Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 22:45

Pendant la seconde guerre mondiale, les japonais ont attaqué les américains sur leur sol à l’aide de ballons incendiaires lancés à 10.000 km de là, du Japon.

 


Détails :

Le projet Fugo avait ainsi pour but de “déclencher des incendies de forêt, détourner des ressources de l’effort de guerre et susciter la panique parmi les victimes”.
Le problème des 10.000 km de distance entre le Japon et les États-Unis a été contourné par l’utilisation des jet streams (vents puissants de très haute altitude, allant globalement d’ouest en est).
Les ballons filaient ainsi à 300 km/h vers leur cible, et étaient sensés descendre une fois au-dessus des États-Unis.
Un défaut au niveau du dispositif de descente a cependant limité l’impact de ce projet puisque sur les 9.300 ballons lancés, seuls 300 ont atteint leur cible.

 

L’histoire de ces ballons bombes n’a pas fait beaucoup de bruit en partie suite à la censure imposée à la presse à ce sujet par le gouvernement américain.
Cela a eu des résultats positif : Les japonais, du fait du silence des médias à ce sujet, ont pensé à un échec total et ont abandonné le projet.
Mais il y eu quelques dégats collatéraux résultant de cette stratégie: une institutrice et ses élèves ont trouvé l’un des ballons et ont manipulé sa bombe, ne sachant pas ce que c’était…

 

L’échec ne fut malgré tout pas total, puisque l’un des ballons a endommagé un câble d’une des centrales nucléaires produisant le plutonium de la bombe lâchée sur Nagasaki quelques mois plus tard.

 

ballon fugo

 

 

Sources :
Mediapart.fr – Le projet Fugo
Julienjouanneau.canalblog.com – Le projet Fugo

fr.spontex.org

Repost 0
Published by Milem - dans Histoires
commenter cet article
25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 22:05

Louis XVI, passionné de mécanique, proposa l’utilisation d’une lame oblique pour la guillotine… et finit guillotiné le 21 janvier 1793.


Détails :

Le docteur Joseph Ignace Guillotin demanda à l’Assemblée nationale que « la décapitation fût le seul supplice adopté et qu’on cherchât une machine qui pût être substituée à la main du bourreau ». Sa contribution s’arrête là, car en réalité, on doit la conception et la modernisation de cette machine au docteur Antoine Louis, chirurgien.

 

Le constructeur de la première guillotine était Tobias Schmidt (un facteur de clavecins) assisté par Charles-Henri Sanson (bourreau de Paris). Une fois la machine prête, Sanson s’empressa d’apporter les plans au docteur Louis, au palais des Tuileries en présence du roi Louis XVI.

 

Le roi jugea mauvaise l’idée d’employer une lame horizontale et convexe, telle qu’elle fut dessinée au départ. D’un coup de plume, il dessina une lame oblique et conseilla d’effectuer des tests.

La lame horizontale réussit à couper 2 têtes de moutons sur 3 alors que la lame oblique ne faillit aucune fois avec des moutons, ni avec 3 cadavres.

 

Il faut souligner que l’homme à qui est fallacieusement attribuée l’invention de la guillotine, le docteur Guillotin, n’assista à aucune exécution et que jusqu’à sa mort, il manifesta son désaccord pour l’attribution de son nom à cette machine. De plus, et encore une fois contrairement aux idées reçues, il n’a pas été victime de « sa » machine, mais mourut d’un anthrax à l’épaule gauche.

 

 

Sources :
Wikipedia – Charles-Henri Sanson
Wikipedia – La guillotine
Wikipedia – Louis XVI
Wikipedia – Joseph Ignace Guillotin
Histoire-fr.com – Guillotine

Fr.Spontex.org

Repost 0
Published by Milem - dans Histoires
commenter cet article
24 mars 2011 4 24 /03 /mars /2011 01:21

Détails :

L’acquisition automatique de ce statut est dû à un système de gouvernement unique au monde : deux coprinces se partagent le pouvoir, l’un français, l’autre espagnol.


En effet, la Principauté d’Andorre est régie en paréage depuis 1278, date à laquelle un traité instaura la souveraineté partagée entre le comte de Foix (pour la France) et l’évêque d’Urgell (pour l’Espagne). Par transmission de titre, le pouvoir du comte de Foix est désormais attribué au Président de la République française en exercice. Ils se partagent les pouvoirs de manière égale. Le pouvoir législatif est assuré par un Conseil Général dont est issu un Chef de Gouvernement (la Constitution limite la responsabilité des coprinces).

 

 

Sources :
Wikipedia – Andorre
Wikipedia – Coprinces

Fr.Spontex.org

Repost 0
Published by Milem - dans Histoires
commenter cet article
24 mars 2011 4 24 /03 /mars /2011 00:08

La Louisiane était un territoire de la Nouvelle-France, espace contrôlé par les Français en Amérique du Nord, du XVIIe au XVIIIe siècle. Elle fut baptisée en l'honneur du roi Louis XIV par l'explorateur Cavelier de La Salle. Immense espace allant des Grands Lacs au golfe du Mexique, elle était divisée en deux secteurs appelés « Haute-Louisiane » (au nord de la rivière Arkansas, appelée parfois le « Pays des Illinois ») et « Basse-Louisiane » (au sud). Le fleuve Mississippi constituait l'épine dorsale de la colonie. Aujourd'hui, l'État américain de la Louisiane est beaucoup plus réduit que le territoire contrôlé par les Français il y a trois cents ans.

 

800px-Nouvellefrance-V2

(cliquer sur l'image pour agrandir) 

 

 

Explorée sous le règne du Roi-Soleil, la Louisiane française fut relativement peu mise en valeur par manque de moyens humains et financiers. La monarchie ne la conserva que pour faire pièce à l'impérialisme anglais en Amérique et joua des alliances avec les divers peuples amérindiens pour se maintenir. Les défaites de la guerre de Sept Ans finirent par avoir raison de la Louisiane française qui dut être cédée aux Britanniques et aux Espagnols. La France récupéra un temps sa souveraineté sur la portion espagnole de la Louisiane, mais Napoléon Bonaparte s'en sépara définitivement en 1803 au profit des États-Unis.

 

 

Pour en savoir plus :  Wikipedia.org - Louisiane (Nouvelle-France)

Repost 0
Published by Milem - dans Histoires
commenter cet article
23 mars 2011 3 23 /03 /mars /2011 23:20

La guerre de Sept Ans (1756-1763) est un conflit majeur du XVIIIe siècle souvent comparé à la Première Guerre mondiale par le fait qu’il s’est déroulé sur de nombreux théâtres d’opérations (Europe, Amérique du Nord, Inde ...) et se traduit par un rééquilibrage important des puissances européennes. De là est né l’Empire britannique, espace dominateur mondial tout au long du XIXe siècle.

 

Le Premier espace colonial français, espace dominateur mondial tout au long des XVIIe et XVIIIe siècles, disparaîtra presque entièrement à l'issue de cette guerre.

 

Ce conflit opposa principalement le Royaume de France au Royaume de Grande-Bretagne d’une part, l’Archiduché d'Autriche au Royaume de Prusse d’autre part. Cependant, par le jeu des alliances et des opportunismes, la plupart des pays européens et leurs colonies se sont retrouvés en guerre. Le début de la guerre est généralement daté au 29 août 1756 (attaque de la Saxe par Frédéric II) bien que l’affrontement ait débuté plus tôt dans les colonies d’Amérique du Nord avant de dégénérer en guerre ouverte en Europe.

 

carte

 

 

Les traités de paix

Après des premiers pourparlers de paix en 1761, interrompus par l’entrée en guerre de l’Espagne aux côtés de la France, il faut attendre 1762 et l’épuisement militaire et économique des protagonistes pour voir de vraies négociations s’engager.


La paix sera signée en deux fois. Le premier traité, le traité de Paris, concerne la Grande-Bretagne, la France et l’Espagne. Il est signé le 10 février 1763 et la Grande-Bretagne, étant en position de force, obtient d’énormes gains :

  • En Amérique du Nord : la Grande-Bretagne se voit accorder le Canada et toutes les îles au large, sauf Saint-Pierre-et-Miquelon qui reste aux Français, ainsi que tous les territoires à l’est du Mississippi.

 

  • En Amérique centrale : la France ne peut récupérer que la Martinique, la Guadeloupe, la Marie-Galante et la Sainte-Lucie. Toutes ses autres îles deviennent britanniques. Cuba et les Philippines sont rendus aux espagnols en échange de la Floride et de l’évacuation du Portugal en Europe.

 

  • En Inde : les cinq comptoirs Pondichéry, Karikal, Yanaon, Mahé et Chandernagor sont rendus aux Français mais avec interdiction de les fortifier ou d’y stationner une armée (donnant de facto le contrôle de l’Inde aux Britanniques).

 

  • En Europe : Belle-Île, occupée par les Britanniques est rendue aux Français en échange de Minorque. La France accepte d’évacuer tous les territoires appartenant au roi de Grande-Bretagne et ses alliés.

 

  • En Afrique : Gorée est rendue aux Français en échange du Sénégal.

 

 

Les Autrichiens et les Prussiens signent de leur côté le traité de Hubertsbourg le 15 février de la même année. Ce traité valide les frontières de 1756 et l’évacuation de la Silésie par l’Autriche en échange de l’abandon par la Prusse de la Saxe.

 

 

Pour en savoir plus :  Wikipedia.org - Guerre de Sept Ans

Repost 0
Published by Milem - dans Histoires
commenter cet article
22 mars 2011 2 22 /03 /mars /2011 02:13

Détails :

Auvergnate née en 1875, elle apprend cinq langues étrangères, à conduire en 1899, et à piloter en 1901 (avion, bateau à vapeur et train). Durant la guerre de 14–18 elle bombarde en tant que pilote, soigne comme infirmière, mais surtout participe à ski à l’évacuation des Dolomites.

 

Elle sera décorée 34 fois (dont la croix de guerre, les palmes académiques, la médaille aéronautique et la médaille d’or de l’académie des sports). C’est d’ailleurs en sport qu’elle est la plus impressionnante : elle ne cesse de cumuler les exploits à vélo à partir de 1904, en alpinisme (ou elle vainc la Dent du Géant), en ski (elle crée la 1ère école de ski en 1906), en natation, et au tir au fusil dont elle rafle toutes les coupes en 1907. Elle pratique à haut niveau l’équitation (1ère à effectuer un saut périlleux sur un cheval), la boxe, le tennis, l’Épée…

 

Elle invente le ski métallique et l’avion sanitaire (elle reçoit le prix Deutsch de la Meurthe en 1954 pour ça). Le 20 février 1955, à 80 ans, elle survole Nancy en F-101, et ultime exploit à 86 ans elle rejoint Paris depuis Nancy, a vélo. Elle s’éteint en 1963 à Laxou.

 

 

Sources :
Wikipedia – Marie Marvingt
Fr.Spontex.org

Centenaire-mariemarvingt.com – Biographie
“Actualité de l’Histoire”, N°84, page64

Repost 0
Published by Milem - dans Histoires
commenter cet article
22 mars 2011 2 22 /03 /mars /2011 00:24

Kyōto aurait subi le premier bombardement atomique de l’histoire en lieu et place d’Hiroshima si le Secrétaire à la Guerre des Etats-Unis de l’époque n’y avait pas passé sa lune de miel.


Détails :

A l’issue de la réunion du comité des objectifs américain des 10 et 11 mai 1945, c’est Kyōto qui fut désigné comme la cible n°1 du bombardement atomique à venir – Hiroshima venant en second.


Ayant passé sa lune de miel à Kyōto 30 ans auparavant, le Secrétaire à la Guerre (entre 1940 et 1945) Henry L. Stimson affectionnait tout particulièrement cette ville et en connaissait la grande richesse culturelle. S’il fut favorable à l’utilisation de la bombe atomique contre le Japon, il estima toutefois que la destruction de Kyōto serait un obstacle grave à une réconciliation ultérieure avec le Japon et s’opposa farouchement à la destruction de la ville, allant ainsi contre la volonté du général Leslie Groves.


Kyōto fut finalement retirée de la liste. Vous connaissez la suite…


Quant à Nagasaki, c’est en principe la ville de Kokura et son puissant arsenal qui devaient être bombardés. Cependant, à cause de conditions météorologiques difficiles l’avion a été contraint de changer de cap et c’est le centre industriel le plus proche, Nagasaki, qui a été choisi comme cible secondaire.

 

 

Sources :
Wikipedia – Le choix des cibles
Wikipedia – Henry Lewis Stimson
Wikipedia – Kyōto
Wikipedia – Kokura

Fr.Spontex.org

Repost 0
Published by Milem - dans Histoires
commenter cet article
22 mars 2011 2 22 /03 /mars /2011 00:08

Détails :

Au moment de la colonisation française de l’Algérie, les villages kabyles opposaient une forte résistance, menée par les marabouts.


En 1856, le gouvernement français eut alors l’idée de faire intervenir Robert-Houdin, illusioniste émérite, afin de démontrer à la population rebelle que les marabouts n’avaient pas l’apanage de la magie.

 

 

"L’intervention” de Houdin : En septembre, le gouvernement français persuade le célèbre magicien Jean Eugène Robert-Houdin de sortir de sa retraite afin de l’aider à mettre un terme aux révoltes tribales dirigées contre le gouvernement colonial de la France en Algérie. La France veut un magicien, car lesdites révoltes étaient menées par des magiciens (marabouts).

 

-28 octobre : Une soixantaine de chefs de tribu algériens se sont rassemblés au théâtre Bab Azoun d’Alger pour assister au spectacle de Robert-Houdin. Terrorisés par son art, les chefs de tribu fuient le théâtre.

 

-31 octobre : Une trentaine de chefs tribaux algériens les plus puissants offrent à Robert-Houdin un manuscrit enluminé louant son art et promettant leur indéfectible allégeance à la France.

 

 

Sources :
Comment on devient sorcier par Jean-Eugène Robert-Houdin
Wikipédia – Robert Houdin

Fr.Spontex.org

Repost 0
Published by Milem - dans Histoires
commenter cet article
21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 22:59

La France est à l’heure allemande depuis son occupation lors de la seconde guerre mondiale.


Détails :

Bien que le méridien de Greenwich (0°) passe par le territoire français, la France est en GMT+1, un fuseau techniquement centré sur +15° (ce méridien, beaucoup plus à l’est, passe au niveau de la frontière entre l’Allemagne et la Pologne).
C’est le cas depuis la seconde guerre mondiale : avant celle-ci, la France était à l’heure GMT (heure anglaise) mais, pendant l’occupation, est passée a l’heure allemande qu’elle a continué à utiliser à la libération.


Sources :  Wikipedia – time zone [en]
Wikipedia – fuseau horaire [fr]

Fr.Spontex.org

Repost 0
Published by Milem - dans Histoires
commenter cet article
21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 21:45

Biographie  

 

Issu d'une famille de 6 frères et sœurs, Hirō Onoda fait ses études au collège de Kainan. À 17 ans, il entre dans la société d'import-export Tajima-Yoko, spécialisée dans la vente de vernis à Wakayama, puis demande à être affecté dans une succursale de l'entreprise à Hankou en Chine. À 20 ans, il est appelé pour son service militaire à intégrer le 61e régiment d'infanterie de Wakayama. Peu de temps après, Onoda est affecté au 218e régiment d'infanterie : destination Nanchang, où il retrouve son frère Tadao.

 

En 1943, Onoda arrive à Kurume, qui a une école d'une réputation effrayante sous les ordres du général Shigetoumi. Après trois mois d'entraînement intensif, Onoda regagne son unité d'origine. Le 13 août 1944, Onoda quitte Kurume pour rejoindre la 33e compagnie à Futamata qui est une annexe de l'école de Nakano dans laquelle sont formés des officiers commandos. En décembre 1944, Onoda fait partie des vingt-deux hommes formés aux techniques de la guérilla. Destination : les Philippines, territoire américain occupé par le Japon. Son supérieur, major Yoshimi Taniguchi, lui donne l'ordre de retarder le débarquement des Américains sur l'île de Lubang, sur laquelle Hirō Onoda passera plus de trente années dans la jungle attendant le retour de l'armée japonaise.

 

En 1945, les troupes américaines reprirent l'île et presque toutes les troupes japonaises furent anéanties ou faites prisonnières. Cependant, Onoda continua la guerre, vivant d'abord dans les montagnes avec trois camarades (Yuichi Akatsu, Siochi Shimada et Kinshichi Kozuka). Un d'entre eux, Akatsu, se rendit finalement aux forces philippines en 1950, et les deux autres furent tués dans des échanges de coups de feu avec les forces locales – Shimada en 1954, Kozuka en 1972 – laissant Onoda seul dans la montagne.

 

Rejetant comme une ruse toute tentative de le convaincre que la guerre était finie. En 1959, il fut déclaré légalement mort au Japon.

 

Retrouvé par un étudiant japonais, Norio Suzuki, Onoda refusa obstinément d'accepter l'idée que la guerre était finie à moins d'avoir reçu de son supérieur hiérarchique l'ordre de déposer les armes. Pour l'aider, Suzuki retourna au Japon avec des photos de lui-même et d'Onoda comme preuve de leur rencontre. En 1974, le gouvernement japonais put retrouver le commandant d'Onoda, le major Taniguchi, devenu libraire. Il se rendit à Lubang, informa Onoda de la défaite du Japon et lui ordonna de déposer les armes. Le lieutenant Onoda quitta la jungle 29 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, et accepta l'ordre de son chef de remettre son uniforme et son épée, avec son fusil Arisaka Type 99 toujours en état de marche, cinq cents cartouches et plusieurs grenades à main.

 

Bien qu'il eût tué une trentaine de Philippins qui habitaient l'île et échangé plusieurs coups de feu avec la police, on tint compte des circonstances et Onoda bénéficia du pardon du président Ferdinand Marcos.

 

Le lieutenant Onoda fut, au sens strict, le dernier soldat japonais à se rendre, du moins le dernier soldat de nationalité japonaise. Le tout dernier soldat de l'armée japonaise fut retrouvé quelques mois plus tard, en décembre 1974 : il s'agissait non pas d'un citoyen japonais, mais d'un aborigène de Taïwan, incorporé dans les volontaires de Takasago sous le nom de Teruo Nakamura.

 

 

Anecdotes

 

Son histoire inspira plusieurs scénaristes. Son histoire est en partie reprise dans le film Salut l'ami, adieu le trésor avec Bud Spencer et Terence Hill et dans l'épisode « Un coin de paradis » de la série Agence Acapulco.

On peut également noter la présence de soldats australiens oubliés de la Seconde Guerre mondiale, sur l'île fictive de Salomon, dans le roman L'île aux fossiles vivants d'André Massepain.

 

 

Source :  Wikipedia – Hiroo Onoda [Fr]

Repost 0
Published by Milem - dans Histoires
commenter cet article

Ma Playlist

Rechercher

Ma Playlist 2

Pages