Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 avril 2011 1 18 /04 /avril /2011 19:43

copy-of-IMG_2806_2.jpg

 

 

La Carpe koï (鯉, koi) est un poisson ornemental originaire du Japon. Vivant dans les rizières, ce poisson est le fruit de la consanguinité entre individus de l'espèce appelée Carpe commune, Cyprinus carpio. Elle est définie comme étant de la sous-espèce Cyprinus carpio carpio.La Carpe koï arbore diverses couleurs : rouge, blanc, jaune, noir... Certaines variétés colorées très prisées par les collectionneurs peuvent atteindre des prix record alors que leur âge est faible de l' ordre de 2 ans.



    Les koï sont avant tout des animaux domestiques, si familiers qu’elles viennent se nourrir dans la main et adorent se laisser caresser. Elles adorent la compagnie des autres poissons et s’adaptent biens dans un bassin déjà peuplé.


    
    
    

    Un peu d’histoire


    
    Originaire du Japon (de Niigata) sous sa forme actuelle depuis environ 150 ans, la carpe ou koï en japonais a été obtenue selon une légende à partir d’un croisement entre une carpe commune (Allemande ou miroir) et un poisson rouge. A la suite de nombreux croisements et sélections les éleveurs réussirent à obtenir des poissons de couleurs et de dessins que l’on ne pouvait observer que chez des poissons d’eau de mer.


Il existe de nombreux concours et expositions où sont récompensées les plus beaux spécimens.

 

Pour un champion, le prix peut monter jusqu'à 250 000 € et plus (seul les amateurs de koï pourront comprendre …).
    

    

Taille et longévité



    D'après des légendes et des rumeurs, certaines Koïs japonaises aurait atteint 200 ans, notamment au Japon dans le cas de lignée exceptionnelle ! Mais, le plus souvent la moyenne de vie est plutôt autour de 25-35 ans. La taille maximale est de 1.20 mètre, mais plus souvent 1 mètre. Une Koï va atteindre 40 cm en 4-5 ans, selon la taille du bassin, de la nourriture et de l'eau.

 

 

 

La carpe koï dans la culture


Les carpes koï ont une place importante dans la culture japonaise, où elles sont un symbole d'amour et de virilité. Leur succès s'est étendu partout où ces poissons ont été exportés, elles apportent beaucoup de charme et de dynamisme à un bassin de jardin. Les carpes koï étant très calmes, elles apportent beauté et sérénité dans un bassin.

 

Au Japon, ces carpes servaient à agrémenter les jardins. Elles donnaient une touche de couleur, de vie et de sérénité dans ce lieu de repos. La tradition voulait que l'invité prestigieux choisisse en entrant le spécimen qu'il allait déguster pendant le repas.

 

Plus précisément, elles représentent la force et la persévérance, du fait qu'elles remontent à contre-courant les rivières et cascades du Japon et d'Asie. Selon la légende chinoise, les carpes du fleuve Jaune, après avoir remonté le fleuve, s'envoleraient vers le ciel en se transformant en dragons. Cette légende serait à l'origine au Japon des koi-nobori (鯉幟 , lit. « bannière carpe »), des manches à air en forme de carpes koï utilisées lors de la journée des enfants le 5 mai, ayant jadis pour objet d'encourager les garçons à être forts et valeureux  .

On raconte que le philosophe Confucius reçut une carpe koï de la part du roi et aurait nommé son fils d'après ce poisson, car il était le seul à pouvoir remonter les chutes du fleuve Jaune  .

 

 

4581625243_5ebca95593_o.gif

Kodomo No Hi : La fête des enfants

 

Source : Wikipedia (fr)

Repost 0
Published by Milem - dans Animaux
commenter cet article
18 avril 2011 1 18 /04 /avril /2011 13:18

Leafy_Seadragon_Phycodurus_eques_2500px_PLW_edit.jpg

 

 

Hippocampe feuille, Dragon de mer feuillu est une espèce de poisson marin apparenté à l'hippocampe originaire du sud des côtes australiennes, où il est protégé. C'est le seul représentant du genre Phycodurus.

 

Le dragon de mer feuillu est présent près des côtes du sud et de l'ouest de l'Australie, généralement dans des eaux tempérées peu profondes.

 

Il aime les bouquets d'algues où, à l'abri des prédateurs, il guette ses proies ; il se nourrit principalement de plancton et de crustacés, y compris des mysidacés, mais son régime alimentaire comprend également des crevettes et des petits poissons. Grâce à son aspect foliacé vert et jaune, il se fond entre le varech et le sable. Ainsi, vigilant et invisible, il peut espérer vivre jusqu'à l'âge de 8 ans. Curieusement les dragons des mers feuillus n'ont pas de dents, ce qui est rare chez les animaux qui se nourrissent de petits poissons et de crevettes.

 

 

LeafySeaDragon3600ppx3.jpg

 

600px-Leafyseadragon2276ppx

 

 

Source : Wikipedia (fr)

Repost 0
Published by Milem - dans Animaux
commenter cet article
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 16:39

L’espèce animale la plus âgée jamais découverte est le clam d’Islande (Arctica islandica), un mollusque vivant dans l’océan Atlantique Nord.

 

En 2007, des chercheurs du Pays de Galles ont estimé l’âge d’un individu de cette espèce entre 405 et 410 ans.
Ils ont pour cela compté le nombre de stries de sa coquille.
Chaque strie correspond à une année de croissance.

 


Le clam d’Islande arrive loin devant devant d’autres espèces telles que :

 

La tortue étoilée de Madagascar (un spécimen offert en 1777 par le capitaine Cook au roi de Tonga vécut environ 188 ans, jusqu’en 1965).

La tortue géante des Galapagos (des tests génétiques ont évalué l’âge d’une de ces tortues à environ 176 ans).

La baleine boréale (en 2007, la découverte d’une pointe de harpon datant de la fin du 19e siècle sur une baleine a permis d’estimer son âge entre 115 et 130 ans).

 

 

Source : Nadia-vraie.over-blog.com

Repost 0
Published by Milem - dans Animaux
commenter cet article
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 15:18

20080916.tortue.jpg

 

wpgtr5.jpg

 

La Tortue alligator (Macrochelys temminckii) est la plus grande tortue dulçaquicole, on la trouve surtout en Amérique du Nord. (Un organisme vivant dulçaquicole ou dulcicole ne vit qu'en eau douce.)

 

Cette espèces dispose d'une carapace foncée, brun-noire, souvent recouverte d'algues. Ses marginales sont très dentelées. Elle n'est pas capable de rentrer toute sa tête. Elle dispose d'un bec caractéristique muni d'un appendice sur la mâchoire du haut et sur la mâchoire du bas. C'est la seule tortue à disposer d'un leurre. Cet appendice mobile est formée au bout de la langue et sert à attirer les poissons.

 

Les mâles peuvent atteindre 100 kg pour une longueur queue comprise de 75 cm. La tortue alligator possède une des mâchoires les plus puissante du monde devant le lion, la hyene et même le grand requin blanc !

 

 

Source : Wikipedia [Fr] 

 

Voir aussi :

L’élysie émeraude (Elysia chlorotica) - Une limace de mer, à la fois animal et végétal

Greta Oto - Papillons aux ailes transparentes

Le Géospize à bec pointu (Geospiza difficilis) est un oiseau hématophage - Surnommée “pinson vampire”

Repost 0
Published by Milem - dans Animaux
commenter cet article
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 15:04

phobetron_pithecium.jpg

 

Il s'agit bien d'une chenille du genre Phobetron.

Les appendices visibles sur son dos jouent un rôle de camouflage, en lui permettant de se confondre avec une vieille feuille morte déchiquetée ou un bout de bois. Si on s'amuse à les soulever, on retrouve une chenille tout ce qu'il y a de plus normal, voir ci-dessous.

 

 

photo2left.jpg

 

monkey-slug-caterpillar.jpg

 

 

Source : Wikipedia [en]

Repost 0
Published by Milem - dans Animaux
commenter cet article
14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 13:24

Le Japon, à nouveau secoué mardi par deux fortes répliques sismiques, a porté la gravité de l'accident nucléaire de Fukushima-Daiichi à 7, soit le niveau maximal et le même que l'accident de Tchernobyl en 1986.

 

 

"La situation à la centrale de Fukushima-Daiichi se stabilise lentement, pas à pas, et l'émission de substances radioactives est sur la pente descendante", a dit le Premier ministre nippon, Naoto Kan, lors d'une conférence de presse.

 

Les ingénieurs de Tokyo Electric Power (Tepco), l'exploitant privé de la centrale, ne parviennent toujours pas à reprendre le contrôle du site.

 

Un responsable de l'Agence japonaise de sûreté nucléaire et industrielle (Nisa) a expliqué que les niveaux cumulés de fuites radioactives justifiaient de porter la gravité de l'accident à 7, ce qui signifie des effets considérables sur la santé et l'environnement.

 

Elles pourraient être finalement plus importantes qu'à Tchernobyl, car elles n'ont toujours pas cessé, bien qu'elles aient diminué considérablement depuis trois semaines.

 

 

"TRÈS LOIN" DE TCHERNOBYL

 

Selon un calcul préliminaire cité par l'agence de presse Kyodo, l'exposition aux radiations a dépassé le seuil annuel d'un millisievert dans des zones situées à plus de 60 km au nord-ouest de la centrale et à 40 km environ au sud-est.

 

L'entourage du Premier ministre a expliqué qu'il avait fallu du temps pour mesurer et estimer le total des radiations émises.

 

"Même avant cela, nous considérions que c'était un incident très grave, donc, en ce sens, cela ne changera pas vraiment la façon dont on le traite", a expliqué un responsable.

 

L'accident de Fukushima-Daiichi était auparavant classé au niveau 5, comme celui de Three Mile Island aux Etats-Unis en 1979. Chaque niveau signifie que la gravité de l'événement est dix fois supérieure au niveau inférieur.

 

Plusieurs experts consultés par Reuters jugent cette réévaluation exagérée et expliquent que l'accident n'a rien à voir avec le désastre de Tchernobyl qui avait provoqué des rejets radioactifs dans tout le ciel européen.

 

"On en est très loin. Tchernobyl, c'était terrible. Cela a explosé, il n'y avait pas de confinement", explique Murray Jennex, expert du nucléaire. "Leur confinement (à Fukushima) a tenu le coup, la seule chose qui n'a pas résisté, c'est la piscine de combustible qui a pris feu", dit ce professeur associé à l'université de San Diego, en Californie.

 

Un expert de l'université d'Osaka, Kenji Sumita, souligne qu'élever la gravité au niveau 7 "a de graves conséquences diplomatiques". "C'est dire aux gens que l'accident peut potentiellement poser problème à nos voisins", dit-il.

 

Jusqu'ici, Pékin a été plus compatissant qu'accusateur. Mardi, le gouvernement chinois a de nouveau demandé au Japon des informations précises sur la crise nucléaire.

 

Dans un entretien téléphonique avec Kan, le Premier ministre chinois, Wen Jiabao, s'est dit "inquiet" du déversement d'eau faiblement radioactive dans l'océan Pacifique, une opération arrêtée lundi par Tepco. Il a pressé le gouvernement japonais de "se conformer strictement aux lois internationales".

 

 

RÉPLIQUES

 

Quelques minutes avant l'annonce d'un incendie sur le réacteur n°4 de la centrale de Fukushima-Daiichi, finalement maîtrisé, l'est du Japon a été une nouvelle fois secoué par une réplique de magnitude 6,3 du séisme du 11 mars.

 

L'épicentre de ce tremblement de terre a été localisé au large de la préfecture de Chiba, à 77 km au nord-ouest de Tokyo.

 

Une deuxième réplique a eu lieu quelques heures plus tard, dans le Nord-Est. Elle a également été mesurée à 6,3.

 

La centrale de Fukushima-Daiichi a été brièvement évacuée mais, selon Tepco, le niveau de radioactivité sur place n'a pas augmenté et les pompes servant à injecter de l'eau dans les trois premiers réacteurs ont continué de fonctionner normalement.

 

Tepco peine à reprendre le contrôle du site de Fukushima. L'entreprise injecte de l'azote dans les réacteurs, dont certains ont subi une fusion partielle, pour éviter une trop forte concentration d'hydrogène susceptible de provoquer des explosions qui libéreraient des particules radioactives.

 

Le déversement d'eau de mer dans les réacteurs, pour éviter une surchauffe du combustible, a en outre entravé les efforts visant à remettre en état de fonctionnement le système de refroidissement de la centrale, pourtant indispensable.

 

Bertrand Boucey et Clément Guillou pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Source : Fr.news.yahoo.com

Lemonde.fr

Repost 0
Published by Milem - dans Actualitées
commenter cet article
14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 13:16
Repost 0
Published by Milem - dans Actualitées
commenter cet article
14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 11:44

boutdeplastique-293970-jpg 177550

Le film photovoltaïque souple et transparent conçu par une société française permet de recharger un téléphone portable à la lumière du jour.

 

 

C'est une petite avancée technologique qui pourrait donner lieu à un véritable bond en avant. La société française Wysips a mis au point un film photovoltaïque souple et transparent, capable de recharger un téléphone portable à la lumière du jour. La démonstration a été faite avec un smartphone, mais n'importe quelle surface peut être habillée de ce film souple. Une fenêtre, une façade, une voiture ou encore un ordinateur peuvent ainsi transformer la lumière en énergie pour un coût raisonnable. Une fois développée, cette technologie pourrait intégrer des tissus qui deviendraient, eux aussi, capables de produire de l'énergie. Le rendement énergétique est d'environ 10 % (soit 100 watts par mètre carré). C'est environ 30 % de moins qu'un panneau photovoltaïque classique que l'on retrouve sur les toitures.

 

 

Six heures pour recharger pleinement la batterie

 

Un prototype de téléphone équipé de ce film vient d'être dévoilé. Les démonstrations ont prouvé que le film, épais de 0,1 mm, ne venait pas perturber les capacités tactiles des appareils. En l'état actuel de la technologie, le système ne permet pas de recharger intégralement la batterie de ce téléphone (6 heures en plein soleil pour une recharge complète, c'est long), mais l'autonomie de l'appareil est largement améliorée. La révolution est en marche.

 

"Nous venons de finaliser un premier prototype et, d'ici à six mois, nous fabriquerons les premières unités en série. Comme nous sommes sur un modèle de licence non exclusive, à terme nos technologies seront accessibles à tous les fabricants", explique Ludovic Deblois au Point.fr. Ces modules solaires permettront de ne pas augmenter la taille des batteries des smartphones, qui ne seront, a priori, jamais en panne. Les pays en voie de développement sont aussi un coeur de cible privilégié pour la société française. Wysips prévoit de vendre chaque film pour moins d'un euro aux fabricants d'électronique. Un prix modique au regard du progrès accompli.

 

Par Clément Pétreault

Source : Lepoint.fr 

Repost 0
Published by Milem - dans Tech-Sciences
commenter cet article
7 avril 2011 4 07 /04 /avril /2011 19:33

Pour la première fois, des chercheurs américains ont réussi à recréer en laboratoire des cœurs humains. Ils espèrent les voir battre d'ici quelques semaines.

 

 

C'est une première. Les chercheurs de l'Université de Minneapolis dans le Minnesota sont parvenus à développer en laboratoire des coeurs humains. En 2008, ils avaient déjà recréé des cœurs de rat et de cochon en utilisant des cellules souches et des cellules musculaires issues du cœur de l'animal. Une expérience réussie qu'ils ont décidé de recommencer, cette fois-ci en utilisant des cellules humaines. Comme pour les animaux, les coeurs se sont très bien développés.

 

Dans le cas de l'expérience animale, les organes étaient parfaitement fonctionnels et avaient commencés à battre. Ils étaient toutefois restés trop chétifs pour être greffés. De même, les cœurs humains ne pourront pas être transplantés. Mais l'équipe espère "qu'ils vont montrer des signes de battements dans les prochaines semaines" comme l'a indiqué le Dr Doris Taylor, experte en médecine régénérative qui a conduit les recherches.

 

Si l'opération réussit, il sera alors possible, dans le futur, de greffer des cœurs issus des propres cellules des patients. Une technique qui éviterait entre autres, les rejets susceptibles de se produire et les traitements normalement nécessaires lorsque l'organe transplanté provient d'une autre personne. Pourtant, la tache s'annonce difficile comme l'a expliqué au Sunday Times le Dr Taylor : "Il y a de nombreux obstacles à franchir pour générer un cœur tout à fait fonctionnel, mais je prédis qu'il pourrait être possible de faire grandir des organes entiers pour des transplantations".

 

 

Source : Maxisciences.com

Repost 0
Published by Milem - dans Tech-Sciences
commenter cet article
5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 22:18

afp.jpg

 

 

Un vrai caméléon : Depuis plusieurs années, l’artiste plasticien Liu Bolin se fait fort de se fondre dans le décor de lieux choisis, en Chine mais aussi en Europe. Ces jours-ci, il est à Paris et son premier défi a consisté à se camoufler dans le Grand Palais.

 

La performance de ce sculpteur chinois de 38 ans au succès croissant, a duré quatre heures. Une façon pour lui d’observer la place de l’individu dans la société de consommation, au milieu du développement urbain, entouré de symboles nationaux.

 

Source : Leprogres.fr

 

Voir aussi ces autres tableau : Lavenir.net

Repost 0

Rechercher

Pages