pièces de rechange cellulaires du corps capables de se renouveler.

Deux semaines plus tard, une autre équipe annonçait avoir réussi à soigner des souris atteintes d'anémie grâce à des cellules souches obtenues à partir de cellules de peau de leur queue.

«C'est réellement le Graal: pouvoir prendre quelques cellules d'un patient (...) et les transformer en cellules souches en laboratoire», s'enthousiasme Robert Lanza, de la société Advanced Cell Technology, pour qui ce travail «représente une avancée scientifique extraordinaire» qui est «un peu comme apprendre à transformer le plomb en or».

Les cellules souches ont un potentiel énorme pour guérir ou traiter des maladies, puisqu'elles peuvent se transformer en n'importe quelle cellule du corps et donc remplacer des cellules endommagées ou malades et permettre la reconstitution de tissus ou d'organes.

Mais la recherche sur le sujet était jusqu'à présent extrêmement controversée, car il fallait détruire des embryons viables pour en extraire les cellules souches.

Le président américain George W. Bush a ainsi interdit tout financement au niveau fédéral pour les recherches sur les cellules souches embryonnaires, dont l'accès est de toute façon limité, même dans les pays qui autorisent ces recherches, par la difficulté à trouver des donneuses.

La nouvelle technique est si prometteuse que l'Ecossais Ian Wilmut, le «père» de Dolly, la première brebis clonée, a décidé d'abandonner ses recherches sur le clonage d'embryons pour s'y consacrer, jugeant qu'elle ouvrait «une nouvelle ère» pour la biologie.

L'un des principaux avantages de cette technique est sa simplicité: quatre gènes suffisent pour faire régresser les cellules de peau en cellules souches, ce qui peut s'effectuer dans un laboratoire standard. Sans compter que les cellules de peau sont bien plus faciles à recueillir que les embryons.

«C'est une explosion des ressources», se réjouit Konrad Hochedlinger, spécialiste des cellules souches à l'université Harvard: avant cette découverte, la difficulté d'accès aux cellules souches embryonnaires obligeait souvent les chercheurs à effectuer leurs travaux sur des animaux ou des organes prélevés sur des cadavres.

La nouvelle technique devrait permettre aux scientifiques de mieux connaître des maladies comme le cancer, le diabète ou la maladie d'Alzheimer et de tester de nouveaux médicaments. En matière de transplantation d'organes, elle permettra aux médecins de créer des cellules souches ayant le patrimoine génétique d'un patient spécifique, éliminant les risques de rejet.

Jacob Hannah et son équipe du Whitehead Institute for Biomedical Research à Cambridge (Massachusetts) en ont déjà montré une application en traitant avec succès des souris souffrant d'anémie grâce à des cellules iPS (cellules adultes reprogrammées en cellules proches de l'état embryonnaire ou cellules souche induites) obtenues à partir de cellules de leur propre peau.

Les chercheurs se veulent néanmoins prudents. «Cette recherche ne fait que commencer, nous comprenons difficilement comment ces cellules fonctionnent», explique James Thomson de l'université du Wisconsin à Madison, qui dirigeait l'une des deux équipes ayant fait cette découverte, et pour qui les cellules souches embryonnaires restent «l'étalon or» des recherches.

Quant au directeur de l'autre équipe, Shinya Yamanaka, de l'université de Tokyo, il estime qu'il faudra «au moins un an» pour prouver l'innocuité de la nouvelle technique.

La non-utilisation d'embryons ne clôt pas le débat éthique : à partir des cellules iPS, il est théoriquement possible d'obtenir des ovules et spermatozoïdes ayant l'ADN d'une même personne. D'où le risque, selon le Pr Yamanaka, qu'ils soient utilisés pour concevoir un enfant ayant un seul parent biologique.


Repost 0
Published by Milem - dans Tech-Sciences
commenter cet article
26 janvier 2008 6 26 /01 /janvier /2008 14:02

L'axolotl est une salamandre originaire du Mexique appartenant à la famille des amphibiens urodèles, vertébrés munis d'une capacité régénératrice.

 

bilde.jpg










L’axolotl tient dans le creux d’une main et vit dans l’eau douce. Cette petite salamandre mexicaine possède la fantastique capacité de régénérer la plupart de ses organes endommagés ou amputés : pattes, doigts, cristallin de l’oeil jusqu’au lobe olfactif de son cerveau.

 

Il fait partie des animaux ayant la capacité de passer toute leur vie à l'état larvaire sans jamais se métamorphoser en adulte (on parle de néoténie), et donc de se reproduire à l'état larvaire (pédogenèse). Il est de ce fait très étudié en biologie animale. Pendant longtemps, on l'a confondu avec Ambystoma tigrinum (ou salamandre tigrée) dont on pensait qu'il s'agissait de la forme adulte.

 

La salamandre tigrée n'est qu'occasionnellement néoténique, alors que l'axolotl l'est généralement dans la nature.

 

 

axolotl.jpg

-----

 

Régénération : la piste de l’axolotl

 


Une équipe de recherche de l’Université de Montréal vient d’élucider une partie du mystère qui permet à ce petit animal aquatique de faire repousser ses tissus et membres. Il s’agit d’un gène, le TGF ß1, qui pilote la voie de signalisation cellulaire de la régénération. «C’est le principal acteur exprimé lors de la régénération. Il s’agit d’une bonne piste pour comprendre comment cela fonctionne, et dans un futur lointain, pouvoir contrôler la régénération», avance Mathieu Lévesque, doctorant en biochimie.

Actif lors de la première phase de la régénération chez axolotl, l’importance du TGF ß1 – de la famille des TGF : «transforming growth factor-beta» - vient d’être démontrée dans un récent article publié sur le site de PloS ONE. Également présent chez l’homme, ce gène possède un rôle plus limité chez les mammifères comparativement aux animaux à sang froid, tel axolotl. Il s’avère utile lors de la fermeture et la cicatrisation des plaies.

 

 

Le mystère de la régénération

Lors de cette expérience, les chercheurs ont bloqué, au moyen d’un inhibiteur pharmacologique, la signalisation cellulaire permettant la régénération. Comme cet amphibien possède une peau perméable et respire en partie à travers elle, l’ingestion de cette mixture a permis d’empêcher la régénération de la patte amputée en bloquant l’expression de ce gène.

Chez l’axolotl, la régénération s’opère en deux phases, la préparation – guérison et migration de cellules qui vont se redifférencier — puis le développement qui s’apparente au développement embryonnaire avec reconstruction des organes. Sauf qu’il ne s’agit pas là de cellules souches. « Après la constitution du blastème de régénération, une sorte de bourgeon de cellules, les cellules agglomérées vont se redifférencier: les doigts se forment, la main grandit, la patte reprend son patron », explique Mathieu Lévesque.

Le processus de régénération, présent chez l’axolotl, se retrouve aussi chez le têtard capable de régénérer sa patte ou encore le poisson-zèbre, le bout de sa nageoire ou l’apex de son cœur. Un mystère qui semble familier à de nombreux invertébrés capables même de recréer des individus entiers par « morpholaxisme », telles l’étoile de mer et l’hydre. Difficile alors de ne pas être fasciné – et même un peu jaloux — par les ressources surprenantes de la nature à renaître sous l’adversité !

 

Axolotl (Ambystoma mexicanum)

 

Sources :

Sciencepresse.qc.ca

Wikipedia (fr)

Repost 0
Published by Milem - dans Animaux
commenter cet article
20 janvier 2008 7 20 /01 /janvier /2008 17:43
Le rêve de millions de buveurs de café : des chercheurs viennent de découvrir une nouvelle drogue qui élimine la somnolence et la fatigue.

Le vaporisateur nasal contient une hormone naturelle du cerveau appelé "orexin A". Cette hormone renverse le effets du manque de sommeil et permet de performer comme si on avait bien dormi (tests sur les singes concluants) . On commencera à l'utiliser avec les gens qui ont une maladie grave du manque de sommeil.

Le médicament stimule et réveille sans mettre sur les nerfs et être trop excité.
@Wired

Repost 0
Published by Milem - dans Tech-Sciences
commenter cet article
20 janvier 2008 7 20 /01 /janvier /2008 17:20
C'est une route qui donne l'impression de monté mais, en faite elle descend. C'est une illusion optique qui a du succès, regardez les videos.
J'ai un lien qui explique bien ce qui se passe psiland.free.fr/connexes/cotesinversees/lcdl.html


Repost 0
Published by Milem - dans Illusions
commenter cet article
20 janvier 2008 7 20 /01 /janvier /2008 16:31

Un micromètre à un milliard d'années lumière. Les cellules du cerveau ressemblent aux amats de galaxies dans l'univers :


neuron-galaxy.jpg


Repost 0
Published by Milem - dans Espace
commenter cet article
19 janvier 2008 6 19 /01 /janvier /2008 10:39

2batman

Repost 0
Published by Milem - dans Illusions
commenter cet article
9 janvier 2008 3 09 /01 /janvier /2008 17:59
Cette jolie  figurine est celle de la série Code Geass, ici on voit le costum principale de Lelouch

undefined
Repost 0
2 janvier 2008 3 02 /01 /janvier /2008 20:53
"Mets le dans l'assiètte ton c**!"  ^^
Je précise qu'elle dit "coeur" en vrai, mais sa donne un peu plus de logique en même temps lol.

C'est une artiste que j'aime bien pour ces titres : ”Hebi ichigo”, ”Me Ga Haeta Shikif” et ”Lapin”



Repost 0
Published by Milem - dans Videos Drôles
commenter cet article
1 janvier 2008 2 01 /01 /janvier /2008 18:36

Voici quelques photos d'un tournoi qui s'est achevé à Osaka :


undefinedundefinedundefined

Repost 0
Published by Milem - dans Japon
commenter cet article
1 janvier 2008 2 01 /01 /janvier /2008 18:20

Différentes vues semi-aériennes qui illustrent bien la concentration urbaine de l'archipel :


undefinedundefinedundefined

Repost 0
Published by Milem - dans Japon
commenter cet article

Rechercher

Pages