Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 11:44

boutdeplastique-293970-jpg 177550

Le film photovoltaïque souple et transparent conçu par une société française permet de recharger un téléphone portable à la lumière du jour.

 

 

C'est une petite avancée technologique qui pourrait donner lieu à un véritable bond en avant. La société française Wysips a mis au point un film photovoltaïque souple et transparent, capable de recharger un téléphone portable à la lumière du jour. La démonstration a été faite avec un smartphone, mais n'importe quelle surface peut être habillée de ce film souple. Une fenêtre, une façade, une voiture ou encore un ordinateur peuvent ainsi transformer la lumière en énergie pour un coût raisonnable. Une fois développée, cette technologie pourrait intégrer des tissus qui deviendraient, eux aussi, capables de produire de l'énergie. Le rendement énergétique est d'environ 10 % (soit 100 watts par mètre carré). C'est environ 30 % de moins qu'un panneau photovoltaïque classique que l'on retrouve sur les toitures.

 

 

Six heures pour recharger pleinement la batterie

 

Un prototype de téléphone équipé de ce film vient d'être dévoilé. Les démonstrations ont prouvé que le film, épais de 0,1 mm, ne venait pas perturber les capacités tactiles des appareils. En l'état actuel de la technologie, le système ne permet pas de recharger intégralement la batterie de ce téléphone (6 heures en plein soleil pour une recharge complète, c'est long), mais l'autonomie de l'appareil est largement améliorée. La révolution est en marche.

 

"Nous venons de finaliser un premier prototype et, d'ici à six mois, nous fabriquerons les premières unités en série. Comme nous sommes sur un modèle de licence non exclusive, à terme nos technologies seront accessibles à tous les fabricants", explique Ludovic Deblois au Point.fr. Ces modules solaires permettront de ne pas augmenter la taille des batteries des smartphones, qui ne seront, a priori, jamais en panne. Les pays en voie de développement sont aussi un coeur de cible privilégié pour la société française. Wysips prévoit de vendre chaque film pour moins d'un euro aux fabricants d'électronique. Un prix modique au regard du progrès accompli.

 

Par Clément Pétreault

Source : Lepoint.fr 

Repost 0
Published by Milem - dans Tech-Sciences
commenter cet article
7 avril 2011 4 07 /04 /avril /2011 19:33

Pour la première fois, des chercheurs américains ont réussi à recréer en laboratoire des cœurs humains. Ils espèrent les voir battre d'ici quelques semaines.

 

 

C'est une première. Les chercheurs de l'Université de Minneapolis dans le Minnesota sont parvenus à développer en laboratoire des coeurs humains. En 2008, ils avaient déjà recréé des cœurs de rat et de cochon en utilisant des cellules souches et des cellules musculaires issues du cœur de l'animal. Une expérience réussie qu'ils ont décidé de recommencer, cette fois-ci en utilisant des cellules humaines. Comme pour les animaux, les coeurs se sont très bien développés.

 

Dans le cas de l'expérience animale, les organes étaient parfaitement fonctionnels et avaient commencés à battre. Ils étaient toutefois restés trop chétifs pour être greffés. De même, les cœurs humains ne pourront pas être transplantés. Mais l'équipe espère "qu'ils vont montrer des signes de battements dans les prochaines semaines" comme l'a indiqué le Dr Doris Taylor, experte en médecine régénérative qui a conduit les recherches.

 

Si l'opération réussit, il sera alors possible, dans le futur, de greffer des cœurs issus des propres cellules des patients. Une technique qui éviterait entre autres, les rejets susceptibles de se produire et les traitements normalement nécessaires lorsque l'organe transplanté provient d'une autre personne. Pourtant, la tache s'annonce difficile comme l'a expliqué au Sunday Times le Dr Taylor : "Il y a de nombreux obstacles à franchir pour générer un cœur tout à fait fonctionnel, mais je prédis qu'il pourrait être possible de faire grandir des organes entiers pour des transplantations".

 

 

Source : Maxisciences.com

Repost 0
Published by Milem - dans Tech-Sciences
commenter cet article
5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 22:18

afp.jpg

 

 

Un vrai caméléon : Depuis plusieurs années, l’artiste plasticien Liu Bolin se fait fort de se fondre dans le décor de lieux choisis, en Chine mais aussi en Europe. Ces jours-ci, il est à Paris et son premier défi a consisté à se camoufler dans le Grand Palais.

 

La performance de ce sculpteur chinois de 38 ans au succès croissant, a duré quatre heures. Une façon pour lui d’observer la place de l’individu dans la société de consommation, au milieu du développement urbain, entouré de symboles nationaux.

 

Source : Leprogres.fr

 

Voir aussi ces autres tableau : Lavenir.net

Repost 0
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 13:28

"Ce n'est qu'un début, continuons le combat !"
Mai 1968

"Comment peut-on penser librement à l'ombre d'une chapelle ?"
Mai 1968

"Cours, camarade, le vieux monde est derrière toi."
Mai 1968

"Elections, piège à cons !
Mai 1968

"Etes-vous des consommateurs ou des participants ?"
Mai 1968

"Faites l'amour pas la guerre !"
Mai 1968

"Fermons la télé, Ouvrons les yeux."
Mai 1968

"Je ne veux pas perdre ma vie à la gagner."
Mai 1968

"Il est interdit d'interdire !"
Mai 1968

"L'imagination au pouvoir !"
Mai 1968

"La beauté est dans la rue."
Mai 1968

"La police avec nous !"
Mai 1968

"La police vous parle tous les soirs à 20h." [ORTF]
Mai 1968

"La Sorbonne est à nous !"
Mai 1968

"La volonté générale contre la volonté du général !"
Mai 1968

 

"Les murs ont des oreilles. Vos oreilles ont des murs."
Mai 1968

"Métro-boulot-dodo."
Mai 1968 - Pierre Béarn

"Mur blanc = Peuple muet"
Mai 1968

"Non à l'Etat policier !"
Mai 1968

"Nous sommes tous des enragés !"
Mai 1968

"Nous sommes tous des Juifs et des Allemands !"
Mai 1968

"On ne peut plus dormir tranquille lorsqu'on a une fois ouvert les yeux."
Mai 1968

"On ne tombe pas amoureux d'un taux de croissance."
Mai 1968

"Prenons nos désirs pour des réalités !"
Mai 1968

"Quand les parents votent, les enfants trinquent."
Mai 1968

"Sous les pavés, la plage !"
Mai 1968

"Soyons réalistes, demandons l'impossible."
Mai 1968 - d'après Ernesto Che Guevara - 1928-1967

"Tout est politique."
Mai 1968

"Tout pouvoir corrompt, le pouvoir absolu corrompt absolument."
Mai 1968

"Vivre sans temps mort et jouir sans entrave."
Mai 1968

 

 

medium jeune68        slogans mai 68 4

 

Voir aussi :

Citations de Coluche

Consommateurs

Repost 0
Published by Milem - dans Citations
commenter cet article
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 12:37

Déjà dans le Japon médiéval la poésie était un art. Dans les cours des shoguns on récitait des poèmes.
Il existe 3 grandes formes de poésie japonaise : le haïku le plus connu, le tanka et le renku.

Le haïku, petit poème très court, comporte 17 syllabes sur seulement 3 lignes, comportant respectivement 5, 7, 5, syllabes. Donc très court mais très évocateur ils sont intuitifs : un moment de la vie, un instant de nature. Rappellant toujours une saison.

kono aki wa
nande toshiyoru
kumo ni tori
Basho

Cet automne-ci
pourquoi donc dois-je vieillir ?
oiseau dans les nuages

 

La traduction en français ne correspond pas aux 17 syllabes.


Basho Matsuo (1644 – 1695) est connu comme le premier grand poète
de l'histoire du haïku.

Ses haïkus sont quelques fois un peu théâtraux, mais la plaisanterie,
la mélancolie sont présentes, tout en rappelant la grandeur de la nature
et l'aspect éphémère de l'homme.

Un vieil étang
Une grenouille saute
Des sons d'eau
Basho

Rien ne dit
dans le chant de la cigale
qu'elle est près de sa fin
Basho

 

Presque tous les japonais connaissent quelques haïku des plus grands poètes.

Le haïku fait partie de la culture et du patrimoine japonais.
Chacun peut faire des haïku, mais pas essayer de copier, surtout rester soi-même dans sa pensée.


Repost 0
Published by Milem - dans Japon
commenter cet article
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 13:00

70 kilos. C’est la consommation moyenne de sucre par an et par personne en France contre 2 kilos au début du siècle. Obésité, diabète, vieillissement accéléré, accidents cardiaques, cancer, maladie d’Alzheimer, la liste de ses méfaits présumés s’allonge. Pourquoi le sucre est-il dangereux ? Par quoi le remplacer ? Faut-il faire confiance aux édulcorants de synthèse ? Existe-t-il des alternatives naturelles ?

 

 

LE SUCRE

Haro sur le sucre raffiné

D’accord, le sucre ce n’est pas bon pour la santé, mais il faut bien se faire plaisir et ce n’est pas si mauvais que cela, non ? Et bien si ! Tout d’abord, le sucre raffiné favorise la prolifération de bactéries nocives, entraînant par la même les plaques dentaires qui sont à l’origine des caries. Continuant son chemin dans le tube digestif, cet aliment ‘mort’ dépourvu de toutes vitamines ou oligo-éléments, ira puiser dans vos réserves pour être métabolisé, vous carençant notamment en vitamines B1 (mémoire) et magnésium (stress, fatigue) et créant un terrain acide propice à de nombreux dérèglements. Pour finir, il perturbera votre flore intestinale et diminuera votre immunité. Après avoir mangé 50 grammes de sucre blanc, la force de vos globules blancs est réduite de 75% et ceci durant 7 heures ! 50 grammes de sucre c’est 100 grammes de chocolat, 500ml de soda, 100g de ketchup et autres aliments industriels.

Pourtant le sucre nous apporte de l’énergie, je sens que j’en ai besoin !

Le sucre raffiné se déverse trop rapidement dans le sang, créant un regain d’énergie de courte durée. Le corps se met en état d’alerte afin de rétablir rapidement le taux normal de sucre dans le sang. C’est l’insuline, une hormone fabriquée par le pancréas, qui est chargée d’éliminer l’excès de sucre dans le sang. Si aucun tissu du corps n’a besoin de sucre, l’insuline dirige celui-ci vers le tissu adipeux et le transforme en graisse. Dès que l’insuline est créée, une réaction d’hypoglycémie (baisse du taux de sucre sanguin) s’accompagne d’une dépression mentale et physique appelant à nouveau un stimulant tel thé, café, sucre, sel, médicaments, cigarette, alcool, drogues…créant une nouvelle hyperglycémie. Ces alternances d’hyper et d’hypo glycémies dérégulent le corps et épuisent le système nerveux.

Je suis irritable, mécontent(e), fatigué(e), agressif(ve), malade…

Et si c’était l’hypoglycémie suite à trop de sucre ? Visez plutôt la longue liste des symptômes les plus fréquents de l’hypoglycémie après consommation excessive de sucreries : sensation inconsciente de faim, nervosité, irritabilité, fatigue, faiblesse, étourdissement, vertiges, dépression nerveuse, maux de tête, troubles digestifs, troubles de la mémoire, crises de larmes, insomnie, engourdissement, bâillements, anxiété sans cause, douleurs musculaires, crampes dans les jambes, fatigue le matin au réveil, caractère indécis, somnolence, manque de libido essentiellement chez les femmes, augmentation de la libido chez l’homme, cauchemars, phobies, peurs, manque de concentration, comportement associal. Certaines expériences ont montré qu’en diminuant la quantité de sucre dans l’alimentation des adolescents, on obtient une diminution extraordinaire des comportements violents.

Au secours, je suis drogué(e) !

Le sucre agirait de la même manière que les drogues dures sur le cerveau. C’est ce que suggère une étude américaine menée en 2008. La forte consommation de sucre entraîne des modifications neurochimiques dans le cerveau impliquant des troubles du comportement. Ces modifications du cerveau sont similaires à celles produites lors de consommations régulières et abusives de cocaïne, morphine ou nicotine.

Et si je continue, je risque gros ?

Oui ! À long terme, l’excès de sucre crée un vieillissement accéléré des cellules qui s’endommagent (altération des organes, rides…), favorise la prolifération des champignons dont le candida albicans (candidose), développe l’obésité (une canette de soda par jour peut faire grossir de 6,5 kg par an), favorise dans certains cas le développement de la maladie d’Alzheimer, augmente le risque de cancer du colon et de diabète de type 2. Enfin 150 000 décès cardiaques annuels seraient directement liés à la consommation de sucre aux Etats-Unis.

Et le sucre roux ?

Il est pratiquement autant raffiné que le sucre blanc, voire parfois recoloré. Il comporte donc les mêmes dangers. Pour du vrai sucre, dirigez vous en boutique bio et demandez du sucre de canne complet et intégral de type rapadura qui contient 50 fois plus de minéraux. Il est délicieux avec un léger goût de cassonade.

Si je remplace par du fructose, c’est bien, non ?

Les boîtes et le nom sont jolis mais c’est un sucre de demi-synthèse issu du raffinage de betteraves, topinambours ou maïs. Le fructose tout comme un de ses dérivés l’isoglucose, augmente le risque d’obésité, élève les triglycérides du sang (facteurs de maladies cardiovasculaires) et diminue la sensibilité à l’insuline (risque de diabète).
 
 

LES ÉDULCORANTS DE SYNTHÈSE

Consommer des produits contenant des édulcorants de synthèse n’est pas forcément un bon calcul car ils comportent beaucoup d’additifs afin de reproduire la texture, le goût et la conservation apportés par le sucre. Par ailleurs ils ne sont pas sans danger pour la santé, même si on manque encore d’études et de recul sur tous les édulcorants. Le professeur Joyeux, cancérologue émérite, prédit, qu’avec la consommation accrue d’édulcorants de synthèse, on assistera dans les prochaines années à un encouragement supplémentaire pour le goût sucré, une augmentation des cancers de la vessie et des problèmes pendant ou après la grossesse pour la mère et l’enfant.

Aspartame (E951) : des études contradictoires mais peu rassurantes.

Découvert en 1965 par la société Searle, il est mis sur le marché américain en 1974 puis suspendu quelques mois plus tard en raison de potentiels effets toxiques et cancérigènes sur le cerveau. En 1981 la FDA (Food and Drug Administration) l’autorise à nouveau et 2 ans plus tard, Monsanto rachète la société Searle.

Il est présent dans 6000 produits et dans de nombreux médicaments. Vous entendrez tout et son contraire sur l’aspartame. Par mesure de précaution, évitez le. D’après le professeur Joyeux, il pose peu de problèmes de toxicité mais peut avoir une action sur le cerveau comme le glutamate de sodium. Une des plaintes les plus fréquentes chez les victimes de l’aspartame est la perte de mémoire. D’après le docteur H.J. Roberts, qui a étudié ses effets depuis plus de 15 ans aux Etats-Unis sur 1300 victimes, les risques sont majeurs notamment sur les jeunes consommateurs : baisse des facultés cognitives, de la concentration, de la mémoire, décollement de la rétine, malformations congénitales, fatigue chronique voire maladie d’Alzheimer…

On pointe surtout du doigt sa teneur en alcool méthylique (se décomposant dans le corps en formaldéhyde, acide formique et dioxyde de carbone) en cause dans le lupus érythémateux, maladie auto-immune en forte croissance, dénommée ‘la maladie de l’aspartame’.

Enfin il est impératif de ne pas élever la température de l’aspartame car cela produit un nouvel élément au nom barbare (dicétopipérazine), neurotoxique et cancérigène notoire.

Les édulcorants de synthèse à éviter :

La saccharine (E954). Ancêtre de l’aspartame, elle est, aujourd’hui, beaucoup moins employée en France (mais beaucoup en Chine). Elle serait cancérigène.

L’acésulfame K ou de potassium (E950). Certaines études indiquent qu’il peut provoquer le cancer. L’Agence européenne de sécurité le juge inoffensif mais fixe une dose journalière limite au-delà de laquelle, certains effets secondaires peuvent se manifester : prurit, urticaire, douleurs abdominales, nausées, vomissements, diarrhées.

Le cyclamate de sodium (E952). Il est difficile d’évaluer son innocuité toxicologique mais de sérieux doutes planent. Certaines études indiquent qu’il pourrait altérer la flore intestinale, la fertilité masculine et être à l’origine d’inconforts digestifs et de tumeurs cancéreuses. Enfin il est déconseillé chez les femmes enceintes car cause possible de malformations chez l’embryon.

Le sucralose (E955). Aucune preuve actuellement de ses dangers mais seulement des doutes. On lui prête des effets secondaires sur le foie, les reins ou une baisse de l’immunité.

Le néotame (E961). Petit frère de l’aspartame, ce nouveau venu est présenté comme sans danger et vient tout juste d’être autorisé en Europe. Peu de recul à l’heure actuel mais sa composition chimique peut laisser dubitatif…Lisez les étiquettes car il peut être partout ! (boissons aromatisées, lait, céréales, bières, conserves, compléments alimentaires…)

L’acide glycyrrhizique (E958). À base de réglisse, nous avons encore peu de recul, mais tout comme la réglisse, il est à éviter chez les hypertendus.
 
 

Mention passable pour certains édulcorants

L’érythritol (E968).

On le trouve à l’état naturel dans certaines algues. Il est sans danger s’il est garanti sans OGM (fabriqué à partir de maïs).

L’isomalt (E953), le lactilol (E966) et le maltitol (E965).

Sans effets secondaires majeurs, Ils peuvent provoquer des ballonnements et diarrhées.

Le mannitol (E421).

Édulcorant naturel, il est issu de la manne de frêne, des algues brunes ou du maïs (risque d’OGM donc). En restant sur une consommation journalière faible, on risque simplement des ballonnements et des flatulences. Un abus peut entraîner des diarrhées et une colite.

Le sorbitol (E420).

Issu des baies de sorbier, il est naturel. Malheureusement il est aussi issu du maïs et peut donc contenir des OGM. Il peut causer des inconforts digestifs (diarrhées, ballonnements, flatulences…) et ceci dès 2 bonbons seulement. Déconseillé en cas de fragilité digestive.

La thaumatine (E957).

Elle est d’origine naturelle et est beaucoup employée dans l’industrie agro-alimentaire pour ses qualités de ‘masqueur d’amertume’ notamment.

Le xylitol (E967).

Surnommé le sucre anti-carie, il est fabriqué à partir de l’écorce de bouleau en Finlande et regorge de bénéfices bucco-dentaires. Malheureusement, la majorité du xylitol ne provient plus de Finlande mais de Chine. Privilégiez la mention xylitol de bouleau et consommez le raisonnablement car il peut lui aussi provoquer des inconforts digestifs.
 
 

LES ALTERNATIVES NATURELLES !

L’inuline, un édulcorant bon pour la santé ! 


On trouve de l’inuline dans les racines de chicorée, les topinambours, la bardane et aussi dans l’ail et l’oignon. L’industrie agro-alimentaire l’utilise de plus en plus et l’extrait pour cela des racines de chicorée. Elle a des vertus prébiotiques et donc bénéfiques pour la flore intestinale. De plus, elle potentialiserait l’absorption du calcium et serait donc indiquée pour les enfants et en prévention de l’ostéoporose. Enfin, elle est utile lors de constipation chronique, réduirait le ‘mauvais’ cholestérol et les triglycérides et permet de contrôler l’appétit (coupe faim).

La stévia, enfin autorisée en France

Depuis 2010, elle est enfin autorisée en France comme édulcorant. La stévia est un arbuste originaire du Paraguay. Il est aujourd’hui cultivé dans le monde entier. Une feuille a le pouvoir sucrant d’un sucre. Vous pouvez le trouver en magasins diététiques sous la marque Sylvia en comprimés.

Le miel

S’il est pointé du doigt pour son index glycémique élevé, il reste un aliment bourré de vertus. À tel point que l’on parle d’apithérapie. Peu digeste mélangé à d’autres aliments, pensez à le consommer seul en dehors des repas (dans une tisane par exemple) et avec modération. Selon sa provenance, les vertus diffèrent : miel de châtaignier pour la circulation, d’eucalyptus pour la sphère ORL, de bruyère pour les problèmes urinaires, etc…

Le sirop d’érable

Délicieux, il serait, cela tombe bien, bon pour la santé car regorgeant de sels minéraux. Certains professionnels de santé lui prêtent en revanche peu de vertus car son procédé de fabrication, comprend une étape de chauffage qui détériore les vitamines et minéraux.

Le sirop d’agave

Extrait de l’agave, un cactus mexicain, il est riche en sels minéraux. C’est un de nos chouchous avec son faible index glycémique, son fort pouvoir sucrant, son goût neutre et sa forme liquide rappelant le miel.

Sirop d’orge

Son index glycémique est très élevé mais il a l’intérêt de contenir du maltose qui prédigère les céréales. Il serait également galactogène (favorise la production de lait lors de l’allaitement).

Le sucre de sève de fleur de cocotier

Nouveau venu en Europe, il provient des Philippines et est extrait de la fleur de coco et se présente sous forme de poudre. Il a lui aussi un index glycémique très faible et est facile d’utilisation (comme un sucre normal). Vous pouvez le trouver chez ‘Le Monde est Bio’. www.lemondeestbio.com (8 euros les 500g).

La sève de kitul

Issue des fleurs d’un arbre Sri Lankais, la sève est filtrée et chauffée, puis bouillie. Elle a un index glycémique faible et un apport intéressant en vitamines et minéraux, probablement dégradés en grande partie par la cuisson.
 
 
 

Sources :
L’envers des étiquettes, charles wart, Editions Amyris
Changer d’alimentation, Professeur Henri Joyeux, Collection Ecologie Humaine
Diététique du 21ème siècle, docteur Ch. Tal Schaler, Colelction NutriDoc
L’homme empoisonné, Daniel Kieffer, Editions Grancher
Lanutrition.com
Guérir.org

Cookissime.fr

 
Octobre 2010

Repost 0
Published by Milem - dans Santés
commenter cet article
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 12:57

Le couple de végétaliens jugé depuis mardi aux assises de la Somme pour le décès, faute de soins médicaux appropriés, de leur bébé de 11 mois, avait puisé ses méthodes de soins naturels dans un ouvrage de puériculture de 1952.

 

 

Le couple de végétaliens jugé depuis mardi aux assises de la Somme pour le décès, faute de soins médicaux appropriés, de leur bébé de 11 mois, avait puisé ses méthodes de soins naturels dans un ouvrage de puériculture de 1952, a-t-on appris jeudi au troisième jour du procès.

 

Leur fillette, Louise, est morte le 25 mars 2008 à leur domicile de Saint-Maulvis (Somme) d'une bronchite mal-soignée alors qu'elle était affaiblie par des carences en vitamines qui pourraient être liées au régime végétalien des parents. La fillette était nourrie au sein de la mère. Dès le mois de décembre 2007, Louise avait contracté une bronchite. Ses parents, qui refusaient toute médication, avaient tenté de la soigner avec des cataplasmes d'argile, de choux, de sinapismes à base de farine et de moutarde et de massages à l'huile de camphre et d'ail, pour décongestionner ses bronches.

 

Aux dires des parents, l'enfant semblait mieux se porter. Toutefois, son état de santé toujours précaire, marqué par des hausses et baisses de températures, les a amenés à faire examiner le bébé le 6 janvier 2008 par un médecin de garde qui leur a conseillé de le faire hospitaliser, soupçonnant une pneumopathie. Mais le couple a préféré s'en tenir aux méthodes puisées dans un livre de puériculture de 1952, "Le guide naturel de l'enfant", écrit par Jeanne Dextreit.

 

 

Verdict vendredi

 

Les avocats de la défense, Mes Stéphane Daquo et Patrick Quenel, ont souligné la grande confiance des parents dans l'ouvrage, dont l'auteur, 89 ans, a témoigné jeudi au tribunal. "A l'époque il y avait quantité de choses dont on ne disposait pas, comme
les pommades et crèmes anti-inflammatoires",
a-t-elle souligné. "Il aurait fallu réfléchir, car le livre est ancien", a-t-elle ajouté.

 

Les experts médicaux, qui imputent la mort de Louise à une "pneumopathie bilatérale liée à une carence en vitamine B12 et un déséquilibre alimentaire", ont notamment critiqué l'utilisation du camphre, préconisée dans l'ouvrage de Mme Dextreit. Le camphre est particulièrement contre-indiqué chez un enfant de moins de 36 mois, en raison des risques de convulsions, de vertiges et d'insuffisance respiratoire aiguë. Il a pu participer au décès sur le sujet déjà fragile, ont-ils souligné.

 

Sergine et Joël Le Moaligou encourent 30 ans de réclusion pour "privation de soins ou d'aliments suivie de mort". Le verdict est attendu vendredi.

 

 

Source : Lci.tf1.fr

Repost 0
Published by Milem - dans Actualitées
commenter cet article
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 12:45

Le conseil régional de Franche-Comté a adopté une motion réclamant la fermeture immédiate de la centrale nucléaire de Fessenheim, située en Alsace. Cette centrale inquiète particulièrement les écologistes, comme nos voisins allemands et suisses, car en plus d'être la plus ancienne de France, elle est construite sur une zone à risques sismiques.

 

 

La motion, déposée par le groupe Europe Ecologie - Les Verts (EELV), a été adoptée grâce à l'abstention de la majorité des élus de gauche, de l'UMP, et du Nouveau centre, rapporte Romandie. Tous appellent à un débat de plus grande ampleur, et disent attendre les conclusions de l'audit mené par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN). Celle-ci devra en juin prochain rendre son avis sur une éventuelle prolongation de la durée de vie du réacteur 1 de la centrale de Fessenheim.

 

Construite à la fin des années 1970, cette centrale est la plus ancienne du pays, deuxième puissance nucléaire qui compte aujourd'hui 58 réacteurs. Située dans une zone à risques sismiques, elle est également exposée à des risques d'inondations, alertent les écologistes.

 

Au lendemain de la catastrophe de Fukushima, la fermeture de la centrale a été immédiatement réclamée, en France, mais aussi en Allemagne et en Suisse. Le 23 mars dernier, le président de l'ASN assurait ne voir "aucune raison" de fermer cette centrale, ni aucune autre, tandis qu'EDF rejetait catégoriquement la demande. Le gouvernement a tout de même décidé de lancer un audit du parc nucléaire français, afin de déterminer si "des améliorations sont nécessaires à la lumière des enseignements qui seront tirés de l'accident de Fukushima".

 

 

Source : Maxisciences.com 

Repost 0
Published by Milem - dans Actualitées
commenter cet article
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 11:56

L'extinction d'une flamme d'environ un demi-mètre de haut fut réussie grâce à l'utilisation d'un fil en fer électrifié. Combattre les incendies uniquement par l'électricité, un rêve qui pourrait devenir réalité selon les dires des chercheurs de l'Université d'Harvard ayant procédé à cette expérience. Quelques millisecondes ont suffi pour qu'une flamme haute de 50 centimètres s'éteigne suite à l'emploi d'une fil de fer électrifié, une méthode ne requérant qu'une puissance de 600 watts. Précédemment, ces scientifiques avaient constaté que la forme des flammes variait lorsqu'ils se servaient de l'électricité pour tenter d'éteindre le feu. L'emploi d'un courant alternatif occasionna une réaction différente faisant étouffer les flammes.

 

L'utilisation de cette technique pour combattre les feux faciliterait la tâche aux sapeurs qui n'auraient qu'à recourir à un bloc d'alimentation ainsi qu'à des fils plutôt que de déverser de l'eau en grande quantité sur les flammes. Cette découverte pourrait entraîner , outre une avancée dans la lutte contre les incendies, de nouvelles applications pour rendre plus efficaces les méthodes employées dans la production d'énergie.

 

 

Source : Sur-La-Toile.com

Repost 0
Published by Milem - dans Tech-Sciences
commenter cet article
31 mars 2011 4 31 /03 /mars /2011 13:39

On dirait que les personnes qui sont en surpoids n'ont plus la faveur des cultures dans le monde. Il y avait jusqu'à présent des cultures où les corps gras étaient valorisés. Des chercheurs de l'université de l'Arizona ont réalisé des sondages dans 9 différentes parties du monde et ont constaté une attitude moyenne négative chez tout le monde. Cela suggère une globalisation du phénomène : les personnes en excès de poids sont vues comme peu désirables, paresseuses ou qui manquaient de contrôle de soi.

Aux États-Unis, les corps minces sont valorisés depuis longtemps et sont idéalisés alors que les personnes plus grasses sont stigmatisées. Cela n'a pas toujours été constaté par les ethnologues : dans les pays pauvres en particulier, les personnes grasses représentaient des valeurs comme la richesse, le succès, la générosité et la fertilité … et donc la beauté.

Les chercheurs n'ont plus toutefois trouvé cette tendance au Mexique, en Argentine, au Paraguay, ni aux îles Samoa, à Puerto-Rico ou encore en Tanzanie. La plupart des réponses des sondés dans ces pays s'alignent sur la perception occidentale. La vitesse du changement aux îles Samoa est des plus spectaculaires. L'étude ne dit pas pourquoi on constate cette modification de jugement, mais il est possible que les campagnes de prévention aient joué un rôle.

 

 

Source : Sur-la-toile.com

Repost 0
Published by Milem - dans Etudes
commenter cet article

Rechercher

Pages