Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 15:53

La légende des mille grues (羽鶴, せんばづる, senbazuru ou zenbazuru) est une légende originaire du Japon, où l’origami est très pratiqué, qui raconte que si l’on plie mille grues en papier dans l'année, retenues ensemble par un lien, on peut voir son vœu de santé, longévité, d'amour ou de bonheur exaucé. Certaines sources disent qu'au bout des 1 000 grues ça n'est pas un souhait mais 1 000 qui sont accordés. On dit que pour que le vœu, la chance ou la santé se réalise, on doit fabriquer le senbazuru pour une personne bien particulière et faire une prière à chaque grue achevée. Une seule personne doit conserver le senbazuru, celle pour qui il a été fait. Moins nombreuses seront les personnes à avoir fabriqué la guirlande, plus le vœu sera fort car il aura demandé beaucoup plus de patience et de persévérance... En général, on offre un senbazuru à une personne très proche malade (depuis Sadako Sasaki), ou plus culturellement pour une naissance ou un mariage.

La guirlande des 1 000 grues est devenue un symbole mondial de paix et les gens peuvent en laisser dans les temples ou jardins de prières (notamment à Tokyo et Hiroshima). Ils sont alors laissés aux éléments comme des messages. Ils ont alors le même sens que les drapeaux de prières tibétains.

 

1280px-Origami-crane.jpg

 

Cette légende a inspiré l'histoire de Sadako Sasaki, une fillette japonaise atteinte de leucémie à la suite de l’explosion de la bombe atomique d’Hiroshima, qui avait entrepris de réaliser mille grues en origami.

 

La meilleure amie de Sadako, Chizuko, lui raconta l'ancienne légende japonaise des 1000 grues et lui apporta un origami. Selon celle-ci, quiconque confectionne mille grues en origami voit un vœu exaucé. Sadako s'attela dès lors à la tâche, espérant que les dieux, une fois les mille grues pliées, lui permettraient de guérir et de recommencer la course à pied. La famille de Sadako s'inquiéta à son propos et vint souvent lui rendre visite à l'hôpital et l'aider à faire les origamis. Après qu'elle eut plié 500 grues, elle se sentit mieux et les médecins dirent qu'elle pouvait rentrer chez elle pour quelque temps, mais après moins d'une semaine elle se sentit de nouveau mal et dut retourner à l'hôpital.

Elle confectionna au total 644 grues de papier. Elle mourut le 25 octobre 1955 à l'âge de douze ans. Elle avait plié ses grues avec tout le papier qu'elle pouvait trouver, y compris des étiquettes de ses flacons de médicament.

L'histoire de Sadako eut un profond impact sur ses amis et sa classe. Ils finirent de plier les 1000 grues et continuèrent cette activité afin de collecter de l'argent en provenance des écoles japonaises pour construire une statue en l'honneur de Sadako et de tous les enfants frappés par la bombe.
Collégiens japonais offrant leurs grues au mémorial de Sadako.

Aujourd'hui, une statue à la mémoire de Sadako, placée sur un piédestal en granite et tenant une grue en or dans ses bras ouverts, se dresse dans le Parc de la Paix d'Hiroshima avec à sa base cette inscription :

    Ceci est notre cri.
    Ceci est notre prière.
    Pour construire la paix dans le monde

Tous les ans, des enfants du monde entier plient des grues et les envoient à Hiroshima. Les origamis sont disposés autour de la statue. Grâce à Sadako, la grue en papier est devenue un symbole international de la Paix.

 

Source : Wikipedia - Légende des 1000 grues

Repost 0
16 juillet 2014 3 16 /07 /juillet /2014 12:39

Godiva, ou plus correctement Godgifu, est une dame anglo-saxonne du XIe siècle, épouse du comte Léofric de Mercie. Sa vie est mal connue. Son nom est associé à une légende apparue plus d'un siècle après sa mort, selon laquelle elle aurait traversée les rues de Coventry à cheval, entièrement nue, afin de convaincre son époux de diminuer les impôts qu'il prélevait sur ses habitants. Bien que dépourvue de tout fondement historique, la chevauchée de Lady Godiva a inspiré de nombreux artistes.


800px-Lady_Godiva_-John_Collier-_c._1897-.jpg
Lady Godiva (tableau de John Collier, 1898).

 

 

Légende

L'histoire raconte qu'elle était la belle épouse de Léofric (968-1057), comte de Mercie et seigneur de Coventry. Les habitants de cette ville souffraient sous l'imposition accablante du comte. À plusieurs reprises, Dame Godiva fit appel à son mari, qui refusait obstinément de diminuer les taxes. Enfin, las, il prétendit accéder à sa demande si elle montait à cheval nue dans les rues de la ville. Dame Godiva le prit au mot, et traversa la ville, vêtue seulement de ses longs cheveux. Son mari tint parole et supprima les impôts.

La forme la plus ancienne de la légende raconte la traversée du marché de Coventry par Godiva, accompagnée par deux chevaliers, alors que le peuple était rassemblé. Cette version est narrée dans Flores Historiarum de Roger de WendoverNote (mort en 1236), un collectionneur d'anecdotes quelque peu crédule, qui citait lui-même un autre auteur plus ancien.

On pense généralement que les cheveux longs de Godiva sont un ajout ultérieur à la légende. D'autres éléments et thèmes sont coutumiers dans les contes : le seigneur intransigeant, la promesse exigée, des conditions de vie très difficiles, la chasteté. Un élément par contre ne l'est pas : la puissance et l'indépendance d'une épouse anglo-saxonne de la classe aristocratique.

Une des variantes de la légende veut que les habitants de Coventry, pour montrer leur reconnaissance envers leur Dame, se soient tous enfermés chez eux pendant son passage. Seul un curieux, nommé Tom, aurait osé enfreindre la consigne et aurait jeté un coup d'œil à la dérobée ; mais en punition, il devint sur-le-champ aveugle. C'est de là que vient l'expression anglaise « Peeping Tom », très souvent remplacée dans la langue actuelle par le français « voyeur ». Selon certaines sources, cette légende serait née en 1586 : on aurait demandé au peintre Adam van Noort de représenter l'épisode et il aurait montré Léofric en train de regarder sa femme par la fenêtre pour constater qu'elle exécutait effectivement sa promesse. Le public aurait mal interprété ce détail, prenant le comte pour un simple indiscret.



Réalité

Il est certain qu'une dame de ce nom a existé au XIe siècle, comme le démontrent plusieurs documents anciens, comme la charte de Stow, la charte de Spalding, et l'enquête de Domesday, bien que l'orthographe du nom change considérablement suivant les écrits. Il apparaîtrait dans les chroniques d'Ely (Liber Eliensis), à la fin du XIIe siècle, qu'elle était veuve quand Léofric l'épousa en 1040. Elle a aidé à la fondation d'un monastère à Stow, Lincolnshire. En 1043, elle persuade son mari de construire un monastère bénédictin à Coventry. Sa devise, « di Ego Godiva Comitissa diu istud desideravi », a été trouvée sur la charte donnée par son frère, Thorold de Bucknall, shérif de Lincolnshire, au monastère bénédictin de Spalding ; et elle est commémorée comme bienfaitrice dans d'autres monastères, à Leominster, Chester, Wenlock, Worcester, et Evesham. Son nom est mentionné dans l'enquête de Domesday de 1085, comme une des quelques Anglo-Saxons à défendre leurs terres après sa conquête, et la seule femme mentionnée en tant que détentrice d'un fief. Elle est probablement morte quelques années plus tard et a été enterrée sous un des porches de l'église de l'abbaye. Dugdale (1656) affirma qu'une veuve, avec des représentations de Leofric et Godiva, a été placée dans l'église de la Trinité, à Coventry, pendant le règne de Richard II.

Au XIIIe siècle le roi Édouard Ier a voulu savoir exactement ce qu'il en était de cette légende. L'étude des annales de Coventry a bien confirmé qu'à partir de 1057 l'impôt n'a effectivement plus été perçu, mais on n'a trouvé aucune preuve que ce fût dû à l'événement qu'on raconte.

Le cortège de Godiva, commémoration du tour légendaire institué le 31 mai 1678, en tant qu'élément de la foire de Coventry, a été célébré régulièrement jusqu'en 1826. De 1848 à 1887 il a été rétabli, et continue encore aujourd'hui. Les participants s'habillent en costumes du XIe siècle. Le défilé commence à partir des ruines de l'ancienne cathédrale et emprunte l'itinéraire suivi autrefois par la courageuse lady, passant bien sûr près de son monument. On joue des musiques d'époque et divers concours sont organisés, dont le plus populaire celui de la meilleure lady Godiva. Il faut préciser que seules des femmes y participent, vêtues de costumes du XIe siècle ; la seule condition, absolue, est d'avoir des cheveux longs et dorés.

Malgré l'étrangeté de la chose, il arrive que des boutiques de vêtements prennent le nom de « Lady Godiva ».


Source : Wikipedia - Godiva (Fr)

Repost 0
23 août 2013 5 23 /08 /août /2013 14:55

Une croyance populaire veut qu'il y ait un effet de la Lune sur les naissances, avec notamment plus d'accouchements les jours de pleine lune, ou de nouvelle lune. Cette croyance est notamment répandue chez les personnels des maternités. Les études statistiques montrent que cette légende persistante n'est pas fondée. La première trace écrite se retrouve dans le discours d'Aristophane dans son discours du Banquet de Platon.

Cycle menstruel et cycle lunaire

Le cycle lunaire est d'environ 29 jours et demi.

La durée du cycle menstruel est souvent de 28 jours pour les femmes des pays occidentaux, mais cela ne constitue qu'une moyenne commode (28 jours = 4 semaines) et ne représente ni la moyenne, ni la valeur la plus probable dans le monde (En Inde par exemple la moyenne (avec écart-type) a été mesurée à 31,2 ± 3,2 jours en 1974 et à 31,8 ± 6,7 jours dans une étude de 1992.

La proximité de la durée de ces deux cycles est probablement l'une des origines de la croyance en l'influence de la Lune sur les naissances.

Chez les singes anthropoïdes la durée du cycle est plus longue : de 32 à 35 jours.

 

Études scientifiques statistiques

En 1986, P. Guillon et al analysèrent 5 927 978 naissances en France de 1968 à 1974. Ils trouvent deux rythmes différents, un hebdomadaire avec un minimum de naissance le dimanche et un maximum le mardi, et un annuel avec un maximum en mai et un minimum en septembre-octobre. Ils trouvent par ailleurs une légère corrélation avec le mois lunaire, avec un maximum durant le dernier quartier et la nouvelle lune (et non la pleine lune) par rapport à l'autre moitié du cycle, avec une moyenne de 2321,69 naissances par jour contre 2315,97. Ils jugent cette différence statistiquement significative. Cette dernière conclusion a été contredite par le démographe Laurent Toulemon pour qui cette étude présente une erreur classique de statistique dans son analyse.

En 1994, Caton et Wheatley, en analysant 45 millions de naissances sur 12 ans, observent une variation apparemment sinusoïdale (avec des dispersions importantes) du nombre de naissance en fonction du jour lunaire. En étendant l'étude en 2001 à 70 millions de naissances aux États-Unis sur vingt ans, Dan Caton n'observe pas de pic ou de variation sinusoïdale convaincante en fonction des phases de la Lune, ni de la distance Terre-Lune. Il note une dispersion plus importante qu'attendue, qu'il attribue au fait qu'il n'a pas pris en compte les variations systématiques saisonnières ou hebdomadaires. Il conclut que la variation sinusoïdale observée dans son étude précédente n'était probablement qu'une anomalie aléatoire.

Le directeur de recherche à l'IRD Frédéric Sandron a analysé les 4 613 875 naissances en France de 1985 à 1990, soit en moyenne 2106 par jour. Il montre qu'une fois corrigé le biais d'excès de naissances des jours ouvrables (lié au déclenchement artificiel des accouchements), il y a eu en moyenne 2109 naissances lors des 75 jours de pleine lune de la période. Les 0.14% de différence avec la moyenne globale n'étant pas statistiquement significatifs, il en conclut que « sur la période 1985-1990, il n'y a pas eu en France plus de naissance les jours et nuits de pleine lune que les autres jours ».

En 2005, Jill M. Arliss, Erin N. Kaplan, Shelley L. Galvin ont analysé les 564 039 naissances en Caroline du Nord de 1997 à 2001. Ils n'ont trouvé aucune corrélation significative entre les phases lunaires et les jours de naissance, non plus qu'avec le taux de césariennes ou de naissances multiples : « As expected, this pervasive myth is not evidence based » .

 

Source : Effet de la Lune sur les naissances - Wikipedia [Fr]]

Repost 0
7 octobre 2012 7 07 /10 /octobre /2012 10:15

Lemming est un nom vernaculaire ambigu désignant en français de nombreuses espèces différentes, appartenant à plusieurs genres de petit rongeurs de la sous-famille des arvicolinés (Arvicolinae). En Europe, l'espèce la plus connue est le lemming des toundras de Norvège (Lemmus lemmus). Ces animaux sont connus pour l'importance de leurs migrations.

 

 

Mythe du suicide collectif

Les importantes fluctuations de la taille de sa population ont longtemps intrigué les chercheurs. Si l'on comprend facilement que, comme nombre de rongeurs, il soit capable de se multiplier très vite, on a plus de mal à comprendre les disparitions répétitives d'une grande partie de la population.

 

L'une des hypothèses, bien qu'actuellement réfutée par différentes recherches scientifiques, est devenue très populaire, c'est celle du « suicide collectif ». Selon cette dernière, les lemmings, se déplaçant en groupes très importants, seraient victimes d'une situation malheureuse : les meneurs, suivis de près par le reste du groupe, seraient incapables d'arrêter leurs camarades dans leur course effrénée, et en arrivant au bord de l'eau ils seraient poussés par ceux qui les suivent, si bien que toute la population plonge vers la mer et se noie. Une autre interprétation de ce « suicide collectif » a été proposée : afin de conquérir d'autres territoires, les lemmings seraient amenés à traverser des rivières, sans s'inquiéter de la largeur de celles-ci ou une fois arrivés à la mer, la confondre avec une simple rivière.

Cette idée a inspiré le jeu vidéo Lemmings ainsi que le film de Dominik Moll (2005), Lemming.

 

 

Cette légende du suicide collectif a été formellement démentie par des nombreuses études scientifiques : les disparitions massives ne sont dues qu'à des problèmes écologiques classiques (notamment de la disponibilité de la nourriture et du nombre de prédateurs).

 

Contrairement à la croyance populaire et à la légende urbaine, les lemmings ne se suicident pas en masse lors des migrations. Il est vrai cependant que des lemmings tombent des falaises ou dans des étangs simplement à cause de bousculades dues à leur grand nombre.

 

Ce vieux mythe a été entretenu et popularisé par l'intermédiaire du documentaire Le Désert de l'Arctique (White Wilderness) de Walt Disney montrant des lemmings se jetant du haut de falaises. Les réalisateurs avaient en fait poussé quelques lemmings vers des falaises surplombant une rivière tout en les filmant sous différents angles.

 

Lemming

 

Lemming des toundras de Norvège

 

Sources :

Lemmus lemmus - Wikipédia [Fr]

Lemming - Wikipédia [Fr]

Repost 0
2 juin 2012 6 02 /06 /juin /2012 09:58

L’autruche apparaît dans certaines expressions françaises populaires. - "Faire l’autruche ou appliquer la politique de l’autruche"

 


L’idée reçue qu’une autruche ayant peur se met la tête dans le sable est liée à plusieurs origines. En effet, on trouve différentes explications au fait que cet animal met sa tête près ou dans le sable :

 

# La première raison, c'est simplement pour se nourrir ; elle passe une grande partie de la journée la tête au ras du sol, parfois entre les rochers pour chercher à manger.  

 

# Deuxième raison plausible, l'autruche pond ses œufs dans des trous qui font parfois jusqu'à 30cm de profondeur dans les sols sableux. Lorsqu'elle retourne ses œufs, enlève les lézards et autres vermines du nid, sa tête disparaît dans un trou.  

 

# Lorsqu’elle se trouve dans une tempête de sable, l’autruche met la tête à ras du sol pour se protéger. Les africains, voyant la scène de loin, disaient que lorsque l’autruche met la tête près du sable c’est signe de tempête.  

 

# L'autruche rapproche sa tête du sol afin de mieux percevoir les bruits et vibrations des prédateurs. Se sentant menacée, le comportement de l'autruche sera, à l'inverse, l'attaque ou la fuite grâce à sa grande vitesse de course et son endurance.  

 

# L'autruche se tapit contre le sol car le phénomène de mirage existant dans tout désert aux heures chaudes crée une réverbération à un mètre du sol qui permet à l'autruche de se dissimuler au-dessous de cette zone. 

 

 

L’expression, faire l’autruche, est donc basée sur une fausse croyance. Il est donc faux de dire que l’autruche met sa tête dans le sable afin de ne pas voir le danger. 

 

Cette croyance a traversé les siècles car déjà au Ier siècle après Jésus Christ, Pline l’Ancien disait : « Les autruches sont les animaux les plus stupides du monde. Elles croient se rendre invisibles en plongeant la tête dans le sable ».

 

 

autruche-tete-dans-le-sable.jpg

 

Source : Wikipédia - Autruche [Fr]

Repost 0
31 mars 2011 4 31 /03 /mars /2011 01:15

Même si ça fait mal à la légende, le sens de rotation de l’eau qui se vide, dans un évier par exemple, ne dépend pas de l’hémisphère dans lequel on se trouve.


Détails :

Une rumeur fait des ravages sur le sens de vidange, mais le sens de vidange dépend à peu près de tout SAUF de l’endroit où vous vous trouvez sur terre.

 

Essayez : on arrive très facilement en tournant avec sa main à inverser le sens ! (On nous signale que ça ne prouve rien, certes) Regardez chez vous, chez des amis, vous verrez que le sens de rotation varie d’un endroit à l’autre.

 

Ce n’est pas que les forces de Coriolis ne jouent pas, mais dans une proportion infiniment minime par rapport à la géométrie locale de la vidange. Ainsi, un même évier aura toujours tendance à se vider dans le même sens, (et encore, ca dépend des mouvements dans la flotte au moment ou on retire la bonde), mais ça ne veut pas dire que tous les éviers de l’hémisphère se videront comme cela.

A l’échelle de l’évier, l’effet des forces de Coriolis n’est observable qu’en laboratoire, sous des conditions hyper-contrôlées.

 

En revanche, le phénomène est vrai pour les masses d’air : si la terre ne tournait pas, les vents iraient directement vers le points de plus basse pression. Les formation dites cycloniques tournent dans le sens des aiguilles d’une montre dans l’hémisphère sud, et dans le sens inverse dans l’hémisphère nord. C’est l’inverse pour les anticyclones, qui tournent autour d’un point de haute pression. 


 

Sources :
Wikipedia – Force de Coriolis [fr]
Ems.psu.edu – Bad Coriolis [en]

Spontex.org

Repost 0
25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 17:22

L’idée que les ongles et les cheveux continuent à pousser après la mort est fausse.


Détails :

L’origine de ce mythe est qu’après la mort le corps se déshydrate, la chair et le cuir chevelu se rétractent découvrant ainsi les cheveux et les ongles. Comme toutes cellules du corps humain, les racines des poils et la matrice des ongles doivent être irriguées par le sang afin de produire la Kératine. Une fois la mort bien installée la kératine n’est plus produite et donc plus rien ne pousse (à part les asticots bien sûr).

 

 

Sources :
Medisite.fr – Cheveux et ongles
Futura-sciences.com – Les cheveux poussent-ils après la mort ?
Jesuiscultive.com – Les cheveux et ongles continuent à pousser après la mort

Fr.Spontex.org

Repost 0
24 mars 2011 4 24 /03 /mars /2011 01:48

Il est impossible de faire du feu en frottant ou en frappant deux silex l’un contre l’autre.


Détails :

C’est une idée reçue qui date de l’époque des briquets à silex, utilisés au XIXe siècle.

 

Nos ancêtres préhistoriques utilisaient bien un silex (ou toute autre pierre assez dure) pour faire du feu, mais pas que ça.

 

Il leur fallait :
– Un percuteur : une pierre dure en silex, quartz ou granit ;
– Un briquet : une pierre riche en sulfure de fer, de la pyrite ou de la marcassite, qui lance des étincelles quand on la percute avec le silex ;
– Un initiateur : par exemple de l’amadou (une matière cotonneuse tirée d’un champignon nommé Ungulina fomentaria), qui se consume en recevant les étincelles.

 

Une fois l’amadou embrasé, il suffit de le mettre rapidement en contact avec une matière combustible comme de la paille ou du lin, puis de souffler énergiquement afin que les flammes apparaissent.

 

C’est en fait le principe encore utilisé dans les briquets (préhistoriques !) à essence, comme le Zippo : un percuteur très dur (la molette) produit une étincelle en contact avec le briquet (la pierre) qui enflamme la mèche (l’initiateur) coincée dans du coton imbibé d’essence (le combustible) pour plus d’efficacité.

 

 

Sources :
Wikipedia – Technique de production du feu
Histoire-fr.com – Les hommes préhistoriques frappaient des silex pour faire du feu

Fr.Spontex.org

Repost 0
23 mars 2011 3 23 /03 /mars /2011 01:16

L’imaginaire collectif, entretenu notamment par les images du cinéma ou de la bande dessinée, continue à voir dans le Viking un être largement fantasmé. Nous avons vu qu’il n’avait pas grand-chose d’un surhomme blond invincible mais était avant tout un commerçant à l’affût de prises faciles lors de coups de main promptement exécutés.

 

Reprenons quelques-unes des images les plus enracinées.

 

• En tête du florilège, l’inévitable casque à cornes (ou à ailes, ou à pointes…). Les Vikings n’ont jamais porté de tels couvre-chefs. En cuir bouilli ou, pour les plus riches de leurs propriétaires, en acier, les casques étaient dépourvus d’accessoires si ce n’est ceux de protection (gorgerin, protège-joues).

 

• Autre image à la fortune durable : boire le sang dans le crâne de son ennemi. Non seulement la culture viking n’était pas particulièrement sanguinaire mais elle prônait un respect de la vie humaine incompatible avec ce genre de réjouissance. Il semble que cette fable soit née de l’interprétation biaisée d’un poème aux images et métaphores foisonnantes comme toute la poésie scaldique.

 

• Oublions également ce supposé mépris de la mort qui permettait aux Vikings de rire bien haut à l’approche du trépas. Comme le rappelle Régis Boyer dans son dernier livre (Les Vikings. Histoire, mythe, dictionnaire, Robert Laffont, 2008), ce genre de forfanterie est absent de la culture scandinave de l’époque. C’est d’une saga (récit mythologique) relatant la vie d’un chef viking, Ragnarr « aux braies velues », que provient le mythe. Avant de périr, Ragnarr déclame un poème dans lequel il récapitule son existence : « De la sorte, c’est tout le cours de sa vie qu’il aura passé en revue, tant dans les faits qu’en esprit. Il sait aussi, de science sûre, comme tous ses semblables, que la seule véritable valeur qui vaille, c’est la réputation que l’on laisse. Il entend que la sienne soit exemplaire, et ainsi, il meurt en riant. »

 

• Notons pour finir que les runes (non pas inventées par les Vikings mais originaires de l’espace germanique) ne sont nullement des signes cabalistiques ou magiques mais une écriture comme une autre, pouvant certes être employée à des fins de magie, mais parmi tous les autres usages de la vie quotidienne. Rien d’occulte dans tout cela, non plus qu’ésotérique.

 

 

Sources :  

Casques à cornes, drakkars…, au bazar des stéréotypes sur www.scienceshumaines.com
Casque à corne, Mythe ou réalité ? sur www.ulfar.fr
Illustrations sur www.armures.ch

Repost 0
22 mars 2011 2 22 /03 /mars /2011 01:25

On dit souvent que la grande muraille de Chine est “la seule construction humaine visible de l’espace/la lune”... en fait c’est faux.


Détails :

Depuis la Lune et les hautes orbites, aucune construction humaine n’est visible. Depuis les basses orbites, la grande muraille est visible au même titre que plein d’autres trucs. En terme de visibilité, la muraille est certes longue, mais beaucoup moins large que la première autoroute venue.

 

 

Sources :
Wikipedia – Grande muraille [fr]
About.com – Great wall of China [en]

Fr.Spontex.org

Repost 0

Ma Playlist

Rechercher

Ma Playlist 2

Pages