Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 janvier 2013 1 14 /01 /janvier /2013 16:52

SCIENCES - Des chercheurs estiment que les poissons ne peuvent pas ressentir consciemment la douleur physique...

 

Ecailles qui tirent, arêtes endolories ? Impossible, selon des scientifiques américains. Le très sérieux sujet de la capacité des poissons à ressentir la douleur a été étudié par une équipe de l’université du Wyoming. Et contrairement à ce qui avait été conclu par des recherches précédentes, il semble que les poissons n’aient pas un système neurologique suffisant pour sentir consciemment la douleur.

 

 

Seulement un réflexe de protection

Ainsi, lorsqu’un poisson est harponné par un pêcheur, sa réaction serait seulement inconsciente du fait de l’absence de nocicepteurs, des récepteurs sensoriels de douleur qui transmettent un message nerveux au cerveau. Chez l’homme, ces récepteurs de douleur envoient d’abord un message permettant de déclencher un réflexe de protection, comme enlever sa main d’un endroit brûlant, puis informent le cerveau de cette sensation désagréable où elle est interprétée selon la sensibilité et le vécu de chacun.

 

Chez les poissons, la douleur s’arrêterait à la réaction réflexive, leur cerveau n’étant pas doté d’un néocortex aussi développé que celui de l’homme. Ainsi, lorsqu’on injecte une solution acide dans les lèvres d’une truite, elle va se frotter la bouche sur le fond de la rivière et nager de manière nerveuse, mais en aucun cas elle ne ressentira consciemment de la douleur, assurent les scientifiques américains. Ce qui ne veut pas dire que l’on a le droit de torturer les poissons : « Le bien-être des poissons est très important, mais la pêche et la science le sont aussi, a déclaré le professeur Robert Arlinghaus, un des chercheurs de l’université du Wyoming. Il existe des débats autour de la question de la douleur chez les poissons et souvent les pêcheurs sont caricaturés comme des sadiques cruels. C’est un conflit inutile », assure-t-il.

-Audrey Chauvet
Source : 20minutes.fr
Repost 0
Published by Milem - dans Animaux
commenter cet article
28 décembre 2012 5 28 /12 /décembre /2012 15:43

Des dauphins jouent au père Noël. En Australie, 12 Tursiops offrent des cadeaux aux êtres humains ! Ces cétacés partagent leur meilleure nourriture avec l'Homme, lui offrant thons, poulpes et fins poissons... Serait-ce une nouvelle preuve d'amicalité entre les deux espèces ? 

Offrir sa nourriture est un acte significatif chez tous les animaux. Lorsque l'Homme partage son repas avec quelqu'un, il s'agit souvent d'un acte social, et l'individu livre un peu de son intimité. Dans le comportement animal, le partage de nourriture peut être un jeu, ou peut montrer le jugement de l'un sur la capacité de chasse de l'autre. L'idée de partage de nourriture est commune entre animaux de la même espèce. Il est en revanche très rare d'observer un partage entre deux espèces différentes. 

À Tangalooma, une station balnéaire sur l'île Moreton, en Australie, un étonnant partage se produit. Depuis quelques années, des dauphins sauvages offrent de la nourriture aux êtres humains. Si ce genre de cadeau n'est pas forcément celui que l'Homme mettrait sous son sapin de Noël, le geste n'en reste pas moins surprenant ! Depuis 1998, des Hommes se sont vu offrir des anguilles, du thon, un calamar, un poulpe et un assortiment de différents types de poissons. Certains de ces cadeaux ont une grande valeur aux yeux des dauphins. 

 


Flipper le dauphin s'appelle Fred 

Les dauphins Tursiops sont les plus étudiés de l'ordre des cétacés, mais leurs biologie et écologie sont encore assez méconnues. Depuis 1992, à la station balnéaire de Tangalooma, un programme de recherche, le Tangalooma Wild Dolphin Provisioning Program, donne la possibilité aux chercheurs de suivre en continu un groupe de dauphins. Nourri tous les soirs au crépuscule, ce groupe comporte une douzaine de Tursiops. 

En 1998, c'est Fred, un dauphin mâle, qui rapporta pour la première fois une murène morte à l'un des membres du programme. Depuis lors, 22 événements de ce type se sont produits. Un article paru dans le journal Anthrozoös décrit cet étonnant comportement des dauphins. 

Jusqu'alors, le geste de partage entre espèces n'avait pas été beaucoup documenté. Un des actes les plus connus d'échange entre l'animal et l'Homme est probablement le cas du chat qui laisse au pied de son maître la proie qu'il vient d'attraper. Mais Flip Nicklin, un photographe duNational Geographic, avait rapporté voilà quelques années une histoire étonnante. À Hawaï, lors d'une mission de plongée, il s'est vu offrir un mahi-mahi par une fausse orque (Pseudorca). Le photographe a accepté son présent, puis l'a rendu à l'animal, qui s'en est allé avec. 

Qu'est-ce qui pousse ces cétacés à offrir de si précieux cadeaux à l'Homme ? Les dauphins de l'île Moreton qui jouent au père Noël sont d'âges et de sexes différents. À ce jour, les scientifiques ne sont pas sûrs de leurs motivations. Souvent, le partage de nourriture entre espèces montre une volonté de jeu, un simple désir de partage de la nourriture ou la croyance que l'autre est un chasseur incompétent. Pour ces dauphins, c'était probablement une forme de comportement de jeu. Mais libre à chacun de l'interpréter comme il le souhaite... 

Liens externes :

 

Source : Futura-Sciences

Repost 0
Published by Milem - dans Animaux
commenter cet article
20 octobre 2012 6 20 /10 /octobre /2012 11:58

Chalcides chalcides, ou Luscengola, est une espèce de sauriens de la famille des Scincidae.

 

Répartition

Cette espèce se rencontre :

  • dans le Nord de la Tunisie et en Libye ;
  • au Portugal, en Espagne, à Gibraltar, dans le Sud de la France, sur les îles de Sardaigne et d'Elbe en Italie.

 

 

Description

La caractéristique principale de cette espèce est de posséder des membres très petits, parce qu’atrophiés. Celles-ci sont minuscules et possèdent trois doigts.
Autre particularité il peut les replier dans des petites dépressions situées le long de son corps.

Le corps en forme de serpent, long de 40 cm maxi, brillant, d’une couleur allant du vert olive au gris ou au marron, avec des stries noires. La queue, comme pour les Lacertilia, peut se détacher quand l’animal est pris par cette partie du corps : c’est la faculté d’autotomie, comme l’orvet.

Étant un animal poïkilotherme (à sang froid), il vit dans les zones herbeuses, humides et buissonneuses, exposées au soleil. Il est vivipare.

 

Saurien serpentiforme 

 

Chalcides chalcides, ou Luscengola

 

Sources :

Chalcides chalcides- Wikipédia [Fr]

Seps - Wikipédia [Fr]

Repost 0
Published by Milem - dans Animaux
commenter cet article
11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 11:41

Pour fournir un abri à sa progéniture, le poisson-globe réalise d'étranges mandalas de sable au fond des mers.

 

 

Quand on sait les spéculations qui entourent encore les crop circles, ces motifs réalisés dans les champs par flexion des épis, on imagine assez bien la tête qu'a pu faire le photographe sous-marin Yoji Ookata lorsqu'il a découvert leur équivalent minutieusement tracé dans le sable au large de l'île d'Amani Oshima, dans l'archipel Nansei, au sud-ouest du Japon. Quel genre de petit plaisantin pouvait bien avoir réalisé un tel travail, aussi symétrique, dans un cercle presque parfait de près de deux mètres de diamètre, et ce, à presque 25 mètres de profondeur ? Pour tenter de répondre à cette question, le plongeur passionné s'est mis en cheville avec quelques collègues et une chaîne de télévision japonaise (NHK) afin d'observer sur la durée, via des caméras, le mystérieux phénomène.

 

L'artiste, qui n'a pas tardé à être démasqué, n'est autre qu'un jeune fugu mâle, ce poisson-globe dont les Japonais raffolent en dépit du poison mortel présent dans certains de ses organes. C'est lui qui, à l'aide de ses seules nageoires, a patiemment tracé cet étonnant mandala en prenant bien soin d'y faire une provision de petits fragments de coquillages. Pourquoi, me direz-vous ? D'abord pour séduire une femelle et s'accoupler avec elle en son centre, et, ensuite, pour pouvoir y loger ses oeufs. La brisure de coquillage est, quant à elle, destinée à fournir ses premiers repas à sa progéniture. Une oeuvre esthétique, mais pas seulement donc... Car, à y regarder de plus près, il semble que l'édifice ait bel et bien la forme idéale pour protéger oeufs et alevins des courants.

 

 

Crop Circles sous-marins

Crédit photo : © Yoji Ookata NHK

les crop-circles du poisson-globe

Crédit photo : © Yoji Ookata NHK

Mystérieux Crop Circles

Crédit photo : © Yoji Ookata NHK

fugu - poisson globe

Crédit photo : © Yoji Ookata NHK

 

 


 

 

 

Source : Lepoint.fr

Repost 0
Published by Milem - dans Animaux
commenter cet article
23 septembre 2012 7 23 /09 /septembre /2012 22:07

Le Silure de verre (Kryptopterus bicirrhis) est un poisson d'aquarium transparent, très populaire à cause de son originalité, comme les autres poissons de verre.

D'origine asiatique, il affectionne les eaux douces et acides. Très sensible à la qualité de l'eau et aux produits chimiques, il n'existe pas de variétés colorées (contrairement au Chanda ranga souvent rendu rose ou vert par injection). Souvent confondu avec le Kryptopterus minor, K. bicirrhis est beaucoup plus grand et n'a pas la même origine géographique.

 

Apparence

Ce poisson n'est pas seulement transparent, son corps reflète la lumière et renvoie des couleurs irisées. Étant dépourvu d'écailles et sensible, le Kryptopterus a échappé au triste sort des poissons colorés artificiellement.

Lorsque le Kryptopterus tombe malade, son corps perd sa transparence et devient blanc cotonneux. Il faudra alors résoudre la source de mal-être rapidement (pas assez d'ombrage, banc insuffisant, poissons turbulents). Il redevient transparent une fois rassuré ou guéri.

Lorsqu'un Kryptopterus meurt, son corps perd sa transparence et devient blanc laiteux.

 

Silure-de-verre.jpg

 

Kryptopterus-bicirrhis.jpg

 

Source : Wikipédia [Fr]

Voir aussi :

Parambassis ranga - Wikipédia [Fr]
Pristella maxillaris - Wikipédia [Fr]

Repost 0
Published by Milem - dans Animaux
commenter cet article
3 juin 2012 7 03 /06 /juin /2012 18:31

Greta oto est un papillon de la famille des nymphalidés qui fait partie des papillons qui ont la propriété d'avoir des ailes transparentes. Son envergure est de 5,6 à 6,1 cm.


On retrouve ces papillons du Mexique au Panama. Greta oto butine des fleurs communes comme le lantana, mais préfère pondre ses œufs sur les plantes tropicales toxiques tels que les Cestrum nocturnum. Les chenilles qui sont rouges et violettes à rayures, se nourrissent de ces toxines et stockent les alcaloïdes végétaux dans leurs tissus. Elles deviennent ainsi à leur tour toxiques (ou au moins désagréables) pour leurs prédateurs naturels tels que les oiseaux. Cette toxicité acquise à l'état larvaire perdure chez le papillon adulte. Les mêmes alcaloïdes végétaux (et toxiques) sont convertis en phéromones par les mâles pour attirer les femelles.


Adultes, les Greta oto affichent également un certain nombre de comportements intéressants, parmi lesquels on notera la constitution d'une aire de parade chez les mâles et la capacité à réaliser des migrations importantes.

 

 

Greta-oto-1.jpg

 

Greta-oto-2.jpg

 

papillon-transparent---Greta-oto.jpg

 

 

Source : Wikipédia - Greta oto [Fr]

Repost 0
Published by Milem - dans Animaux
commenter cet article
3 juin 2012 7 03 /06 /juin /2012 18:14

La paiche (Pérou), pirarucu (Brésil) ou arapaima (Arapaima gigas) est une espèce de poisson de la famille des Osteoglossidés, vivant en Amazonie.

 

 

Étymologie du nom

Le nom Pirarucu vient d'une langue indienne d'Amazonie, dans laquelle ce mot signifie "poisson rouge".

 

 

Description

L'Arapaima gigas est le plus gros poisson d'eau douce d'Amérique du Sud. Avec une taille maximale pouvant atteindre 3 m pour un poids de 250 à 300 kg, il fait également partie des plus gros poissons d'eau douce du monde. Il est notamment connu pour être l'un des rares animaux à opposer une parfaite résistance aux morsures des piranhas grâce à un véritable gilet pare-dents.

 

 

Répartition et conservation

Menacé d'extinction au Brésil, le pirarucu est inventorié dans la base de données de l'Arche du goût.

 

 

Écologie

Le régime alimentaire de l'Arapaima se compose de poissons, de crustacés et d'autres petits animaux. Ce poisson a une respiration aérienne obligatoire, il vient respirer en surface en utilisant sa vessie natatoire riche en vaisseaux sanguins, un avantage pour capter l'oxygène souvent rare dans les rivières d'Amazonie. Ce poisson est donc en mesure de survivre dans les eaux où l'oxygène dissous est aussi faible que 0,5 ppm. L'Arapaima peut rester sous l'eau durant vingt minutes sans prendre de respiration à la surface (source:monstre en eau douce, Canal Évasion).

 

 

Utilisation par l'homme

Il fait l'objet d'une pêche intensive car sa chair (légèrement sucrée et aux arêtes peu nombreuses) est recherchée. Il est servi même en période de fermeture dans tous les restaurants du bassin amazonien. L'élevage permettra peut-être d'enrayer la disparition de l'espèce : sa croissance est rapide (10 kg/an) et peu coûteuse (4 €/kg).

 

D'autre part, les écailles de l'arapaima suscitent l'intérêt de nombreux chercheurs en raison de leur résistance très intéressante. On envisage actuellement d'élaborer des matériaux biomimétiques inspirés des écailles de l'arapaima (pour faire des protections par exemple), qui font de l'arapaima l'une des seules espèces animales à ne pas redouter une attaque de piranhas

 

 

Arapaima gigas

 

Arapaima

 

Paiche, Pirarucu ou Arapaima gigas

 

 

Source : Wikipédia - Arapaima gigas [Fr]

Repost 0
Published by Milem - dans Animaux
commenter cet article
2 juin 2012 6 02 /06 /juin /2012 16:47

Une partie des terrasses de cette construction naturelle sont moins chaudes (environ 45°) que les sources chaudes, les fumerolles et les geysers (de 75° à 500°). Les waptitis y ont établi dans la zone un territoire distinct, y compris pour l'élevage des petits.  

 

L'hiver, où les conditions sont relativement rudes, ces derniers se baignent dans les bassins thermaux des terrasses ; une stratégie de survie qui a surpris les biologistes et qui a poussé ces derniers à considérer les Mammoth Hot Springs comme un écosystème à part entière. On retrouve d'ailleurs un tel comportement chez les macaques japonais, si ce n'est que ces derniers ont appris ce geste en copiant l'homme, ce qui n'est pas le cas des wapitis du Yellowstone.

 

De plus, ils ne craignent pas les hommes. Des habitations et des infrastructures ont été construites au sein de leur territoire, sans que ces derniers quittent le lieu; ce qui pousse les touristes à le approcher sans méfiance, alors que ces animaux sont capables d'attaquer ou du moins effrayer les visiteurs trop curieux, notamment les femelles avec leurs petits. Le parc a été forcé de poser des panneaux d'avertissement le long du parcours pour éviter le plus possible de tels accidents.

 

 

Wapitis-se-baignant-dans-le-Mammoth-Hot-Springs.jpg

Wapitis se baignant dans les vasques chaudes du Mammoth Hot Springs

 

 

Sources :

Wkipédia - Mammoth Hot Springs [Fr]

Wikipedia - Wapiti [Fr]

Repost 0
Published by Milem - dans Animaux
commenter cet article
30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 19:05

Le Grand Géocoucou, parfois aussi appelé Géocoucou de Californie (Geococcyx californianus), est une espèce d'oiseaux coureurs nord-américains de la famille des cuculidés qui compte, entre autres, les coucous.

 

Les habitudes terrestres du géocoucou lui ont valu le nom de « coureur de route » en anglais (Roadrunner) et en espagnol (Correcaminos) ; il est de fait plus apte à la course qu'au vol. Omnivore et opportuniste, il présente de nombreuses adaptations aux milieux arides. Il lui arrive de réaliser un parasitisme de couvée, mais pas d'une manière systématique comme le Coucou gris.

 

Cet oiseau à l'aspect longiligne et au plumage strié, pourvu d'une longue queue et doté d'une crête qu'il tient souvent érigée, est une figure connue en Amérique du Nord, que ce soit dans le bestiaire rituel de peuples amérindiens ou comme symbole de plusieurs organismes américains. Le Grand Géocoucou est devenu mondialement célèbre depuis le succès du personnage de Bip Bip dans le dessin animé Bip Bip et Coyote.

 

 

road-runner-1.jpg

 

Géocoucou de Californie

Grand Géocoucou en pleine course

 

 

Caractères distinctifs

Le Grand Géocoucou a une allure typée difficile à confondre. Sa grande taille, sa crête foncée souvent dressée, son bec fort, sa grande queue, ses pattes longues et fortes et ses habitudes terrestres le distinguent de toutes autres espèces d'oiseaux. Il hoche souvent la queue, en la relevant rapidement puis en la rabaissant lentement. Les iris de ses yeux sont jaunes.

 

Le Grand Géocoucou est morphologiquement adapté à la locomotion terrestre. Comparée aux autres membres arboricoles de la famille des cuculidés, notamment la sous-famille des Neomorphinae, la masse musculaire associée aux pattes est plus développée et assure une plus grande puissance et un meilleur équilibre lors de la course. Les doigts des pattes, plus flexibles, permettent à l'oiseau autant d'aisance sur le sol que perché sur une branche.

 

L'allure générale singulière et comique du géocoucou fait de lui l'espèce la plus caractéristique de l'avifaune des milieux arides américains.

 

 

Mensurations

La longueur moyenne du Grand Géocoucou est de 58 cm, variant entre 52 et 62 cm, pour une envergure moyenne 56 cm. La longueur moyenne de la queue est de 29 cm. La longueur du tarse varie de 58 à 62 mm et celle du culmen (arête supérieure du bec) de 33 à 35 mm.

 

La masse moyenne des adultes est de 376 g, avec un minimum de 220 g et un maximum de 540 g. Une importante variation de masse existe, les populations de l'ouest étant de plus grande taille que celles de l'est.

 

 

Locomotion

Course

Le Grand Géocoucou peut maintenir une vitesse à la course d'au moins 30 km à l'heure sur de longues distances. Lorsqu'il court rapidement, il place sa tête et sa queue parallèlement au sol, et utilise sa queue comme gouvernail pour l'aider à changer de direction. Il préfère courir dans les endroits dégagés, comme les routes, les sentiers bien tassés et les lits de rivières asséchées plutôt que dans la végétation dense.

 

Vol

Le géocoucou vole peu. Il plane en s'élançant d'un perchoir – un arbre ou une construction humaine. Il est plus rare de le voir voler entre des perchoirs potentiels sur de courtes distances de 4 ou 5 mètres.

 

 

Alimentation

Le géocoucou est un omnivore opportuniste. Il se nourrit de presque tous les petits animaux et insectes qu'il peut attraper : lézards, petits serpents, scorpions, mygales et autres araignées, mille-pattes, rongeurs (souris, sigmodons, spermophiles, campagnols), jeunes lapins, petits oiseaux et leurs œufs, divers insectes (criquets, sauterelles, coléoptères, chenilles, fourmis, abeilles, guêpes), escargots, crapauds ; il se nourrit même de jeunes chauves-souris. Il lui arrive parfois de se nourrir de charognes.


Il consomme à l'occasion des fruits d'opuntia et de rhus. Il frappe les fruits d'opuntia au sol afin d'en enlever les épines. Fruits et graines peuvent représenter jusqu'à 10 % de son régime alimentaire.

 

Il recherche généralement sa nourriture dans des zones dégagées de végétation. Il explore parfois les buissons et les arbres de faible hauteur, glanant çà et là les invertébrés qu'il y trouve avec toutefois moins d'agilité que lorsqu'il est au sol. Il capture aussi les oiseaux qu'il trouve aux mangeoires, aux nichoirs d'oiseaux et dans les filets japonais.

 

Les oiseaux capturés sont partiellement ou totalement déplumés avant d'être consommés. Les scorpions sont saisis par la queue. Les petits mammifères sont tués d'un coup de bec à la base du crâne. Généralement, il étourdit ou tue les plus grosses proies (mammifères, reptiles) en les frappant rudement au sol de façon répétée tout en les tenant fermement avec son bec. On a compté, dans ce cas, jusqu'à 21 coups à la minute. Comme il avale ses proies entières, ce martelage a pour principale fonction de les démembrer pour les rendre plus faciles à avaler.

 

 

crotale---Sistrurus-catenatus.jpg

Les crotales (ici, Sistrurus catenatus) sont sans conteste les proies les plus dangereuses du Grand Géocoucou.

 


La prouesse la plus spectaculaire du Grand Géocoucou est sans doute sa capacité à maîtriser et tuer les crotales. W. Meinzer décrit, photographies à l'appui, comment le volatile s'y prend pour terrasser des crotales (Sistrurus catenatus, Sistrurus miliarius) d'une taille pouvant aller jusqu'à 60 cm de long. L'oiseau, s'accroupit et, les ailes tombantes, commence par tourner autour du reptile lové afin de mettre sa vitesse à l'épreuve. Au moment où le serpent s'élance pour frapper le géocoucou, celui-ci se replie avec rapidité pour aussitôt après se jeter sur sa proie, momentanément vulnérable, et la saisir par la tête. Le géocoucou frappe vigoureusement le crotale au sol pendant plusieurs minutes, après quoi il l'avale ou l'emporte pour nourrir ses petits. Un couple de géocoucous peut unir ses efforts pour terrasser un crotale. Les deux oiseaux tournent alors ensemble autour du serpent en attendant une ouverture. Le premier qui en a l'opportunité bondit sur le serpent et le tue.


 

Geococcyx californianus

 

Grand Géocoucou

 

 

Source : Wikipédia - Grand Géocoucou [Fr]

Repost 0
Published by Milem - dans Animaux
commenter cet article
30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 15:53

Le Poisson-fantôme robuste (Solenostomus cyanopterus) est un poisson téléostéen aux nageoires étalées comme des ailes. On le rencontre principalement dans une profondeur maximum de 25m.

 

On le retrouve dans l'Indo-Pacifique, dans la mer Rouge, au sud de l'Australie, au Japon, en Afrique de l'est et dans les îles Fidji. C'est un poisson benthique qui se nourrit de petits crustacés. Il mesure environ 12 cm.

 

 

Poisson-fantome-robuste--Solenostomus-cyanopterus-.jpg

 

 

Poisson-fantome.png

 

 

Poisson-fantome-robuste.png

 

 

Une autre espèce : Solenostomus paradoxus

 

Solenostomus-paradoxus.jpg

 

 

Sources :

Wikipedia - Solenostomus cyanopterus [Fr]

Wikipedia - Solenostomidae [Fr]

Repost 0
Published by Milem - dans Animaux
commenter cet article

Rechercher

Pages