21 juillet 2010 3 21 /07 /juillet /2010 18:19

Vous avez vos petites habitudes, rentrer, parler, lancer des vérités générales ou simplement discuter. Mais savez-vous que, parmi tout ce que vous dites, certaines phrases vous font perdre 10 points de côte d'amour et renvoient le devoir conjugal au mois prochain ? Voici 20 phrases à ne plus jamais dire à votre femme en rentrant du travail... ou d'ailleurs.

 

1. On a une nouvelle stagiaire... Elle est fraîche, rigolote, sympa: on dirait toi il y a dix ans ! D'ailleurs, elle est née en 1992. Rigolo non ?

2. Oh non merci, c'est mignon d'avoir fait un osso bucco pour ce soir mais on a arrosé le départ de Jean-Mi, j'ai bu genre dix whiskys je ne peux plus rien avaler.

3. Ma collègue avait amené une mousse au chocolat, hmm, la meilleure que j'ai jamais mangé de ma vie ! Euh... oui oui, à part le tienne bien sûr...

4. Je suis crevé. Tu peux pas comprendre toi, le stress des responsabilités...

5. T'aurais pu plier le linge quand même ! Il est tout en boule

6. Je ressors, je vais voir un match... notre quoi ? anniversaire de mariage ? Euh... on le fêtera demain ?

7. T'as pas un peu grossi toi ces derniers-temps ?

8. Ce midi j'ai déjeuné avec Marie-Christine. En tête-à-tête.

9. Des pâtes, encore ?

10. Pourquoi les enfants ne sont pas couchés ? Il est tard ! Je n'ai pas la force de m'en occuper

11. Pourquoi les enfants sont couchés ? Il est tôt ! Je voulais les voir

12. Oh non, tu as pris des Heineken, tu sais pourtant que mes potes boivent de la Grimbergen. Soupir...

13. Je ne te demande pas comment s'est passé ta journée, elle n'a pas pu être pire que la mienne.

14. Hmm ? Non je n'écoutais pas, désolée chérie mais tu sais moi les histoires de nanas... (quand vous étiez en train de parler de votre nouveau gros client)

15. Ce midi j'ai invité l'équipe dans un super restau, alors cette semaine on va y aller mollo sur les dépenses.

16. Ah exceptionnellement je vais finir tard demain. Comme aujourd'hui et hier. Et la semaine dernière.

17. Je fais tous les déplacements parce que mes collègues, les pauvres, ont des enfants en bas âges. Comment ? Moi aussi j'ai deux bébés ? Oui mais je suis un homme, c'est différent...

18. J'ai démissionné

19. J'ai accepté un poste à Tulsa. Heureuse ?

20. Qu'est-ce qu'on mange ?

Repost0
27 février 2010 6 27 /02 /février /2010 18:36
On pourrait s'attendre à ce que les hommes, plus agressifs en raison de la testostérone, représentent le genre sexuel majoritaire pour le goût pour ce genre de lectures ... mais non ! Des chercheurs pensent savoir pourquoi ce sont les femmes qui affectionnent les romans policiers. Ce serait un geste préventif initié par la peur d'être blessée ou tuée. Les femmes craignent davantage ce danger que les hommes (en dépit du fait que la lecture des statistiques sur les homicides montre que les hommes sont bien plus menacés).

Les femmes voudraient mieux comprendre comment fonctionne un individu qui souhaite tuer. Elles tentent ainsi de déceler les signes avant-coureurs. Le problème est que c'est un cercle vicieux, car ces romans tendent à générer davantage de peurs ... et donc d'envies de lectures de nouveaux romans policiers !


Source : Sur-la-toile.com
Repost0
17 décembre 2009 4 17 /12 /décembre /2009 08:44

Le syndrome de Stockholm désigne la propension des otages partageant longtemps la vie de leurs geôliers à développer une empathie, voire une sympathie, ou une contagion émotionnelle avec ces derniers.


Ce comportement paradoxal des victimes de prise d'otage, fut décrit pour la première fois en 1978 par le psychiatre américain F. Ochberg qui lui donna ce nom de syndrome de Stockholm, en relation avec un fait divers, qui eut lieu en cette même ville.


Inversement le syndrome peut s'appliquer aux ravisseurs, qui peuvent être influencés par le point de vue de l'otage. On parle dans ce cas du syndrome de Lima


Le fait divers

Le 23 août 1973, un évadé de prison, Jan Erik Olsson tente de commettre un braquage dans l'agence de la Kreditbanken du quartier de Norrmalmstorg à Stockholm. Lors de l'intervention des forces de l'ordre, il se retranche dans la banque où il prend en otage quatre employés. Il obtient la libération de son compagnon de cellule, Clark Olofsson, qui peut le rejoindre. Six jours de négociation aboutissent finalement à la libération des otages. Curieusement, ceux-ci s'interposeront entre leurs ravisseurs et les forces de l'ordre. Par la suite, ils refuseront de témoigner à charge, contribueront à leur défense et iront leur rendre visite en prison. Une relation amoureuse se développa même entre Jan Erik Olsson et Kristin, l'une des otages. La légende veut même qu'ils se soient mariés par la suite, mais ce fait fut démenti.

 


Autres exemples

 


Source :
Wikipédia - Syndrome de Stockholm [Fr]

 

Voir aussi : Wikipédia - Le syndrome de Liman [Fr]

Repost0
14 février 2009 6 14 /02 /février /2009 15:15
La loi de Godwin stipule en gros "dès qu'une conversation internet sur un forum dure trop longtemps, la probabilité d'y voir apparaître des propos nazis tend vers 1"

C'est en fait un peu la même chose avec n'importe quel concept, mais le nazisme étant le signe que la conversation va se clore, elle rend de ce fait la loi de Godwin unique. Dès lors que des propos nazis ont été formulés, la probabilité que d'autres sujets soient abordés repart vers 0.

L'expression "Point Godwin" est attribué à un participant qui aura renoncé à la discussion en invoquant une insulte ou des opinions signant l'échec de la conversation. On attribue alors 1 Point godwin à celui qui signifiera que la conversation ne peut plus avancer et que la meilleure chose à faire est de la clore...

Certains corrollaire ou théorèmes ont vu le jour à partir de cette loi, comme le corollaire de Huygens.


Le corollaire de Huygens

La probabilité qu'un intervenant cite Hitler ou Nazi dans une discussion sans rapport direct et à fort contenu idéologique ou passionnel est inversément proportionnelle à sa capacité de défendre son opinion par des arguments recevables.


Le point Godwin est parfois décliné sur les forums francophones en point Gödel (Gödel a définit un théorème selon lequel aucun système explicatif puissant n'est complet --> ce qui revient à dire que "de toute façon, rien n'est démontrable". c'est une assertion signant la perte d'un débat en cours), point Popper (idem, pour les question de réfutation : "on pourra toujours réfuter quoi que ce soit, donc pas la peine de continuer").

Nous savons reconnaître ces phrases qui ferment les débats, on en a déjà tous rencontré. Amusant de savoir que cela porte un nom ^^


Source :
Wikipedia/loi de godwin
Repost0
15 octobre 2008 3 15 /10 /octobre /2008 19:46
Voila le thème :

“Une jeune femme mariée, délaissée par un mari trop pris par son métier, se laisse séduire et va passer la nuit chez son séducteur, dans une maison située de l'autre côté de la rivière. Pour rentrer chez elle, le lendemain au petit matin avant le retour de son mari, qui va rentrer de voyage, elle doit retraverser le pont. Mais un fou menaçant lui interdit le passage. Elle court alors trouver un passeur qui lui demande le prix du passage. Elle n'a pas d'argent. Elle explique et supplie. Il refuse de travailler sans être payé d'avance. Elle va alors trouver son amant et lui demande de l'argent. Il refuse sans explications. Elle va trouver un ami célibataire qui habite du même côté et qui lui voue depuis toujours un amour idéal, mais à qui elle n'a jamais cédé. Elle lui raconte tout et lui demande de l'argent. Il refuse : elle l'a déçu en se conduisant si mal. Elle décide alors, après une nouvelle tentative auprès du passeur, de passer le pont. Le fou la tue. “

Voila, maintenant classer les personnages par ordre de culpabilité.
Les personnages suivants : Femme, Mari, Passeur, Amant, Ami, Fou.

Pourquoi, j'ai mis cette article parce que je trouverais intéressant de comparer vos réponses sur ce thème la. On a tous une façon de penser différente.
Repost0