Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 juillet 2017 3 19 /07 /juillet /2017 18:30

La Pierre-aux-Fées (aussi appelée Pierre des morts) est un dolmen situé à Reignier, dans le département français de la Haute-Savoie, en France.

Il est situé près du hameau de Saint-Ange, sur la plaine des Rocailles. C'est une région morainique parsemée de nombreux blocs erratiques laissés là par les glaciers.

Ce dolmen faisait partie d'un groupe de sept, dont il ne reste que la Cave aux Fées de Saint-Cergues et la Pierre-aux-Fées de Reignier.
Ont disparu ceux de Pers-Jussy, détruit en 1864, Cranves-Sales, en 1864 également, Bons-en-Chablais au xixe siècle, Larringes en 1820 et Etrembières en 1836. Mais leur emplacement reste connu.

 

 

Les dolmens de Pers-Jussy, Cranves-Sales, Reignier et Saint-Cergues sont sur une ligne nord-sud qui ne fait un écart que de 5° avec l’axe des pôles, sur laquelle vient s'ajouter un peu décalé Bons-en-Chablais. Etrembières, Saint-Cergues et Larringes sont aussi alignés.

 

 

Sources :

Wikipedia.FR

Lieux-insolites.fr

Divers :
Comment expliquer la formation des mégalithes du Mont Shoria en Sibérie ? On dit que ce sont les plus grandes jamais observées et que certaines feraient plus de 3000 tonnes.
Guichetdusavoir.org

epochtimes.fr/megalithes-de-3000-tonnes-decouverts-siberie-record-21003.html

Repost 0
11 mars 2014 2 11 /03 /mars /2014 19:53

Entre 1561 et 1566, les habitants de Nuremberg en Allemagne et Bâle en Suisse furent témoins de phénomènes extraordinaires dans le ciel: de véritables ballets aériens de sphères, disques, tubes engagées dans des ballets voire des batailles avec crash à la clé.

 


Une observation datant de 1561 :


Voici une gravure d'une bataille aérienne entre ovnis au dessus des cieux de Nuremberg en Allemagne le 4 Avril 1561. Certains vaisseaux se sont écrasés. En raison des croyances religieuses des artistes médiévaux, les fuselages et ailes deviennent des croix et les fusées des tubes emplis de sphères.

 

1561b.jpg

(Gravure de la collection Wickiana, Zurich)


Vous noterez qu'il semble que deux personnages sont témoins du crash d'au moins un des objets volants.


Le 4 avril à l'aube, dans le ciel de Nuremberg (Allemagne), beaucoup d'hommes et de femmes voient se produire un très effrayant spectacle où interviennent divers objets, dont des boules: "environ 3 dans la longueur, de temps en temps, quatre dans un carré, beaucoup restaient isolées, et entre ces boules, on vit nombre de croix couleur de sang. Puis on vit deux grand tuyaux, dans lesquels petits et grands tuyaux, se trouvaient 3 boules, également quatre ou plus. Tous ces éléments commencèrent à lutter les uns contre les autres." (Gazette de la ville de Nuremberg).


L'événement dure 1 h et connaît un tel retentissement qu'un artiste, Hans Glaser, en exécute une gravure à l'époque. On décrit deux immenses cylindres noirs lançant de nombreuses sphères bleues, noires et rouge sang, des croix rouge sang et des disques. Ils semblent se livrer bataille dans le ciel. A en juger par la gravure de Glaser, certaines de ces sphères se seraient écrasées au sol, à l'extérieur de la ville.


REFERENCES:
Voir aussi Bâle 1566.

Ces observations ont été mentionnées dans:

"Ein moderner Mythus Von Dingen, die am Himmel gesehen werden"
"A modern myth: things seen in the skies"
"Un mythe moderne: les objets vus dans le ciel"

Carl Gustav Jung
Zürich, Stuttgart
Rascher Verlag 1958.



 

Une observation illustrée datant de 1566 :


1566.jpg

1566b.jpg

Photo © Yves Bosson / Agence Martienne http://www.agence-martienne.fr/

(Gravure de la collection Wickiana, Zurich)


Le 7 août, à l'aube, de nombreux citoyens de Bâle (Suisse), effarés, peuvent voir pendant plusieurs heures des sphères noires se livrant à une formidable bataille aérienne, envahissant le ciel de leur cité: "à l'heure du lever du soleil, on a vu dans l'air beaucoup de grosses boules noires qui se dirigeaient à grande vitesse vers le soleil, puis qui firent demi-tour, s'entrechoquant les unes les autres comme si elles menaient un combat, un grand nombre d'entre elles devinrent rouges et ignées, par la suite elles se consumèrent et s'éteignirent" écrivit Samuel Coccius, l'étudiant en "écritures sacrées et en arts libéraux" qui consigna les étranges événements dans la gazette de la ville.


REFERENCES:
Voir aussi Nurnberg 1561.

Ces observations ont été mentionnées dans:

"Ein moderner Mythus Von Dingen, die am Himmel gesehen werden"
"A modern myth: things seen in the skies"

Carl Gustav Jung
Zürich, Stuttgart
Rascher Verlag 1958.

 

 


 

hamburg1697.jpg

Observation à Hambourg, 1697.


Cette illustration montre l'observation de deux objets (?) au-dessus de Hambourg, en Allemagne, le 4 Novembre 1697. Les objets ont été décrits comme "deux roues lumineuses".

 

Source : Ostdudauphin.fr/ufo.htm

Repost 0
23 août 2013 5 23 /08 /août /2013 14:20

L'Église Sainte-Marie-de-Sion est une célèbre église située dans la ville d'Aksoum en Éthiopie.

Selon la tradition, elle abrite l'Arche d'alliance qui aurait été volée par le roi Ménélik Ier.

La tradition fait des rois éthiopiens des descendants du roi Salomon. Selon la légende, la reine de Saba serait retournée enceinte dans son royaume et son fils, Ménélik 1er, premier empereur d’Éthiopie, serait le fils de Salomon. La légende précise que le jeune prince fut éduqué à Jérusalem pour s’imprégner de la sagesse de son père et aurait rapporté de là en Éthiopie les Tables de la Loi.

 

 

 

Chapelle-de-l-Arche-d-Alliance.jpg

Chapelle de l'Arche d'Alliance, dans l'enclos de l'Église Sainte-Marie-de-Sion à Aksoum.

 

Source : Wikipedia [Fr]

Repost 0
27 juillet 2013 6 27 /07 /juillet /2013 18:25

L'expression « mur vitrifié » (ou « fort vitrifié ») désigne des vestiges archéologiques présentant des caractéristiques impliquant une chauffe à très haute température et datant d'une période comprise entre 800 et 200 ans av. J.-C.

 

Il s'agit le plus souvent de construction composées de blocs de grès, de granite ou d'autres roches métamorphiques, soudés entre eux par un mortier noirâtre, verdâtre ou rougeâtre, ressemblant à une coulée de lave refroidie. Pour fondre de tels murs de granite, une température supérieure à 1 100 et 1 300 °C est nécessaire et doit être combinée à un procédé de combustion lente.

 

Des vestiges d'enceintes vitrifiées ont été découverts dans toute l'Europe du Nord (Îles britanniques, France, pays scandinaves, Allemagne, Hongrie) mais aussi en Europe du Sud (Portugal).

 

Diverses théories ont été proposées pour expliquer la formation des murs vitrifiés mais aucune n'est satisfaisante.

 

Pierre-vitrifiee-St-Suzanne.JPG

Pierre vitrifiée de Sainte-Suzanne (Mayenne), fouilles 2006.


Au pied des remparts de la cité fortifiée de Sainte-Suzanne dans la Mayenne, cette partie de mur a été découverte en 2006, côté sud, par l'équipe d'Anne Bocquet, archéologue départementale.

 

Source : Wikipedia [Fr]

Repost 0
27 juillet 2013 6 27 /07 /juillet /2013 18:07

Les alignements de Carnac sont situés sur la commune de Carnac dans le département du Morbihan en Bretagne. Il s'agit d'un site d'alignements mégalithiques exceptionnel constitué d'alignements de menhirs, de dolmens et d'allées couvertes et réparti sur plus de quatre kilomètres. Les alignements de Carnac sont les ensembles mégalithiques les plus célèbres et les plus impressionnants de cette période avec près de 4 000 pierres levées. Depuis 1991, le site est fermé au public en été et libre d'accès en hiver afin de préserver et de conserver le site. En effet, le libre accès provoquait surtout en période estivale de nombreuses dégradations des menhirs (chutes et déchaussement) et de la lande.

 

Les menhirs sont protégés au titre des monuments historiques par plusieurs listes et arrêtés successifs, les premiers en 1889. En 1996, les sites mégalithiques de Carnac sont inscrits sur la liste indicative de l'UNESCO en vue d'une candidature d'inscription au Patrimoine mondial dans la catégorie culturelle. Le site est géré par le Centre des monuments nationaux, établissement public sous tutelle du Ministère de la Culture. Cependant, à ce jour l'aire d'étude pressentie pour une candidature au Patrimoine mondial regroupe une vingtaine de communes permettant de contextualiser les sites de Carnac dans un ensemble géographique et culturel cohérent de plusieurs centaines de sites.

 

306px-Carnac_Geant_du_Manio.jpg

Le géant du Manio

 

Contexte historique

Les alignements ont été érigés au Néolithique par des communautés sédentarisées entre le Ve millénaire av. J.-C. et le IIe millénaire av. J.-C.. Ces tribus, installées dans de grandes maisons en bois et en argile pratiquaient l'élevage et l'agriculture. La sédentarisation les amena à créer un culte de morts en construisant d'immenses tombeaux collectifs, des stèles géantes, des dolmens et des alignements de menhirs. Les hommes savaient manœuvrer les lourdes pierres grâce à des rondins et des cordes. De nombreuses expériences ont montré qu'avec peu d'hommes la manutention de lourdes pierres était faisable. Le grand menhir de Locmariaquer, lourd de 300 tonnes et constitué de 20 mètres de granite, est un exemple parfait de transport et de levage de pierre.

 

Composition des alignements

Le site est découpé en plusieurs ensembles de menhirs. Dans chaque alignement, les menhirs sont placés par ordre décroissant et chaque série forme un angle précis avec la précédente. En moyenne, les pierres pèsent entre 1 et 2 tonnes mais beaucoup sont nettement plus lourdes. Chaque alignement se termine sur une enceinte mégalithique plus ou moins visible.

 

On constate une certaine organisation entre la taille des blocs et la nature du terrain. En effet, la pente du terrain et la fracturation du granite sous-jacent a influé sur cette organisation. Les interruptions dans les alignements sont dus à des détériorations au cours des siècles, notamment pour la construction des bâtiments voisins aux alignements.

 

D'ouest en est, on trouve :

  • Les alignements du Ménec et ceux de Toul-Chignan.
  • Les alignements de Kermario, ceux du Manio, puis ceux de Kerlescan.
  • Les alignements du petit Ménec, qui se trouvent sur la commune de la Trinité-sur-Mer.

 

La maison des mégalithes, au Ménec, présente au public les enjeux de la restauration du monument et permet de découvrir le site dans toute son ampleur.

 

Source : Wikipedia [Fr]

Voir aussi : Les photos du site

La Roche-aux-Fées - Wikipedia [Fr]
Le dolmen de Bagneux - Wikipedia [Fr]

Repost 0
27 juillet 2013 6 27 /07 /juillet /2013 17:48

Le terme alignement de sites désigne une notion controversée : celle de lignes imaginaires reliant certains grands sites préhistoriques. Elle est différente de l’alignement mégalithique, qui est un ensemble de menhirs posés sur une ou plusieurs rangées. Il faut au moins trois menhirs pour parler d'alignement et ceux-ci peuvent compter jusqu'à plusieurs milliers de pierres comme à Carnac. Un alignement de site se caractérise par un alignement à grande échelle de monuments ou d’œuvres importantes. Les lignes ainsi tracées sont plus connues sous le nom de ley lines.

 

stmichael.png

La ligne Saint-Michel - Source : http://www.mythospress.co.uk

 

apollo.png

Les sites consacrés à Saint-Michel et Apollon - Source : http://www.mythospress.co.uk

 

Historique

En septembre 1870, William Henry Black donnait à la British Archaeological Association, à Hereford, une conférence où il supposait qu'entre « les monuments existe un marquage fait de lignes géométriques qui couvrent l'ensemble de l'Europe occidentale ».

 

L'inventeur de la notion ou le découvreur du phénomène est Alfred Watkins en 1921. Dans son livre Early British Trackways (1922) il propose comme explication celle d'une route d'échanges, inconnue des historiens, mais réelle et utile. Il a systématisé son idée en 1925, dans The Old Straight Track. Le 30 juin 1921, Watkins traversait à cheval des collines près de Blackwardine, dans le Hereforshire quand il nota que de nombreux sentiers semblaient relier une colline à l'autre selon une ligne droite. Il examina alors une carte, et eut une soudaine intuition : les ley lines. Watkins croyait que, dans les temps anciens, quand l'Angleterre était bien plus boisée, le pays était traversée par un réseau de routes fait de lignes droites, et qui utilisait des caractéristiques marquantes du paysages comme des points de navigation, cela avant même l'époque romaine.

 

L’occultiste Dion Fortune, en 1936, dans son roman The Goat-Foot God a émis l’idée que les ley lines sont des lignes de force reliant des sites préhistoriques.

 

Il ne manque pas d'esprits originaux pour affirmer que ces alignements sont parfois des pistes d'atterrissage pour engins spatiaux de civilisations anciennes et inconnues, ou pour des OVNI.

 

David Cowan (2004) et le mouvement New Age y voit des lignes d'énergie terrestre.

 

Le film documentaire La Révélation des Pyramides affirme que les pyramides de Gizeh sont alignées avec un certain nombre d'autres sites archéologiques comme l'île de Pâques, Machu Pichu, Ollantaytambo, la civilisation de Paracas, le pays dogon et Mohenjo-daro1, s'inscrivant dans le cadre des théories pseudo-scientifiques sur la destination de la pyramide de Khéops.

Source : Wikipedia [Fr]

Repost 0
26 juillet 2013 5 26 /07 /juillet /2013 12:25

La théorie des anciens astronautes, aussi surnommée néo-évhémérisme par le sociologue Jean-Bruno Renard, est une spéculation ufologique selon laquelle les dieux, dont parlent les anciennes mythologies et dont l'archéologie met les cultes en évidence, étaient en fait des extraterrestres humanoïdes. Cette théorie est souvent attribuée à Erich von Däniken mais, si ce dernier l'a amplement popularisée en 1968, elle avait toutefois déjà été proposée avant, notamment par le théosophisme d'Helena Blavatsky ou en 1962 par Robert Charroux et plus tard en 2009 par Pietro Roberto Lillo.

 

Cette théorie est considérée comme n'ayant aucun fondement par la communauté scientifique, car les éléments archéologiques prétendument inexpliqués ont le plus souvent une explication rationnelle déjà exposée par les archéologues. Par exemple, la technique de fabrication des géoglyphes de Nazca peut aujourd'hui être expliquée par des procédés strictement humains. De même, Jean-Pierre Adam, dans L'archéologie devant l'imposture, explique que la construction de la grande pyramide repose non pas sur un savoir étranger à l'espèce humaine mais bien sur les techniques de l'époque.

 

 

Théorie

La théorie repose sur les hypothèses suivantes :

  • les civilisations anciennes (égyptienne, maya, andines, etc...) n'auraient pas possédé les connaissances nécessaires pour réaliser certaines de leurs constructions ou productions ;
  • des éléments des textes anciens donneraient des indices d'une présence extraterrestre : certains personnages masqués présents sur des fresques anciennes représenteraient des astronautes, d'autres éléments représenteraient des ovnis ou des pistes d'atterrissage ;
  • les extraterrestres auraient influencé le développement des civilisations, en enseignant aux Terriens l'agriculture, l'écriture, etc..., voire en altérant l'ADN humain pour favoriser l'évolution vers une espèce plus intelligente. On rejoint ici la théorie du dessein intelligent extraterrestre, que l'on retrouve dans plusieurs mouvements religieux ou sectaires, comme le mouvement raëlien avec les Elohim, ou chez Jean Sendy ou encore Roger Vigneron, selon qui la Bible évoque le peuple des Élus (Elohim terme hébreu présent dans l'Ancien Testament, qui signifie « Ceux qui viennent des cieux ») venus sur Terre dans leurs roues de lumière (Weidorjes) ;
  • les peuplades primitives, face aux extraterrestres, auraient considéré que ceux-ci étaient des dieux.

 

Selon Erich von Däniken, le culte du cargo est un exemple contemporain de croyances religieuses issues d'une culture tribale confrontée à une civilisation technologiquement avancée.

 

Dans le cadre de cette théorie, les géoglyphes de Nazca, au Pérou, sont notamment considérés comme une piste d'atterrissage pour les extraterrestres, ou bien une sorte de message envoyé par la population locale aux extraterrestres.

 

 

Retombées

La théorie a eu un fort retentissement médiatique. Elle n'a jamais été sérieusement considérée comme une théorie scientifique par les historiens ou les archéologues, mais elle a donné lieu à de nombreuses retombées : 

  • journalistiques, notamment sur Erich von Däniken (1968), influencé par Robert Charroux (1963) ;
  • sceptiques, dans les cercles sceptiques ou zététiques, qui se sont notamment appliqués à invalider l'hypothèse selon laquelle les moyens antiques étaient insuffisants pour produire ce qu'ils ont fait ;
  • sociologiques, pour se pencher sur l'apparition de ces croyances aux extraterrestres. Le sociologue Jean-Bruno Renard a surnommé la théorie des anciens astronautes le néo-évhémérisme. En effet, le philosophe grec Évhémère (IIIe siècle av. J.-C.) expliquait la croyance dans les dieux par l'existence de personnages illustres qui auraient, par la suite, été divinisés par la population. Le néo-évhémérisme suit le même principe : les peuplades primitives, face à une technologie supérieure, auraient divinisé ces visiteurs en provenance de l'espace ;
  • sculpturales : sur un montant de la porte de Ramos, à la nouvelle cathédrale de Salamanque (XVIe et XVIIIe siècles), on reconnaît un astronaute en apesanteur, œuvre du tailleur de pierre Miguel Romero lors de la restauration de 1992.


Selon Jason Colavito, l'écrivain américain H. P. Lovecraft est à l'origine de l'expansion de la théorie des anciens astronautes dans la culture populaire tout au long du XXe siècle. Avec ses récits d'anciens dieux ou démons qui sont des extraterrestres descendus sur terre dans des temps infiniment lointains, Lovecraft aurait eu une influence déterminante sur Louis Pauwels et Jacques Bergier (1960), lesquels ont largement contribué à lancer le thème des anciens astronautes en France, influençant à leur tour Robert Charroux (1962) et, indirectement Von Däniken (1969), qui donna une dimension mondiale au phénomène.

Source : Wikipedia [Fr]

Repost 0
23 septembre 2012 7 23 /09 /septembre /2012 00:31

La théorie de la masse de l'âme, ou théorie des 21 grammes, est une théorie émise par le médecin américain Duncan MacDougall en mars 1907. Sur la base d'expériences réelles, celui-ci émet l'hypothèse que le corps humain aurait une âme et que cette âme aurait une masse estimée à 21 grammes (trois quarts d'once). Au moment de la mort, l'âme s'échapperait du corps humain, qui se retrouverait allégé de ce poids.

 

 

Théorie

En 1907, MacDougall pèse six patients moribonds avant et après leur mort. Constatant dans l'écart des mesures une portion non nulle et d'après lui non justifiable biologiquement, il en déduit qu'il pourrait s'agir de la masse de l'âme s'échappant du corps humain. Son expérience en constituerait une preuve inédite.

 

Il reproduit l'expérience sur quinze chiens, probablement empoisonnés — MacDougall indique que « les conditions idéales pour une expérience sur des chiens seraient obtenus de chiens mourant d'une maladie qui les renderait très fatigués et incapables de se débattre. Je n'ai pas eu la chance d'avoir des chiens mourant d'une telle maladie. » —, et ne constate aucune variation. Il extrapole alors que seul l'Homme possède une âme. Un compte-rendu de ces expériences est publié par le New York Times en mars 1907, puis par le journal médical American Medicine en avril de la même année.

 

Source : Wikipédia [Fr]

Repost 0
22 septembre 2012 6 22 /09 /septembre /2012 23:14

Dans les années 50, le Stimoceiver  une électrode miniature placée dans le crâne d’un individu capable de recevoir et de transmettre des signaux électroniques. Delgado pouvait contrôler les mouvements de ses sujets en poussant des boutons sur un émetteur à distance.

 

Il a fait la démonstration de son Stimoceivers en câblant un taureau adulte. Avec le dispositif en place, Delgado a fait un pas dans l’arène avec le taureau. L’animal a chargé vers l’expérimentateur – et puis s’est soudainement arrêté, juste avant de l’atteindre. La bête puissante avait été arrêtée par la simple action de pousser un bouton sur un petit boîtier tenu dans la main de Delgado.

 

Dr-Jose-Delgado.gif

 

Il étudie la médecine à Madrid. Il rejoint l'université Yale en 1950 dans le laboratoire de John Fulton qui travaillait alors sur la lobotomie. Il y expérimente chez l'animal, puis chez l'homme, la stimulation électrique du cerveau, ou E.S.B. (Electrical Stimulation of Brain), ainsi que la lecture de certains signaux cérébraux. La stimulation et la lecture des signaux sont faites grâce à des électrodes implantées dans certaines parties du cerveau, pour constituer des implants cérébraux. Dans un premier temps, les électrodes sont reliées par un fil à un circuit électrique externe, puis, en raison de problèmes d'hygiène et de déplacement, il met au point un système radio commandé: le "stimoceiver". Il écrit en 1952 son premier article sur le sujet. Delgado affirma que "le transmetteur peut rester dans la tête d'une personne durant toute sa vie. L'énergie pour le faire fonctionner est transmise par les ondes radio", il faisait peut-être référence à une batterie rechargeable par induction électromagnétique.

 


En stimulant ainsi différents sites du cerveau, il parvient à plusieurs effets, sur la motricité, sur les émotions et l'humeur, et sur d'autres points :

 

  • Motricité:

Delgado pouvait contrôler des animaux comme des "jouets électriques", en pressant différents boutons, il pouvait ainsi faire ouvrir et fermer les yeux à un singe, lui faire tourner la tête, bouger la langue et les lèvres, provoquer un grognement, le faire éternuer, bailler, augmenter ou diminuer fortement la quantité de nourriture consommée, faire tomber en sommeil profond ou maintenir éveillé, modifier le rythme cardiaque, il pouvait également forcer un chat à se lécher y compris durant son sommeil et le forcer à lever une patte. Avec des stimulations dans l'hypothalamus, il pouvait contrôler la dilatation des pupilles "aussi facilement qu'un objectif d'appareil photo".

 

Delgado fit également des expériences sur des humains, et réussit à forcer quelqu'un à plier les doigts, le signal électrique envoyé dans le cerveau étant supérieur à la volonté du patient(cobaye) de garder les doigts tendus.

 

  • Emotions et humeur:

En stimulant différentes régions du système limbique, il pouvait provoquer de la peur, de la très forte nervosité, de la convoitise, de l'hilarité, du bavardage, et d'autres réactions. En stimulant la région limbique appelée septum il pouvait provoquer de l'euphorie, dans certains cas suffisamment forte pour contrer une dépression ou une douleur physique. D'après Delgado dans une publication, la stimulation de différents points de l'amygdale et de l'hippocampe pouvait provoquer des sensations agréables, de l'exaltation, un état de réflexion, de la concentration, des sentiments bizzares, une forte relaxation, des visions colorées, et autres réactions.

 

Chez un chimpanzé équipé d'un stimoceiver et de 100 électrodes, il parvint en quelques jours à réduire de 99 % la fréquence de signaux cérébraux, de type "spindle"(fuseaux), spontanément émis par l'amygdale, en stimulant la substance grise périaqueducale pour provoquer une réaction d'aversion à chaque fois que le stimoceiver détectait un spindle amygdalien. Durant cette expérience, le chimpanzé s'est montré plus calme, moins attentif, moins motivé, et son appétit diminua.

 

  • Autres:

Delgado disait également pouvoir inspirer un mot dans les pensées et provoquer des hallucinations auditives comme l'écoute d'un morceau de musique du début jusqu'à la fin. Il affirma: "Nous sommes seulement au début de notre compréhension de la stimulation électrique du cerveau, mais nous savons qu'elle peut retarder un battement cardiaque, bouger un doigt, inspirer un mot dans la mémoire[les pensées], et provoquer des sensations" . Il pu également provoquer la remémoration d'évènements oubliés depuis longtemps.

 

Source : Wikipédia [Fr]

Repost 0
22 septembre 2012 6 22 /09 /septembre /2012 22:54

La-greffe-de-tete-de-singe-de-Robert-J-White.jpg

 

Durant les années 1970, après une longue série d'expérimentations, White a transplanté la tête d'un singe sur le corps d'un autre. L'animal a survécu quelques jours mais ces opérations furent ensuite perfectionnées, jusqu'au point où une tête transplantée pouvait survivre indéfiniment sur son nouveau corps. Néanmoins, les animaux étaient alors euthanasiés. Personne ne sachant réparer les dommages subis par les nerfs lors du sectionnement de la moelle épinière pour permettre la transplantation de la tête, le nouveau corps d'un animal ayant subi cette opération est donc paralysé en dessous du cou. La tête transplantée avec son cerveau peut voir, penser, sentir et goûter, elle fonctionne de la même manière que sur son corps d'origine, mais le cerveau ne peut pas contrôler son nouveau corps.

 

Le chirurgien estime que la transplantation de tête sur un corps sain appliquée aux humains pourrait sauver des patients de maladies n'affectant pas la tête, comme de multiples défaillances d'organes, les maladies du cœur, le diabète, etc. Les corps seraient obtenus de personnes en état de mort cérébrale. Néanmoins, il reconnaît qu'une telle transplantation soulèverait de graves questions d'éthique.

 

Robert White a exercé la chirurgie au MetroHealth Medical Center et a enseigné à l'Université Case Western Reserve de Cleveland durant quarante ans. Il a conseillé le comité de bioéthique du pape Jean-Paul II et était membre de l'académie pontificale des sciences depuis 1994.

 

Source : Wikipédia [Fr]

Repost 0

Rechercher

Pages