Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 mai 2012 4 10 /05 /mai /2012 13:22

WAHH-Quantum-Sensations.JPEG

Le "WA|HH Quantum Sensations"

 

 

Philippe Starck est un grand designer, un merveilleux inventeur de formes et de concepts. A défaut de convaincre les acharnés de la Goudale et autres avaleurs compulsifs de Tequila paf, sa dernière création plongera sans doute les esprits les plus poétiques dans un abîme de rêveries embrumées.

 

Le célèbre designer français vient de mettre au point, avec un scientifique franco-américain, David Edwards, un petit aérosol qui permet de ressentir en un coup de spray "une sensation d'ivresse" sans les effets néfastes de l'alcool. Une simple pulvérisation et pschitt…, vous ressentez "une ivresse de quelques secondes", s'enflamment ses concepteurs. Bourré pendant quelques secondes ? Les acharnés de la Valstar, les imbibés du Pastis et autres nostalgiques de la fée verte trouveront sans doute cela un peu court. On ne pourra pas leur donner complètement tort…

 

Comment ça marche ? Chaque pulvérisation libère 0,075 ml d'alcool, quantité minimum pour que les microparticules stimulent le cerveau et offrent de vraies sensations au palais, soit "un quantum d'alcool", sans risque d'alcoolémie. Un verre d'alcool contient de 40 à 60 ml d'alcool, et il faudrait environ 1 000 pulvérisations pour obtenir un effet comparable, selon les scientifiques qui ont conçu l'aérosol.

 

"Ce petit objet explore ainsi le nouveau territoire infini de l’aérosol alimentaire, du rapport exponentiel entre les quantités infimes ingérées, le goût et l'effet ressenti", peut-on lire sur l'Officiel Galeries&Musées.

 

Baptisé "WA|HH Quantum Sensations", ce petit aérosol commercialisé à 20 euros et qui "ressemble à un bâtonnet de rouge à lèvre" est présenté mercredi soir et jusqu'au 22 juillet au Laboratoire, à Paris, un lieu d'art et de design aux frontières de la science, espace d'exposition et de "dégustation". Fondateur du Laboratoire, David Edwards, le co-inventeur du spray, est professeur à Harvard et inventeur de la cuisine aérienne.

 

 

WHAF.jpg

Le WHAF

 

 

Avant le WA|HH, M. Edwards a mis au point le "Whif", en 2008, autre petit aérosol de la taille d'un cigare vendu (entre 1,80 euro et 3,99 euros) à 400 000 exemplaires dans le monde, qui permet de ressentir les "saveurs" du chocolat, du café et du thé.

 

A suivi en 2009-2010 le "Whaf", "un générateur de nuages de saveur" provenant de mélanges liquides confectionnés par l'utilisateur (du martini à la tarte au citron...) et généré grâce à un système à ultrasons intégré dans une carafe développée avec le designer culinaire Marc Bretillot. Le nuage se déguste à l'aide d'un verre et d'une paille spécifiques (lire les explications). L'ensemble est vendu 129 euros.

 

 

Source : Lemonde.fr

Repost 0
4 mai 2012 5 04 /05 /mai /2012 19:12

C'est au sein du hall d'exposition d'Earls Court de Londres que s'est tenu la conférence de presse d'introduction du Samsung Galaxy S III. En attendant nos premières impressions qui devraient rapidement être suivies d'une prise en mains vidéo, nous vous livrons les temps forts de la keynote ainsi que l'ensemble des caractéristiques techniques du terminal.

 

samsung-galaxy-s-3.jpg

 

 

Lors de la conférence, Samsung a confirmé nombre de rumeurs qui avaient déjà fuité sur le Web. Côté caractéristiques, le constructeur sud-coréen indique que le Galaxy S III sera bien équipé d'un processeur quadri-cœur maison Exynos 4412 cadencé à 1,4 GHz. Comment se positionnera cette puce par rapport au Tegra 3 de NVIDIA ? Faut-il avoir des craintes concernant l'autonomie malgré la présence d'une batterie de 2100 mAh ? Pour répondre à ces questions, il faudra attendre la mise à disposition des premiers terminaux de test.

Le mobile se déclinera en modèles 16, 32 et 64 Go. De plus, ces capacités pourront être étendues à l'aide d'un slot Micro SD. Le terminal conserve tout de même une épaisseur raisonnable de 8,6mm pour un poids total de 133 grammes.

Sans surprises, pour l'OS, Samsung opte pour Android Ice Cream Sandwich (4.0) remaquillée par une surcouche TouchWiz accompagnée de nombreuses applications.

 

Samsung-Galaxy-S-III.jpg

 


Quant à lui, l'affichage sera assuré par une matrice Super AMOLED HD de 4,8 pouces d'une définition de 720 x 1280 pixels. Pour la photo, Samsung équipe son terminal haut de gamme d'un capteur photo dorsal rétro exposé de 8 millions de pixels (et non 12 comme le prédisaient les rumeurs) équipé d'un flash LED. Le capteur pourra être mis à profit pour capturer des photos, ou des vidéos en Full HD 1080p.


Mettons également fin au suspense en évoquant directement la date de lancement : la version 3G+ du Galaxy S III devrait être disponible à la fin du mois de mai au prix de 649 euros libre d'abonnement (16 Go). Il faudra attendre pour le modèle 4G qui devrait pointer le bout de ses pixels cet été.

 

 

Les atouts logiciels du Galaxy S III

Certaines caractéristiques techniques sont inférieures à celles qui étaient pressenties. Exit l'APN de 12 mégapixels, l'écran full HD... Avec le Galaxy S III, Samsung semble changer de stratégie. Au lieu de tout miser sur la surenchère technique, le constructeur coréen redouble d'efforts pour proposer une surcouche logicielle particulièrement aboutie. Au final, ce choix pourrait bien s'avérer payant.


Tout d'abord, le terminal se dote d'un système de reconnaissance vocale « intelligent » similaire à Siri sur iOS.


Plus original encore, Samsung évoque la présence d'un dispositif qui suspend l'extinction automatique de l'écran lorsqu'on lis un livre, ou une page Web. Dans ce cas, le galaxy S3 utilise la Webcam frontale de 1,9 megapixels pour déterminer si l'utilisateur est actif ou non (yeux rivés sur l'écran, ou absents).


La nouvelle surcouche TouchWiz pousse également les capacités multimédia du terminal dans ses derniers retranchements. En premier lieu, le Galaxy S III ne rompt pas avec les habitudes de Samsung en matière de compatibilité vidéo. À l'instar de son prédécesseur, ce nouveau smartphone bénéficiera d'une certification DivX, ce qui devrait lui permettre de lire la quasi-totalité des formats vidéos existants avec une fluidité parfaite (AVI, MKV).

 


Nouveauté de taille : à la manière de VLC sur un OS de bureau, il est cette fois possible de lire une vidéo en premier plan en effectuant une autre activité en parallèle. Explications : vous pourrez par exemple regarder un film en mode PIP (picture-in-picture) lorsque vous surferez sur le Web ! Enfin, les vignettes de prévisualisation de la galerie vidéo peuvent être animées.

 

Galaxy-S-III.jpg

 


La couche photo apporte également son lot d'améliorations par rapport à la version native d'ICS. Comme sur les Galaxy Nexus et autres HTC One X et S, les prises peuvent être déclenchées successivement de façon très rapide. Si cette capacité n'est pas vraiment nouvelle, Samsung va plus loin en proposant un mode rafale « intelligent ». Ce dernier sélectionne et conserve automatiquement le cliché le plus réussi du groupe de photos.

 


Autre innovation : chaque visage peut être tagué, et associé à un contact du répertoire. Ce dispositif de reconnaissance faciale présente deux avantages principaux. Tout d'abord, à la manière d'iPhoto (Mac OS), on peut filtrer ou grouper les photos sur lesquelles apparaissent un ou plusieurs contacts de son choix. Enfin, lorsqu'on observe une photo, une commande rapide de partage apparaît sur les visages reconnus par le système. Ce bouton permet d'envoyer instantanément le cliché à la personne photographiée par MMS ou email en un clic.

 

 

galaxy-s3-conference.jpg

 


Comme on pouvait s'en douter, Samsung propose également des modes panorama, HDR, une mise au point par détection de visage, ou un déclenchement automatique lorsque le sujet sourit. En revanche, contrairement à Image Sense (HTC) qui fait la part belle aux filtres vidéo, Samsung se limite à 4 effets (Sepia, noir et blanc, etc.).

Le Galaxy S III n'oublie pas le DLNA. Déjà présent au sein des précédents smartphones de la marque, ce module est désormais connu sous le nom de AllShare Play. Au menu des réjouissances, une compatibilité avec SugarSync, un service de stockage en ligne. À cela s'ajoute GroupCast, une composante de AllShare Play axée sur le travail collaboratif. GroupCast permet aux propriétaires de Galaxy S III de partager leur écran avec des amis présents sur le même réseau Wi-Fi tout en échangeant des informations en temps réel.


Lors de la conférence, Samsung évoque également la présence d'une application de santé nommée Personal Wellness. Intégré au Hub S Health, cette dernière propose de suivre et surveiller ses paramètres vitaux. La photo d'écran présentée lors de la conférence laisse apparaitre une courbe de pression sanguine. Samsung se montre assez évasif sur le sujet. On suppose que l'application devra être conjointement utilisée avec un accessoire spécifique.


Pour clôturer le chapitre consacré aux améliorations logicielles, Samsung reprend à son compte une bonne idée d'HTC. Le Galaxy S III est équipé d'une interface munie de grosses touches (décrochage, raccrochage, contacts, etc.) spécialement conçue pour être utilisée en voiture lorsque le mobile est fixé sur son support (optionnel).


Une foule d'accessoires

En dehors du classique support auto cité plus haut, Samsung annonce la présence de nombreux accessoires officiels. Housses en cuir, coques plastiques, dock de bureau. Ces ustensiles désormais bien connus des mobinautes sont accompagnés d'outils plus atypiques. Nous pensons par exemple au Wireless Charger Kit. Comme son nom l'indique, il s'agit d'un socle de rechargement sans fil similaire au Touch Stone proposé par Palm en son temps.

 

À cela s'ajoute le S Pebble, un lecteur MP3 avec pince clip spécialement conçu pour pouvoir être utilisé conjointement avec le Galaxy S III. Il sera possible de transférer des pistes audio directement du smartphone vers le S Pebble par glisser-déposer sans avoir à passer par un ordinateur. Ce baladeur pourrait également être équipé d'un podomètre tout comme le Motoactv de Motorola.

 

 

galaxy-s3.jpg



Côté multimédia, Samsung proposera deux solutions permettant de partager l'écran en mode clone sur un téléviseur ou un moniteur HD. Relativement classique, l'HDMI Adaptor n'est autre qu'un adaptateur MHL permettant de « transformer » le port micro USB en sortie HDMI.



Vient ensuite le AllShare Cast Dongle qui reprend le principe du Media Link HD d'HTC. Il s'agit d'un petit boitier Wi-Fi (b, g, n) qui devra être alimenté, puis raccordé à un téléviseur via HDMI. Le dispositif joue alors le rôle de récepteur sur lequel les utilisateurs de Galaxy S III pourront « streamer » leurs contenus photo, audio ou vidéo (jusqu'à 1080p).

 

 

Source : Clubic.com

Repost 0
4 mai 2012 5 04 /05 /mai /2012 18:34

Intel a récemment lancé le « WiDi over DLNA », une nouvelle fonction mettant enfin la transmission vidéo sans fil à la portée du plus grand nombre en exploitant un standard déjà très largement répandu.

 

 

logo-intel-widi.jpg

 


Le fondeur de Santa Clara a effectivement publié la semaine dernière une mise à jour de l'utilitaire Wireless Display (WiDi). Deux mois après la version 3.0 qui apportait la prise en charge de l'architecture Ivy Bridge et du HDMI CEC, la nouvelle version 3.1 inaugure notamment la fonction « WiDi over DLNA », comme l'a finalement constaté notre confrère TousLesDrivers.com.



Comme son nom l'indique, cette fonction permet de répliquer ou d'étendre l'affichage d'un ordinateur sur un client DLNA, soit la majorité des téléviseurs connectés, set-top box de FAI et autres lecteurs multimédia.



Intel l'avait discrètement annoncé au dernier CES, alors que les premiers téléviseurs et moniteurs embarquant nativement le WiDi débarquaient enfin, chez Samsung et LG, deux ans après le lancement de la technologie. Ils offraient enfin une alternative aux boîtiers dédiés de Netgear, Belkin ou D-Link, constituant un frein pour le grand public.

 

Le WiDi n'a par conséquent pas encore rencontré le succès escompté, en dépit des 20 millions d'ordinateurs portables compatibles écoulés. Le « WiDi over DLNA » n'est pas aussi complet que le WiDi natif, en particulier il ne permet pas de diffuser de contenu protégé requérant une liaison HDCP (tels que les Blu-ray commerciaux) et souffre d'une latence plus importante, mais il est d'ores et déjà utilisable par des millions de consommateurs.


Les prérequis restent lourds malgré tout, puisqu'il faut :

  • Un processeur Sandy Bridge ou Ivy Bridge à GPU HD Graphics 3000 ou 4000
  • Un contrôleur Wi-Fi Intel Advanced-N ou Ultimate-N
  • Windows 7 avec les derniers pilotes de GPU et de Wi-Fi en date
  • Mais aussi et surtout, en l'occurrence, un client DLNA prenant en charge l'AVC/TS (H.264 dans un conteneur TS)

 

L'utilitaire « Intel Wireless Display 3.1.19.0 » est donc disponible dès à présent depuis la rubrique support du site Clubic, Internet d'Intel.

 

 

Source : Clubic.com

Repost 0
22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 21:29

XperiaSmartTags.jpg

 

 

Sony va sortir au début du mois prochain le Xperia S accompagné de balises NFC appelées SmartTags. Ces SmartTags, quand on passe le smartphone devant, permettent de paramétrer des fonctionnalités à l'aide d'une application.

Exemple : Ouverture d'application, WiFi on, bluetooth off...

Si vous souhaitez tester cette application, il faut que votre smartphone soit compatible NFC et que vous possédiez des SmartTags.
Elle est d'ors et déjà disponible sur l'Android Market:

https://market.andro...nNtYXJ0dGFncyJd

 

 

XperiaSmartTags_3-1.jpg     XperiaSmartTags2-1.jpg

 

 

smarttags-life.jpg

 

 

Source : Forum.frandroid.com

Repost 0
30 décembre 2010 4 30 /12 /décembre /2010 19:48

LG occupe le terrain à l'approche du CES en présentant aujourd'hui un téléviseur destiné aux cinéphiles, au lendemain de l'annonce d'un autre modèle. Le nouvel « LG LW6500 » promet effectivement un rendu 3D identique à celui d'une véritable salle de cinéma. Il est ainsi le premier représentant de la famille des téléviseurs de la famille « Cinema 3D ».

 

 

Le « LG LW6500 » repose pour ce faire sur le procédé de restitution du relief par polarisation. Il se contente donc de lunettes passives, comme dans la plupart des salles de cinéma, qui présentent l'intérêt d'être légères (seulement 16 g) et économiques (quelques euros seulement). Elles n'intègrent effectivement aucune électronique, contrairement aux lunettes actives à obturateurs couramment utilisées. En outre, ce procédé n'induit aucun scintillement et réduit donc la fatigue visuelle.

Vraisemblablement décliné en plusieurs diagonales, pour l'heure non communiquées, le « LW6500 » bénéficie par ailleurs d'une fonction de conversion de la 2D en 3D à la volée, comblant tant bien que mal la maigreur du catalogue de contenus en relief.

On retrouve par ailleurs un véritable rétro-éclairage local dit « Full LED » (à l'arrière et non en périphérie), la fonction « TruMotion 200 Hz », les fonctions connectées « Smart TV » et les fonctions multimédia courantes.

La série « LG LW6500 » sera enfin détaillée au CES 2011, qui se tiendra la semaine prochaine à Las Vegas.

 

 

Source : Clubic.com

Repost 0
30 mars 2009 1 30 /03 /mars /2009 20:40



Certains rêvent de pouvoir photoshopper jusqu’à leur propre vie. Ce T-shirt vous permet de le faire en toute transparence. Et par toutes les saisons, puisqu’il existe en manches longues ou courtes.

Le nom du modèle était tout trouvé: Invisible, et vous pouvez l’acheter d’un coup de baguette magique pour environ 20 €. Faites un usage raisonnable de votre nouveau pouvoir. [redbubble via FashionablyGeek]

Repost 0
13 mars 2009 5 13 /03 /mars /2009 20:28





Donc l’utilisation du nouvel iPod Shuffle tourne autour des clicks sur la commande déportée des écouteurs, selon des codes qui ressemblent à du Morse. N’y avait-il pas plus simple ? [Apple via Engadget]

Repost 0
18 janvier 2009 7 18 /01 /janvier /2009 22:00



Un jeu sous licence Star Wars détecte les ondes cérébrales un peu comme pour un électro-encéphalogramme pour faire croire à vos enfants qu’ils disposent de super-pouvoirs, notamment celui de faire s’élever une balle dans un tube. Comme vous le savez, c’est un préalable indispensable avant de pouvoir récupérer au vol un sabre laser éjecté d’un droïde en forme de barrique tout en faisant un saut périlleux.

Ce Développeur de Force, vendu aux alentours de 90-100$, consiste en un détecteur sans fil posé sur la tête de l’apprenti Jedi, qui doit se concentrer et activer la bonne partie de son cerveau. En récompense, il verra un courant d’air vertical soulever la balle contenue dans le tube. [USA Today via Geekologie]

Repost 0
9 janvier 2008 3 09 /01 /janvier /2008 17:59
Cette jolie  figurine est celle de la série Code Geass, ici on voit le costum principale de Lelouch

undefined
Repost 0
1 janvier 2008 2 01 /01 /janvier /2008 16:54
Vous retrouverez ici le personnage en PVC de Rin Tosaka de l'animé Fate Stay Night de l'editeur Clayz.

undefined









































Repost 0

Rechercher

Pages