Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 décembre 2011 1 12 /12 /décembre /2011 19:49

TRANSPORT - Ils dénoncent l'ouverture du rail à la concurrence...

 

Plusieurs centaines de cheminots ont manifesté lundi sur les quais de la Gare de Lyon à l'arrivée de Thello, le premier train privé en provenance d'Italie, pour dénoncer l'ouverture du rail à la concurrence, a constaté une journaliste de l'AFP.

Thello, coentreprise entre Veolia et Trenitalia, l'opérateur historique italien, a assuré lundi sa première liaison de nuit Venise-Paris. Le tarif le plus bas a été fixé à 35 euros pour un aller simple en compartiment six couchettes. «Nous sommes venus interpeller les voyageurs sur les trains privés et leur dire que l'ouverture à la concurrence se fera au détriment des usagers, des missions de service public, des conditions de travail des salariés et de la sécurité ferroviaire», a dit à l'AFP Eric Santinelli, secrétaire régional SUD.

«La rentabilité au mépris des voyageurs et des salariés»

 

Quelque 500 cheminots, venus à l'appel de la CGT et SUD-Rail, ont ainsi accueilli l'arrivée du train et de ses rares voyageurs par des huées et des coups de sifflets. «C'est un retour en arrière de plus de 70 ans auquel nous assistons... En plus ce sont les vieux trains de chez nous qu'on leur loue», selon Patrick Beaugendre de la CGT.

 

Pour les cheminots, la concurrence se traduira par «une diminution des missions de service public, les opérateurs se concentrant sur les trains les plus rentables, abandonnant les autres avec comme conséquence une augmentation des tarifs et une baisse de qualité». L'«unique objectif reste et demeure la rentabilité à tout prix au mépris des conditions de transport des voyageurs et des conditions sociales des salariés», estiment-ils, assurant que l'ouverture à la concurrence du fret en 2006 était un «vrai désastre» qui «bénéficie surtout aux camions».

 

Les cheminots ont également cité l'exemple de l'Angleterre où «les grands perdants de la libéralisation du chemin de fer ont été la sécurité et les usagers avec les trois catastrophes meurtrières en 1999, en 2000 et en 2001».

 

Importé par 20minutes.fr
Source : 20minutes.fr
Repost 0
Published by Milem - dans Actualitées
commenter cet article
9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 13:15

Les cheveux gras sont difficiles à vivre au quotidien car ils donnent de vous l’image d’une personne négligée.
Or, il s’agit simplement du résultat d’un processus naturel.

Les racines des cheveux sont dotées de glandes sébacées, qui sécrètent une substance grasse appelée sébum. Ce dernier est plutôt bénéfique pour la fibre capillaire. Il permet de garder le cheveu soyeux et en bonne santé, et l’empêche de se dessécher et donc de casser.

Les cheveux gras sont liés à une production excessive de sébum.
Dans le pire des cas, les glandes sébacées peuvent étouffer la racine, entraînant ainsi une chute de cheveux excessive ou l’apparition de pellicules.
Parmi les causes de ce déséquilibre : hérédité, mauvaises habitudes alimentaires, prise de certains médicaments ou entretien capillaire inadapté.

La production de sébum peut également varier en fonction des saisons, des changements de climat, des fluctuations d’hormones ou des périodes de stress prolongées.

 

 

Si vos cheveux sont très gras, consultez un dermatologue qui pourra vous prescrire des médicaments contenant de l’acide rétinoïque (molécule dérivée de la vitamine A).
Cette dernière régule les sécrétions des glandes sébacées.

Mais dans la plupart des cas, des soins spécifiques viendront à bout des cheveux gras. Ces produits permettent de rééquilibrer la sécrétion de sébum.
Les algues ou les plantes, telles que la prêle, le romarin, le tussilage, l’ortie, la camomille et la sauge, contribuent à réguler la production de sébum et à apaiser le cuir chevelu.
Les shampoings médicaux à base de goudron peuvent également avoir cet effet.

Mais attention : fuyez les produits contenant des protéines ou des substances reconstituant le film lipidique, tels que les huiles ou le silicone !
Ils ne font qu’aggraver une situation déjà délicate, en alourdissant le cheveu et en le rendant encore plus gras.

Il ne suffit pas de choisir des soins adéquats, encore faut-il les utiliser correctement…

Certaines personnes sont convaincues que des shampoings trop fréquents stimulent la production de sébum, mais cette croyance ne repose sur aucun fondement.
C’est même tout l’inverse.
 

 

Les cheveux gras doivent être lavés fréquemment, tous les jours si nécessaire.
Chaque shampoing élimine presque tout le sébum des glandes sébacées si le produit est appliqué par massage sur le cuir chevelu.

 

Le résultat est sans équivoque : grâce aux soins adaptés, les cheveux gras ne seront bientôt plus qu’un mauvais souvenir !

 

Source : Magazine-avantages.fr

Repost 0
Published by Milem - dans Santés
commenter cet article
8 novembre 2011 2 08 /11 /novembre /2011 19:46

7d389a18-0933-11e1-9f7d-b31925f6bb41.jpg

Trois emplacements ont été définis. Les installations ont débuté par la zone A2, près de Villepinte (schéma tiré de la Revue militaire française).

 

 

À la fin de la Première Guerre mondiale, l'armée voulait attirer les avions allemands vers des cibles lumineuses imitant les grandes installations de la capitale. Le Figaro a retrouvé des archives détaillant le procédé.


Près d'un siècle après le début de la Première Guerre mondiale, cet incroyable projet de l'armée française reste toujours aussi peu connu. En 1918, alors que le conflit allait toucher à sa fin, la DCA, chargée de défendre le territoire contre les attaques aériennes, s'est lancée dans la construction d'une réplique de Paris destinée à duper les pilotes allemands. Les avions, qui avaient fait leur entrée dans un conflit armée pour des missions de reconnaissance tactique et de bombardement, étaient à l'époque dépourvus de radars. En recréant une ville factice composée d'une myriade d'éclairages lumineux, les Français pensaient pouvoir attirer les raids nocturnes vers de mauvaises cibles.

 

Fin septembre, le blog anglophone Ptak Science Books a exhumé une revue du 6 novembre 1920, The Illustrated London News, détaillant l'incroyable procédé de défense passive mis au point par les français pour protéger leur capitale. L'information a été reprise en fin de semaine dernière par Slate et Le Monde. En complément, Le Figaro a retrouvé plusieurs archives qui lèvent le voile sur ce faux Paris. La plus complète figure dans un exemplaire de la revue L'Illustration parue quelques jours avant la publication anglaise, le 20 octobre.


Un premier projet «fort rudimentaire»

 

8ae97120-0936-11e1-9f7d-b31925f6bb41.jpg
La zone B, reprenant le tracé de la petite ceinture.

 

 

Alors que les projecteurs lumineux étaient déjà utilisés pour repérer les aéronefs ennemis, des premières expérimentations sont menées dès 1917 pour utiliser la lumière dans un tout autre registre, en créant cette fois de faux objectifs. Les bombardiers allemands Gotha, redoutés, venaient de mener leurs premiers raids d'envergure contre Londres. La technique est alors «fort rudimentaire», raconte L'Illustration. Au nord-est de Paris, on commence à installer «quelques lampes à acétylène, de manière à laisser croire à la présence d'avenues non éteintes».


Sous l'impulsion du secrétariat d'État à l'Aéronautique et de la DCA, le projet gagne de l'importance à l'orée de 1918. La décision est prise de simuler non pas quelques rues, mais l'ensemble de l'agglomération parisienne. «Les difficultés d'exécution étaient grandes», remarque L'Illustration. «Il était nécessaire qu'on utilisât une boucle de la Seine analogue à celle qui traverse la capitale et dont aucun artifice de camouflage ne pouvait tenir lieu. Il fallait ensuite que les zones qu'on allait ainsi désigner aux bombardements de l'ennemi ne fussent pas semées de localités habitées».

 


Fernand Jacopozzi, l'ingénieur qui éclaira la tour Eiffel

 

Après réflexion, trois zones furent retenues dans les régions Nord-Est, Nord-Ouest et Est de Paris. Dans la première, le projet devait restituer rapidement un faux Saint-Denis, un faux Aubervilliers, des fausses gares de l'Est et du Nord, «avec les usines qui peuplent cette banlieue Nord de Paris». Dans les autres zones, on devait reproduire le chemin de fer de la petite ceinture, les Champs-Élysées et d'autres points remarquables répliquant Paris (zone B, ci-dessus), ainsi que des objectifs industriels (zone C).

 

 

2df23d8e-0941-11e1-9f7d-b31925f6bb41
L'hommage du Figaro à Fernand Jacopozzi, lors du décès de l'ingénieur en 1932.

 

 

«Les services de DCA ne possédaient, toutefois, aucun moyen de réalisation, et l'on dut s'adresser à l'industrie privée», note L'Illustration. C'est Fernand Jacopozzi, qui emporta le contrat grâce à «son ingéniosité et [à] la simplicité de ses moyens», raconta Le Figaro en février 1932, à la mort de l'ingénieur électricien d'origine italienne. Un premier contrat fut passé pour la région de l'Orme de Morlu, au nord-est de Saint-Denis. Jacopozzi, qui s'illustra quelques années plus tard en illuminant pour la première fois la tour Eiffel, les Champs-Élysées et de nombreux autres monuments de Paris, reçut pour ce fait d'arme la croix de la Légion d'honneur.


Attirer l'attention sans éveiller les soupçons

 

La construction du «faux objectif de l'Orme de Morlu» débuta par la fausse gare de l'Est, située entre Seyran et Villepinte. Elle comprenait «bâtiments, voies de départ, trains à quais et trains en marche, amorces de voies et signaux, et une usine avec bâtiments et fourneaux en marche», détaille L'Illustration. Les bâtiments, en bois, étaient recouverts «de toiles peintes, tendues et translucides, de manière à imiter les toits de verre sale des usines». La principale difficulté venait de l'intensité de l'éclairage. «Un éclairage intensif fût vite apparu comme une ruse grossière. Il fallait attirer l'attention des aviateurs ennemis par une lumière suffisante, mais ne pas éveiller leurs soupçons», explique le journal.

 

Soulignant «l'art de l'ingénieur électricien», la revue explique comment on utilisa «des lampes de différentes couleurs (blanches, jaunes et rouges) éclairant alternativement des vapeurs produites artificiellement», pour imiter les lueurs des foyers de machines en marche. «Les trains étaient indiqués par des surfaces en bois posées sur le sol. Un éclairage latéral projetait la lumière à l'extérieur, comme si elle venait des fenêtres. Mais le fin du fin était la réalisation d'un train en marche. Le dispositif de camouflage s'étendait sur 1800 à 2000 mètres et l'éclairage courait progressivement d'une extrémité à l'autre.»

 

Ces installations «ne furent prêtes qu'après le dernier raid allemand sur Paris en septembre 1918 ; elles n'ont donc pas l'épreuve de l'expérience», commenta La Revue militaire plus de dix ans plus après, en 1930. Et l'on découvrit plus tard que les Allemands avaient envisagé un procédé comparable. Ces projets ne furent quoi qu'il en soit pas inutiles, estimait-on alors encore à l'époque. «Connaissant l'existence de faux objectifs, [le pilote] aura tendance à se demander, même pour les vrais : est-ce un faux? Ce doute jeté dans les esprits de l'attaque est déjà un résultat appréciable.

 

Source : LeFigaro.fr

Repost 0
Published by Milem - dans Histoires
commenter cet article
3 novembre 2011 4 03 /11 /novembre /2011 19:32

Des chercheurs français ont réussi à redonner leur jeunesse à des cellules de donneurs âgés de plus de 100 ans, en les reprogrammant au stade de cellules souches, démontrant ainsi que le processus du vieillissement est réversible.

 

Ces travaux sur la possibilité d’effacer les marques de vieillissement des cellules, publiés dans la revue spécialisée Genes & Development du 1er novembre, marquent une nouvelle étape vers la médecine régénérative pour corriger une pathologie, note Jean-Marc Lemaitre de l’Institut de génomique fonctionnelle (Inserm/CNRS/université de Montpellier), responsable de ces recherches. Autre débouché important: mieux comprendre le vieillissement et corriger ses aspects pathologiques, selon le chercheur de l’Inserm.

 

Les cellules âgées ont été reprogrammées in vitro en cellules souches pluripotentes iPSC (pour Induced pluripotent stem cells) et ont ainsi retrouvé leur jeunesse et les caractéristiques des cellules souches embryonnaires (hESC). Elles peuvent se différencier à nouveau en cellules de tous types (neurones, cellules cardiaques, de peau, de foie…) après la cure de «jouvence» concoctée par les chercheurs.

 

Depuis 2007, des chercheurs ont montré que l’on pouvait reprogrammer des cellules adultes humaines en cellules souches pluripotentes (iPSC) dont les propriétés sont similaires à celles des cellules souches embryonnaires. Cette reprogrammation à partir de cellules adultes évite les critiques sur l’utilisation de cellules souches d’embryons. Mais jusqu’alors, la reprogrammation de cellules adultes se heurtait à une limite, la sénescence, point ultime du vieillissement cellulaire.

 

L’équipe de Jean-Marc Lemaitre vient de franchir cette limite. Les chercheurs ont d’abord multiplié des cellules de la peau (fibroblastes) d’un donneur de 74 ans pour atteindre la sénescence caractérisée par l’arrêt de la prolifération des cellules. Ils ont ensuite procédé à la reprogrammation in vitro de ces cellules. Comme cela n’était pas possible avec la préparation classique à base de quatre facteurs génétiques (OCT4, SOX2, C MYC et KLF4), ils en ont ajouté deux autres (NANOG et LIN28).

 

Grâce à ce nouveau «cocktail» de six ingrédients, les cellules sénescentes reprogrammées ont réacquis les caractéristiques de cellules souches pluripotentes de type embryonnaire, ne conservant aucune trace de leur vieillissement antérieur. «Les marqueurs de l’âge des cellules ont été effacés, et les cellules souches iPSC que nous avons obtenues peuvent produire des cellules fonctionnelles, de tous types avec une capacité de prolifération et une longévité accrues», explique Jean-Marc Lemaitre. Les chercheurs ont ensuite testé leur cocktail sur des cellules plus âgées de 92, 94, 96 jusqu’à 101 ans, avec succès y compris sur les centenaires. «L’âge des cellules n’est définitivement pas une barrière à la reprogrammation», conclut-il.

 

Ces travaux ouvrent la voie à terme à l’utilisation des cellules reprogrammées iPS comme source idéale de cellules adultes tolérées par le système immunitaire, pour réparer des organes ou des tissus chez des patients âgés, ajoute le chercheur.

(Source AFP)

 

Source : Liberation.fr

Repost 0
Published by Milem - dans Tech-Sciences
commenter cet article
22 octobre 2011 6 22 /10 /octobre /2011 18:47

Histoire

 

Jusqu'en 1810, très peu de sociétés civiles semblent avoir criminalisé l’adultère masculin, la femme étant traditionnellement considérée comme une ressource et le mariage, un échange de propriété contracté entre hommes (cf. Claude Lévi-Strauss).

Sur le plan religieux en revanche, l'adultère est condamné dans le judaïsme, le christianisme et l'islam.

 

Le Code d'Hammurabi condamne la femme adultérine à la noyade.

 

L'adultère masculin et féminin est condamné dans le judaïsme, « Mais si le fait est vrai, si la jeune femme ne s’est point trouvée vierge, on fera sortir la jeune femme à l’entrée de la maison de son père ; elle sera lapidée par les gens de la ville, et elle mourra [...] Si l’on trouve un homme couché avec une femme mariée, ils mourront tous deux, l’homme qui a couché avec la femme, et la femme aussi [...] Si une jeune fille vierge est fiancée, et qu’un homme la rencontre dans la ville et couche avec elle, vous les amènerez tous deux à la porte de la ville, vous les lapiderez, et ils mourront, la jeune fille pour n’avoir pas crié dans la ville, et l’homme pour avoir déshonoré la femme de son prochain. » Dt 22. 20-24.

Dans le christianisme, l'adultère est tout aussi condamné formellement dans le Nouveau Testament, tout en affirmant le pardon de Dieu en cas de repentance dans l'épisode de la femme adultère (Jn 8,2-11).

 

Depuis la fin du Moyen Âge, l'État royal récupère à son profit toutes les causes matrimoniales et impose une législation inégalitaire pour la femme adultérine (jusqu'à la loi Naquet sur le divorce pour faute en 1884 et la dépénalisation totale en 1975 en France) : la peine de « l’authentique » consiste à l'enfermer dans un couvent après lui avoir fait subir certains châtiments (crâne rasé, fouet jusqu'au XVIIe siècle). La Révolution française constitue à cet égard une parenthèse puisqu'elle en dépénalise l'adultère.

 

 

Les dernières lois Française

L'adultère est une violation du devoir de fidélité lié au mariage. Dans ce sens, il n'existe pas d'adultère dans les relations de couple sans mariage officiel, la violation du devoir de fidélité dans les unions libres ou dans les PACS est désignée généralement par le nom d'infidélité.

 

Jusqu'à juillet 1975, l'adultère était considéré comme un délit en France, seul l’adultère de l'épouse était répréhensible, avec une punition pouvant aller jusqu'à deux ans de prison. Le mari avait le pouvoir de stopper cette condamnation en consentant à reprendre sa femme, à pardonner à la fautive sa faute.

 

L'ancien code pénal était plus sévère, l'adultère était considéré comme une circonstance atténuante de la responsabilité de l'épouse dans l'agression ou même l'assassinat de sa femme et de son amant surpris en flagrant délit. L'amant était puni lorsqu'il avait profité de l'absence du mari surtout dans le cas d'un mari parti à la guerre. Ces codes reflétaient l'esprit de l'époque et la culture dominante, le mari infidèle n'y courait aucune sanction pénale, une amende d'un faible montant se permettait d'installer sa maîtresse au sein du domicile conjugal.

 

 

L’adultère n’est plus une faute pénale depuis 1975, mais demeure une faute civile. Il reste cependant la première cause de divorce au titre de l'article 212 du Code civil français qui dispose que « les époux se doivent mutuellement fidélité ». Le divorce sera prononcé lorsque l'infidélité de l'un des conjoints devient une violation grave ou renouvelée des devoirs et obligations du mariage, et rendant intolérable le maintien de la vie commune.

 

Il faut noter également que jusqu'en 1975, le droit français faisait une discrimination vis-à-vis des enfants nés d'une relation adultérine : ces enfants (considérés jusquʼici comme « enfants naturels » au même titre que ceux conçus hors mariage) nʼavaient pas les mêmes droits que les enfants nés dʼune liaison légitime (dits « enfants légitimes »). Ainsi les droits de lʼenfant étant considérés comme n'ayant pas à tenir compte de la situation légale de ses parents géniteurs, le législateur français a donné les mêmes droits à tous les enfants, et supprimé depuis toute notion d’« enfant adultérin » dans le Code Civil, après lʼordonnance du 4 juillet 2005. Les droits de l'autre parent légitime se trouvent ainsi diminués à la succession du parent adultère.

 

Sources :

- Petite Larousse de la sexualité, de 2007

Pathol08.com

Wikipedia (Fr)

Repost 0
Published by Milem - dans Histoires
commenter cet article
10 octobre 2011 1 10 /10 /octobre /2011 13:38

Le perchloroéthylène ou tétrachloroéthylène est un composé chimique de formule Cl2C=CCl2. Il est parfois simplement appelé perchlo.
Ce solvant, qui est un composé organique volatil, est surtout utilisé pour le nettoyage à sec de tissus et pour dégraisser des métaux. Il figure sur la liste des cancérogènes du groupe 2A du CIRC et peut causer des troubles neurologiques, rénaux et hépatiques.

 

 

Effets sur la santé 

Dans l'Union européenne, le perchloréthylène est classé comme « nuisible à la santé » et « dangereux pour l'environnement » . Il figure sur la liste des cancérogènes du groupe 2A du CIRC, qui inclut les produits probablement cancérigènes pour l'homme. Il est aussi inclus, en France, dans le tableau 12 RG des maladies professionnelles.

 

Le perchloroéthylène est absorbé par inhalation, par voie orale et par la peau (quand il est sous forme liquide). Il est toxique pour le système nerveux et le rein. L'exposition au tétrachloroéthylène peut causer une irritation des voies respiratoires et des yeux, des vertiges, nausées, maux de tête et pertes de mémoire, une somnolence et cela peut aller jusqu'à la perte de connaissance et la mort. Un cluster de cancer (leucémie et autres), impliquant des composés organiques volatiles dégagés par une entreprise de nettoyage à sec, dont du trichloréthylène, du 1,2-dichloroéthylène, du perchloroéthylène, du dichlorométhane et du chlorure de vinyle, a été découvert à Camp Lejeune, en Caroline du Nord.

 

Selon le docteur Dolores Malaspina, directrice du département de psychiatrie de la New York University School of Medicine, il serait aussi un facteur schizophrénique : selon elle, les enfants exposés à du perchloroéthylène du fait du travail de leurs parents dans des centres de nettoyage à sec auraient 3,5 fois plus de risque de développer des symptômes de schizophrénie. Aussi, selon le docteur Malaspina, il est possible que Cho Seung-hui, le tueur de Virginia Tech, ait été affecté par ce produit, ses parents ayant une entreprise de nettoyage à sec.

 

Le Danemark et les États-Unis ont interdit l'installation de nouveaux pressings utilisant le perchloroéthylène, produit qui devrait être totalement retiré aux États-Unis en 2020. L'UE a engagé une politique de réduction du risque et des émissions de perchloroéthylène avec la directive 1999/13/CE relative à la réduction des émissions de composés organiques volatils dues à l’utilisation de solvants organiques dans certaines activités et installations. En France, 15 000 personnes seraient exposés, au travail, au « perchlo ». Les trois principales alternatives au perchloréthylène sont le nettoyage au mouillé, l’utilisation du Silicone Liquide (procédé GreenEarth), d’hydrocarbures et l’utilisation du dioxyde de carbone. Parc Disneyland lave les textiles par du siloxane, un solvant non toxique à base d'hydrocarbures, qui est commercialisé sous la marque GreenEarth.

 

Lors de l'ouverture du hublot d'une machine de nettoyage à sec, les vapeurs de perchloroéthylène s'échappent de la machine. Les personnes travaillant ou habitant au-dessus d'un pressing sont exposées à ces vapeurs. Les vapeurs de perchlorethylène peuvent traverser le béton et les planchers jusqu'à trois étages au-dessus du rez de chaussée. Les alentours des pressings au Perchlorethylène sont aussi très souvent contaminés et sont dangereux pour les passants, clients et voisins des pressings au perchloréthylène. < André Cicollela>.

 

Il est recommandé de bien aérer les textiles qui ont été nettoyés à sec. En cas de contact du perchloréthylène avec la peau ou les yeux, rincer à grande eau et d'appeler le centre antipoison, et de consulter un médecin.

 

 

Sources : Wikipedia [Fr]

Wikipedia - Nettoyage sec

Nicematin (Faits divers)


Dichlorométhane (maladie professionnelle)

Repost 0
Published by Milem - dans Santés
commenter cet article
10 octobre 2011 1 10 /10 /octobre /2011 12:44

Le jeudi 28 octobre 1954, l'Aurore rapporte que Lucien Jeune, maire de Châteauneuf-du-Pape, suite à de nombreuses observations d'OVNIs, a pris un arrêté municipal interdisant le survol de sa commune aux soucoupes volantes. 

 

  •   Art. premier. Le survol, l'atterrissage et le décollage d'aéronefs dits soucoupes volantes ou cigares volants de quelque nationalité que ce soit, sont interdits sur le territoire de la commune.
  •   Art 2. Tout aéronef, dit soucoupe volante ou cigare volant, qui atterrira sur le territoire de la commune, sera immédiatement mis en fourrière.
  •   Art 3. Le garde champêtre et le garde particulier sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'exécution du présent arrêté.

 

 

1. Un arrêté qui n'arrête pas...

Contacté par Le Post, le maire actuel de Châteauneuf-du-Pape confirme que cet arrêté est toujours en vigueur en 2010!

"Plus personne n'y pense. Mais il n'y a aucune raison de le supprimer aujourd'hui. Il faudrait que je prenne un arrêté annulant cet arrêté, etc. J'étais gamin à l'époque, cela avait effectivement défrayé la chronique. Le secrétaire de mairie d'alors a dû penser que le préfet le refuserait. L'arrêté avait été inscrit sur un papier, pour pouvoir être rapidement déchiré. Eh bien non, pas de refus de la part du préfet, ou de ses services. Il est bien inscrit aux registres des arrêtés municipaux. Aujourd'hui, il ne passerait plus, le préfet ne serait pas d'accord."

Mais pourquoi le maire a-t-il pris cet arrêté ?
"A l'époque, le vignoble était moins connu qu'aujourd'hui. Lucien Jeune était un maire très sérieux, qui a construit beaucoup de choses ici, comme le tout-à-l'égoût, il avait beaucoup d'idées et une vision à long terme". Par ailleurs, les années cinquante étaient propices aux observations de soucoupes volantes un peu partout sur la planète...

Oui, mais, si des soucoupes volantes débarquaient vraiment à Châteauneuf-du-Pape ?
"Un arrêté est fait pour être appliqué. Il faudrait déjà qu'on puisse les reconnaître, ces extraterrestres. Nous n'avons plus de garde champêtre aujourd'hui, je pense que les deux policiers municipaux de la commune seraient chargés de s'en occuper."

 


2. Un maire peut-il prendre l'arrêté qu'il veut ?

Contacté par Le Post, le maire d'une petite commune explique:

"Dans la pratique non, la préfecture doit normalement valider les arrêtés. Ceux-ci doivent rester tout de même réalistes. Mais oui, on peut en fait prendre celui qu'on veut en théorie, c'est ça qui est assez rigolo. En gros, le maire, à l'échelle de sa commune, c'est Dieu. Il peut aller contre toutes les décisions de sa hiérarchie (préfecture, police, etc) mais dès lors qu'il sort du cadre légal, il devient responsable et ne peut plus se retourner vers plus haut."

"Un exemple très simple m'est arrivé au début de mon mandat. Le Conseil général a demandé à toutes les communes de situer les abribus dans une zone non dangereuse et de faire des marquages d'arrêt assez moches par ailleurs. Un gars du Conseil général se pointe, indique le meilleur endroit, le plus sécurisé pour placer l'abribus. Mais ce dernier se situerait pile devant une maison, occupée par une véritable chieuse, refusant que le bus s'arrête devant chez elle, et surtout, ne voulait pas du marquage moche. Le gars du Conseil général me dit, 'Mais si vous voulez, vous prenez un arrêté disant que vous refusez le marquage au sol et l'abri, vous êtes le chef, mais s'il arrive un truc à un gamin, ou que le bus peut pas manoeuvrer correctement, vous serez tenue responsable'. Donc de nos jours, aucun maire ne prend un arrêté sans en amont, consulter les lois..."

Cela n'empêche pas certains maires de prendre des arrêtés insolites. On se moque souvent des lois insolites de certains Etats américains, mais en France, on n'a rien à leur envier.

 


3. D'autres arrêtés insolites bien de chez nous

Après les extraterrestres, le Père Noël est aussi l'objet d'un arrêté municipal insolite près d'Angers, à Sainte-Gemmes-sur-Loire. Angermaville revient sur son adoption en 1999:
"Le conseil municipal a décidé d'accorder, à titre exceptionnel et à chaque Noël, la gratuité des pâtures de l'Ile-aux-Chevaux... pour les rennes du Père Noël."
Autorisé par le préfet, qui répond: "Cette libéralité réservée à un équipage aussi renommé ne suscite aucune observation au titre du contrôle de la légalité." Aujourd'hui, l'arrêté est toujours en vigueur.

Toujours à Châteauneuf-du-Pape, le maire confie au Post le projet d'un autre arrêté insolite: "Il paraît qu'un de mes prédécesseurs souhaitait prendre un arrêté ordonnant de dire "Au vin ?" au lieu de "Allô ?" lorsqu'on décrochait au téléphone..."

La Provence évoque aussi cet arrêté pris en novembre 2007 à Cugnaux en Haute-Garonne. Interdiction "à toute personne ne disposant pas de caveau de décéder sur la commune. Les contrevenants seront sévèrement sanctionnés pour leurs actes". Un arrêté qui cachait un problème bien réel, "l'impossibilité d'agrandir le cimetière communal."



Et rappelez-vous, "ce n'est pas parce qu'un arrêté n'est pas affiché qu'il n'est pas en vigueur" avertit notre maire aux marquages de bus moches...

 

 

Sources :

Lepost.fr

wikipedia [Fr]

Repost 0
Published by Milem - dans Insolites
commenter cet article
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 19:20
Personne ne veut mourir. Même ceux qui veulent aller au Paradis ne veulent pas mourir pour y aller. Et pourtant, la mort est notre destination finale à tous. Personne n'y a jamais échappé. Et c'est ainsi que les choses doivent être, car la Mort est probablement la meilleure invention de la Vie. C'est l'agent du changement de la Vie. Elle supprime le vieux pour laisser la place au jeune. Aujourd'hui, le nouveau c'est vous, mais un jour qui n'est pas très éloigné, vous deviendrez le vieux et serez éliminé. Désolé d'être aussi dramatique, mais c'est la vérité.

Votre temps est limité, alors ne le perdez pas à vivre la vie de quelqu'un d'autre. Evitez d'être piégé par le dogme - ce qui revient à vivre à partir des résultats des pensées des autres. Ne laissez pas votre voix interne être noyée par le bruit des opinions des autres. Et, plus important que tout, ayez le courage de suivre votre coeur et votre intuition. Eux savent déjà ce que vous voulez réellement devenir. Tout le reste est secondaire
.


Steve Jobs, 12 juin 2005

Source : Clubic.com
Repost 0
Published by Milem - dans Citations
commenter cet article
21 septembre 2011 3 21 /09 /septembre /2011 20:05

L'agence de notation Moody’s a déclassé d’un cran la Société Générale et le Crédit Agricole le 16 septembre, et poursuit la surveillance de BNP Paribas, et vous pensez que votre argent serait mieux sous votre matelas que dans un compte en banque ?

 

Vous aimeriez bien retirer tout votre argent et vous débrouiller seul mais voilà, vivre sans compte en banque en France ce n’est pas facile.

 

Pas facile, mais pas impossible pour tout le monde. Slate a tenté de savoir qui pouvait vivre sa vie quotidienne totalement indépendamment des banques. Et sans tricher.  Pas question de demander à un ami ou un parent de faire un chèque pour soi.

 

 

En théorie, le liquide est roi

 

En théorie, vivre avec du liquide est facilité par la loi, puisque les commerçants et autres créanciers sont obligés d’accepter les paiements en espèces (ce n’est pas le cas avec les paiements par carte bleue ou chèque, d’où les panneaux «nous n’acceptons pas les chèques» et autres «la machine à CB est en panne» dans certains restaurants ou bars).

 

Mais dans la pratique, nous nous servons indirectement de notre compte en banque constamment, depuis les prélèvements automatiques pour un forfait téléphonique jusqu’à un abonnement aux transports en commun payé par carte bleue, en passant par un chèque au médecin ou un PEL ouvert pour acheter un jour un appartement.

 

Se débarrasser de sa banque suppose un effort de volonté: il faudrait négocier constamment pour pouvoir donner ou recevoir de l’argent en liquide, avec moult déplacements rendus obsolètes par les paiements en ligne. Sans compter les risques de perdre les espèces amassées après une inondation, un incendie, un cambriolage ou autre braquage.

Toutes ces caractéristiques en tête, qui peut vivre –en toute légalité– sans compte en banque ?

 

 

D’abord, répondons à une question plus simple : qui ne peut pas vivre sans compte en banque ?


  • - Les retraités (les retraites ne peuvent pas être versées en espèces, explique-t-on à la Cnam).
  • - Les parents qui reçoivent des aides de la Caisse d’allocation familiale, les chômeurs ou autres personnes qui reçoivent des allocations sociales (elles sont versées par virement).
  • - Ceux qui veulent s’acheter une voiture neuve, une maison, ou tout autre gros achat (un particulier résident en France ne peut pas payer plus de 3.000 euros en liquide pour un achat).
  • - Ceux qui sont un peu trop fans de la petite monnaie ou des gros billets (si vous cherchez à payer vos courses avec plus de 50 pièces, les commerçants ne sont pas obligés d’accepter; ils peuvent aussi exiger que vous fassiez l’appoint).
  • - Les fans des achat sur Internet.
  • - Les gens qui veulent être remboursés par la Sécurité sociale pour leurs frais médicaux (que ce soit avec des feuilles de soin ou la carte vitale, tous les remboursements passent par un virement. Même ceux qui veulent bénéficier de la CMU complémentaire doivent fournir un RIB, ou signer une autorisation de versements sur un compte tiers).
  • - Les fonctionnaires (le ministère de la Fonction publique explique que les salaires sont versés par virement).

 

Deux cas un peu particuliers :

  • - Les prisonniers qui peuvent n’avoir ni liquide ni compte en banque. Ils n’ont pas le droit d’avoir des espèces sur eux pendant leur détention. L’argent qu’ils avaient sur eux à leur arrivée en prison est déposé dans un compte à leur nom, sauf s’ils préfèrent qu’il soit consigné jusqu’à leur sortie.

 

 

Ceux qui pourraient vivre sans compte en banque


Certains étudiants

 

Imaginons un jeune homme ci-après nommé Julien. Julien ne reçoit pas d’allocations, il vit toujours chez ses parents qui lui donnent de l’argent de poche. L’été, il fait des petits boulots pour lesquels il demande à être payé en liquide (il en a le droit tant qu’il ne gagne pas plus de 1.500 euros).

 

Pour les frais de scolarité de la fac, ça n’a pas été simple, mais il a réussi en brandissant les recommandations données par la Commission des clauses abusives sur les établissements d’enseignement.

 

Il paie en cash au bar avec ses amis, au resto avec sa copine, et quand son petit frère l’a appelé en galère de ses vacances dans le Sud de la France, il est allé à La Poste lui envoyer 100 euros par mandat-cash.

 

 

Certains étrangers

 

Julia est espagnole, tout comme son domicile fiscal. Ça lui donne le droit de payer jusqu’à 15.000 euros en espèces (par transaction: si elle veut acheter une voiture à 30.000 euros, elle sera obligée de payer les 15.000 restant en carte bleue, chèque ou virement).

 

Quand elle se balade entre l’Espagne et la France avec des valises pleines de billets (ou plutôt une enveloppe, grâce à l’euro), si elle veut faire passer plus de 10.000 euros d’un pays à l’autre, elle doit obligatoirement le déclarer aux douanes.

 

Bon à savoir vu qu’elle aime le casino et que le casino l’aime en retour: elle échange ses jetons ou ses plaques contre des espèces, donnant son nom, adresse et référence de sa carte d’identité quand c’est pour des montants de plus de 1.000 euros.

 

Elle dort chez des amis ou dans des hôtels hors-saison, quand elle est sûre d’avoir une chambre sans avoir besoin de réserver (il lui faudrait une carte bleue pour ça). 

 

 

Certaines personnes qui travaillent en professions libérales

 

Avocate, Juliette peut demander à être payée uniquement en espèces, tant qu’elle l’a affiché dans sa salle d’attente pour en informer ses clients. Elle achète des carnets de ticket de métro en liquide, et quand elle a besoin d’une voiture, la loue dans des agences qui acceptent les espèces. Dans les rares cas où elle se prend une amende, elle la paye immédiatement, en liquide.

 

Elle règle sa cotisation retraite en liquide en se déplaçant directement à la Caisse nationale des barreaux français, et sa cotisation maladie en allant au RSI ou en se servant d’un mandat-cash postal. Les deux organisations ne parlent pas de cette option sur leur site, parce qu’elle est très rarement utilisée et que ce n’est pas la plus pratique pour eux, mais ils précisent au téléphone qu’elle est possible.

 

 

Certains jeunes actifs

Jules gagne moins de 1.300 euros par mois, qu’il demande à recevoir en liquide. Il s’est trouvé une colocation chez un ami qui ne lui a pas demandé de chèque de caution et prend un loyer de 500 euros par mois et lui fait une quittance (en théorie, un locataire peut décider de payer en liquide et son propriétaire n’a pas le droit de refuser, mais dans la pratique le proprio peut demander un autre moyen de paiement pour des raisons de sécurité ou de facilité. La caution est en théorie aussi payable en espèces, mais attention à l’arnaque !).

 

Il paye ses factures GDF et EDF par mandat-poste (l’option n’est plus disponible sur le site d’EDF, mais une conseillère assure que c'est toujours possible), et s’est acheté un portable avec une carte prépayée rechargeable.

 

C’est plus simple que de convaincre un opérateur téléphonique de lui vendre portable + abonnement sans RIB, mais c’est plus cher. Il achète des clés 3G sans abonnement pour surfer sur le Net. Pas de problème pour son impôt sur le revenu, puisqu’il doit moins de 3.000 euros à l’Etat.

 

Autant dire que si vous êtes un jeune actif en profession libérale prêt à vous décarcasser pour payer en espèces, le monde sans banques est à vous! A vous de voir si ça en vaut la peine…

 

 

Cécile Dehesdin


L'explication remercie les opérateurs téléphoniques de la Cnam, EDF, RSI, CNBF, la Sécurité sociale, et Service-public, ainsi que Michel Fréchet de la CGL et Jean-Marc Granier de la Commission des clauses abusives.

 

 

Source : Slate.fr

Repost 0
Published by Milem - dans Divers
commenter cet article
13 septembre 2011 2 13 /09 /septembre /2011 19:06

Des chercheurs du Stevens Institute of Technology ont modifié un AR.Drone de Parrot pour le rendre capable de pirater des réseaux WiFi. Ils ont nommé leur création SkyNet : ça ne s'invente pas !

 

 

SkyNet, avant d'être un FAI belge, est le nom de l'intelligence artificielle responsable de la quasi-annihilation de l'humanité dans la saga Terminator. Rassurant, non ? C'est le nom que porte cet AR.Drone modifié par des chercheurs d'Hoboken, dans le New Jersey.

Comme un drone Parrot ordinaire, dispose d'une carte WiFi pour une connexion ad-hoc à un terminal qui le pilote, mais compte tenu des voyages qu'il est censé effectuer, ce n'est pas suffisant : il intègre, en plus, une autre carte WiFi, une puce 3G, un récepteur GPS et un ordinateur très léger fonctionnant sous Linux, permettant de pirater le réseau WiFi ciblé. Il peut également utiliser l'énergie solaire pour se recharger, ce qui accroit son autonomie. Le GPS intégré permet de programmer les coordonnées de vol : le drone se rend sur place, peut se poser à proximité du réseau sélectionné et le pirater. La procédure peut prendre jusqu'à 10 minutes.

Selon ses concepteurs, le SkyNet serait même capable de prendre le contrôle d'un Botnet, un réseau d'ordinateurs compromis par un ver. « Les gens pensent que la menace vient du Net » a expliqué Sven Dietrich, un professeur qui a participé à l'élaboration du projet. « Ce qu'ils oublient, c'est que derrière leur dos, les réseaux sans fil peuvent ne pas être correctement protégé » ajoute-t-il. Outre les réseaux WiFi traditionnels, des expériences ont été concluantes concernant le piratages de données mobiles : le drone est même allé jusqu'à enregistrer des conversations ayant cours sur les réseaux T-Mobile et AT&T.

Côté prix, outre l'AR.Drone qui coute à lui seul 300 dollars, 250 à 275 dollars de matériel supplémentaire a été nécessaire à la conception du SkyNet. Pour à peine 600 dollars, la menace vient du ciel : voilà qui n'est clairement pas rassurant, même si la prouesse technique est là.

 


ar-drone-skynet.jpg

Source : Clubic.com
Repost 0

Rechercher

Pages