Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 juin 2012 7 03 /06 /juin /2012 00:43

Une éruption limnique, aussi appelé un lac renverser, est un type rare de catastrophe naturelle dans laquelle le dioxyde de carbone (CO 2) éclate soudainement de l'eau lac profond, étouffant la faune, le bétail et les humains. Une telle éruption peut aussi causer des tsunamis dans le lac comme le CO 2 déplace la montée des eaux.

 

Les scientifiques croient que les glissements de terrain, les activités volcaniques, ou des explosions peuvent déclencher une telle éruption. Lacs, dans lequel une telle activité se produit peut être connu sous le nom des lacs limnically actifs ou des lacs qui explosent. Certaines fonctionnalités de limnically lacs actifs comprennent :

 

  • -CO 2-saturé d'eau entrant
  • -Un fond d'un lac frais indiquant une absence d'interaction volcanique direct avec les eaux du lac
  • -Une couche supérieure et inférieure thermique avec différentes CO 2 saturations
  • -Proximité des zones avec une activité volcanique

Les scientifiques ont récemment déterminé, à partir des enquêtes sur les pertes massives dans les années 1980 à Lac Monoun et le lac Nyos, que les éruptions limniques et les éruptions volcaniques, quoique indirectement liées, sont en fait des types distincts de catastrophes.

 

 

Occurrences historiques

À ce jour, ce phénomène a été observé que deux fois. Le premier était en Cameroun au lac Monoun en 1984, provoquant l'asphyxie et la mort de 37 personnes vivant à proximité. Une deuxième éruption meurtrière qui s'est passé au Lac Nyos en 1986, en libérant cette fois plus de 80 millions de mètres cubes de CO 2, tuant entre 1.700 et 1.800 personnes et de plusieurs milliers de têtes de bétail, à nouveau par asphyxie.

 

En raison de la nature de l'événement, il est difficile de déterminer si les éruptions limniques pu se produire ailleurs. Toutefois, un tiers du lac- lac Kivu contenant des quantités massives de CO 2 dissous existe à la frontière entre la République démocratique du Congo et Rwanda.

 

 

Une solution possible : les lacs de dégazage

Des efforts sont en cours depuis plusieurs années pour développer une solution pour éliminer le gaz provenant de ces lacs et de prévenir une accumulation qui pourrait conduire à une autre catastrophe. Une équipe de scientifiques français a commencé à expérimenter sur le lac Monoun et le lac Nyos en 1990 en utilisant des siphons de dégazer les eaux de ces lacs d'une manière contrôlée. Un tube est placé verticalement dans le lac avec son extrémité supérieure au-dessus surface de l'eau. De l'eau saturée avec du CO 2 entre le fond du tube et monte vers le haut.

 

La pression inférieure à la surface permet au gaz de sortir de la solution. Fait intéressant, seulement une petite quantité d'eau doit d'abord être mécaniquement pompée à travers le tuyau pour démarrer le flux. Comme l'eau monte saturés, le CO 2 sort de la solution et forme des bulles.

 

Le flottabilité naturelle des bulles aspire l'eau dans le tuyau à grande vitesse provoquant une fontaine à la surface. L'eau degassifying agit comme une pompe, en tirant davantage d'eau dans le fond du tube, et la création d'un flux d'auto-maintien. C'est le même processus qui conduit à une éruption naturelle, mais dans ce cas, il est contrôlé par la taille du tuyau.

 

Chaque tuyau a une capacité limitée de pompage et plusieurs seraient nécessaires pour à la fois le lac Monoun et du Lac Nyos à dégazer une fraction importante de l'eau du lac profond et rendre les lacs en toute sécurité. Les eaux profondes du lac sont légèrement acide à cause de la CO 2 dissous qui provoque la corrosion sur les conduites et les appareils électroniques, ce qui nécessite l'entretien continu. Il y a aussi des craintes que le CO 2 dans les tuyaux pourraient se déposer sur la surface du lac formant une mince couche d'air irrespirable et donc causer des problèmes pour la faune.

 

En Janvier 2001, un seul tuyau a été installé sur lac Nyos. Un second tuyau a été installé au lac Monoun la fin de 2002. Ces deux tuyaux sont jugées suffisantes pour empêcher une augmentation de CO 2, en supprimant à peu près la même quantité de gaz que celle naturellement entrer au lit du lac.

 

 

Danger du lac Kivu

Le lac Kivu n'est pas seulement 2.000 fois plus grande que le lac Nyos, il est aussi situé dans une zone beaucoup plus densément peuplé, avec plus de deux millions de personnes vivant le long de ses rives. Heureusement, il n'a pas atteint un niveau élevé de CO 2 de saturation pour le moment. Si l'eau devait devenir fortement saturé, il pourrait devenir un risque encore plus grand à la vie humaine et animale, car il est situé très près d'un déclencheur potentiel, le Mont Nyiragongo, un volcan actif qui a éclaté en Janvier 2002. Il est également situé dans une zone sismique active et près d'autres volcans actifs.

 

Bien que le lac pouvait être dégazé dans une manière similaire au lac Monoun et le lac Nyos, en raison de la taille du lac et le volume de gaz en cause une telle opération serait coûteuse, en cours d'exécution dans des millions de dollars.

 

Un projet initié en 2010 d'utiliser le méthane emprisonné dans le lac comme source de combustible pour produire de l'électricité au Rwanda a conduit à un certain degré de CO 2 de dégazage. Au cours de la procédure d'extraction du gaz inflammable utilisé pour déclencher les centrales électriques, sur la rive , une partie du CO 2 est éliminé dans un processus connu sous le nom d'épuration. Il est difficile de savoir si suffisamment de gaz seront retirés pour éliminer le danger d'une éruption limnique au bord du lac Kivu.

 

 

Vache-tues-par-l-eruption-limnique.jpg

Vache tués par l'éruption limnique du lac Nyos au Cameroun

 

 

Sources :

Wikipédia - Éruption limnique [Fr]

Wikipédia - Éruption limnique [En] 

Repost 0
25 mai 2012 5 25 /05 /mai /2012 18:54

L'événement de la Toungouska est une explosion survenue le 30 juin 1908 vers h 14 en Sibérie centrale, dans la Russie impériale. L'onde de choc, équivalant à plusieurs centaines de fois celle qu'aura généré la bombe d'Hiroshima 37 ans plus tard, a détruit la forêt sur un rayon de 20 kilomètres et fait des dégâts jusqu'à une centaine de kilomètres.

 

Plusieurs hypothèses scientifiques ont été émises sur l'origine du phénomène : météorite, foudre, méthane échappé de conduits volcaniques… L'hypothèse la plus plausible, et retenue au début du XXIe siècle, est celle de l'impact d'un objet céleste (un petit corps du Système solaire de caractéristiques encore inconnues), ayant explosé à une altitude comprise entre 5 et 10 kilomètres. Cela fait de l'événement de la Toungouska la plus grosse explosion connue de l'ère humaine due à la rencontre d'un tel corps avec la Terre.

 

La première expédition n'a pu intervenir qu'en 1927 et n'a pu trouver de cratère d'impact ni de restes de la météorite. Il existe encore de grandes inconnues sur cet événement : petit astéroïde ou comète, taille de cet objet, puissance de l'explosion, etc...

 

 

Les faits

Dans la matinée du 30 juin 1908 (correspondant au 17 juin du calendrier julien, alors en usage dans la Russie impériale), quelques témoins voient passer une boule de feu dans le ciel sans nuage de la Sibérie centrale. Celle-ci explose à une altitude comprise entre 5 et 10 kilomètres, au-dessus de la rivière Toungouska pierreuse, à 63 km nord-nord-ouest du village de Vanavara à 7 h 14 locale (0 h 14 TU ou 7 h 2 heure locale solaire). Cette explosion est enregistrée, sous forme de séisme de magnitude 4,5 à 5, à 7 h 17 min 11 s, à l'observatoire magnétique d'Irkoutsk, à 1 000 km de là.

 

L’explosion détruisit intégralement la forêt dans un rayon de plus de 20 km, abattant 60 millions d'arbres ; le souffle fit des dégâts sur plus de 100 km et la déflagration fut audible dans un rayon de 1 500 km. De nombreux incendies se déclenchèrent, brûlant des zones forestières pendant plusieurs semaines.

 

Un vortex de poussières et de cendres se forma et fut entraîné jusqu'en Espagne par la circulation atmosphérique, créant des halos dans la haute atmosphère, qui s'étendirent sur tout le continent. On put observer des couchers de soleil très colorés et une luminosité exceptionnelle en pleine nuit fut constatée pendant plusieurs jours en Europe occidentale, à tel point qu'on pouvait lire un journal de nuit. Les scientifiques pensèrent à l'éruption d'un volcan, comme le Krakatoa en 1883, qui avait injecté d'énormes quantités de poussières dans l'atmosphère, et de ce fait, avait généré des phénomènes lumineux semblables.

 

 

Un long mystère

L'onde de choc fut enregistrée en Europe occidentale et aux États-Unis qui pensèrent immédiatement à une météorite, mais l'éloignement de la région et les troubles en Russie ne permirent une étude sur place qu'en 1927. Sur les lieux, les scientifiques découvrirent stupéfaits qu'il n'y avait ni cratère, ni trace d'impact, ni débris. Avec l'arrivée de la Seconde Guerre mondiale, puis de la Guerre froide, seules deux expéditions purent retourner enquêter en 1958 et 1961. On découvrit une multitude de petites sphères de métal et de silicates dispersées dans le sol de la région, ce qui permit d'émettre quelques hypothèses. Une étude américaine en 1993 avança qu'il s'agissait d'un petit noyau cométaire, essentiellement composés de gaz gelés qui ont fondu et explosé entre 6 et 9 km d'altitude, le reste de la matière étant dispersé en une pluie de sphérules.

 

 

Lac Cheko

Le lac Cheko est un lac d'eau douce, près de la rivière Toungouska pierreuse. Il a une forme d'un rectangle aux coins arrondis d'une longueur de 708 mètres, d'une largeur de 364 mètres et d'une profondeur d'environ 50 mètres. Il est situé à environ 7 kilomètres au nord-ouest de l'épicentre, et son grand-axe est orienté vers cet épicentre. Il semble inconnu avant 1908, et sa première référence cartographique date de 1928.

 

Des spécialistes estiment qu'il pourrait être un cratère d'impact d'un morceau du bolide. Luca Gasperini, géologue italien, a entrepris des études sur les sédiments de ce lac en juillet 1999, et pense que c'est un cratère formé par un impact secondaire dans un marais alluvial.

 

S'opposant à lui, d'autres spécialistes mettent en avant la forme de ce lac (plutôt elliptique) qui n'est pas analogue aux autres cratères d'impact (bol avec un fond rond et du matériau chaotique tout autour).

 

 

Astéroïde ou comète ?

La question de la nature de cet objet se pose toujours : petit astéroïde ou comète ? Cet objet est dénommé souvent TCB (Tunguska Cosmic Body ou Corps cosmique de Toungouska), et surnommé parfois Ogdy, nom du dieu du feu des Évenks.

 

Ses caractéristiques furent d'abord estimées aux alentours de 50 mètres de diamètre et 10 millions de tonnes avant qu'une nouvelle simulation présentée en 2007 par les laboratoires Sandia ne réduisent l'estimation à 62 000 tonnes.

 

Des études ont été menées en 2007 pour rechercher le parent de cet objet : des similitudes ont été trouvées avec la comète 97P/1906 V2 et avec l'astéroïde (106538) 2000 WK (découvert le 26 novembre 2000 par LINEAR).

 

 

Autres hypothèses

De nombreuses hypothèses de toutes sortes ont été émises sur ce phénomène mystérieux :

  • - une météorite d'un kilogramme d'antimatière se serait annihilée lors de son entrée dans l'atmosphère (Clyde Cowan, Chandra R. Atluri et Willard Frank Libby, 1965) ;
  • - un micro trou noir (1021 grammes(1*10 puissance 15 tonnes) dans un volume correspondant à quelques atomes) aurait pénétré la Terre à la Toungouska et serait ressorti, 12 minutes plus tard dans l'Atlantique Nord (Al Jackson, Mike Ryan, 1973) ;
  • - ce serait une boule de foudre d'un kilomètre de diamètre (Anthony Lawton, 1977) ;
  • - dix millions de tonnes de méthane se seraient échappés de conduits volcaniques et se seraient embrasés (Wolfgang Kundt, 2001).
  • - un astéroïde de matière noire (invisible) aurait explosé en altitude (Robert Foot, 2002) ;

Alors que d'autres, relèvent plus de la science-fiction :

  • - un tir malencontreux du rayon de la mort de Nikola Tesla ;
  • - une explosion nucléaire d'origine extraterrestre ;
  • - un OVNI (à propulsion nucléaire) se serait écrasé.

 

 

Tunguska-carte.png

Situation et épicentre de l'évènement de la Toungouska.
(rouge) : forêt détruite (r = 20 km) ; (orange) : forts dégâts (r = 100 km) ; (dégradé bleu) : bruit de l'explosion (r = 1 500 km)

 

 

Sources :

Wikipédia - Événement de la Toungouska [Fr]

Sur-la-toile.com (plus d'info)

Repost 0
25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 23:49

Détails :

Cette différence de durée se retrouve sur la plupart des vols long-courriers. Contrairement à ce qui est souvent avancé, ce n’est pas directement dû à la rotation de la terre, mais plutôt à la possibilité d’utiliser ou non des vents favorables en haute altitude.

 

Il existe en effet au dessus de 7 km d’altitude des vents puissants (de l’ordre de 100 km/h) et relativement stables dans le temps, appelés "jet streams". Ces vents suivent dans la grande majorité des cas la direction ouest-est. Les vols commerciaux les utilisent donc dans ce sens et cherchent à les éviter en passant par les pôles dans l’autre.

 

 

Sources :
Planet-terre.ens-lyon.fr – Vols transatlantiques et jet stream
Wikipedia – Jet stream

Spontex.org

Repost 0
24 mars 2011 4 24 /03 /mars /2011 01:53

Détails :

L’origine de l’Oncle Sam semble remonter à la guerre anglo-américaine de 1812. Les militaires de la base de Troy (État de New-York), recevant des caisses de viande marquées « U.S. », interprétaient avec humour ces initiales en « Uncle Sam » en l’honneur de leur fournisseur, Samuel Wilson.

 

 

Sources :
Medarus.org – Uncle Sam
Wikipedia – Oncle Sam

Fr.Spontex.org

Repost 0
23 mars 2011 3 23 /03 /mars /2011 11:39

En observant à la loupe les pointillés présents sur les lignes à compléter des chèques bancaires de certaines grandes banques françaises on observe qu’il s’agit en réalité d’un texte : LEUROPENESEFERAPASDUNCOUP NIDANSUNECONSTRUCTIONDENS EMBLEELLESEFERAPARDESREALI SATIONSCONCRETESCREANTDA BORDUNESOLIDARITEDEFAIT.


Détails :

Ci-dessous, le message présent sur les chèques bancaires :

Fait à ___________________________

Le _____________________________

On peut donc “lire” :
“L’Europe ne se fera pas d’un coup, ni dans une construction d’ensemble. Elle se fera par des réalisations concrètes, créant d’abord une solidarité de fait.”

 

Il s’agit de la déclaration de Robert Schuman, considérée comme la déclaration de naissance de l’Union Européenne.

 

Officiellement, il s’agit d’une mesure anti-violation décidée par le Comité Français d’Organisation et de Normalisation Bancaire (qui regroupe toutes les banques et la Banque de France), et les phrases auraient été choisies … par hasard.

 

La probabilité qu’une séquence de lettres aléatoire donne cette phrase est suffisamment faible pour que des théories conspirationnistes voient le jour. Cependant, Spontex ne saurait cautionner une conspiration basée sur le côté subliminal de cette phrase. Toutefois, un utilisateur de moins de 30 ans doit, en théorie, pouvoir lire cette phrase s’il place le chèque à moins de 30 cm de ses yeux.

 

 

Sources :
newsoftomorrow.org
Wikipedia – message subliminal (référence aux chèques)

Fr.Spontex.org

Repost 0
22 mars 2011 2 22 /03 /mars /2011 00:56

Détails :

Il s’agit d’une des expériences menées par René Quinton, scientifique français connu pour sa loi de la constance marine. Arguant que les cellules du corps humain pouvaient très bien vivre dans un milieu marin, il entreprit les tests suivants :


- Premier test : il saigne un chien de 10 kg (obtenant 485g de sang soit la quasi totalité du sang de l’animal) puis lui injecte 532 mL d’eau de mer. Il entraîne ainsi une chute brutale des éléments figurés du sang associée à la substitution complète du plasma sanguin dont le chien se remet après quelques jours.


- Deuxième test : sans saignée préalable il injecte à un chien (de 10 kilos toujours) 6,6 kg d’eau de mer en plusieurs heures. Il constate alors une excrétion massive pendant l’expérience puis un comportement très rapidement normal de la part de l’animal.


La portée de ces tests fut importante, conduisant à l’ouverture de plusieurs dispensaires, et à la gloire immédiate de l’inventeur. Tombée en désuétude à partir de la première guerre mondiale pendant laquelle Quinton s’engage et délaisse ses travaux, la thérapie à base de plasma marin est encore utilisée dans certaines médecines dites traditionnelles.


A noter que l’eau de mer utilisée par Quinton est isotonique, c’est à dire que les concentrations en sels mineraux et autres substances nutritives sont égales aux concentrations de ces substances dans le sang.

 

 

Sources :
Wikipedia – René Quinton
François Epineuze – Le Quinton

Fr.Spontex.org

Repost 0
17 février 2011 4 17 /02 /février /2011 17:03

La recherche dans ce domaine est une préoccupation importante, ancienne et permanente des militaires. Ces redoutables armes sont en développement depuis plusieurs décennies, notamment dans les laboratoires Américains et Russes. Les armes électromagnétiques sont développées dans le cadre d’inquiétantes collaborations entre le département de la Défense et de la Justice. Il existe un type d’arme très intéressant : les armes à basse et très basse fréquences : c’est la technologie ELF, Extremely Low Frequencies.


La fréquence de résonance de l’ionosphère est presque identique à celle du cerveau humain. L’ionosphère est donc une onde porteuse parfaite à partir de laquelle on peut atteindre le cerveau sans changer la fréquence d’émission. C’est ce lien entre la sphère électromagnétique de la Terre et les fréquences de résonances du cerveau qui est à la base des armes stratégiques.


Au cours du XXème siècle, on peut discerner quelques utilisations de ces ondes. De façon générale, elles sont utilisées pour refroidir les ardeurs d’association ou d’organes politique et syndicaux jugé trop militants par certains dirigeants.

En voici un inventaire :
  • 1962 : le signal de Moscou : les autorités américaines constatèrent que le personnel de leur ambassade à Moscou était exposé à des niveaux élevés de rayonnement électromagnétique. Il a fallu des années pour réaliser que les Soviétiques cherchaient à induire des effets biologiques, psychologiques et physiologiques.

  • 1983-84 : les soviétiques voulaient les utiliser contre les forces rebelles afghanes

  • 1987 : « un type d’arme radicalement nouveau, capable de dégrader les systèmes électroniques ou pouvant être utilisé en mode antipersonnel » (rapport du département américain de la Défense).

  • 1989 : Boris Eltsine reconnaissait que le KGB avait en son temps étudié le recours à des émissions ELF pour tuer à distance par arrêt de la fonction cardiaque.

  • 1996 : parution d’un article de Scientific Advisory Commitee de l’US air Force : «on peut envisager le développement de sources d’énergies électromagnétiques, dont le signal peut être pulsé, mis en forme et dirigé, qui pourront être couplés avec le corps humain de façon à empêcher les mouvements musculaires volontaires et à contrôler les émotions (et les actions), endormir, transmettre des suggestions, interférer avec la mémoire à court et à long terme, produire l’acquisition d’expérience ou effacé des expériences acquises»

 

Effets de ces ondes sur le corps humain

 

Au début des années 60, Pr Herbert König, a mis en évidence un certain nombre d’effet des basses et très basses fréquences. Dans les années 70, l’armée américaine a secrètement piloté des programmes de recherches sur ces effets. Ils ont confirmé la réalité des terribles effets induits par ces champs, c’est à dire des troubles cardiaques, l’altération des réflexes, un état de maladresse. Une irradiation chronique ou continue peut être à l’origine de tendances dépressives, troubles de la mémoire, affectation cutanées, hémorragies oculaires et même cancers.

 

Daniel Depris, physicien donne quelques explications : « la composante magnétique des rayonnements […] peut modifier le processus physico-chimique qui régit le métabolisme endocrinien, notamment au niveau de la glande thyroïde ».

On a pu aussi constaté la publication d’un mémorandum intitulé « entraînement biologique du cerveau par les radiations de basse fréquence » rédigé pour la NASA.


Exemple d’utilisation de ces armes psychotroniques en temps de guerre

 

Le principe de l’utilisation est simple : avec ces armes, il est aisé de priver de la conscience de veille tout soldat qui part à l’attaque et de lui enlever toute agressivité.

 
Le magazine 2000, n°97, déc. 93 indique à propos des armes psychotroniques :
« Vous souvenez-vous des images de la Guerre du Golfe lorsque des milliers de soldats irakiens sortirent de leurs tranchées en capitulant ? Ils se rendirent même aux journalistes qu’ils prenaient pour des soldats et ils furent la proie bienvenue des canons de l’artillerie américaine, bien qu’ils aient brandi leurs drapeaux blancs. De plus en plus d’experts militaires sont persuadés que ce n’est pas le ravitaillement, insuffisant des troupes de Saddam Hussein qui a provoqué cette capitulation soudaine et massive mais que ce sont bien les armes psychotroniques des Etats-Unis ».
On peut assister à la mise en place d’une arme capable de paralyser l’ennemi. Avec ce type d’arme, le premier but est de couper les systèmes électroniques ennemis. D’autres appareils produisent des ultrasons, des ondes de sons ELF qui provoquent des nausées et des vomissements et perturbent à l’extrême le sens de l’orientation des personnes ciblées.

 

Source : Cerfbleu.free.fr

 

 

Pigeons contrôlés à distance


Des scientifiques chinois ont trouvé un moyen pour contrôler le vol des pigeons en implentant des micro-électrodes dans leurs cerveaux. Ils ont réussi à forcer les oiseaux à voler assez près de là où ils les voulaient en imitant les signaux naturels des cerveaux des pigeons. Ce développement est assez perturbant, car les terroristes qui mettront la main sur un tel pigeon amélioré bioniquement peut retourner la technologie et l’utiliser pour lâcher des micro bombes avec précision. On se demande si les expériences incluent de forcer le pigeon à aller au-delà de ce qu’il est physiquement capable. Les amis des animaux vont sûrement crier au scandale si cela se produisait. Il semble que l’expression ‘cervelle d’oiseau’ ne signifiera plus stupide désormais.

 

Source : Fr.ubergizmo.com

Repost 0
17 février 2011 4 17 /02 /février /2011 16:38

Voici un article qui se propose d’étudier une fréquence et une violence présumées plus grandes ces dernières années concernant les tremblements de terre, et de les comparer aux extractions de pétrole dans les sous-sols de notre belle planète :


Les tremblements de terre se multiplient : seraient-ce des « implosions tectoniques » ?
samedi 27 mars 2010 par Jsf de News of Tomorrow .org


Les tremblements de terre majeurs d’Haïti et du Pérou et un autre, plus petit, ce matin (le 16 mars) en Californie, interrogent les scientifiques. Sommes-nous devant des « implosions tectoniques » ?
Une nouvelle étude réalisée par le récemment créé Panel on Tectonic Implosion (IPTI) rapporte qu’il pourrait y avoir un lien entre le pétrole pompé de la Terre et l’augmentation du nombre de séismes que nous observons actuellement dans le monde.

 


Illustration : Nombre des tremblements de terre et extraction de pétrole dans le Monde – Source Minnesotansforglobalwarming.com

 

 

Avez-vous déjà entendu la phrase « La Nature Hait le Vide » ? Eh bien, c’est vrai et c’est exactement ce qu’on fait lorsque les Compagnies pétrolières aspirent des milliards de barils de pétrole tous les jours. C’est comme aspirer l’intérieur d’un œuf, ne laissant que la coquille.
Comme vous pouvez le voir, le graphique ci-dessus montre qu’il y a un lien évident entre l’augmentation de la quantité de pétrole pompée et l’activité sismique. (…)
Un autre effet négatif est la réduction de « l’huile de graissage » naturelle dans les failles peu profondes.
()


Info ou Intox ?
S’agit-il d’une info ou d’une intox, d’un simple hasard, c’est à ce jour bien difficile de le savoir :


L’activité humaine dans les sous-sols a par le passé généré des tremblements de terre locaux, ceci est avéré notamment dans les régions où les carrières en sous-sol sont nombreuses. Mais bien évidemment il s’agit de très petits tremblements de terre, lié au creusement de galerie qui s’effondrent parfois sous les effets de l’érosion.
Parfois aussi, des sous-sols exploités par l’Homme ont également pu augmenter localement la force ou les effets d’un tremblement de terre : mais là encore il s’agit d’effets locaux.


Par ailleurs le pétrole (et le gaz) pompés dans le sous-sol sont souvent remplacés par de l’eau, cela devrait limiter les déséquilibres.


Alors info ou intox, à chacun et chacune de se forger sa propre opinion et de partager des informations complémentaires (ou des infirmations) en zone commentaires…

 

(Source : Minnesotans for Global Warming, trad. jsf)

Repost 0
25 octobre 2010 1 25 /10 /octobre /2010 01:00

L'affaire Betty et Barney Hill, qui eut lieu aux États-Unis en 1961, fut le premier cas allégué d'enlèvement par des extraterrestres. Il s'agit aussi du premier cas où des extraterrestres de petite taille et de couleur grise, ou « Gris », sont mentionnés.

 

 

Personnalité du couple Hill

 

Betty est née en 1920 et Barney en 1922. Au début des années 1960, Betty est superviseuse au département pour l'aide sociale à l'enfance de la ville de Portsmouth (New Hampshire) et Barney est employé à la Poste. Barney est particulièrement impliqué dans la cause des afro-américains puisqu'il siège à la commission des droits civiques du gouverneur du New Hampshire. Barney Hill meurt le 25 février 1969 d'un accident vasculaire cérébral. Betty Hill meurt le 17 octobre 2004 d'un cancer des poumons.

 

 

Les événements tels qu'ils ont été rapportés par les témoins

 

Le 19 septembre 1961, après une semaine de vacances au Canada, ils roulent sur la route n°3 en direction du sud pour rentrer chez eux, à Portsmouth (New Hampshire). Peu de temps après avoir dépassé la ville de Lancaster, vers 22h00, Barney aperçoit dans le ciel une lumière qui se déplace d'une manière erratique. Il signale cette lumière à Betty qui ne comprend pas non plus de quoi il peut s'agir.

Profitant d'une pause, Barney sort du véhicule et observe l'étrange lumière avec ses jumelles. Il aperçoit alors un objet discoïdal avec deux courtes ailes terminées par deux lumières rouges. Il discerne même ce qu'il pense être des hublots.

Pris de panique et constatant que l'objet semble se rapprocher d'eux, le couple remonte dans la voiture et redémarre en trombe. Un étrange son, décrit par Barney comme un « bip-bip », envahit alors l'habitacle de la voiture. Le même son se répète une deuxième fois et les Hill découvrent qu'ils viennent de parcourir plus de 55 km sans qu'ils en gardent le moindre souvenir. De plus, leurs deux montres sont arrêtées.

 

Lorsqu'ils arrivent à leur domicile, ils comprennent qu'ils ont deux heures de retard sur leur horaire et aucun souvenir pouvant correspondre à cette période de leur trajet. De plus, Barney découvre de nombreuses griffures sur le cuir de ses chaussures, comme si on l'avait traîné sur le sol, et ressent une vive douleur dans le dos. Enfin, il découvre qu'en plusieurs endroits la peinture de la carrosserie de leur voiture a disparu, laissant le métal à nu.

 

À partir du 30 septembre, Betty commence à faire de nombreux cauchemars où elle se voit poursuivie par « des visages difformes avec des grands yeux de chats ». Elle développe également différents symptômes dépressifs : mélancolie, perte d'appétit et angoisse. Au printemps 1962, après plusieurs traitements sans résultat, leur médecin de famille les oriente vers un psychiatre de l'académie d'Exeter qui finira par diagnostiquer un stress post-traumatique sur Barney et Betty. Ce psychiatre les orientera vers le docteur Benjamin Simon, psychiatre spécialisé en hypnothérapie, afin qu'il tente un traitement régressif destiné à ramener à un niveau conscient les souvenirs du traumatisme.

 

Le 14 décembre 1963, Betty et Barney commencent des séances d'hypnose supervisées par le docteur Benjamin Simon, qui s'étaleront sur plus de sept mois et durant lesquelles le médecin enregistra plus de quarante heures de bandes audio.

Lors de ces séances, Betty et Barney, qui furent toujours interrogés séparément, racontèrent qu'après l'observation de l'ovni, Barney tenta d'échapper à ce dernier et s'engagea dans un chemin forestier où leur véhicule finit par caler. L'ovni atterrit à une soixantaine de mètres de la voiture et une dizaine de créatures de petite taille en descendirent et se dirigèrent vers le couple. Les créatures firent monter le couple dans l'ovni, séparèrent Betty et Barney et leur firent subir ce que les Hill prirent pour une sorte d'examen médical.

 

Betty prétendit avoir réussi à communiquer avec l'une des créatures qui lui présenta ce qui ressemblait à une carte stellaire et lui demanda si elle était capable de situer la Terre sur cette carte. Comme elle répondit par la négative, la créature lui rétorqua que cela ne servait alors à rien qu'elle lui montre d'où elle venait. La créature raccompagna Betty hors de l'ovni, où elle retrouva Barney déjà installé dans la voiture et lui promit qu'elle allait tout oublier de cette expérience.

 

Betty et Barney réalisèrent de nombreux dessins de l'ovni, des créatures et des différentes cartes et symboles qu'ils purent apercevoir lors de cette expérience. En 1969, une astronome amateur du nom de Marjorie Fish affirma qu'elle avait réussi à trouver une concordance entre les dessins de la carte stellaire réalisés par Betty Hill et un modèle tri-dimensionnel des systèmes planétaires connus, et conclut que la carte que Betty prétendait avoir vue représentait le système de ζ Reticuli.

 

 

Source : Wikipedia

Repost 0
24 octobre 2010 7 24 /10 /octobre /2010 19:15
Cette photo à été reconnue par de nombreux scientifiques, en étant la seule Image Garantie sans truckage !!!


Mais, avant je vais vous raconter l'histoire de la dame blanche :

C'est l'histoire d'un homme qui vient de ramener sa copine à la maison. Il est en moto et rentre par une petit forêt sinueuse. Dans un virage, il aperçoit une jeune femme en train de faire de l'auto-stop.
Il s'arrête et demande s'il peut la ramener chez elle... mais qu'elle va certainement avoir froid sur la moto.
L'homme est galant et lui prête sa veste (c'est la fin de l'été et les nuit commencent à devenir froides). Elle dit oui. Il lui donne sa veste et le casque puis s'en va avec la jeune femme derrière lui bien accrochée.
Le femme habite dans le village à la sortie de la foret. Ils roulent environ 10 minutes.

Une fois arrivée chez elle (un petite maison au bord de la route), elle lui rend le casque, le remercie et s'en va en courant. Mais elle oublie de lui rendre sa veste, et lorsqu'il y pense, elle est déjà rentrée chez elle. Il est tard (3h du matin). Il décide de rentrer chez lui et de revenir le lendemain pour chercher sa veste chez la femme.

Le lendemain matin il retourne chez la femme. Il sonne à la porte et une femme d'environ 50 ans lui répond. L'homme lui raconte l'histoire. Et la femme paraît très intriguée. Elle fait un pas en arrière et répond à l'homme d'un air presque affolé que c'est impossible, car sa fille est morte depuis une année jour pour jour. Elle est morte dans un effroyable accident de moto à l'entrée de la forêt au sud du village.
L'homme n'en croit pas ses oreilles et repart bouche baie sans rien dire.Il avait pris en stop la fille au lieu même de l'accident qui l'avait tuée il y a un an...

Pour en avoir le coeur net, il va au cimetière du village. En regardant le nom de famille sur la boite au lettre il espère retrouver plus facilement la pierre tombale de la fille.

Arrivé au cimetière, il regarde un peu autour de lui. Il n'en crois pas ses yeux: il voit sa veste sur une pierre tombale! C'est bien sa veste... et elle est sur la pierre tombale de la fille qu'il avait pris en auto-stop!


Cliquer ici pour la Photo
 
Repost 0

Rechercher

Pages